AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« Zone de Kireïde. »

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Mars' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sinhae ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



du côté de kireïde
Mars & Diane
Ce n'était pas la première fois que la magicienne connaissait la douleur sur un champ de bataille, ni la première fois qu'elle se retrouvait face à lui. Des mois que Sinhae n'avait pas vu ce guerrier hors du commun, mais jamais les bruits de rues n'avait cessé de parler à son sujet. Tueur d'Algiz, bourreau humain, épée dans coeur. Il ne manquait pas de titres dans tout le royaume de Meinarest. Certains étaient justifiés, d'autres bien moins cependant aux oreilles d'âmes qui avait eu l'occasion de découvrir Mars. Comme Sinhae. Pour elle, il restait l'homme qui l'avait sauvée, il y a maintenant bien des années. Un homme sûr de lui, téméraire, courageux, bien qu'autant solitaire.

Quand la jeune femme attrapa sa main pour se redresser, elle laissa sur le gantelet de Mars, quelques faibles traces noires. A présent de nouveau sur ses pieds, elle redressa son regard malgré la douleur, malgré sa différence de stature avec l'épéiste et accepta avec quelques réticences de reculer de la ligne de front non sans répliquer d’une voix affirmée alors qu’il s’éloignait déjà : « Je vais revenir, essaie de ne pas te faire dévorer, la sorcière voudrait éviter de perdre un bouclier de plus ! »  

Quelques secondes plus tard, Sinhae pesta un peu quand les soignants se pressèrent autour d’elle, détachant elle-même sa cape en lambeau. La mage se laisse assoir alors qu’un médecin observait sa blessure, touchant le plus délicatement possible la peau sanguine de sa « patiente » qui serra les dents tout en observant de loin les corps tranchés, Fendragon tournoyer… « Mademoiselle ? Vous allez y retourner ? » Concentrée, Sinhae ne prit pas la peine de répondre à celui qui commençait à placer des bandes de tissus autour de son ventre et une partie de son thorax.

« Mademoiselle, ça va ? » Sinhae baissa rapidement son regard vers ses mains, sur son poignet, sur son catalyseur, avant de répondre enfin : « quelques ajustements à réaliser. » Tel un myrmidon, un lancier, le seul moyen de savoir si les armes sont adaptées aux combats, est simplement de les essayer pour bien les forger par la suite. Et les sortilèges, la magie n’échappait pas à cette règle. Pour certains, il s’agit d’un pouvoir divin, offrande de Vaec aux hommes pour les protéger et les aimer un peu plus ; mais cela faisait plus d’une décennie que Sinhae tentait de maîtriser la magie comme la science qu’elle est.

« Il va trop loin ! »
« Les rangs, resserrez les rangs ! »

Sinhae se tourna vers les stratèges hurlant en observant Mars avancer, progresser, tuer les Algiz se dressant devant lui alors que d’autres profitaient de sa rage pour le contourner et bientôt, l’encercler, lui et des dizaines de soldats prêts à suivre leur champion jusqu’en enfer. Le médecin serra un dernier pan de tissu peina à faire un nœud solide, la faute à Sinhae, déjà levée.

Le pansement comprimait à la fois le ventre et la douleur, autorisant la mage à se redresser sans vaciller malgré les protestations du médecin qui ne tenait pas à soigner un futur cadavre… Mais Sinhae était payée pour agir, et non admirer la bataille, sans compter qu’il était hors de question qu’elle ne paie pas sa dette envers Mars.

De nouveaux Algiz arrivait à toute vitesse, apportant du sang neuf et bien décidés à faire payer ceux qui avaient tué nombre d’entre eux. Commandants, lieutenants en cerclaient celui dont la mort pourrait leur apporter l’avantage dans cette guerre. Sinhae se doutait que foncer et rejoindre Mars ne les aiderait pas s’en sortir en entier… Alors quitte à essayer de nouveaux sortilèges, elle devait le tenter. S’élançant bien que moins rapidement qu’auparavant, elle mit quelques minutes à rejoindre la ligne de front.

Certains soldats restés plus en arrière la regardèrent la jeune femme s’accroupirent et enfoncer ses mains dans le sol alors que ses lèvres commencèrent à se mouvoir dans une langue si étrangère aux deux royaumes qui s’affrontaient.

L’ombre de Sinhae commença à se déformer sous le soleil de plomb, rampant vers Mars, vers les hommes-bêtes. Et quand que personne ne la voit venir, l’ombre agrippa celles des Algiz dont les pattes se retrouvèrent collées au sable, incapables d’avancer ou de reculer face à Mars. Incompréhension, hurlement de fureur alors que Sinhae tentait d’en attraper le plus possible avant de s’écrire sans bouger. « Agis maintenant ! Et recule ! Vite ! »

Elle savait Mars intelligent dans la bataille et lui-même devait savoir pertinemment que s’il ne saisissait pas l’opportunité que lui offrait Sinhae, il ne sortirait pas vivant face à ses dizaines de fauves et loups qui le regardaient avec haine.
© ASHLING


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sinhae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Mars ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



La clameur du combat se faisait plus sourde. La bataille durait depuis longtemps pour lui. Arrivé tardivement, Mars devenait un bourreau de plus en plus sanglant dans cette journée meurtrière. Dans son esprit, les souvenirs se mélangeaient. Le sourire de sa mère adoptive. Ce jeune Algiz, de bonne famille, envoyant ses cerbères pour punir une esclave qui voulait protéger des jeunes enfants...

Il était dans un royaume de ténèbres. Devant lui, des cadavres se traînaient, dans une fresque infinie, s'entassant toujours plus nombreux. Algiz, humains. Leurs visages putréfiés et leurs regards exorbité, leur dentition prééminente, leurs cheveux sales, leurs corps dénudés, en haillons sanglant. Des structures gigantesques, d'os et de chair parsemaient ce paysage dont les lacs sanglants servaient de cloître pour d'autres cadavres boursouflant, répandaient une odeur de pourriture. Le ciel était une éclipse noire et gigantesque. Des arbres morts et desséchés servaient ça et là d'ossuaire dans ce qui ressemblait à la fusion sombre d'un purgatoire infernal et des souvenirs du jeune mercenaire.

Et soudainement, ils se retournèrent tous vers lui. De ses mains, il se mit à lutter contre l'armée des morts revenus le hanter. Au loin, un jeune homme blond le toise et le regarder nager dans cet océan morbide. Le sang, les morsures, tout se mélange alors que la haine le consume. Il hurle, arrache les visages de ses doigts, distribue les coups. Son armure cède, il se retrouve lui aussi en haillon. Il n'a plus d'arme. Son corps est meurtri. Mais de la fumée noire s'échappe de son enveloppe. Un loup noir surgit alors. Gigantesque. Un œil crevé. Un œil flamboyant d'un rouge dévorant. Il fend la foule et l'observe. Ils se regardent...

« Si tu veux vaincre… Il va falloir que tu cèdes… Tue-les… »

Mais Mars s’y refuse… « Va... Va te faire voir ! » Il attrape une lame brisée et s’élance vers le loup, l’entaille à la jugulaire, sa morsure se referme sur son torse, mais il ne cède pas dans sa lutte. Les cadavres se relèvent et cet univers semble lui-même s’effondrer…

Mais une voix le sort de sa torpeur. Une ombre au sol retient ses adversaires. Il est à Kireïde… Dans un hurlement sinistre, Fendragon tournoie dans un mouvement rotatif. Les proies, retenues, chutent alors, les corps tranchés. Haletant, Mars exulte, dans ce giclement de sang enragé.  Les soldats Kireïdien s’avancent et prennent position dans ce qui a été une soudaine perte de terrain pour les Ilmydiens. Mars, haletant, pose Fendragon sur le sol.

« Plus besoin de reculer, je crois… »
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Mars' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sinhae ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



du côté de kireïde
Renards & Corbeaux
Bien que concentrée, Sinhae vit clairement le sang gicler dans un tourbillon sous le tranchant de Fendragon. Pendant une fraction de secondes, elle le revient, Mars. Dans ces montagnes, avec ces monstres. Avec elle.

Elle lui avait offert un coup décisif alors que les bêtes ne semblaient plus si prêtes à lui sauter à la gorge, ne comprenant toujours pas quelle malédiction c’était abattues sur leurs confrères et consœurs gisant à terre. Légèrement essoufflée, l’ombre de la mage retrouva avec une grâce la forme de sa propriétaire, ou plutôt sa maîtresse à présent. Les soldats levèrent leurs armes allant rejoindre le héros sombre sous les encouragements des stratèges ordonnant de foncer, de profiter du trouble temporaire de l’ennemi pour fissurer un peu plus leur cohésion. Sinhae les suivirent également, se rapprochant de Mars jusqu’à arriver à côté de lui, à côté de ce corps exceptionnel dont elle peinait à atteindre l’épaule. « Me voilà revenue. » Puis Sinhae tourna son regard vers le sien, obligée de redresser également son visage pour l’atteindre. « Bien que tu sois une des rares personnes en cet endroit que je crois capable de changer le cours d’une guerre,  tu restes humain… Et je n’aimerais pas voir cette épée entre d’autres mains. »

Se mettant sur ses gardes, elle ajouta : « Plus besoin de reculer, reste à voir jusqu'à où nous pourrons avan… »

Avant que Sinhae n’ai pu finir sa phrase, un mouvement étonnant de foule se produisit devant eux. Les Algiz se séparèrent, laissant un couloir se former face au duo. La scène qui se déroula sous les yeux de la mage enfonça un millier d’aiguilles dans sa poitrine, la douleur à son flanc se réveilla plus brûlante que lorsqu’elle avait été infligée. Un char arrivait face à eux. Pas de ceux que l’on trouvait en Kireïde, tiré par quelques chevaux lors des parades militaires. Non, un char de guerre, massif. Dessus, Sinhae n’eut aucune difficulté à reconnaître l’origine de l’Algiz qui y trônait. Une grande queue de feu, des oreilles toutes aussi rousses, se mêlant à des cheveux de jais… Un renard. La mage n’en avait rencontré que deux dans sa vie, deux qui avait suffi à lui démontrer la lâcheté et l’avidité dont cette espèce faisait preuve. Un char tiré par deux ours mais pas que. Un char tiré par des esclaves.

Accrochés à des chaînes, par le cou, des hommes. Des femmes. Des enfants. Nus. Couverts de bleu, aux clavicules meurtries et sanguinolentes, à la gorge sèche, incapables de hurler. Incapables de pleurer. Presque incapable de marcher.

Les poings de Sinhae se fermèrent un peu plus alors qu’une fumée noire s’en échappait, alors que les lèvres de la mage se teintèrent d’une robe sombre. Le commandant se redressa, souriant de toutes ses dents et fixant Mars d’un regard… Empli de dégoût. « Alors c’est auprès de ces faibles que vont se cacher les pourritures comme toi. » Puis son regard dévia sur Sinhae, elle, de moins en moins calme. « Auprès de ces insectes, ceux qui osent imaginer que le traître Vaec pourrait leur apporter la victoire. »

Attrapant une des chaînes, le renard se jouait d’un enfant incapable de continuer à marcher, le laissant suffoquer, s’amusant avec les limites de la mort. « Si tu avais appris où était ta place, tu aurais pu prendre la sienne… » Tirant un peu plus, une femme hurla en voyant la chaire de sa chaire se vider de vie. « Peut-être aurait-il continué sa misérable existence avec sa génitrice. »
La mage fit un pas en avant et au même moment, la patte d’un des soldats tigre s’abattit sur le corps de l’enfant dont le corps se retrouva à pendre entre les autres esclaves plus âgés. « Sept ans je crois. Sept années de vie que tu lui as prises en fuyant, esclave. »

Le sourire du renard s’agrandit.

Sinhae n’avait pas l’acte de tuer comme passion. Mais si la lame de Mars ne suffisait pas à l’envoyer dans les fosses des enfers, elle se jura, les yeux humides face au corps enfantin face à elle, de brûler, de détruire chaque parcelle du corps de l’Algiz. Avant de faire un nouveau pas vers le monstre.
© ASHLING


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sinhae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Mars ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



Mars, de son unique œil, sembla prêt à envoyer des éclairs avec son regard borgne. Dans cette tempête de sable, l’horreur recommençait. Loin d’effrayer le géant, la fureur semblait désormais s’embraser de nouveau en lui. Soulevant Fendragon devant lui, il pointa de son arme celui qui le toisait de haut avant d’hurler ! « Kireïdiens ! Ce renard, serviteur corrompu de la jalouse Grayling n’a pas tort ! » C’est à la surprise générale que, dans cette tempête de sable, Mars s’adressa à tous, contenant tant bien que mal sa fureur.

Il n’avait aucune envie de la cacher. Aucune honte. Il se battait pour sa liberté. Pour sa survie. Il était un ancien esclave. Ses fers, il les avait rompues pour se saisir d’une arme. C’est pourquoi, dans un hurlement, il répondit : « C’est parce que nous ne voulons plus jamais que nos frères soient réduits en esclavage que nous sommes-là ! Faisons-les payer pour ces années de tortures et de servitudes ! »
« Oui ! Faisons-les payer ! »

« Morts aux chiens d’Algiz ! »

« Libérez-les otages ! »

Dans un hurlement sauvage, Mars se jeta sur un des ours défendant l’Algiz esclavagiste et l’empala sur son arme, pris au dépourvu. En fait, dans ce discours galvanisant, ce sont littéralement les Kireïdiens qui s’étaient élancés avec le mercenaire pour libérer les esclaves du chariot. Les algiz, majestueux prédateurs, subirent un élan de rage et de férocité. Ils n’eurent pas raisonnablement le temps de se demander s’il fallait faire quelque choses aux esclaves, car les enfants de Vaec s’étaient mués eux-mêmes en prédateurs ne désirant qu’une chose : la fin du calvaire septentrional que les descendants de Grayling infligeait à leur pair. Dans cette débauche de violence, de griffe et de sang, Mars hurlait, plaquant un Algiz au sol et lui fendant le crâne du plat de sa lame, décochant un coup de pied dans la trachée d’un lapin, blessé au sol. Le chariot tenta de se mettre à reculer, sous la pression.

« Ne laissez pas ce lâche s’enfuir ! » Hurla-t-il avec fureur.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Mars' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sinhae ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



du côté de kireïde
Magie & Griffes
Des dizaines de soldats se jetèrent sur les Algiz qui tentaient de protéger le char, protéger un de leurs commandants. Ce n’était le général de l’armée, mais il n’est pas à douter que la punition se montrerait sévère s’ils ne se battaient pas pour le protéger. Les hommes, animée d’une rage insufflée par Mars plantèrent leurs lances et épées dans les chaires animales alors que d’autres frappaient de toutes les forces sur les chaînes retenant leurs semblables.

Sinhae ne se battait pas avec la rage de servir Vaec contre la jalouse Grayling, non, si jamais ils existaient, alors elle n’avait que faire de leur guerre personnelle. De par son corps agile est fin, elle ne tarda pas dépasser ses adversaires, courant vers le monstre à la queue battant nerveusement l’air. A chaque pas qu’elle faisait, à chaque mouvement de bras, la même magie enveloppa ses mains, une magie instinctivement, noire, haineuse. Elle commença à ramper sous ses vêtements, se répondant sur ses bras, sa poitrine, ses côtes… D’un bon, elle commença à escalader le char, aidée par les archers qui plus loin, plantaient leurs flèches dans le dos des bêtes qui cherchait à ralentir sa progression. Les ours hurlant, se battant, le char se faisait de plus en plus instable quand elle arriva au niveau du commandant. Alors que son regard se fixa au sien, sa magie continua à se développer, une ombre noire devenant visible sur son cou, et volant une partie de son visage.

Un pas vers et elle leva sa main droite. Un deuxième pas et des flammes noires apparurent dans celle-ci. « Un renard. Une créature si faible quand elle n’est pas soutenue. Un lâche, une créature terrifiée quand aucun autre chemin ne s’offre à elle. »

L’Algiz fit un pas en arrière, avant de pousser un grognement alors que son corps commença à se déformer pour laisser place à un canidé roux, bien plus fin et frêle qu’un loup, mais au regarde à la fois plein dégoût face aux hommes et une peur mal dissimilée sans ses soldats pour le protéger. La bête poussa un hurlement, se mettant sur ses gardes et ses griffes marquant le bois du char. Sinhae continua à avancer, les flammes noires glissant de sa main et commençant à dévorer, ronger le bois. Sans un mot mais avec rage, Sinhae s’élança vivement, prête à frapper, le renard, se redressa et bondit, gueule ouverte et toutes dents découvertes prêt à arracher le bras et cette simple humaine qui s’imaginait capable de mettre à terre un gradé Algiz. La main de Sinhae rencontra l’épaule puis le poitrail du renard qui poussa un hurlement terrifiant, sa fourrure se teintant de noir au niveau contact. S’écartant rapidement, Sinhae eut un léger sourire alors qu’elle avança vers lui, qui reculait à la même vitesse. « Tu regardes les autres de haut, sale lâche. Mais je peux te l’assurer, ta chute n’en sera que plus violente ! »

La patte arrière de l’Algiz dérapa sur le bord du char, ne se retenant que par ses pattes avant donc les griffes s’étaient plantées dans le bois. Sinhae s’accroupit face au commandant, posant sa main noire sur sa patte qui se décrocha sous l’effet de la douleur. Le corps canin tombant à terre sous le regard en hauteur de la mage.

De nombreux Algiz coururent se mettre en cercle autour de leur commandant, faisant face à la rage humaine...
© ASHLING


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sinhae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Mars ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



Le combat n’en finissait pas. La bataille était l’une des pires qu’il avait de toute son existence. Même lui, habitué des combats, découvrait une nouvelle facette de la guerre. Il aurait pu simplement se dire que c’était juste l’horreur, mais c’était bien pire que cela. Dans cette marée sans fin de sang, de chair et de corps qui s’affrontaient, Mars reconnaissait au moins une chose qu’Ilmyde avait pour eux et que Kireïde n’arrivait pas à mobiliser : des généraux forts et présents, réactifs. Sinhae et lui étaient les seuls individus à impulser un mouvement sur ce côté du front, or, sans être un expert, la lecture des fanions de guerre lui permettait de comprendre assez simplement que les généraux adverses s’affairaient ailleurs. Mars n’était pas un général et ne cherchait pas à le devenir.

Mais la désorganisation de l’armée de Kireïde était quelque chose de prévisible, à ce rythme, même pour quelqu’un qui ne faisait pas de la gestion et la direction des armées, sa profession. Sinhae elle-même devait s’en rendre compte. Contournant le chariot, il attrapa le maître-esclave de sa queue touffue et rousse et le remonta sur le sommet du char. Le soulevant haut et fort alors qu’il se débattait, Mars lui sectionna l’appendice pileux et le lança au sein de la foule de soldat, trop heureux de pouvoir se venger et enfin libérer les esclaves.

Mais ça n’était pas le moment de se réjouir. Mars s’approcha de Sinhae et la regarda, du sommet du char désormais abandonné et constata, sombrement : « Nous parvenons à les juguler sur ce front car leurs généraux sont occupés de l’autre, mais… A ce rythme, sans nous, la bataille serait finie en leur faveur. » Alors, que fallait-il faire ? Que pouvaient-ils faire ? L’argent motivait les mercenaires, mais ils ne se battaient pas pour une cause perdue, abandonnée. La vie était un bien plus précieux que l’or d’un royaume qui risquait d’être pillé, si ses dirigeants ne revenaient pas diriger leurs armées. Où se trouvaient le roi Hao ou sa vassale Narcisse ? « Nous allons arriver à un stade où nous ne suffirons plus à juguler le flot des Algiz. »

Mais pour autant, voulait-il fuir ? N’y avait-il que l’argent, qui l’intéressait ? Le géant s’élança jusqu’au sol, écartant des soldats et les cadavres, souleva le petit corps meurtri de l’enfant et brisa la chaîne, avant de le ramener à sa mère, libérée et escortée, mais hurlant à la mort, face à la mort de celui qu’elle ne retrouverait jamais. Mars se retourna vers les Algiz. S’ils partaient maintenant, l’armée de Kireïde serait en déroute… Et sa vengeance ? Il pouvait partir, se refaire de l’argent ailleurs. Mais pour lui, cette mère et son défunt fils signifiait beaucoup plus qu’une bourse sonnante et trébuchante de monnaie.

« Peut-être est-ce déjà mon baroud d’honneur. » Mars s’avança vers la ligne de front, à nouveau, Fendragon dans ses mains. « Sale journée… »
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Mars' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sinhae ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



du côté de kireïde
Cors & Meurtris
Sinhae observait le jeune épéiste qui venait de la rejoindre, tous deux observant le champ de bataille, la ligne de front se longue, si bien que la mage peinait à en voir le bout. « J’ignore où se trouve le Roi Hao ainsi que Narcisse et les autres vassaux, mais je pense qu’ils doivent se trouver sur le front à l'Estl. »

Au loin, des cors de guerre résonnaient, des explosions et des éclairs s’échapper des nuages qui observaient la guerre un peu plus bas. Des mages, maîtres de foudres... « Il y en a toujours quelques-uns auprès du Roi. »

Cependant, ils ne pouvaient pas partir. Abandonner les soldats à leur sort, si loin de leurs généraux et de leur Roi. Abandonner les esclaves qui finiraient comme simple repas de leurs « maîtres ». Descendant du char, Sinhae fila aider Mars à détacher les anciens esclaves, ceux qui au milieu de la bataille, venaient de retrouver une liberté propre. Certains étaient incapables de marcher, vivants. Mais la mort avait déjà dévoré l’âme de certains... Une fois que toutes les chaînes furent brisées, les soldats créèrent un passage pour que les soignants puissent les prendre en charge et tenter de les sauver...

Quand la mage se retourna, elle revit Fendragon fendre l’air, dans un ballet de sang. Il ne tiendrait pas encore longtemps, tout comme elle... Sa magie avait des limites autant que le corps de Mars en possédait également. Sinhae n’allait pas fuir, ce n’était en aucun cas son projet, mais sans aide, sans directives, voir le crépuscule de ce soir ne serait peut-être pas une certitude. Une fois tous les blessés évacués, Sinhae alla rejoindre Mars ainsi que la troupe qui l’avait suivie. « Ils savent que tu es ici. C’est pour cela qu’Hao n’est pas là, ni les généraux. Je ne sais pas combien de temps nous avons, combien de morts nous verront, mais au-delà de l’argent, c’est la vie de ceux que nous venons de libérer qui est jeu. »

Se battant à ses côtés, elle tentait de les immobiliser au mieux, les déstabiliser, offrant à Mars des coups amples et ne lui demandant pas autant d’énergie que dans un duel. « Si on arrive à maintenir ce front et qu’Hao avance, alors ils se retrouveront en tenaille et devront battre la retraite, peut-être pour mieux revenir, mais les enfants derrière nous pourront fuir ce charnier. »

Derrière, des cris de jeunes, affamés, mourants alors qu’au loin, les cors se faisaient plus pressants.

« Ils doivent être en train d’établir une nouvelle stratégie de leur côté ! »
© ASHLING


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sinhae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Mars ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



Hao et Narcisse étaient ailleurs, plaidait Sinhae. Dans tous les cas, cela ne signifiait pas pour autant qu’ils étaient des surhommes capables de retenir indéfiniment l’adversaire sans renfort. Bien que le soutien de la jeune mage fut inespéré au sein de cette bataille, la fatigue finirait par avoir raison d’eux. Et pas d’eux, personnellement, mais plutôt des troupes, désorganisées, blessées, fatiguées et pas forcément confiante dans le commandement d’un mercenaire qui n’avait aucune autorité sur eux, hormis celle d’avoir été depuis plusieurs heures, celui qui avait occis les plus gros ennemis avec le plus de férocité.

Les mots de Sinhae le firent douter. Il n’était pas commandant ou général. La stratégie n’était qu’un talent secondaire que l’on obtient lorsqu’on est placé au sein des combats… Tout au plus, il n’avait pas dirigé plus d’une poignée d’Homme dans son passé violent de mercenaire. Mais il savait qu’il n’y avait rien d’autre à faire que de motiver les troupes et de charger, en espérant épuiser les troupes adverses dans cet assaut final, qui se dérouleraient de longues heures encore. Et derrière cette détermination qui serait la leur, qu’elle faillisse ou non, la sorcière d’émeraude avait raisonn. Ils étaient là pour autre chose que l’argent. Pour la liberté des opprimés. Pour que la souffrance des enfants de Vaec, prisonniers des tyrans de Grayling, ne souffrent plus.

Mars grimpa au-dessus des ruines du char et dit alors de sa voix forte : « Messieurs ! Je ne suis pas commandant de l’armée de Kireïde, mais j’ai au moins un point commun avec vous ! Nous nous battons pour la liberté des autres et par-delà, la vie de nos frères ! » Mars n’avait pas l’habitude de beaucoup s’exprimer. Comme quoi, la guerre avait tant d’absurdité en elle que même ce mercenaire solitaire trouvait le besoin de se faire le galvaniseur des foules. « Nous avons déjà combattu vaillamment et l’ennemi n’a fait que reculer sous nos assauts répétés ! Si vous le voulez bien, je vous commanderais pour le reste de la bataille ! Sachez que j’ai suis sous les ordres de Narcisse, vassale du roi Hao ! Si vous avez confiance en mon épée, suivez-moi jusqu’à la fin de cette journée où les Algiz apprendront que chacun a droit à sa liberté ! Pour Kireïde ! Pour le roi Hao ! »

Il leva Fendragon avant de redescendre jusqu’à la mêlée sous les ovations des troupes. Ses premières directives tombèrent. Il fit resserrer les rangs, plaça les lanciers qui restaient debout devant lui, puis les épéistes en deuxième ligne. Avec ce qu’ils avaient, il semblait difficile de faire autrement. « Sin', plutôt que de me soutenir, aide les premières lignes à tuer ceux qui viennent… »
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Mars' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sinhae ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



du côté de kireïde
Fatigue & Endurance
Mars n’en avait sûrement pas conscience, du moins pas totalement. Mais en le voyant donner ses directives, Sinhae voyait en lui un meneur naturel, ce genre de personnes qui de par leurs auras sont capables de déplacer des foules, et changer le monde. Une qualité souvent indispensable aux rois et généraux.

Elle avait l’habitude de paralyser ses ennemies, de les faire tomber dans l’inconscience ou les perturber suffisamment afin de permettre aux hommes d’avancer sans craindre les griffes et crocs se trouvant face à eux. « Tuer ».

Sinhae soupira légèrement et se détacha de Mars, quitte à le laisser sans soutien magique, elle ne tenait à gêner ses mouvements et surtout Fendragon... Et encore moins se faire elle-même découpée par Fendragon. Se concentrant, elle resta quelques longues secondes derrière les soldats, filtrant chaque goutte de magie qui courrait dans son corps, les appelants pour les concentrer au mieux dans ses mains, dans chacun de ses doigts déployés. Une fois sa magie de nouveau capable de combattre, la jeune femme avança dans les rangs. Auprès des épéistes, elle se battit de son mieux, les ennemies peinant à éviter cette magie sournoise et discrètes autant que les épées et rapières tranchantes.

Ils avançaient, lentement certes, mais continuaient à faire reculer les bêtes face à eux. Le front compact quelques minutes plus tard commençait à s’étaler, les assauts se transformant en duels, Sinhae s’éloignant de plus en plus avant quelques soldats, attaquant puis les couvrant. Des affrontements de longue haleine et Sinhae commençait à le ressentir dans chaque parcelle de son corps sentant la fatigue la gagner et ses muscles se raidir à chaque vague de magie noire qu’elle libérait.

Non, ils n’allaient pas pouvoir continuer un affrontement direct encore longue, mais il en allait de même pour les Algiz, dont certains commençaient à s’éloigner, incapables de poursuivre leurs transformations plus longtemps... Une bataille qui allait se transformer en guerre de fatigue, et où Sinhae n’était pas sûre d’être assez endurante.
© ASHLING


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sinhae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sohail ;

avatar
Neutre

Messages : 130


















Zone de Kiréïde




Le corps tâché de sang et sali par la poussière, le jeune voleur faisait face à la mort dans toute sa splendeur. Avançant avec peine, les jambes tremblantes, passé le moment dans lequel il était resté tétanisé face au cadavre de ce qui était auparavant un algiz, il continuait de progresser parmi les corps, demeurant en arrière, contemplant l’horreur de ce qu’était une bataille, les yeux écarquillés. La marée n’avait pas l’air d’avoir de fin, comme si une vague de sang et de chair s’était déversée dans tout le désert. Il ne comprenait pas pourquoi il continuait. Il ne comprenait pas pourquoi eux continuaient. Il s’accroupit quelques secondes, le temps de sortir un tissu pour essuyer les quelques gouttes de sang tombées sur son faciès. Il y avait l’odeur du sang, celle de la peur, et celle de la mort. Toute personne censée se serait déjà enfuie depuis longtemps.

Mais dans ce moment de choc, Sohail avait perdu ses repères, comme s’il n’y avait pas de sortie pour ce champ de bataille. Le marqué continuait d’avancer sans savoir où il mettait exactement les pieds – et il aimerait fermer les yeux pour ne jamais le savoir – tout en inspectant les lieux. Quelques fois il s’immobilisait devant un corps, comme s’il pensait qu’il avait bougé, qu’il était encore en vie et qu’il allait se saisir de son pied pour le tirer avec lui dans la rivière de sang, au sol. Mais que diable faisait-il ici ? Il leva la tête, contemplant l’horizon. Devant lui, ils continuaient à se battre, que ce soit les humains ou les algiz, Ilmyde ou Kiréïde. En tant que citoyen du second camp, il ne s’était jamais senti comme étant un kiréïdien, en partie parce qu’il était un pauvre des taudis et se sentait mis à l’écart, et en partie parce qu’il savait au fond de lui qu’un marqué n’avait sa place nulle part. L’acharnement dont faisaient preuve les deux camps lui rappelait que tout cela n’avait aucun sens, que personne ne méritait de faire partie d’un tel spectacle.

Il tituba en avançant, et ne put retenir un gémissement de terreur en apercevant que c’était bien une jambe par-dessus un bras qui lui avait fait obstacle. Il sentait les corps glacés et sans vie au dessous de lui, mais il les ignora en progressant, tremblant comme une feuille. Au loin, il avait aperçu une lame qui paraissait comme neuve ; et cette fois, ce ne fut pas en pensant à l’argent, mais en pensant à se vider la tête, qu’il se fixa pour objectif d’aller la ramasser, pour la remettre avec le tas d’armes qu’il avait laissé de côté.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sohail' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 161



WHEN THERE'S NOTHING ( LEFT TO BURN ) HEAR THE ( SILENCE )
musique — Un lion qui lui fonce dessus, la pointe de son épée vient le transpercer ; ses griffes se plantent malgré tout dans le creux de ses omoplates et le poids de la bête la fait automatiquement basculer en arrière pour glisser ensuite le long d'une dune. Elle essaye de s'extirper du poids de l'animal Narcisse, mais rien à faire, elle s'enfonce un peu plus dans le sable, le souffle à moitié coupé. Et elle a beau se débattre, rien ne change, ses forces l'abandonnent peu à peu, le brouillard s'élève devant son regard bandé ; habitué à l'obscurité depuis son enfance. La salive ne se produit plus, seul un goût de sang se trouve dans sa bouche, liquide coincé dans la gorge qu'elle crache dès qu'elle essaye de lutter. Un poids mort qu'elle n'arrivait pas à soulever, qu'elle n'arrivait même pas à déplacer, c'était pathétique. Et elle sent la garde de son arme s'enfoncer un peu plus sur sa cage thoracique, la privant d'air. Mourir comme ça ? Sérieusement ? Étouffer par le poids mort d'un homme bête qu'elle venait de terrasser ? Hors de question, c'était tout simplement impensable, inconcevable. Ses forces l'abandonnent, mais sa volonté de survivre est pourtant inébranlable ; non, elle ne pouvait pas baisser les bras, certainement pas... L'obscurité totale. Rien n'est perceptible, les bruits de la mêlée ne lui parviennent plus ; rien. C'est le néant, le noir complet. La douleur lui paraît irréelle, comme son souffle saccadé et les battements de son cœur irrégulier. C'est étrange, mais en cet instant, elle se sent, comme qui dirait, apaisée. Mais l'image de la guerre comble le vide, apparaît dans l'obscurité ; les limbes ont un visage, celui de ses compagnons, celui de son roi. Et c'est une voix qu'elle connaît qui vient l'extraire de sa torpeur, c'est un poids en moi qui se retrouve sur son corps ; le souffle revient alors qu'une chaleur l'irradie ; et ses prunelles s'ouvrent alors que les voix se font plus distinctes dans la cohue.

Capitaine Narcisse ! Vous nous entendez ?!
J'ai fini de prodiguer mes premiers soins, elle ne devrait pas tarder à se...
Je vous entends... Keïgo, Rylan.
Dieu soit loué, vous êtes vivante.

Oui, effectivement, que le ciel ou que le dieu soit loué, car l'espace de quelques minutes, la jeune femme avait vu la mort, le fond des abysses dans lesquels elle serait un jour irrémédiablement plongé. C'est avec une difficulté encore jamais expérimentée que la conseillère essaye de se relever, aider par l'une des unités de son escouade. Son regard fit le tour sur cette dernière, normalement composé de sept personnes...  

Où sont Noa et Illiana ?
Ils sont morts, Narcisse...

Un manque cruel de salive, les battements de cœur irrégulier qui soulève de nouveau sa cage thoracique cabossée ; sa tête baissée, elle cherche quoi dire, elle cherche ses mots. Narcisse les avait laissés seul alors qu'elle comptait les cadavres, pour ensuite de nouveau livrer bataille sans véritablement les guider ; ce n'était là que le triste tableau de son incompétence... Si Sven avait été là, peut-être que les pertes auraient été minimes ; mais voilà, Narcisse ne sait pas où son ami d'enfance se trouve. Et pour l'heure actuelle, son cerveau ne lui faisait pas réaliser grand chose.

Nous vengerons leurs morts mes amis, mais pour l'heure, Keïgo, quelle est la situation ?
La tempête de sable nous empêche d'avancer comme nous le désirons, mais nous avons bientôt fini de nettoyer la zone où nous nous trouvons. L’épéiste noir que vous avez recruté semble avoir prit le commandement et s'occupe de la garnison sur le flan opposé...

Se relevant immédiatement, la jeune femme ne lui laissa pas le temps de finir son contre rendu. Pour elle qui a grandi à Ambrosia, elle connaissait mieux que quiconque les tempêtes de sable qui pouvaient s'y lever ; mais de toute sa vie, Narcisse n'en avait jamais vu une semblable. Elle entend les conseils de ses compagnons ; ne pas se relever trop vite, ne pas vraiment faire de mouvement brusque, qu'elle n'était pas guéri, qu'on lui avait juste prodigué les premiers soins... Oui, Narcisse le ressentait, tout son corps la faisait atrocement souffrir, mais il était hors de questions qu'elle reste allongée pendant que le massacre continuait.

Keïgo, tu restes ici avec Ariane pour nettoyer la zone de fond en comble. Rylan, Soren et Kotoko vont venir avec moi. Nous allons rejoindre le bataillon de l’épéiste noir. Les hommes bêtes ont l'air d'oublier à qui appartiennent ces terres.
Bien compris !

Aussitôt dit, la jeune femme tapa sur l'épaule de son compagnon d'armes avant de tourner les talons tout en essuyant le sang qui perlait de ses lames jumelles. Les hommes soignés par Rylan suivaient le mouvement... Les pas s'enfoncent dans le sol, mais leurs courses ne s'en retrouvent pas des plus altérés, au contraire, il leur fallait accélérer la cadence ; l'heure n'était pas aux erreurs de jugement ni à l'auto flagellation mental, mais bien au retournement de situation. Si Mars avait pris le contrôle de l'infanterie, c'était sans doute que leur général avait bel et bien disparu. Sven, général et stratège... Où avait-il bien pu passer ? Course effrénée ralentit par des Algiz assoiffés de sang ; Narcisse reprend son rituel, celui de trancher sans sourciller malgré la douleur, malgré sa rage... Elle avait perdu deux personnes formidables aujourd'hui, mais elle avait également perdu un bon nombre d'hommes. Il était temps d'inverser la tendance. Les bruits du fracas des épées lui parviennent plus distinctement ; Narcisse en était convaincue, derrière cette dune se trouvait l'autre garnison. Plusieurs étendards de sa nation étaient à moitié enterrer dans le sable. C'est en continuant de courir qu'elle en attrapa un dans sa ruée, gravissant la dune non sans éprouver de difficulté, plantant l'enseigne de sa patrie dans le sol avant de souffler dans le cor de son comparse. Sa voix ne lui servait que rarement, bien plus douée pour trancher ses ennemis que de guider les siens de ses paroles ; mais Narcisse devait inverser le cours des choses.

Ne fléchissez pas vaillants soldats de Kireïde ! Resserrez les rangs et montrez leur ce que ténacité veut dire !

La tempête fait rage, ses yeux bandés ne peuvent quitter le spectacle qui se déroule sous ses yeux. D'un mouvement de mains, Soren et Kotoko, deux mages de son escouade se mettent à user de leur sortilège. Rylan se dirigea aussitôt vers les blessés laissés en arrière... C'est en inspirant une grande bouffée d'oxygène que la jeune femme dégaina son premier katana ; expirant d'une traite, elle se jeta alors corps et âme dans la mêlée. Encore une fois, il était temps de "nettoyer".

THIS IS WAR //event p.2 // j'pars en cacahuète // correction en cours
TEMPLATE BY MINNIE OF SHINE

Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Narcisse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sinhae ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



du côté de kireïde
Borgnes & Ordres
Non, il n’allait pas tenir très longtemps. Mais alors que Sinhae se battait de toutes ses forces, de toute sa rage et que leur espoir semblait s’amoindrir, une lueur sembla le réanimer. La mage  redressa rapidement son regard vers l’origine de celle-ci et sous le soleil déclinant, elle les aperçut. Les renforts du front de l’Ouest. Du sang encore nouveau dans cette partie de bataille, tranchant, découpant, tuer chaque homme-bête qui se trouvait sur leur passage.

S’ils avaient pu se permettre de venir auprès de Mars et elle-même, alors les affrontements de l’Ouest avaient dû s’éteindre en la faveur de Kireïde. Une lueur d’espoir dans ce charnier toujours plus sanglante. Derrière les lignes de front, les stratèges se virent soulager en voyant la générale ainsi que ses soldats arriver, car à nouveau les cartes pouvaient être rebattue et cette fois, à l’avantage des hommes.

Sinhae brûlait les bêtes qui s’approchaient d’elle, essayant d’éloigner celles qui tentaient de porter le coup de grâce aux guerriers ayant eu le malheur de tomber à terre. Elle détestait tuer, mais elle ne comptait plus les vies qui s’éteignaient sous ses mains noires, telles celles d’une faucheuse se délectant de son art. La sorcière ne perdait pas de vu Mars, craignant au fond d’elle-même que le poids de Fendragon ne deviennent une faiblesse pour ses muscles et non plus un atout de choix face aux ennemis. Elle ne tenait pas à le voir mourir, sur ce champ de bataille où il s’avérait être un repère.

« Essayez de les retenir, de les empêcher d’avancer ! Ainsi la Générale Narcisse pourra nous rejoindre plus rapidement et en subissant moins de pertes ! »

Elle n’était pas un commandant, ni un lieutenant. Nous, justement une femme payée pour être une force de plus face à un ennemi redoutable. Et si le seul moyen était de donner des autres à ses hommes sur le fil de la mort, elle porterait également ce rôle. Les minutes semblaient perdurer une éternité alors que leur plan se réalisait, repoussant les bêtes pour permettre une tenaille de choix. Frapper fort et frapper vite, cela serait peut-être leur salut.

D’un côté, les cris des soldats prêts à aider leurs frères.
D’un autre côté, les cris des hommes se faisant dévorer, tuer.

« Madame, à l’Est, nous sommes tombés... »
Sinhae se retourna vivement vers le soldat... Ou plutôt l’adolescent qui tenait fébrilement une simple lance entre ses doigts encore malhabiles. Un enfant encore... « Mars, l’épéiste noir va tenir. Il tiendra. » Le jeune soldat hésita face à la mage, avant de rajouter timidement : « lui il tient... Mais encore plus à l’Est, il n’y a plus personne... »

D’un côté, des renforts miraculeux.
D’un autre côté, la mort des hommes alors que les bêtes se rassemblaient, prêtes porter leur coup de grâce.

Que faire ? Sinhae soupira et se retourna totalement vers le messager, lui donner un ordre on ne peut plus clair. « Écoute. Tu vas t’éloigner rapidement de ce point et tu vas aller voir la Générale. Tu lui donnes le rapport des stratèges et une fois cela fait, tu vas lui dire qu’à l’Est, les Algiz ont eu le dessus et vont venir en nombre ici-même. Et tu ajouteras que je vais rejoindre l’épéiste noir là-bas. Que nous allons essayer d’endiguer et affaiblir nos ennemies avant qu’ils n’arrivent. C’est ici que tout va se jouer, il faut que la Générale et ses soldats en finissent en ce lieu même, au risque de perdre cette bataille. »

Le jeune garçon acquiça, avant de s’élancer pour accomplir sa mission, à la fois terrifier mais fier d’avoir un rôle à jouer. Quand il arriva auprès de la Générale, Sinhae se trouvait déjà auprès de Mars. L’aidant. Mais cette fois tuant également.
© ASHLING


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sinhae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Contenu sponsorisé ;





Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» La zone métropolitaine contribue à 90% à la recette fiscale
» Zone de stockage
» Forêt interne de Konoha - Zone interdite
» Vidéos Zone litigieuse et opération des gardiens d'anachore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Archives :: Corbeille :: Event o1
Sauter vers: