AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« Zone de Kireïde. »

avatar
Déesse

Messages : 319



Du côté de Kireïde
La zone sud est au sein du territoire de Kireïde et c'est ici que les troupes se rassemblent afin de suivre les futurs assauts de la bataille.

Hrp : Vous êtes à même de pouvoir RP à votre guise dans cette section ! ♥


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com

avatar
Pacifiste

Messages : 91



I. Follow the blood path

l'épée tranchera les ténèbres
www — Le moment était arrivé, celui de prendre les armes, d'empoigner son épée afin de changer le continent de Meinarest dans son entièreté. Trop longtemps son âme a été frappée par cette douleur insatiable, par la perte des siens. Son entité ne pourra jamais pardonner à ces hommes bêtes de lui avoir retiré ceux qui faisaient ce qu'il était. Le choix avait été compliqué à prendre mais le voilà à la tête de l'armée. Il est celui qui déposera les pièces sur l'échiquier, le roi devra bien s'entourer et agir avec sagesse. La vie des habitants de sa nation est entre ses mains. Hao sait sans difficulté que Kireïde ne risque pas la perte de son territoire aujourd'hui mais cela était une vaste question d'honneur ; le désert ne représente peut-être rien mais il fera tout pour le récupérer des mains de ces animaux. Que ces ancêtres le regardent du royaume des Dieux ; le jeune homme qu'il était n'est plus.

Habillé de sa tenue militaire, le souverain observe le futur champs de bataille du haut de cette immense dune. Replaçant son col il faisait de même avec l'épaulette en métal noirâtre surplombant son épaule. Cette dernière protégeait son bras, le tout jonché d'un gantelet solide. Malgré cela, son bras droit, lui n'était recouvert que de tissus, Hao préférant favoriser son aisance avec son arme. Le désert n'était pas un avantage pour les humains qui auront bien du mal à se déplacer, il ne fallait en aucun réduire sa mobilité. Avec lenteur son corps svelte se crispait, son regard constatant l'apparition des troupes Algiz à l'horizon. Le moment était venu, le combat n'allait point tarder à débuter. Le roi dégainait alors son épée, pointant la lame rouge de cette dernière vers le ciel. « A l'assaut, camarades ! Que le sang de nos morts guident vos gestes ! » Il n'était à présent plus possible de faire marche arrière.



Celui qui souhaite le bonheur futur dort pour oublier les malheurs du passé… Il souhaite faire des rêves joyeux parce qu'il ne peut oublier la triste réalité.


Dernière édition par Hao le Mar 14 Fév - 15:50, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Hao' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Isley ;

avatar
Pacifiste

Messages : 91



Recouvrant l’océan de sable brûlant, l’armée Algiz étendait son ombre le long des dunes. Une véritable nuée, une marée de rage et de haine. Une seule entité, façonnée de milliers de crocs et de griffes. Sans un regard en arrière, Priam sentait que certains retenaient leurs souffles. Ils les toisaient, observant par delà le champ de bataille. Les secondes s’étiraient, à la fois trop courtes et interminables. Puis, une voix déchira le silence. Une seule phrase, à peine une poignée de mots. Il n’en fallut pas davantage au Roi Rouge pour déclencher la guerre.

Soudain, ce fut un véritable vacarme qui s’éleva au-dessus du désert. Mais les hurlements lui paraissaient à peine audibles tant l’adrénaline battait les tempes de Priam. La raison, l’angoisse, et même le temps : toutes ces notions semblaient soudain devenues abstraites, obsolètes, encombrantes. Comme animée d’un même souffle, la marée humaine s’élança à l’assaut. Perché sur la dune, Priam observa ce flot tumultueux dévalant les pentes de sables. Puis, ce fut le choc. Les troupes, comme deux vagues déchaînées, se heurtèrent de plein fouet. Les premières gouttes de sang éclaboussèrent le sol. Et alors que la première victime de cette guerre s’écroulait, Priam scella au plus profond de lui toute trace d’humanité.

Il n’accorda pas même un regard au Roi quand il s’élança au front. Il était trop lourd pour progresser aussi rapidement que les fantassins une fois dans le sable. Il serait donc un tout autre adversaire : une lame progressant lentement dans le champ de bataille, écrasant ceux qui passeraient à sa portée. Il était à quelques mètres des affrontements, quand ses doigts s’enroulèrent autour du pommeau de son épée. Durant l’instant où il tira sa lame, il fut semblable à un géant venu semer la mort dans les rangs adverses. Et dans un hurlement, il abattit une première fois sa lame.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Priam' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com

avatar
Pacifiste

Messages : 91



II. Follow the blood path

l'épée tranchera les ténèbres
www — Le roi venait d'envoyer les siens à la bataille, usant de la même force que pouvait utiliser son père dans ses souvenirs. Il donnait cette apparence froide, comme distant à la perte des siens d'autant qu'à bien observer la situation, le souverain donnait le sentiment d'être un bouché, envoyant les siens à la mort. Et pourtant, Hao était loin d'être un bambin dans le domaine de la guerre d'autant qu'il pouvait se targuer d'être bien entouré. Le jeune homme savait sans mal que les hommes bêtes allaient profiter de leur avantage ultime, celui des cieux, du ciel. Le désert n'offrait aucune possibilité de mouvement tout du moins rien de bien aisé, il allait devoir dompter ce défaut, cela était certain. Le regard vers les soldats en direction des Algiz, sans sourciller le roi voyait les siens se faire déchiqueter par les rochers des êtres célestes volant au dessus des troupes en conflit.

Il ne bougeait pas, essayant du mieux qu'il le pouvait de ne pas montrer la sensation fastidieuse du soleil de plomb sur sa peau. Une fine goutte de sueur se permettait de dévaler son front, chose que le roi ne toléra pas, ce dernier passant le revers de sa main afin d'interrompre son avancée. D'ailleurs, il était temps. « Comme je l'avais dit, le sang des nôtres guidera nos lames... » Il se permettait quelques gestes de la main tenant sa lame, comme pour s'échauffer avant de passer aux choses sérieuses. La haine l'envahissait, compressait son cœur et son esprit. « Les mangeurs de graines vont nous laisser tranquilles à présent, ils auront besoin de temps pour se transformer à nouveau. Nous voilà à égalité au sol. J'espère que tout le monde est paré pour la prochaine phase du plan ? » Il se tournait alors vers les proches de son rang afin d'attendre une approbation rapide et concise.

Les choses sérieuses pouvaient débuter, enfin. Les archers se mettaient en place en dernière ligne, tirant des vagues de flèches tandis que les troupes se reculaient pour ensuite charger machinalement. Les zones de ravitaillement et le campement royal recevait eux l'appui de dômes de protection, incantés par les mages de l'armée de la nation des Volcans. Mieux, une poignée des adeptes des arcanes usaient de bourrasque afin de rendre la vision plus difficile et désagréable pour les individus n'ayant pas la chance de porter des casques protégeant un minimum les yeux. Hao observait le spectacle, les siens se mettre en place pour favoriser la victoire du mieux possible. Ainsi, le champs de bataille prédisposait d'avantage de points positifs aux hommes. « Beau travail, nous devons prendre le plus possible l'avantage avant le retour des maudites troupes aériennes. Je compte sur vous tous. »

Mais la rage se faisait de plus en grande, une haine qu'il ne pouvait canaliser plus face à une telle vision. Frottant son pendentif du bout des doigts, le bretteur se laissait glisser le long du sable, courant en direction du champs de bataille. « Amusons-nous un peu, je compte sur vous. » lançait-il en direction de deux adeptes de la magie présents avec lui, tous les deux armés de deux bâtons ornés de catalyseurs. Une fois dans le conflit, ils incantèrent tous les deux ; l'un usant d'un sort augmentant sa vitesse tandis que l'autre favorisait la force physique du souverain. « Parfait. » Il esquivait alors avec aisance, frappant avec puissance dans le vif les animaux osant se mesurer à sa personne, à sa haine insatiable, à son sang royal. Hao n'avait aucune pitié, même les Algiz incapables de se transformer après un trop grand effort étaient tranchés sans aucune hésitation. Un seul mot d'ordre ; la destruction.



Celui qui souhaite le bonheur futur dort pour oublier les malheurs du passé… Il souhaite faire des rêves joyeux parce qu'il ne peut oublier la triste réalité.


Dernière édition par Hao le Dim 19 Fév - 23:19, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Hao' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Isley ;

avatar
Pacifiste

Messages : 91



La frappe aérienne des Algiz avait entravé la progression de l’armée humaine, abattant une partie des soldats de la ligne de front. Mais sitôt les troupes aériennes à court de projectiles, le sifflement caractéristique des archers s’éleva dans le dos des soldats. Comme une seule et même entité, l’armée des hommes recula, avant de charger à nouveau. Désormais, il n’était plus question d’hommes s’affrontant, mais bien d’un duel au sommet entre stratèges et généraux des deux camps. Puis, sous les sorts experts des mages, le sable du désert s’anima. Bientôt, les bourrasques engendrèrent un écran de fumée visant à avantager l’armée des hommes.

Quand les projectiles Algiz avaient frappé l’armée, Priam avait été contraint de retarder sa progression pour échapper aux rochers et autres débris. Il n’avait pas la moindre intention de perdre la vie en cette journée, et encore moins sans se battre corps et âme. Puis, la riposte des archers fut l’occasion de reprendre son avancée. Et quand les dernières flèches tombèrent, le véritable affrontement commença. La rencontre des troupes au sol ne manqua pas d’engendrer un chaos sans nom, et en une fraction de secondes, Priam se retrouva happé dans ce cyclone de sang et d’acier. Un sentiment innommable le déchira quand sa lame plongea dans le corps de l’un de ses opposants. Une première vie qui glissa contre le fil de sa lame, avant que le malheureux s’écroule lourdement sur le sol. Immédiatement, ce fut une véritable bouffée d’adrénaline qui passa au travers de son corps. Il n’avait jamais aimé tuer, mais il était malheureusement parvenu à se résigner à cette idée. Désormais, sa vie reposait sur le moindre souffle, le moindre geste, la moindre décision. Il pivota, et frappa à nouveau. Quand les perles rouges s’éparpillèrent sur sa peau, il n’était plus que l’ombre de lui-même, un instinct primal et bestial, destiné à vaincre. Destiné à survivre le temps d’une autre journée. Pourtant, un goût de fer persistait dans sa bouche, empêchant son esprit de vaciller complètement. Un lien fragile et ténu pour rester humain. Sa lame s’éleva une nouvelle fois. Une troisième victime. Mais quand son regard rencontra la silhouette terrifiée d’un Algiz dont la transformation touchait à son terme – sans doute trop jeune ou trop impatient – sa langue claqua contre son palais. Son épée dévia pour frapper le sable, et Priam enfonça sans vergogne son pied dans son abdomen, repoussant l’idiot téméraire venu se frotter à lui. Peut-être aurait-il sauvé une vie en cette funeste journée. Mais en comparaison des morts qui rampaient dans son ombre, de ceux qui succomberaient en ce jour sous sa lame, sa clémence avait un goût bien amer.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Priam' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com

avatar
Déesse

Messages : 319



Du côté de Kireïde
La bataille fait rage et les pertes sont omniprésentes dans les deux camps. Les tactiques sont nombreuses malgré tout, la guerre est synonyme de mort, que vous soyez un humain ou bien un Algiz. Le soleil frappe avec vigueur la zone désertique à tel point que tenir debout devient une véritable prouesse à certains endroits exposés de l'endroit. Mais quelque chose cloche, la suite des événements emprunte une tournure inattendue. Comme par magie le ciel se met à s'obscurcir, non pas que ce dernier se voit recouvert de nuages, non, mais le sable, lui, commence à se propulser dans les airs avec force et vigueur. Une véritable tempête ose entacher ce conflit infini. Il est à présent difficile de voir plus loin que son bras tendu ; même les algiz aériens auront bien du mal à observer le sol des cieux. Les dieux seraient-ils contre la guerre ? 

Hrp :  ♥


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com

avatar
Pacifiste

Messages : 91



III. Follow the blood path

l'épée tranchera les ténèbres
www — La vision du sang ne cessait d'obscurcir la vision du souverain qui ne pensait qu'à annihiler, qu'à réduire les troupes ennemis de ses propres mains. Accompagné de deux mages pour le soutenir, Hao ne ressentait aucune blessure, il se sentait comme en pleine osmose avec la guerre ne cherchant au fond de son être qu'une solution pour atteindre le dirigeant illégitime de cette mascarade. Oadyn, cet individu au sang impur, comment avait-il osé lui retirer sa famille, lui enlever tout ce qui faisait ce qu'il était ? L'étreinte de ses doigts autour du pommeau de son arme se faisait plus serrer et crisper tandis que la rage poursuivait son avancée dans toutes les parcelles de son corps. « Nous devons avancer encore d'avantage dans les lignes ennemis, tenez-vous prêts ! » Le roi était sûr de lui et de cette décision à tel point qu'il ne remarqua même pas que l'un des soigneurs en sa compagnie n'était plus de ce monde, attaqué par un Algiz.

La rage était trop grande à maîtriser mais visiblement le jeune homme n'était pas le seul à ne pas dompter ce sentiment. Le climat se mettait à son tour à arborer cette facette de sa personnalité, le vent se décidant à frapper avec vigueur les plaines désertiques, soulevant le sable avec puissance dans une immense tempête. Hao en croyait pas ses yeux, médusé il décida enfin de se rapprocher à nouveau du camp royal, ce dernier ne distinguant même plus à un mètre devant lui de plus le soutien magique qu'il possédait n'était malheureusement plus dans son champs de vision. Bloqué le bretteur avançait avec difficulté tandis qu'à sa destination, les hauts dignitaires de l'armée avait pris les choses en mains ; les mages protégeant les camps devaient à présent créer des zones ou le sable ne pourrait pas s'immiscer ainsi que retrouver le roi pour le soutenir dans le conflit. Malgré cette triste situation, la guerre ne s'interrompait pas.



Celui qui souhaite le bonheur futur dort pour oublier les malheurs du passé… Il souhaite faire des rêves joyeux parce qu'il ne peut oublier la triste réalité.


Dernière édition par Hao le Jeu 23 Fév - 10:15, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Hao' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Mars ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50




Une démarche lente et mesurée. La tempête de sable fait rage. Le champ de vision des protagonistes de cette bataille s'est obscurcit. Mars n'aimait pas beaucoup cette soudaine tempête. Mais ça n'était pas plus mal. Les hurlements du vent couveraient celui des êtres agonisants.

Lui, pour le moment, n'avait encore fait couler le sang de quiconque et s'était contenté d'observer la bataille. Kireïde était à la traîne... Mais il était payé pour que cela ne soit plus le cas. Il n'était pas un fin stratège et encore moins un commandant. Un leader ? La seule chose qu'il était capable de diriger, c'était son arme dans la mêlée. Et c'était bien suffisant pour un seul homme. C'était suffisant pour lui.

Sa silhouette était fantomatique ; sa cape noire le protégeait  du sable et faisait de lui une sinistre apparition. Personne n'avait encore reconnu son arme. Il fallait remercier la tempête. Avançant sur les cadavres, le jeune homme à la forte stature s'adressa à un commandant d'infanterie :
« Faîtes reculez votre unité. » L’Homme, s’apprête à protester, entre deux autres, abasourdi par ce qu’il vient d’entendre. « Non, mais, pour qui vous vous pr… » Ses yeux se lèvent. Il doit faire remonter son regard jusqu’au soleil couvert par la tempête pour tenter d’apercevoir le visage de Mars qui ajouta alors : « Dîtes à vos hommes de ne pas me gêner, s’ils ne veulent pas mourir », en montrant son arme, dans son dos. Puis, il s’avance, sans regarder l’homme en armure, assis au sol, stupéfait par le géant qui vient de s’avancer. La voix, ferme, de Mars, ne laissait nullement place à l’hésitation ou l’humour.  Il soulève son arme du crochet de son épaulière et la lève.

Derrière lui, fébrile, on hurla : « L’épéiste noir est là ! Reculez ! Reculez !! » Ponk. Le bruit du métal. Un couinement. Une truffe brisée. Un loup blanc, gigantesque, au sol, tremble. Sa charge venait d’être stoppée net. En cet unique instant, à cet endroit, la ligne de la mêlée s’écarte pour faire place au géant noir. Le hurlement est parvenu autant aux Algiz qu’aux soldats humains. Le nom sème un vent de panique. Beaucoup plus chez les hommes que chez l’armée bestiale. Pourtant, celle-ci reconnaît une chose de manière instinctive.

Le danger est là. La mort les guette. Soudainement, bien plus qu’auparavant. Et celle-ci est grande. La taille du géant, sa stature, fait de lui un homme à part, parmi ses semblables. Les métamorphes méprisent le métal des Hommes, qu’ils appellent des traîtres indignes. Mais parmi ceux qu’ils méprisent et qu’ils veulent dominer, jamais n’avaient-ils vu l’un d’entre eux soulever tant de ce métal qui meurtrissait leur cuir et leur chair.
Un tigre rugit. Il s’apprête à briser le statu-quo. Personne ne pouvait s’attendre à ce que soudainement, un Algiz brise le calme tempétueux que la silhouette encapuchonnée avait provoquée. On ne sut jamais si c’était la panique ou si c’était du courage téméraire. La créature elle-même comprit cependant que cet assaut allait lui coûter cher. La scène était surréaliste. Un bruit de couperet, de lame qui fend l’air et qui tranche. La lame s’immobilise dans l’air alors que le sang éclabousse les deux camps. L’horreur s’affiche dans tous les regards face à la monstruosité de la scène. Un tronc de tigre, pattes avant, est littéralement sectionné et tombe vers l’avant, ses organes se vidant.



Du sang. Des tripes. Du métal. De la poussière. Un hurlement meurtri et sépulcral brise à nouveau la tension palpable. L’algiz a repris forme humaine. Ses pouvoirs le quittent. Ses forces aussi. Ses congénères, stupéfaits, ne savent plus exactement quoi penser face à la brutalité de la scène.

« Ce n’était pourtant pas faute pour toi d’avoir été béni d’instincts animaux… » Se lamente Mars, face à son adversaire. « Alors ? Qui sera le prochain ? » Son sourire calme se fait carnassier. « Vous n’avez pas l’habitude d’être les proies, hein ? » Face au silence, Mars insista avec fureur : » Hein ?! ». Un Algiz recula.

Les soldats de Kireïde ne savaient pas encore exactement comment ils devaient réagir. La terreur semblait s’être abattue autour du mercenaire, qui s’élança vers les troupes ennemies. Ceux-ci firent corps pour tenter de retenir ce qui pouvait ressembler à un monstre sous forme humaine, prêt à les chasser. Un sentier macabre s’ouvre. Sur cette petite partie du front, un espoir en armure noir est apparu… Le choc et la stupeur passée, les hommes hurlèrent alors : « L’épéiste noir est avec nous ! C’est le moment où jamais ! Chargez !! »

Et sous la clameur des soldats galvanisés par cette pulsion de mort, ils s’élancèrent eux aussi vers l’avant, galvanisé par cette folie thanatophile que celle de l’Homme voulant survivre.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Mars' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sinhae ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



du côté de kireïde
Magie & fauve
A Hélios, tous savaient que beaucoup ne rentreraient pas. Les rues restaient tout de même animées, mais par une peur, une tension aux couleurs de mort. Pourtant Kireïde avait l’habitude de ces batailles, bien que non née dans cette partie, Sinhae avait déjà assisté à ces guerres. La tension allait crescendo avec les annonces, les bruits de commerçants… On avait raconté qu’Ilmyde gagnait. Qu’il fallait s’attendre à un massacre.

Restée en retrait pour le moment, Sinhae observait la bataille avec attention, rythmée par les hurlements et les chocs d’armes. Le vent des dunes de sables soulevait légèrement son habituelle cape noire alors que les fils d’or brillaient sous le soleil à présent haut dans le ciel. Autour d’elle, stratèges et mages cherchaient avec panique un moyen de renverser la situation mais leurs adversaires étaient bien organisés et préparés. Féroces.

Sous son regard qui se voulait calme, la jeune mage regardait le sable se ternir d’une teinte morbide… « Chercher la meilleure stratégie est honorable, mais il est inutile de continuer vainement, s’il faut attendre que nos forces soient à terre pour agir. » Certains stoppèrent leurs réflexions quelques instants avant de reprendre leurs tracés de leurs mains tremblantes. Sinhae soupira légèrement, après tout, il n’était pas facile pour des stratèges purs et entraîner de voir que leurs plans puissent être contrés et qu’ils entraînent tant de morts.

Enfin… Elle n’était pas payer pour essayer de les faire avancer, mais pour éviter que l’armée de Kireïde ne perde encore du terrain. Avec quelques autres mages, commença à se rapprocher du front, mais pas directement. Après de très longues minutes à fouler le sable, elle s’approcha des flancs. Quitte à agir, autant essayer de les déstabiliser encore plus, créer la surprise. Malgré son calme apparent, le cœur de Sinhae battait lourdement dans sa poitrine alors qu’elle ferma les yeux, essayant de se concentrer… Les mains légèrement tendues devant elle, une brume sombre commença doucement à ramper le long de ses bras, enveloppant la jeune femme comme une aura, celle qu’elle considérait comme son armure.

Aura qui attira fatalement l’attention des Algiz, et c’était en partie le but de celle-ci. Juste derrière Sinhae, les archers hurlaient à chaque salve de flèches, transperçant quelques tigres à chaque fois. Puis un cri plus fort que les autres, un cri de douleur, un cri de supplication. Sinhae se tourna vivement vers l’origine de celui-ci, apercevant un jeune lancier mis à terre, cherchant à se protéger d’un lion qui avait déjà eu raison de sa jambe… L’Algiz « souriant », du sang baignant sa crinière. Un jeune lancier, trop jeune… Sinhae ne mit que quelques secondes à se dresser entre le fauve et le blessé, observant très attentivement le lion qui rodait autour d’eux. Puis les muscles se tendent, la mâchoire s’ouvre et le lancier pousse un nouveau cri… Sans perdre une seconde, une masse noire apparut entre les mains de la mage, grossissant lentement… Un peu trop lentement. Quand le fauve bondit d’un coup, Sunhae recula par reflexe, lançant de toutes ses forces son sortilège et alla se fracasser contre le ventre du lion, engendrant un hurlement de douleur terrifiant avant que l’Algiz retombe à terre, en boule, feulant face à la douleur… Sinhae hésita quelques secondes avant de se retourner vers l’adolescent et s’agenouiller près de lui. « Ne bouge pas, tu n’es pas seul, plus maintenant, c'est fini. »

Elle chercha du regard les mages blancs, qui pour la plupart restaient en retrait, avant de croiser le regard d’un de leur groupe et leur fit signe. Un enfant à présent entre deux bonnes mains, mais un enfant marqué à vie, qui jamais plus de connaîtra la violence du front.

Dès qu’il fut évacué, Sinhae se redressa. Ce n’était que le premier adversaire, parmi des milliers.
© ASHLING


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sinhae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sohail ;

avatar
Neutre

Messages : 125


















This is War





La couleur pâle du sable avait pris des teintes rouges et pourpres, parfois même écarlates. Le paysage désertique était devenu un champ de bataille, et on entendait au loin le cliquetis des armes qui frappaient, les râles d’agonie des guerriers qui poussaient leur dernier souffle, et les cris enragés de ceux qui voulaient se convaincre qu’il fallait continuer. Maintenant que la tempête s’était élevée, ses vêtements étaient devenus poussiéreux, mais au moins cela lui permettait d’être plus discret et de pouvoir progresser lentement, en retrait. En retrait, puisqu’à ses yeux cette bataille n’avait pas de sens, et il était venu plus par pure curiosité que pour y prendre part. Et c’était même plus que de la curiosité, en vérité : le véritable but de sa venue était de pouvoir ramasser les armes de ceux qui étaient tombés. Elles étaient d’une bonne manufacture, et il savait que quelque soi là où ils allaient, ils n’auraient pas besoin de se battre avec ça. Le jeune homme se pencha, ramassant une épée entachée de sang. Toujours de bonne qualité, son ancien propriétaire avait pu faire valser quelques ennemis avant de rendre l’âme.

Une vision qui lui donnait bien moins envie de prendre part à ce combat. Il fallait même dire qu’il n’osait pas aller au-delà de l’arrière du front, là où ceux qui étaient tombés demeuraient, et là où ceux qui n’avaient pas encore pris part au combat se préparaient. Le voleur restait discret, arpentant le sol sablé en prenant soin de ne pas se faire remarqué, masquant sa présence grâce au sable qui avait maintenant recouvert ses habits. Il leva un instant la tête vers le ciel, qui même s’il était sombre n’empêchait pas de faire passer la chaleur du soleil de plomb, alourdissant le temps et la progression des soldats en pleine lutte engagée. Ces pensées sonnaient comme celles d’une espèce d’idéaliste utopique en pacotille, mais Sohail ne souhaitait pas prendre part au combat, car honnêtement, il n’en voyait pas l’utilité. L’odeur du sang se répandait petit à petit dans les lieux, provoquant un soulèvement au niveau de son cœur. Il savait qu’il n’aurait aucune chance de survie s’il osait faire un pas en direction de la mêlée, même si soudainement la volonté de se battre aux côtés des kiréidiens lui venait à l’esprit. Tout cela était peine perdue.

Continuant d’arpenter le sable en se penchant vers chaque corps sans vie, il tâchait d’ignorer combien l’idée de voler les armes aux trépassés pour les revendre aux plus offrants était là une idée macabre. Mais il n’en venait pas à ces extrémités par plaisir, bien au contraire, tout ceci n’était que question de nécessité et de survie, pour subvenir à ses besoins à lui. Et puisqu’ils n’étaient plus de ce monde, ils n’auraient plus besoin de ces outils de guerre… Petit à petit, il sentit une présence, un regard sur lui. Il tourna prudemment la tête, évitant un geste brusque, la main serrée contre le manche du glaive qu’il venait de ramasser. Il y avait un algiz, parmi les plus amochés, qui avait décidé de se relever, comme un revenant. Son corps était criblé de blessures, et sans être spécialiste en médecine, nulle doute que si quelqu’un ne se ramenait pas pour le soigner, il n’en avait plus pour longtemps à vivre. Le jeune homme ne voulait pas engager le combat, mais restait sur ses gardes, observant le renard se mouvoir lentement dans sa direction. Il tenta de capter son regard, de lui faire signifier qu’il n’était pas là pour cette guerre, l’homme bête n’avait plus toute sa tête, et ne vivait désormais plus que pour faire tomber un dernier adversaire avec lui dans sa chute.

Sohail n’avait jamais cru qu’une personne mourante pouvait encore avoir tant de force. Sans crier gare, le goupil se mit à courir dans sa direction, et même si l’homme animal était des plus faibles, l’adolescent qui n’avait jamais eu de réelles expériences au combat ne pouvait qu’admirer les derniers efforts du combattant, non sans effroi, car c’était bien vers lui qu’il fonçait. Alors instinctivement, il répliqua en se saisissant fermement de la lame qu’il avait ramassé, et usant de cette dernière, se défendit face à l’assaut. Un instant il eut l’impression que son esprit quittait son corps, et qu’il voyait la scène de loin, le sang qui se répandait comme l’adversaire qui n’était plus en état de se relever. Ou même de vivre. Sohail demeura debout, les bras comme le reste de son corps tremblaient, son regard trouble continuait de regarder la scène sans vraiment la voir. Ses vêtements, auparavant juste poussiéreux, étaient maintenant un parfait camouflage, épousant le rouge écarlate du champ de bataille.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sohail' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Mars ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50




Est-il seulement humain ? Là où se trouvait Mars désormais, les troupes de Kireïde prenait l'avantage, dans une charge brutale menée par le géant à l'écrasante épée. Nul ne pouvait savoir si elle était plus dangereuse de son tranchant ou par le poids qu'elle représentait. Si un seul Algiz était une proie difficile pour un soldat moyen, Mars réussissait l'exploit de représenter une menace désormais claire pour l'armée d'Ilmyde. Nul n'était à l'abri de la force de l'épéiste noir, dont l'arme commençait à être recouverte de sang au rythme des corps fauchés.

« Chargez ! Chargez ! »

Lanciers en avant, l’infanterie de choc frappait les lignes Algiz composées de différentes races. Mais peu habituées à être les cibles des armes humaines, les charges n’étaient plus possibles. Au contraire, c’était l’armée de Kireïde qui commençait désormais à repousser l’armée des hommes-bêtes. L’un d’entre eux s’approche près de la ligne de front.

« Epéiste noir ! Je suis Yaitz de l’armée d’Ylmide ! C’est ici que ta tête va tomber ! »

Yaitz ? Cela ne lui disait rien. Mais l’Homme se mit soudainement à croître et se recouvrir de poil. Sa taille dépassait désormais aisément celle de Mars, qui se mit en garde. Mais le mercenaire n’était pas décontenancé face à son adversaire… Peu importe sa force, peu importe le danger… Le combat serait le même. Le militaire d’Ylmide était lui aussi l’incarnation d’une force de la nature.

« Heureusement pour moi, celui-ci n’ pas d’armure ... » Murmura-t-il, ses souvenirs allant à la rencontre d’une des rares personnes avec qui il avait des contacts réguliers et qui était elle-même une femme ours. Le métamorphe poussa un hurlement particulièrement puissant, avant de charger vers Mars, qui bloqua l’attaque. Le coup de griffe, malgré la parade, l’envoya voler en arrière, lui et quelques soldats kiréïdiens qui durent immédiatement être évacués. Le choc les avait rendus inconscients. Mars avait, quant à lui, utilisé son arme pour ne pas quitter le sol. Chargeant à son tour, sa lourde épée manqua de peu de s’enfoncer dans le crâne de l’homme-ursidé, qui recula d’un petit bond en arrière.

Mars esquiva un nouveau coup de pattes. Le grognement de l’ours  accompagna une tentative de morsure qui fut punie d’un coup de garde. Sonné, son adversaire tenta à nouveau de le lacérer en reculant. Mars, profitant de l’occasion, esquiva les pattes et entailla l’une d’entre elle à l’os, ce qui fit rugir le dénommé Yaitz dans un hurlement profond. L’épaule de Mars pris immédiatement un violent coup de patte, ce qui le fit bouger et permis à son adversaire de reculer. L’ours soufflait alors que sa patte avant droite saignait abondamment.  Il la lécha en ne perdant pas de vue l’épéiste en armure sombre. L’ours grogna en tentant de reposer sa patte blessée. Le nerf avait été touché, son muscle trembla.

Pourtant, tout le monde savait ce qu’il se passerait s’il se retirait. Il capitulerait devant celui dont il avait voulu faire un trophée. Les troupes d’Ilmyde seraient découragés. Ce serait indigne de sa fière race. Mais avec sa patte invalide, il était désormais dans une situation dangereuse. Courageusement, Yaitz se releva sur ses pattes arrières et rugis, avant de tenter un plaquage et une charge qui ne parvinrent pas à attraper le mercenaire.

Celui-ci leva son arme. Un coup. Deux. Trois. L’enchaînement continua plusieurs secondes Les soldats des deux armées ne comprirent pas comment on pouvait soulever et frapper si vite avec une telle arme. Les hurlements de l’ours furent déchirants, alors que ses chairs étaient ouvertes et que son noble pelage ruisselait de sang.  Dans un dernier coup donné avec un petit saut, Mars finit  par planter son arme dans l’épaule de ce qui ressemblait à une œuvre d’art macabre.

Yaitz recula, haletant. Le combat était fini. Il reprit forme humaine, doucement mais sûrement, avant de chuter sur le sable et dans la flaque de son propre sang. Il y eut une nouvelle ovation de la part des troupes de Kireïde en l’honneur de Mars, qui s’approcha du cadavre, laissa échapper dans un soupir, une courte prière pour son adversaire :

« Tu t’es bien battu, brave ours… Que le désert soit une tombe charitable pour ton esprit combattif et que ta déesse te tende ses bras, dans l’après-vie, car tu as vaillamment combattu ».

L’hommage ainsi porté, le grand jeune homme releva les yeux et s’élança vers l’armée d’Ilmyde.


Dernière édition par Mars le Jeu 2 Mar - 19:23, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Mars' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 161



WHEN MY FIST ( HITS YOUR FACE ) AND YOUR FACE ( HITS THE FLOOR )
musique — Des corps en lambeaux gisent sur le sol, le sable en recouvrant quelques-uns. Ambrosia, berceau de son enfance ne se trouvait pas très loin. Son regard perdu derrière ses mèches argentées et son bandeau épais ne lui permettait pas de voir véritablement l'horizon ; mais la mort était là. Tout autour d'elle, la mort transparaissait ; il ne lui suffisait que d'avancer, l'épée ensanglantée à la main pour constater l'ampleur de ses dégâts. Elle qui souhaitait la paix du plus profond de son être prenait pourtant part à la guerre ; mais voilà, c'était la décision de son roi, de sa patrie, elle n'avait guère le choix. Sa tenue débraillée, le sang qui coule sur son visage pâle et froid, elle avance... Anciennement en première ligne, la voilà derrière, à compter les morts, à chercher des rescapées ; et elle regarde. Des soldats avec qui la jeune femme s'est entraînée sans relâche, avec qui elle a partagé la sueur, la souffrance, les vomissements. Et pourtant, les voilà à joncher sur le sol ; alors qu'elle reste debout et demeure. Le désert de son enfance devient alors le cimetière de la démence. La guerre, horrible guerre, qui ne meurt jamais.

Narcisse pourrait pleurer, mais ce n'est pas le moment. Il y a un temps pour faire son deuil, mais pour l'instant, l'épée devait trancher, couper, transpercer. Même à contrecœur, même si l'envie n'y est pas, même si ça lui fend les organes, la jeune femme se doit de se battre ; de tuer. Alors elle quitte l'enfer du silence des morts pour rejoindre le chaos de la bataille, avec une vitesse et une agilité qui n'était semblable à aucune autre. Non, Narcisse n'avait pas le temps de flancher, ni même de se poser des questions sur ce qu'elle faisait ; le bien, le mal, en cette heure sombre et cruelle, c'était bien la même chose. La vassale du roi se doit d'accomplir son rôle, celui de défendre ses convictions... Et de son regard bandé, elle voit l'homme qu'elle a recruté effectuer le siens. Elle cherche Sven dans la pénombre de cette bataille, mais elle ne le discerne nul part et vient les griffes d'une bête s'abattre sur son bras. La concentration, c'était la clé et preuve était, que comme les temps anciens de son enfance, la jeune femme avait toujours ce même défaut. Réfléchir ? Non. Ce n'est pas le moment de réfléchir. Sa deuxième lame est dégainée, transperçant en plein cœur l'animal qui venait de lui taillader le bras. Cette bataille n'en finirait jamais... Les voix s'élèvent dans les airs, un ordre, celui de charger. C'était bien là tout ce qu'elle devait faire Narcisse, juste charger, découper, tuer. Les regrets viendront après, les remords la feront flancher plus tard.

Et le sang recouvre ses mains, dégouline de ses plaies. Les nations se livrent bataille jusqu'au dernier soldat mis à terre. Peut-être ne rentrera-t-elle pas chez elle, peut-être que sa lutte pour rester en vie aura été vaine ; et la dernière image qu'elle aura eue d'elle-même, c'est son implication dans une guerre qui finalement la dépasse. Je suis pitoyable. Son épée tue, le sang gicle, frappe son visage. C'est dégueulasse. L'odeur la fait trépasser, la rend malade. Ne réfléchis pas, ne doute pas. Quand la volonté n'y est pas, la déconcentration vient naturellement... Les blessures s'enchaînent, mais Narcisse ne ressent même plus la douleur ; les doutes font barrières, atténuant la peine... Le visage du roi lui revient en mémoire, sa résolution inébranlable. Non, elle n'abandonnerait pas, jamais. Et même si la paix ne semble plus possible, elle ne peut se résoudre à oublier son rêve.
THIS IS WAR //event 01 // tellement en retard //
TEMPLATE BY MINNIE OF SHINE



Dernière édition par Narcisse le Lun 6 Mar - 21:20, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Narcisse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sinhae ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



du côté de kireïde
Mars & Diane
Alors que Sinhae voyait le corps détruit, le corps blessé, le corps meurtri de cet enfant être retiré loin de la violence de ce monde. La mort se faisait maîtresse du désert. Le souffle de la jeune femme se calma quelque peu, alors qu’elle posa son regard sur mains dégageant encore quelques vagues magiques. Sachant et connaissant ses limites, vu l’état de cette bataille, il fallait qu’elle ne brûle pas ses réserves d’énergie immédiatement.

Cris, les armes s’entrechoquaient avec violence, des ordres. Après une inspiration plus forcée que les autres, la magicienne redressa pleinement, observant les divers chemins qui s’offraient à elle. Les hommes à quelques mètres d’elle puisaient dans leurs forces, dans leur rage en faisant reculer l’ennemie, pas à pas, enjambant les corps des hommes nus, autrefois majestueux Algiz. Ils avançaient mais continuaient à tomber sous des milliers de griffes et crocs. Commençant à avancer également, Sinhae plaça ses paumes vers le ciel, se concentrant alors que celle-ci se contraient doucement d’un noir charbon, rampant sur une peau immaculée. Dans un contexte de soirées, certains pourraient confondre ce voile magique avec quelques gants de satin noir, mais il ne s’agissait en rien d’être élégante sur les champs de bataille, mais d’utiliser un sortilège difficilement maîtrisé et élaboré pendant des années.

Pour la première fois depuis le début, Sinhae s’élançant, tentant d’esquiver au mieux les rapières, épées et lances. Aucun acier pour la protéger mais avant les années, elle avait affiné ses atouts : vitesse et magie. Ses cheveux suivant sa course, un léger sourire éclaira son visage, impatiente de tester cette nouvelle création. Contournant les hommes de son mieux malgré les coups d’épaules, malgré le sable la ralentissant, elle écartait les armes de son passage, les lames glissant sur ses mains sans les transpercer. Des mains pour un bouclier des plus léger et maniable. Son souffle se faisait court, ses jambes brûlantes alors qu’elle ne put retenir un cri en fonçant sur un loup massif ayant déjà tué des dizaines de fois dans la journée. Sa main s’écrasa sur le poitrail de l’Algiz, appuyant de toutes ses forces alors qu’une onde d’énergie noire se déployant contre la masse animale qui vacilla en en poussant un hurlement terrifiant. Les flammes noires le brûlant, s’infiltrant dans ses chaires toujours plus au contact de Sinhae. Avant de tomber à terre, gémissant et incapable de répliquer sur le coup, laissant son adversaire haletant mais toujours sur ses gardes, défiants les autres animaux du regard bien qu’elle ne pourrait en affronter plusieurs à la fois. Les autres loups rôdaient, défiait la jeune femme à présent rejoint par des myrmidons prêts à en découdre, face à des Algiz qui semblaient toujours plus nombreux face à eux. Après de longues et lourdes secondes à s’observer, un des loups lança le signal. Le début d’un duel entre des dizaines de soldats.

Dans ce ballait terrifiant, Sinhae se retrouva piégée, bousculée. Alors qu’elle essayait de retrouver ses repères, de fortes giclées de sang couvèrent sa joue, ses vêtements absorbant instinctivement ce liquide vivant. La vision trouble, elle restait alerte alors que d’un coup par-dessus des cris en pagaille, un hurlement les surpassa tous. Sinhae eut du mal à se tourner vers l’origine de celui-ci, mais ne tarda pas à la découvrir… A le redécouvrir.

Si grand, si impressionnant, à aucun moment la mage ne douta de la présence de Mars à quelques mètres d’elle. Encore moins quand elle aperçut son épée tournoyer autour de lui, brisant des os et coupant des corps à chaque mouvement. Elle vit l’ours tomber à terre, mais elle vit aussi l’énorme loup noir approchant du dos de certainement l’un des meilleurs atouts de l’armée de Kireïde.

« Retourne-toi ! » Son appel se perdit dans les fracas et la cohue alors qu’elle poussait les hommes vivement, approchant avec difficulté. Quand elle réussit enfin à se dégager, sa cape se déchirant au passage. Le loup s’aplatit avant de se propulser vers Mars retourné, la gueule ouverte et ses griffes sanglantes. « Derrière-toi Mars ! »

De toutes ses forces, elle concentra sa magie noire et brulante qui se mélange à la robe de jais du loup quand le corps de Sinhae rencontra le sien. Les deux tombèrent lourdement à terre à deux mètres de l’épéiste noir, Sinhae à terre, ses mains faisant encore hurler le loup de douleur et l’enrageant un peu plus, bête qui écrasait à moitié à la jeune femme, ses griffes s’enfoncaient dans ses vêtements, entaillant le flanc de la mage et lui arrachant des cris de douleurs. Alors que les crocs du loup cherchèrent à se refermer sur son épaule.
© ASHLING




Dernière édition par Sinhae le Sam 4 Mar - 0:44, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sinhae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Mars ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50




Il y avait peu de choses dont il se méfiait en Meinarest. Et s’il y en avait une dont il se méfiait particulièrement, c’était les magiciens. Ces êtres avaient déjà su rassembler suffisamment de gens pour former leur propre royaume indépendant, qui aujourd’hui, ne se souciait plus vraiment de ce qu’il pouvait se passer en Ilmyde. Mais plus encore, ils manipulaient des énergies étranges et dangereuses que l’on appelait magie. Maintenant, imaginez une femme magicienne ? Dans un grognement, Mars acheva un adversaire supplémentaire. Combien d’adversaires avait-il terrassé ? Voilà qui continuerait de faire croître son renom parmi les quatre royaumes…

Mais il avait un problème de sorcière en détresse. Loin d’ignoré la menace qui se profilait dans son dos, la jeune femme s’interposa et attaqua au corps-à-corps un Algiz loup, lui arrachant un claquement de langue agacé. Le géant en armure d’onyx se retourna presque instantanément. L’agresseur de la jeune femme fut rejeté d’un lourd coup de botte de plates. L’air siffla et la jeune femme put constater que son agresseur gisait, décapité. La coupure au niveau du cou de la bête était d’une finesse si propre qu’elle en exposait toute la brutalité de l’attaque.  La tête roula au sol et dans ce chaos ambiant, de drôles de retrouvailles se jouait, alors que le regard ambré fut sondé par l’œil sévère du mercenaire qui, de nouveau, l’avait sauvé du danger.
Comme s’il s’agissait qu’elle fut en fait une noble dame, le lourd gantelet se tendit  vers la main de la jeune femme allongée au sol pour la relever, l’éloignant du sang et de la poussière de la guerre. Face à lui, elle n’avait pas changée. Toujours aussi menue. Ses grands et beaux yeux, encadrés de ses mèches à la teinte si particulière, exaltait la curiosité faconde d’une vestale aux charmes qui, s’ils étaient utilisés à cet effet, avaient de quoi ensorceler.
Une taille fine, des formes affirmées, ne manquait plus qu’une approche lascive et agressive pour faire d’elle une sorcière de réputation comme de fait.

«  Je vois que l’imprudence ne se fait pas moins têtue que tes charmes ne se soient fait moins fertiles, Sinhae. »

Une peau lisse, une démarche gracile, agile, élancée, magnifiée par cet aura de mystère qui est propre à ceux dont la beauté est semblables aux reflets des gemmes les plus rares,  voilà ce qui permettait à Mars de se surprendre à chaque fois de ne pas la voir marier à un quelconque noble d’un des quatre royaumes. Par les dieux,  elle avait choisi de se faire payer comme mercenaire, elle aussi, pour le poursuivre jusqu’ici, dans l’enfer de l’antédiluvienne bataille des Hommes et des Algiz.

Interpellant un infirmier de leur armée, il dirigea la jeune femme pour qu’elle fasse soigner son son flanc, avant d’ajouter : « Les sorcières devraient rester derrière ceux capables de faire écran, Sinhae… Je ne serais pas toujours là pour te protéger de ta témérité. Ne reviens que quand ta magie te sera restaurée. »

Puis, la laissant se faire soigner, il s’avança vers plusieurs hommes-bêtes transformés, alors que les lignes de lances et de lame tentaient de les retenir. La bataille continuait pour l’épéiste noir…


Dernière édition par Mars le Dim 5 Mar - 12:55, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» La zone métropolitaine contribue à 90% à la recette fiscale
» Zone de stockage
» Forêt interne de Konoha - Zone interdite
» Vidéos Zone litigieuse et opération des gardiens d'anachore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Archives :: Corbeille :: Event o1
Sauter vers: