AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« Zone de Kireïde. »
Mars ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50




La lame fend l'air et pénètre les chairs, emplie des fentes qu'elle force sur son passage, délivre une fin enivrante dans une apogée liquide sanglante. (HRP : Si vous avez pensé à quelque chose de tordu, bien joué, c'était fait exprès.) Les rangs resserrés eurent l'effet escomptés et très bientôt, une bonne nouvelle se répandit à travers les Hommes grâce aux lecteurs de fanions qui transmettaient les messages à travers le front : l'unité de celle qui les avaient payés pour aider le royaume de Kireïde se dirigeait vers eux dans une tenaille qui serait spectaculaire. Malgré tout, d'autres nouvelles plus préoccupantes vinrent aussi contrebalancer l'optimisme qui avait pu gagner le commandant (de fortune) borgne (une spécialité, visiblement à Kireïde, entre Narcisse et lui. Il fallait espérer que ce ne serait pas le cas d'Hao, à la suite de cette bataille, où ils pourraient un trio d'aveugle...).

Son corps commençait cependant à sérieusement fatiguer. Aucune blessure n'était à recenser sur son corps, mais des griffures zébraient désormais ses avant-bras et son armure, d'ordinaire noire et lustrée (HRP : Par contre, là c'était involontaire) était désormais d'un noir virant au rouge. Le sang séché des Algiz rendaient celle-ci poisseuse et le guerrier remarqua intérieurement que l'entretien de son équipement allait devoir être une priorité, s'il survivait à la fin de cette bataille. Ses instructions permettaient de rendre un peu de cohérence à l'affrontement sur le flanc qu'ils occupaient. Malgré la fatigue, la soif de sang se faisait assez présente, mais la présence de Sinhae et le fait de penser à la stratégie l'empêchait de sombrer plus profondément dans les ténèbres carnassières qui pouvaient enserrer son cœur dans des limbes de pulsions meurtrières. Le loup noir, au fond de lui, jubilait des offrandes que Mars lui offrait.

Mais rapidement, la stratégie ne suffisait plus. Les hommes étaient fatiguées. Tout au bout, l'est, les Hommes se mirent à se disperser, après s'être battus jusqu'au bout. Alors, le commandant fit la seule chose qu'il restait à faire... Montrer l'exemple.

- - -

Encore et encore. Les champs de batailles sont toujours les mêmes. La différence, c'est que c'était la première fois qu'il faisait face à autant d'adversaire. Autour de lui, les bêtes grondaient. Les ombres volantes tournaient autour de lui, si bien qu'on pouvait se demander si la race des vautours ne s'étaient pas mélangées avec celle des Algiz. Son champ de vision se fit de plus en plus restreint. Un peu de sang coulaient de son front. Une entaille qu'il avait reçu en tuant un tigre. D'ailleurs, c'était un véritable charnier sur lequel il se tenait. Une montagne de corps, mêlant les enfants des deux divinités. Et lui, ultime parjure, se tenait debout sur eux, dans cet océan de sable volant, les cadavres et leur sang parsemant le désert comme des fleurs humaines dont les pistils étaient désormais vidés de toute substance.

Chaque pas dans ce champ de fleur organique provoquait des bruits liquides et carnés. C'était grotesque. La situation en elle-même était désormais grotesque. Seul au milieu des bêtes, il échangeait les coups et les rendaient. Sur une charge, l'un de ses adversaires rejoignaient ce paysage corrompu par le sang. Bien souvent, de nouvelles blessures vinrent rejoindre le corps du guerrier qui était désormais consumé par l'instinct de survivre. Et cet instinct l'amenait à se battre d'une manière sensiblement similaire à celle de ses ennemis... Combien avaient chuté, quand sa lame fut planté dans cette colline de corps ? Mars, haletant, leva les yeux vers le soleil, par-delà la tempête...
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Mars' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 161



BLIND THEIR ( IGNORANT EYES ) BLAZING SWORD ( OF THE SUN )
musique — Le spectacle est macabre ; les corps tombent et s'enfoncent dans le sol brûlant du désert, dans des hurlements d'agonie, son peuple tombe. Les cris lui parviennent comme des échos lointains, car son esprit est focalisé sur la bataille, sur les griffes qui viennent se heurter à son épée, aux crocs qui viennent tenter de lui arracher les membres. Sa vision voilée ne l'aide pas vraiment pour avoir une vision d'ensemble et c'est dans un moment aussi critique qu'elle se rendait compte Narcisse ; du manque cruel d'organisation au sein de leur rang. Malgré les bouquins de stratégies qu'elle avait pu bouffer, elle n'avait pas le niveau d'Hao et encore moins celui de Sven ; pourtant, en cet instant, il lui fallait penser à quelque chose... Une idée, n'importe laquelle. Réflexe amoindri, elle n'esquive pas le renard qui vient enserrer son épaule de ses crocs ; c'est une boule de feu lancé par Soren qui vient lui ôter son fardeau.

Reste concentrée Narcisse, ce n'est pas le moment de réfléchir !

Elle acquiesce en silence, se maintenant l'épaule légèrement avant de reporter son attention sur les alentours. Ils tombent, que ce soit ceux d'Illmyde ou de Kireïde, les gens tombent de la même façon ; ils vont redevenir des particules de poussières emportées par la tempête du désert... Et d'ailleurs, plus elle luttait Narcisse, plus elle pensait que cette tempête leur serait fatal. Il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond, l'air était rempli de haine, de rage et l'odeur du sang s'élevait dans les airs pour se glisser dans ses narines. Sa cape est tâchée de sang, comme ses mains, comme son visage qu'elle n'arrive pas à essuyer. C'est en crachant sans aucune classe le sang qui restait bloqué dans sa trachée que la jeune femme vit un homme arrivé ; un jeune adolescent serait plus exact ; dernière recrue sans aucun doute, elle ne l'avait jamais vu. Le voilà qui commence son rapport... Plus à l'Est, ils sont tombés... Ses dents s'entrechoquent, sa mâchoire se resserre davantage alors que sa poigne sur sa garde vient faire trembler sa lame, le sang perle, la rage la consume et les mots ne sortent pas. C'est Rylan qui arriva bien rapidement pour soigner les hommes blessés, pour écouter le rapport avec attention de l'adolescent.

Qu'est-ce qu'elle était en train de faire ? À quoi cela rimait ? Les Algiz arrivaient en surnombre, les démembraient sans une once de difficulté, et malgré la ténacité des soldats de Kireïde, ils se retrouvaient bien vite surmenés. Et aucun signe d'Hao, elle ne discerne pas son escouade ni même sa silhouette ; sans doute qu'il se trouvait en compagnie du roi d'Illmyde, ce serait bien son genre... Son sang bouillonne dans ses veines, la rage grimpant crescendo dans sa carcasse qu'elle fit virevolter à la nouvelle approche d'un renard. Sa lame se plantant à la verticale dans sa boîte crânienne, le flot de sang lui percutant le visage et s'incrustant dans son bandeau de tissus... Elle voit rouge, ce n'est pas une illusion, la teinte de sa vision est rouge, comme un filtre devant ses yeux ; accentuant sa colère. Ce n'est qu'après avoir essuyé sa lame avec l'intérieur de sa cape que la jeune femme approcha de l'adolescent.

Dans ce cas, nous allons envoyer des renforts à l'Est pour soutenir la magicienne et l'épéiste noir ; cependant, si la situation est trop critique, ils devront se replier ici même. Nous attendons les Algiz de pied ferme. Son regard se posa sur Ariane qui venait de prendre place à ses cotés ; une main sur l'épaule de la jeune femme, Narcisse continua pour accentuer ses prochaines paroles. Tu vas suivre ce jeune homme avec quelques hommes, Soren, Rylan et moi, nous nous chargeons de cette zone. Ta mission consiste à épauler l'escadron qui va à l'Est. S'il y a quoi que ce soit qui va mal, use de ta magie pour nous alerter.

Ce n'est qu'en usant d'un hochement de tête en signe d'affirmation que la magicienne tourna les talons et entama son périple vers l'Est avec quelques hommes de la garnison. Un sourire mélancolique vit le jour sur les lèvres de la conseillère, mais il s'estompa aussi vite qu'il était arrivé dès lors qu'un rugissement bien plus conséquent se faisait entendre au-devant sur le front. Un lion bien plus imposant que les autres entra dans la mêlée avec férocité et agilité... C'est en avalant sa salive avec difficulté que la jeune femme ne put réprimer un rire avant de dégainer sa deuxième lame. La voilà qui danse au milieu du combat, découpant et transperçant avec précision ceux qui tentaient de lui faire barrage. Soren use de sa magie de feu pour lui dégager le passage alors qu'elle s'avance vers le lion. Un combat qui s'annonçait corser...

Prépare-toi à miauler, chaton...

La provocation était envoyée ; c'est un rugissement strident qui vient sortir de sa gueule alors qu'un sourire reste suspendu à ses lèvres. Cela allait être plus difficile que prévu, Narcisse en avait conscience ; car elle peut sentir le sang couler le long de son échine, constat que ses blessures étaient rouvertes... Pas le temps de réfléchir, il était temps de réduire au silence éternel le lion en face d'elle.

WAR NEVER DIE //event p.3 // time to fight // we can't lose // correction en cours
TEMPLATE BY MINNIE OF SHINE



Dernière édition par Narcisse le Mer 8 Mar - 19:01, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Narcisse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Nayati ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 26




Rester silencieux 
 
Event 01

Depuis si longtemps il n’avait pas mis les pieds dans son pays natal, qu’il n’avait pas admiré les dunes et sentit la chaleur du désert. La nostalgie avait pourtant rapidement disparue au profit de la torpeur, pourtant loin des combats il avait l’impression que le sang avait teinté le sol comme l’air. Un spectacle si navrait à constater qu’il en viendrait presque à se demander pourquoi il avait fait le déplacement, après tout il était ambassadeur, il avait tous les droits de rester tranquillement à Belvar. Seulement Nayati s’était éclipsé d’Asmosa, de ses fonctions, il le devait parce qu’il avait là une chance d’apercevoir les siens et, surtout avec beaucoup de chances, sa chère sœur. Discrètement, il s’était fondu dans la masse de la délégation de sa nation d’accueil, ne pouvant se montrer sous peine de causer quelques désagréments diplomatiques. Et ce n’était pas vraiment le moment pour cela.
C’est donc enveloppé dans une grande cape, afin de cacher son visage aux yeux des autres ainsi que du soleil, toujours trop violent pour lui, qu’il tentait de distinguer des visages connus. Il aperçut au loin son roi, Oadyn bien entouré comme à son habitude, puis son regard se posa sur les gens des Sollvaec, se voulant être de simples aides humanitaires. De quel côté Clotho pourrait-elle être ? De moins si elle était effectivement là… Son examen des lieux ne put être plus approfondi puisque le vent se leva brouillant le champ de bataille. Maudites tempêtes de sable ! Le blond remonta son foulard sur sa bouche et son nez, tira sur sa capuche pour se protéger. Sa recherche devrait attendre.
 


Dernière édition par Nayati le Mer 8 Mar - 23:16, édité 4 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Nayati' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sohail ;

avatar
Neutre

Messages : 124


















Zone de Kiréïde




Le tas d’armes était devenue de plus en plus grand à mesure que le temps passait et qu’il découvrait de nouveaux corps aux armes intactes. Il avait compris depuis bien longtemps qu’il y avait bien trop d’armes à prendre avec lui et qu’il devra faire le choix entre celles qui avaient les plus grandes valeurs. Il savait qu’il ferait mieux de partir, mais quelque chose en lui ne fonctionnait plus correctement, comme si son corps et son esprit s’étaient séparés, comme s’il ne savait plus exactement où il était. Ou alors comme si tout cela n’était qu’un mirage. Il espérait que tout cela n’était qu’un mauvais rêve, un cauchemar, et qu’il allait finir par se réveiller. Et il se retrouverait ensuite dans les taudis, et il raconterait son étrange rêve aux vieux hommes qui vivaient encore assez pour écouter ses histoires sans ressembler à des légumes. Mais ses muscles étaient trop tendus pour que cela ne soit que les effets de son imagination, l’odeur du sang était trop présente pour que cela ne fusse qu’un rêve. Tout son corps tremblait toujours, et il priait intérieurement, que ce soit pour un Dieu ou pour une Déesse, que personne ne revienne encore vers lui.

Il n’y avait pas de fin, il n’y avait pas de répit pour son esprit, ni pour son corps. Et il se ménageait pour rester debout. Redressant la tête, il finit par voir au loin, les soldats qui continuaient de se battre, à l’horizon. Et petit à petit, le voleur commençait à les envier, à se dire qu’au moins, de leur côté, il n’y avait pas que des morts, mais bel et bien aussi des vivants, même si l’endroit était dangereux et que les cadavres devaient aussi s’accumuler de ce côté-là. Mais ce silence glauque, ces corps immobiles, même si les morts ne pouvaient plus se lever, l’atmosphère était trop lourde pour être supportable un peu plus longtemps. Dans sa main, Sohail avait ramassé une paire de dagues, qu’il rangea à sa ceinture, tâchant d’ignorer qu’il venait de les prendre à un corps gisant près de lui. Il ne voulait pas rester là, parce qu’il ne le pouvait plus.

Alors à pas lents, il s’approcha des autres, des vivants, de l’autre côté. Il savait qu’il y risquait sa vie, mais il ne savait aussi que trop bien que peu ou personne ne pleurerait sa mort si jamais il venait à finir sans vie avec les autres, derrière lui. Les sons des armes et les cris des combattants se firent bientôt plus fort, mais il y avait comme une barrière entre les soldats et Sohail, comme s’il voyait toute la scène devant lui tout en n’étant pas avec eux, comme s’il était dans une bulle que personne ne pouvait pénétrer, comme s’il était invisible à leurs yeux, qu’il venait d’un autre monde…





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sohail' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Invité ;




Morygann n’avait que faire des querelles entre pays, elle était bien éloignée de toutes ces considérations auxquelles elle ne comprenait rien. Et pourtant, elle était de toutes les guerres, de tous les combats. Les gouvernements n’avaient aucun scrupule à embaucher des mercenaires de tous bords, de tous horizons, et surtout ils payaient rubis sur l’ongle. Bien sûr, il y avait un petit côté patriote dans le choix de Morygann, elle se gardait bien de l’admettre. Elle aurait pu faire monter la mise chez le concurrent mais, cette fois, elle acceptait de mettre sa lame au service de Kireïde. La perspective de voir plus tard sa forge ravagée et pillée au nom de la guerre était peut-être un argument supplémentaire dans le choix qui fut le sien. Pourtant, elle rejoignait la bataille tardivement. Si ses employeurs connaissaient sa réputation, ils savaient certainement qu’elle n’était pas de ceux qui obéissent à une grande discipline, et préfèrent les entrées discrètes mais attendues.

La bataille faisait rage et l’on s’inquiétait dans toute la région du sort de Kireïde. Ce qui ne semblait pas paniquer Morygann plus que cela : son propre destin, elle s’en chargerait. Et il dépendant aussi de la coquette somme allouée à son service dans cette bataille. Difficile de prévoir le choc que serait la vision du charnier qui jonchait le champ de bataille, mais la jeune femme en avait déjà beaucoup vu. Pourtant, elle ne s’habituait jamais vraiment à la masse de corps, la vision de ces tas de chairs encore chaudes.

Alors si, elle fut choquée, parce que ce qu’elle observait était sans pareil. Mais il fallut se ressaisir : elle était mercenaire, elle connaissait la mort, elle l’avait donnée plus d’une fois, après tout, ce spectacle n’était pas si surprenant. Avec un peu de chance, il n’y en aurait pas d’autres si elle, comme les autres, se donnaient corps et âme pour arriver à bout de l’ennemi. Drôle de notion, l’ennemi, dans une situation comme la sienne, enfin.

Profitant de la discrétion que lui octroyait son arrivée tardive ainsi que la confusion du combat, Morygann couvrit du regard la zone, en quête de visages connus, de collègues peut-être, ou de confrères de marque. Chaque combat était une occasion de se faire remarquer et même une référence supplémentaire pour un futur employeur. Participer au sauvetage de tout un pays est difficile à égaler en terme de prestige. La demoiselle remarqua quelqu’un dont elle avait entendu parler mais avec qui elle n’avait jamais travaillé, un épéiste géant. Elle dut admettre qu’elle était impressionnée, tant par la véracité des rumeurs à son sujet que par son semblant de calme devant le spectacle.

Son analyse fut bien vite interrompue par l’irruption d’une bête. Fort heureusement, Morygann n’était pas une touriste, et depuis le début, sa main caressait le pommeau de son épée qu’elle dégaina prestement, in extremis, en fait. Elle put l’utiliser pour se protéger et faire basculer la créature qui fondait sur elle sauvagement, tout en lui entaillant le côté droit. D’une pierre deux coups en quelques sortes. Elle vit rouler devant elle un Algiz de taille assez impressionnante, qu’elle n’aurait su départager entre le chat et le tigre, comme une sorte d’hybride. Elle ne s’attarda pas plus longtemps sur des considérations de ce genre, et se mit en position sans un mot. Son arrivée discrète était terminée, à présent commençait le combat, le vrai.

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Morygann' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com

avatar
Déesse

Messages : 319



Du côté de Kireïde
La tempête de sable souffle avec vigueur sur l'étendue désertique. Il est si peu facile de voir plus loin que le bout de son nez que nul n'a pu remarquer ce qui se passait au dessus des têtes des nombreux combattants. Placés dans les cieux, certaines troupes célestes ont pourtant aperçu quelque chose ; une ombre, une silhouette se promener dans la tempête, dans le sable. Cette forme noirâtre, la Malice. Plus le sang se répandait, plus les vies s'éteignaient plus cette entité grossissait pour enfin devenir ce que tous craignent de voir.
Bien qu'à des lieux différents du désert tous entendent brusquement un énorme cri, un hurlement capable de glacer le sang des individus les plus forts. Le râle était semblable à la souffrance d'une femme. Au son, la tempête se dissipe alors peu à peu, offrant aux différentes armées une vision bien étrange. Le sable, dans son entièreté est devenu noirâtre, aussi noir que la nuit sans étoile. Les corps des défunts se voient aspirer dans le sol, suffoqués par la chose à présent vivante sous vos pieds.

C'est au bout d'une poignée de secondes que le désert allait libérer les pires horreurs. Les corps des morts disparus se relèvent alors de sous les dunes, totalement recouvert de Malice, les yeux aussi rouge que le sang. Les Algiz revenant à la vie sont eux sous forme animale, comme incapable d'emprunter une forme humaine. Aucun son, aucune voix ne se fait entendre de ces entités sans vie. Ils attaquent les vivants sans distinction, à la recherche de la vengeance. Sachez que malgré toutes vos tentatives, ces créatures à l'effigie des vaincus ne peuvent pas mourir. Elles chutent au sol mais finissent au bout d'une dizaine de minutes par se relever... Aparté : Le pendentif autour du cou du souverain de Kireïde se met à s'illuminer avec puissance et vigueur, empruntant la même colorie rougeâtre que le regard des morts. Ces derniers semblent d'ailleurs attiré par le bijou.

Hrp :  A prendre en compte dans tous les RP de l'event. ♥


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Mars ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



Mars
Hurlement de rage
Haletant, Mars contemple le soleil de plomb, encore et encore. Il n’entend pas les cris de ceux, qui, mourant, suffoquent dans le sang de leurs alliés et de leurs ennemis.

Quelques flash lui traversent l’esprit. Une créature lui parle, au fond de lui : « Qu’importe la victoire, Mars. Ils te trahiront tous. Les Hommes sont prêts à se vendre pour l’argent. Tu te bats pour la liberté ? Quelle liberté ? Que tes alliés gagnent ou perdre, tu ne seras pas libre. Tu seras toujours l’enfant de la malédiction que les Dieux ont lancé sur tes parents. » Le sang emplissait son regard. Le monde était cataclysmique. Le Loup noir avait raison. Tout ça était stupide. Ils étaient en train de commettre une grave erreur. Par cupidité, par orgueil, par stupidité. Et lui, vivait de leurs erreurs. Il n’était pas mieux qu’eux. Il n’était qu’un rouage de plus. La couleur de Fendragon était une bonne illustration de sa participation à l’horreur de cette bataille.

« Tu seras le prochain qu’ils abandonneront. Tous les gens que tu protèges te seront des fardeaux, bientôt. Tu n’es pas un héros, Mars… »

Il n’était pas un héros. La gloire ne l’intéressait pas. Il ne recherchait rien. Il n’avait ni avenir, ni futur. Il n’avait rien d’autre que la mort et la vengeance comme seul compagnon. La rage de ne pas mourir avant s’être vengé… Mars serra les dents. Ses muscles se tendirent. Son corps se mit à trembler. Tout était la faute de ces saletés. Ces Algiz qui lui avaient tout pris. Lui aussi, n’était qu’un mort en sursis…  Ses oreilles se mirent à siffler, alors que la langue du loup se mit à lui aboyer les mêmes phrases. Dans un geste presque instinctif, il se mit à fendre l’air et les cadavres, projetant des morceaux ça et là… Alors, quand la tempête de sable s’arrêta, que le ciel devint noir, son cœur rata un battement… Et dans un hurlement, le regard de Mars se mit à briller d’un éclat de folie.

Ils venaient le chercher. Les fantômes du passé. Tous ceux qu’il avait tués pour survivre. Pour se venger. Il allait encore les tuer. Encore et encore… Jusqu’à ce que la rage qui le consumait puisse s’éteindre à jamais avec lui et que son âme trouve la paix… Bondissant dans la pile de cadavre prêt à le saisir, il surfe sur un mort, en décapite un autre. Et en ignorant tout bonnement Sinhae, il grogne en transperçant plusieurs cadavres, lui ouvrant une voie vers là où les morts se rendaient, grognant à chaque fois qu’il écartait les morts sur sa route.


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Mars' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sinhae ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



du côté de kireïde
Morts & Vivants
Quand Sinhae atteignit enfin Mars, il asséna un dernier coup de lame. Un coup qui trancha la nuque, puis le reste du cou d’un ours, le dernier qui lui avait fait face. Arrivant à son niveau, la mage observa pendant quelques secondes, le dessin qu’il venait de réaliser. Une cinquantaine de corps gisaient à terre, peut-être plus, peut-être moins puisque peu... Avaient trouvé la mort en gardant leur corps intègre.

« Au moins, tu as évité d’une nouvelle vague qui allait bientôt s’abattre à ce que je vois... » Un geignement attira l’attention de Sinhae . Empli de douleur, de peur, de haine. Faisant quelques pas en avant, elle faillit sursauter en voyant la poitrine d’un Algiz sous forme lapine se soulever. A chaque respiration, celui qui possédait encore son corps bestial gémissait de douleur... Le sang coulant doucement depuis son cœur qui battait faiblement vers son bassin découpé avant de se noyer dans le sable brûlant. La coupure que lui avait infligée Mars avait été nette et claire, mais insuffisante pour mettre fin à ses jours. Elle aurait pu le laisser se vider de son sang et mourir seul, entouré des cadavres de ses anciens amis, déjà partis.

Mourir seul... Sinhae ne l’espérait que pour peu de personnes, même ses ennemis. S’agenouillant à côté de l’animal, elle posa ses mains en silence avant de murmurer quelques mots d’une langue ancienne, presque morte. Des mots imprégnés de magie qui s’écoulèrent jusqu’à ses mains avant de pénétrer dans la fourrure tâchée de sang, dans ses veines, dans son corps. Une magie noire, si difficile voire impossible à utiliser sur un être conscient, une magie pour donner la mort à ceux qui la réclame. Un sort qui ne laissa plus que quelques secondes de douleur à l’Algiz qui s’enfonça lentement dans un sommeil éternel. Retirant ses mains, elle se redressa, soupirant quelque peu. En rouvrant les yeux, elle aperçut la couleur du sable et le spectacle morbide qui se déroulait sous ses yeux. Le sable qui aspirait les cadavres, les morceaux de corps, les cris qui résonnaient dans sa tête... La faisant reculer rapidement vers Mars par réflexe.

Il peut l’entendre par-dessus les hurlements au loin, celui de Sinhae. Un hurlement de peur subite en voyant des  griffes déchirer le bas de son vêtements et frôle sa peau. Des griffes tout droit sorties du sable comme de l’enfer, des griffes cherchant à l’entraîner vers ce royaume des morts. Pour une fois, elle ne murmura pas son incantation à voix douce mais de toutes ses forces, lança une masse d’énergie sombre vers le tigre qui à présent était sorti du sable. Un tigre au corps trouvé de flèche et dont la queue avait été volée par Fendragon sans aucun doute... Et derrière lui, l’enfer sur le monde des hommes. Le lapin achevé quelques minutes plus tôt rampait au sol, un regard rouge sang identique à celui du tigre défiant celui de Sinhae.

Elle connaissait la magie noire, avait lu, dévorant des centaines de livres au point que son maître craignait pour la vue de sa disciple. Mais jamais Sinhae n’avait étudié ce phénomène,  bien qu’elle pouvait ressentir la noirceur de la magie qui emplissait l’environ, elle ne pouvait la contenir et ce manque de contrôle était... Terrifiant pour une mage. Ils essayaient de l’attraper, se rapprochant d’elle. Sans entendre, elle courut le plus rapidement possible vers Mars qui du haut de son carnage, tranchait un peu plus ses ennemis qui toujours revenaient. Hurlant ses sorts, elle arriva enfin à le rejoindre non sans grandes difficultés, essayant toujours de repousser les morts et s’exprimant d’une voix essoufflée mais forte : « Ils se relèvent ! Et si les morts sont revenus une fois, ce sort leur permettra sûrement de revenir encore et toujours hanter les vivants ! »

Il ne l’écoutait pas. Il ne l’écoutait plus. Fendragon tournoyait, découpait, tuait, encore et encore, sans s’arrêter sous les cris de Mars. Seule, pendant de longues minutes à lutter elle se retrouver seule détentrice d’une raison humaine, seule comme l’Algiz souffrant, seule comme l’avait toujours été à Sollvaec. Plusieurs fois elle sentit les griffes des félins déchirer sa peau, lui arrachant quelques hurlements de douleur bien que ses talents d’esquive l’aidèrent à éviter les coups mortels qui lui étaient adressés. Ne pas s’éloigner de Mars, ne pas se séparer où ils seraient finis... Et condamnés. Les Algiz qui se trouvaient plus loin courraient vers l’Ouest... Vers les soldats. Vers la Générale, vers le Roi. Vers les vivants.

En le voyant prendre son élan et lui ouvrir la voie, un regain de force l’emplit. Il n’était pas vraiment parti. Courant le plus vite possible derrière lui elle sentit son cœur battait à un rythme effréné, se tenant prête à suppléer Mars s’il venait à tomber. Son corps se fatigué dans cette course folle vers la vie, mais elle canalisait au mieux sa magie. Ils mirent de longues minutes à rejoindre les vivants.

Ils rejoignirent enfin Narcisse et un peu loin, le Roi Hao. Et dans cet enfer, elle continua de combattre de toutes ses forces, faisant reculer les cadavres, protégeant les soldats.

Et surveilla de son mieux, la folie et sa sœur fureur de Mars.
© ASHLING


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sinhae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com

avatar
Pacifiste

Messages : 91



I. FOLLOW THE BLOOD PATH

Ma puissance n'a d'égal que ma haine
www — Hao ne pouvait détacher son attention du souverain des hommes bêtes. Il ne pensait qu'à le détruire, qu'à lui ôter la vie avec lenteur afin de lui faire ressentir la même douleur qui a parcouru tout son être à la découverte des corps de sa famille. Jetant son fourreau enchanté par un mage près de lui vers ce dernier, le bretteur s'apprêtait à accompagner son geste d'un assaut mais il fût interrompu. La main serrée autour du pommeau de sa lame, il s'élança afin d'imbiber le sable du sang de cet infidèle au trône quand soudain un cri se fît entendre. Le râle d'une femme, la souffrance était palpable dans la moindre parcelle de cette voix. Il reculait par instinct, plaçant sa main libre au niveau de sa tempe tandis que ses yeux s'écarquillaient à cette vision d'horreur.  

La tempête n'était plus mais ce qu'elle dissimulait était bien pire que ce que tous pouvaient imaginer. Qui aurait pu penser que la malice était apte à emprunter une telle apparence. Torpeur. Pour une raison qu'il ne cernait pas, son corps se mettait à trembler à ces apparitions ; au fond Hao ne ressentait pas la peur mais son âme criait intérieurement à l'aide. Elle l'assaillait. « Mais... » Son pendentif se mît lui aussi à être incontrôlable, il scintillait, brillait d'une lueur rouge attirant l'attention des corps se relevant face à lui. Pour autant son instinct ne l'incitait pas à le retirer bien au contraire. Sa main venait encercler le bijou, atténuant son éclat du moins une partie. La situation était devenu plus que critique, la guerre un champs d'abominations.

« Nous battons en retraite ! Faites tous demi-tour ! » annonça-t-il avec force et conviction en direction des siens. Très vite la décision du jeune roi se déversa telle une traînée de poudre au sein des troupes de Kireïde. De toute évidence, l'armée ennemie semblait emprunter le même choix ; celui de la survie. Affronter l'humanité était déjà un fléau mais la calamité en personne, cela était une folie. Hao bien emprunt de cette rage que lui-même ne cernait avec exactitude en avait pleinement conscience et ce dernier ne se voilait guère la face. Reprenant la route des terres de la nation des volcans, il regardait amer celui haïssait tant disparaître dans les méandres de corps pourtant bien trop vivant à son goût. Si seulement il avait pu être plus fort. Encore plus.

Ne pas réaliser. Certain de sa décision Hao n'en était pas moins perdu par ce qui se déroulait autour de lui. Pourquoi ? Cette question le talonnait de plus en plus, tant de mystères et si peu de réponses. Figé dans ses pensées il se battait, ôtait une nouvelle fois la vie à des Algiz puis offrait l'assaut à ceux qui le défendaient. Et ce collier, que faire, pour quelle raison ? Figé il se retrouvait bloqué à se demander ce qu'il pouvait bien attendre pour le retirer, pour se protéger ? Quelle idée d'être sentimental pour un pendentif dont lui même ignorait la provenance. Il le fallait. Le geste lui semblait si difficile, comme si ce dernier se retirait son cœur, la vie. Il tremblait, titubait puis tenta d'un geste sec de le retirer du tour de son cou. Quelle mauvaise idée il avait eu là.

A nouveau cet éclat. La couleur écarlate se permettait de souiller encore une fois le désert, avec d'autant plus de vigueur. Le bijou était comme soudé à Hao, impossible à détacher et ce même avec force. En réponse à cette tentative de séparation, il ne reçut que la douleur, que la souffrance. Elle parcourait ses veines, lui détacha un cri de douleur et de souffrance à lui en déchirer la mâchoire. Sans plus de réflexion il chuta au sol, les créatures autour de lui d'autant plus attirées par sa personne, à tel point qu'elles cessèrent le combat avec les troupes pour s'avancer dans sa direction afin de s'en prendre à lui. Conscient il ne pouvait pour autant plus bouger, allongé au sol, inerte. Bloqué il se blâmait ; quel piètre souverain faisait-il, Il n'était que le déshonneur, la honte.



Celui qui souhaite le bonheur futur dort pour oublier les malheurs du passé… Il souhaite faire des rêves joyeux parce qu'il ne peut oublier la triste réalité.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 161



WITH THE ( BLADE IN THE NIGHT ) COMES THE ( WINGS OF DEATH )
musique — La lutte acharnée pour la survie ; pour l'honneur et la fierté d'une patrie... Pour certains, une telle guerre semble dérisoire, peut-être même futile ; mais dans leurs cœurs à tous, en cet instant, c'est avant tout une lutte pour survivre, pour ne pas disparaître, pour ne pas sombrer dans l'oublie. Le commandant transformé en lion se rue sur elle, la garde relevée, prête à encaisser le choc... Mais c'est avec une rapidité encore jamais constaté qu'il vient se glisser dans son angle mort, sa patte heurtant son bras, la désarmant en un éclair d'une de ses épées. Son cœur tape dans sa poitrine alors que ses dents sont serrer au maximum, prête à encaisser le choc. Dans un saut, ce sont les griffes de la bête qui viennent lui lacérer le ventre, la faisant rouler, puis chuter. Narcisse entend la voix de Soren hurler au loin, dans un écho presque inaudible ; puis c'est celle de Rylan qui recouvre toute les autres, lui intimant l'ordre de donner signe de vie, de ne pas tomber ici... C'est vrai. Il avait raison. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre ici, pas comme ça et certainement pas après tout ce sang versé. Ce sont ses tripes qu'elle crache sur le sol en tentant de se relever, sa main droite cherchant Mumeï, le deuxième katana de son père ; Kusanagi était non loin de la bête qui se léchait les babines. Elle payait le fruit de ses provocations, elle avait très certainement présumer de ses forces, mais son envie de survivre et de servir était plus forte que celle du lion. Relevant sa lame, c'est un halètement de douleur qui vient de nouveau lui prendre d'assaut l'abdomen... Le sang coule, inlassablement, alors que ses yeux ne sont plus vraiment capable de suivre les événements. Son corps bouge tout seul, oubliant le reste, oubliant la douleur, oubliant les mises en garde, oubliant les gens aux alentours. Il n'y a plus que sa cible et elle, il n'y a plus que deux êtres, se toisant avant de foncer, jouant quitte ou double, priant pour ne pas être le premier taillader.

Il s'effondre et elle suit le mouvement peu de temps après ; corps premier dans le sable. Combien de fois aura-t-elle fini par bouffer du sable aujourd'hui ? Narcisse ne s'amuserait pas à les compter, car c'était bien la preuve qu'elle était encore faible, qu'elle avait de l'entrainement à rattraper. Oui, c'était cela la raison, depuis ses nouvelles fonctions, elle s'était un peu trop relâchée. Elle n'entend plus rien, se contente de fermer les yeux et d'apprécier ce moment de paix ; qui ne dura pas. Car c'est la violence d'une main qui vient s'abattre sur sa joue ; puis un cri. "Répond bordel !" La main se rapproche encore une fois, mais cette fois-ci, la jeune femme l'arrête dans sa course. Rylan et Soren ; les meilleurs compagnons que l'on puisse avoir, surtout pas des temps pareils... Jamais ils ne la laisseront tomber, jamais ils ne la laisseront en arrière. C'est avec l'aide du prêtre qu'elle se redresse, le genou de Soren lui servant autrefois d'oreiller. Quelques minutes au sol, tout au plus, voilà le temps qu'elle avait passé sur le sol ; et son regard se posa naturellement sur celui de Rylan, à bout de souffle, épuisé par les sorts de soin qu'il avait utilisé jusqu'ici. C'est un bandage assez conséquent qui entoure son ventre ainsi que son épaule droite ; les deux épées avaient retrouvées leurs fourreaux d'origines et c'est dans un soupir de soulagement bref que la conseillère les remercia tout deux. Mais voilà, pas le temps de se reposer sur ses lauriers ; jamais.

Un hurlement de femme vient faire trembler le ciel, vibrer la terre, lui faisant automatiquement rabattre ses mains sur ses oreilles, son regard cherchant à en sonder la provenance. Le sable devient noir en une fraction de secondes qui la cloua sur place ; constat abominable que l'apocalypse avait bien un visage. Les morts reviennent à la vie, les morts se relève et s'en prenne à leurs anciens amis ; une lueur de démence dans leur regards éteint, mais rougeoyant comme des rubis. Son sang ne fait plus qu'un tour dans ses veines alors que les tremblements de son corps ne sont plus contrôlables. Qu'est-ce qui se passe ? Narcisse se le demande plusieurs fois, la question fait le tour dans sa tête alors qu'un de ses anciens soldats tombé au combat vient abattre sa lance vers elle, que Soren dévia aussitôt d'un sort. Se remuer, ne pas rester cloîtrer ici, ou ils allaient tous y passer. Et son regard fait le tour sur l'horizon, cherchant Hao dans la pénombre, discernant son escouade un peu plus loin. Il est debout, devant Oadyn, mais fini au sol pour une raison qui lui échappe de sa position. Son corps amorce un mouvement, puis deux, avant que ses jambes ne se mettent d'elles même à courir, Soren et Rylan sur ses talons. Son cœur se soulève à chaque pas qu'elle fait, seul les battements de son cœur lui sont audible, le reste n'est que néant. Plus elle court et moins elle comprend ce qui est en train de se passer, elle ne fait même plus attention à ce qu'elle tranche, à ce qu'elle repousse de son chemin. Ce qui était autrefois un compagnon d'arme était devenu un être attentant à sa vie ; mais son cerveau ne fonctionne plus ; il est mit sur pause ; seul la survie de son roi lui importe.

Elle gravit la dune avec rapidité, ses mains s'enfonçant dans le sol noir pour se redresser, approchant du corps du roi qui semble conscient, mais dans l'incapacité de bouger. Les ennemis approche et l'escouade amorce un mouvement de recule, les ordres étaient clairs, le repli général... Soren use de ses sorts alors que Narcisse se met à secouer le roi, pour le sonder, pour comprendre. « Vous m'entendez ? Vous allez bien ?! » Elle n'attend pas vraiment un signe de sa part, elle attrape son bras et avec la force qu'il lui reste, la conseillère le relève, passant le bras par-dessus son épaule. Lourd, beaucoup trop lourd pour elle, surtout dans son état... Mais il était hors de question de le laisser ici... Rylan vient très vite la soutenir dans sa tâche, mais Soren va vite se retrouver à cours de magie. Il fallait faire quelque chose, ou cela serait leur fin à tous.

WAR NEVER DIE //event p.4 // run for your life // sauvetage // correction en cours
TEMPLATE BY MINNIE OF SHINE



Dernière édition par Narcisse le Jeu 9 Mar - 16:42, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Narcisse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Invité ;




« Soirée de merde ... »

C’est les premiers mots qui virent à l’esprit de Saskia en voyant le bourbier dans lequel ils étaient tous tombés. Son uniforme d’habitude lisse et flamboyant était là couvert de sable qui mêlé au sang des ennemis qu’ils avaient transpercés un peu plus tôt. Mais là, c’était autre chose, il ne s’agissait plus de tuer chaque Algiz, mais d’essayer de survivre face aux morts.

Les soldats était totalement perdus, hurlant en se faisant attraper par leurs défunts amis et compagnons, les escouades se disloquaient et malgré ses ordres hurlés, il n’arrivait pas à remettre de l’ordre dans cette pagaille totale. La meilleure chose à faire après calculs était le repli. Il arrêta de compter les pas à courir dans le sable, les morts qu’il transperçait toujours plus, courant le plus vite possible vers le roi ! Pourquoi il ne bougeait pas ? Pourquoi Narcisse n’arrivait pas à le réveiller et le sortir de sa torpeur !

« Général ! Vous et les mages portez le, je vais rester juste derrière vous et les empêcher de vous approcher »

Alors que Narcisse et ses compagnons essayaient de tirer le roi le plus loin possible des cadavres ; Saskia les découpaient un peu plus pour les empêcher d’attraper le roi. Plusieurs fois il failli être blessé en essayant de tenir son rôle. Mais s’il devait succomber maintenant il ne serait celui qui aurait fui au combat et abandonné son roi ! Il serai celui qui serait resté jusqu’à être tombé fièrement.  

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Saskia' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sohail ;

avatar
Neutre

Messages : 124


















Zone de Kiréïde




La peur – non, la terreur – faisait en sorte que son tremble tremblait, violemment, alors qu’il courrait à en perdre haleine. Il avait accéléré en voyant les corps se relever, juste après qu’un terrible son strident – comme le cri d’une femme souffrante – eut éclaté dans le ciel. Dans la panique, il n’avait rien trouvé d’autre à faire, à part courir pour rejoindre le reste des vivants. On hurlait, on se battait pour lutter contre les revenants, et le voleur sentait la mort tout autour de lui. Le mot d’ordre n’était plus la guerre, désormais, mais c’était celui de battre en retraite. Fuir ce lieu qui n’annonçait que malheur et mort. Les corps n’avaient qu’une seule envie, continuer de se battre, contre n’importe qui, humains ou algiz, tant que c’étaient des vivants, et non des revenants. Sohail détacha un couteau de sa ceinture, et sentit sa main trembler. Il devait retrouver son sang froid, il ne devait pas céder face à la peur. Il n’avait jamais vu quelque chose de pire que cela, de toute son existence, et c’était la première fois que la peur lui procurait des douleurs au niveau de la poitrine tant son cœur battait vite et fort.

Il inspira profondément, puis expira, chassant toutes les pensées qu’il avait en tête, puis se retourna quelques instants, le temps de jeter l’un de ses couteaux en direction d’un mort vivant qui s’approchait trop de lui. Il savait que cela ne le tuerait pas, il avait bien compris que les morts, une fois revenus à la vie, ne pouvaient mourir une seconde fois. Mais peut-être pouvait-il un peu ralentir la course, juste un tout petit peu, le temps de fuir. Il devait tout faire pour rester envie, pour fuir, quoi qu’il arrive, même si cette pensée était des plus lâches. Devant lui, au loin, il aperçut les survivants de cette bataille, qui s’étaient unis pour battre en retraite. A ce moment là, il sentit une légère vague d’espoir traverser son âme. Il n’était pas aussi seul qu’il ne l’avait cru, et même si tout semblait annoncer la fin du monde tant tout le paysage autour d’eux était infernal, une fraction de seconde durant le voleur avait songé qu’il y avait des chances d’y échapper.

Avant de tout de suite penser que la suite était plutôt qu’ils allaient tous mourir réunis. Secouant la tête pour chasser cette idée noire, il se saisit d’un des deux couteaux qu’il lui restait et le jeta en plein dans l’œil d’un revenant qui menaçait un soldat près de lui. Il ne se faisait plus vraiment de souci quant à la suite, car il semblait que toutes les routes possibles ne menaient qu’à l’impasse d’une mort certaine. A sa ceinture, il y avait toujours les deux dagues qu’il avait ramassées, et le dernier couteau dont il ne s’était pas encore servi. Peut-être pourrait-il mourir dignement en se défendant jusqu’au dernier souffle, plutôt que dans la lâcheté de la fuite.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sohail' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :
Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Sinhae ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 50



du côté de kireïde
Folie & Espoir
Quelques minutes plus tard, ils avaient fini par rejoindre les vivants, ceux qui se faisaient assaillir par les morts qui semblaient n’avoir que deux buts : toujours revenir les hanter pour agrandir les enfers avant la fin de cette bataille sanglante, et atteindre Hao, ou plus précisément, le pendentif d’Hao qui scintillait de mille éclats. Encore un sortilège puissant sans aucun doute...

Sinhae expliqua très rapidement de son mieux à Narcisse l’état du front de l’Est où seuls les revenants subsistaient. Alors qu’un commandant qu’elle n’avait que peu côtoyé protéger de son mieux avec quelques soldats le groupe, Sinhae se retourna vers les cris de Mars, ces cris de fureur, de haine, de rage. Lui leur ouvrait la marche, détruisant chaque cadavre qui osait s’approcher à quelques mètres de lui... En cet instant, Sinhae savait pertinemment que cette rage leur offrait la possibilité de sortir de cet enfer, vivants, en plus de sauver le souverain Hao... Mais elle se doutait également qu’il ne s’agissait pas simplement d’un état transitoire à la psyché de Mars. L’ayant déjà vu combattre, l’ayant déjà connu en devant des batailles, la mage savait que cette fureur se trouvait bien plus profondément ancrée dans le corps et l’âme de l’épéiste que ce que beaucoup auraient pu penser. Et dans tous ses doutes, Sinhae ignorait de quoi était réellement capable cet homme.

Elle les protégeait également de son mieux, bien que continuer d’économiser sa magie, encore plus apprenant que les mages, les compagnons de Narcisse n’avait presque plus de réserve... Et les archers étant restés loin des lignes de front, elle allait bien se retrouver seule capable de les protéger à distance, seule capable de se défendre sans armure et lames.

Prenant quelques instants pour évaluer la situation, le cœur de Sinhae rata un battement. Au beau milieu du désert, ils continuaient un écrin de vie face à des milliers de morts qui avançaient vers eux. Une infinité de regards rouges sanglants, et un silence rendant cette scène surréaliste toujours plus angoissante. Bien que la jeune femme craignait que l’état psychologique de Mars empire, ses cris avaient quelque chose de rassurant, comme la certitude que la vie pouvait encore atteindre l’espoir d’un avenir à présent si lointain.

Elle dégagea rapidement quelques mèches de cheveux engluées de sang qui collaient à son visage, prenant une grand respiration et continua à avancer, surveillant les flancs de leur progression, empêchant de toutes ses forces les morts de percer leur formation précaire.

« Attention ! » Sinhae se précipita vers un jeune homme... Encore un bien trop jeune pour aller à la guerre. Dernières lui, une lame rouillée se leva, prête à voler la vie de cet adolescent qui avait encore trop d’années à vivre. Bandant au mieux ses muscles, sa main, pur concentré de magie frappa le dos du mort, et dans un cri, la mage manqua de désintégrer totalement le corps ambulant. Manquant de tomber sous l’impact, le jeune garçon put sentir une main se poser sur son épaule et le tirer avec une certaine violence vers l’arrière. « Reste bien collé aux autres, on ne se disperse pas ! » Une fois le jeune homme placé dans les rangs, auprès du Roi, Sinhae s’approcha de Mars, restant juste derrière lui... Tentant de se tenir prête avec ses forces restantes, à la moindre éventualité.
© ASHLING


Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Déesse

Messages : 319



Le membre 'Sinhae' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Bataille du Désert' :


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Invité ;





Panique, hurlements. L’horreur, à l’état pur. Le rationnel était disparu, la terreur s’installait. Il était impossible de comprendre clairement ce qui se passait, seule la menace était une évidence. Alors que Morygann achevait son ennemi en poussant un gémissement d’effort pour retirer sa lame du poitrail de la bête, elle sentit ce souffle d’horreur parcourir le champ de bataille.

Des morts, partout, qui se relevaient. Pour la première fois depuis son entrée dans sa nouvelle vie, Morygann sentit cette drôle de sensation lui tenaillait le ventre. C’était au delà de toute les conceptions qu’elle avait pu admettre : ils se relevaient, et attaquaient. Tous. Cependant une tendance se détachait, ce qui donna l’occasion à la jeune femme de se protéger du mieux qu’elle put. Il fallait être efficace, éliminer d’un coup, ne pas se perdre en passes maladroites pour tirer son épingle du jeu et se sauver comme elle le pouvait. C’était vraisemblablement la solution la plus viable. Mais bien vite, il fallut se rendre à l’évidence : elle ne pouvait pas repartir d’où elle était venue, un mur d’ennemis comme hypnotisés lui barraient la route. Son salut se manifesta lorsqu’un appel retentit, et que l’armée à laquel elle offrait sa lame battit en retraite.

Morygann regrettait d’envisager ne serais-ce qu’une seconde de fuir seule, aussi cette nouvelle alternative était bien plus en accord avec ses valeurs, et son salaire. Cependant, ce ne fut pas chose facile, l’ouverture était mince de son point de vue. Ce ne fut pas de tout repos, et elle faillit y passer de nombreuses fois avant de parvenir, enfin, à retrouver un vivant, un vrai. Qui plus est quelqu’un qui se battait pour le même camp qu’elle. Les Algiz en difficultés étaient nombreux sur sa route, mais elle ne pouvait pas être de tous les combat : en l’état, son propre sort était une priorité, ainsi que celui du camp qui l’employait. Camp dont le leader semblait en grande difficulté. Il lui fallait honorer son contrat.

Morygann se faufila comme elle put jusqu’au plus gros du reste de l’armée de Kireïde, afin d’atteindre ce qui semblait être un point de rassemblement, fusse-t-il involontaire, écopant au passage de quelques blessures somme toute superficielles. Sa rapidité était un véritable avantage face à ces ennemis d’une nouvelle sorte, et à défaut de se débarrasser d’eux, elle pouvait au moins retarder leurs méfaits. Morygann poussa un soupir, soulagée, lorsqu’elle parvint à rejoindre la masse des soldats de Kireïde : une telle chance était inestimable dans une situation pareille, et elle n’aurait jamais cru parvenir jusqu’à son but. Mais le temps n’était pas au soulagement, au contraire : ils semblaient condamnés.

Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» La zone métropolitaine contribue à 90% à la recette fiscale
» Zone de stockage
» Forêt interne de Konoha - Zone interdite
» Vidéos Zone litigieuse et opération des gardiens d'anachore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Archives :: Corbeille :: Event o1
Sauter vers: