AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« Un peu d'aide? - feat Caym »
Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Un peu d'aide ?

Caym écoutait le jeune garçon, ce présumé héron, faire son argumentation. Il eut d'abord comme un spasme, une inquiétude sourde lorsqu'il posa sa main sur l'emplacement exact de son stigmate. Il retira aussitôt sa main, trop inquiet de voir son secret dévoilé. Il avait fait l'hypothèse qu'Orias savait lire dans les esprits et il ne s'était pas même douté un seul instant qu'il pourrait user de cela contre lui ? Il se maudit lui-même de sa propre stupidité. Puis il prêta une attention toute relative aux arguments du jeune Algiz, l'écoutant expliquer toutes ces choses qu'il ignorait. Principalement le fait que ces dits-hérons aient, pour la plupart, été déplacé à Sollvaec. Eux que l'on disaient les envoyés de Grayling, du côté des adorateurs de Vaec ? Bien que Caym ne s'intéressait nullement aux croyances, il trouvait ce point particulièrement étonnant. Une fois que le jeune homme eut fini sa tirade, Caym se replaça dans son fauteuil. Il se défendait donc d'être l'un de ces majestueux être, avec comme argument majeur son manque de grâce, de pureté et de toutes ces qualités que l'on attribue aux hérons. Dans un soupir, le mercenaire prépara sa réponse. Orias voulait changer de sujet. Pourquoi ne pas lui accorder un peu de répit en répondant à son jeu ? "Tu n'es pas en totale inéquation avec l'image que je m'en fait, non." Il était franc et honnête. Oui, il manquait peut-être d'une certaine élégance que les croyances populaires devaient donner aux Hérons, mais après tout, chaque être était différent, eux devaient l'être sûrement.

"Disons que mes motivations sont... Différente de ce que tu peux imaginer. Ce n'est pas un besoin, mais plus une envie... D'illumination. De ce que j'en ai entendu, ils sont des êtres pacifiques en recherche de paix. Je voudrais savoir si c'est bien vrai. Et aussi connaître l'étendu de leurs pouvoirs. Sont-ils capable d'amener cette paix ? Tant de questions qui demeurent sans réponse..." Il observa ensuite Orias. Comment faire pour confirmer s'il était bien l'un d'eux ou non ? Il réfléchit un instant à tous ce qu'ils venaient de se dire. Les grandes connaissances d'Orias sur le sujet étaient déjà un indice en soi. Car si les Hérons étaient pour la grande majorité à Sollvaec, comment les gens d'Ilmyde pourraient-ils en connaître autant ? Puis, il y avait le fait qu'ils étaient dans l'incapacité de se transformer. Le mettre dans une situation où il n'aurait d'autre choix que d'avouer, peut-être ? Il secoua légèrement la tête. Il n'allait pas le menacer de mort. Cela ne lui servirait à rien, puisqu'ils désiraient juste apprendre à connaître cette espèce, rien de plus. Dans d'autres circonstances, en revanche, il aurait pu agir de la sorte. En mettant le fil de sa lame sous la gorge, cela aurait été plus facile. "Tu sais tout de même bien des choses sur des personnes ne vivant plus à Ilmyde... Est-ce un savoir connu du commun des Algiz ? Personnellement, j'en doute." Il devait réussir à lui arracher la vérité, quel qu'en soit le coût. A n'importe quel prix. Il fixa le dos de sa main, cette main qu'Orias avait touché un peu plus tôt. La réponse se trouvait-elle sous ses yeux ? Il pouvait essayer d'agir de cette façon... De toute façon, si ce jeune homme était bien celui auquel il pensait, alors il savait déjà pour lui. Et puis, c'était une question qu'il voulait poser à un héron, donc il pouvait tout aussi bien la poser maintenant. "Dis moi, que penses-tu... Des marqués ? Comment sont-ils vu à Ilmyde ?" Il le fixa, d'un regard froid, glacial, terrifiant. D'un regard qui lui faisait clairement comprendre qu'il savait. Que son secret était déjà dévoilé. Et que désormais, il ne pourrait plus se reculer.


Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Orias ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 108



Un peu d’aide ?


Il n’avait pu s’empêcher de sourire face à la soudaine gêne de Caym, qui retira précipitamment sa main de sous la sienne. Alors comme cela le blond pouvait exprimer autre chose que… rien ! Il avait donc des sentiments, c’était une bonne chose à savoir, ce n’était pas un malade, un sociopathe dont le seul but serait de l’assassiner. L’action d’Orias eut l’air de le perturber bien plus que ce à quoi ce dernier s’attendait, ce qui le fit rire intérieurement. On ne se frotte pas à un Héron sans y laisser quelques plumes, s’il pouvait le dire ainsi. Sa petite revanche se perpétua avec la réponse que lui offrit son sauveur/infirmier. Alors comme cela le garçon lui trouvait tout de même des similitudes avec son idée des Hérons… Il le savait sa grâce naturelle transpirait par tous les pores de sa peau… ou pas ! Le brun lâcha son morceau de pain, celui-ci tombant sur le lit, tout surprit, tout de même, de cette affirmation. Il rapprocha son visage de celui de Caym et plaça une de ses mains sous son menton, paume vers le haut, tout en papillonnant des yeux.

- Alors… Je suis si beau que ça ?! C’est flatteur, surtout vu la réputation qu’ont ces êtres ! Continua t-il en riant intérieurement.

Orias écouta ensuite attentivement les motivations du garçon, bien mieux explicitées dans son esprit que dans sa bouche. Il reprit son morceau de pain. Le jeune homme n’avait donc aucunes intentions belliqueuses envers les siens, juste une curiosité enfantine plutôt charmante. Enfin jusqu’à ce qu’il entende que l’autre pesait le pour et le contre sur une potentielle menace de sa vie… Oui, charmant vraiment… L’Algiz ne put retenir un petit froncement de sourire puis un petit soupir de soulagement lorsqu’il décida de ne rien en faire, ravi de ne pas se retrouver le couteau sous la gorge. Par réflexe, l’image et les sensations étant fortes dans l’esprit de son interlocuteur, il se toucha, du bout des doigts, le cou pour ensuite répondre enfin à l’homme d’épée.

- Je n’en ai pas l’air mon cher ami mais je suis un érudit ! Je parcours Meinarest pour en apprendre toujours tous, même si effectivement vu mon statut c’est plutôt délicat. Ce n’est donc pas une connaissance commune, comme tu dis, c’est plus personnel. Les Hérons ayant désertés, pour la plupart, de force Ilmyde depuis longtemps ce n’est pas vraiment une espèce des plus connues. Enfin elle l’est, bien sûre, tout le monde sait qu’elle existe sans pour autant qu’elle soit une star, les Lions, il mima les crocs avec ses index, chont cheux qui remportent le titre ! Le brun sortit les doigts de sa bouche pour les essuyer sur le lit (grande classe). Faut dire qu’ils ne peuvent pas se transformer , dit-il en comptant sur ses doigts, enfin ça c’est contestable, ils travaillent avec des humains et ils sont incapables de se battre, donc ils « n’épousent » pas totalement leur côté animal … Parce que oui tu as raison sur ce point ce sont des êtres de paix, de vrais allergiques à toutes formes de violences. J’avais un ami qui tombait dans les pommes s’il tenait un couteau trop affuté…

Petit blanc. Il n’en avait pas trop dit là ? Bon, le doute pouvait toujours planer, avoir un ami Héron ne signifiait pas forcément qu’il l’était… Stupide bouche !! Un jour il apprendrait à réfléchir avant de parler, un jour peut être… Au lieu de paniquer le garçon plissa légèrement les yeux, fallait bien qu’il panique un peu quand même, pour ensuite enchainer rapidement sur le nouveau sujet que le blond lui offrait. Pas forcément bien joyeux mais toujours mieux que son bourbier.

- Les marqués ? A Ilmyde ? Il fit la moue. Très, très mal vu, c’est plus que tabou ! Je te l’ai dit le plus important c’est cette revendication de la nature animale et là c’est plus que se rabaisser, c’est une trahison envers son peuple. Il vint ensuite lui saisir l’avant-bras, se voulant réconfortant. Mais bien sûr j’te parle de généralités, il existe des gens qui ne pensent pas du tout de la même manière. Etre Marqué est un lourd fardeau et ça ne devrait pas être comme ça, selon moi les gens ont tous le droit de vivre confortablement et librement, peu importe le pays, le statut, les parents, le… Je pense que j’ai du sang de princesse de conte en moi… Se rendit-il soudain compte.


Voir le profil de l'utilisateur
Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Un peu d'aide ?

Bien qu'il se doutait largement des réponses que lui donnait Orias, Caym ne peut s'empêcher de se montrer un peu déçu par ce qu'il apprenait. Ilmyde n'était donc pas non plus un lieu de repos et de villégiature pour les Marqués. Ainsi, s'il désirait créer un village pour eux, il devrait le faire bien à l'abri des regards, éloigné de tout pour ne craindre les représailles de quiconque. Puis il se concentra une nouvelle fois sur l'objet de ses convoitises actuelle : Le présumé héron. Il venait de se vendre lui-même en déclarant avoir un ami héron, alors qu'il prétendait lui-même qu'ils étaient pour la plupart tous à Sollvaec. Si réellement, Orias était capable de lire dans les pensées, qu'il aurait aimé qu'il lise dans ses pensées actuellement et qu'il comprenne que le mercenaire était sûr de sa nature et que la cacher ne servait plus à rien, qu'il n'avait non plus pas grand chose à craindre avec lui. Lui qui voulait même se proposer de l'accompagner dans son périple, au moins sur une certaine distance, pour pouvoir l'aider à passer Kiréïde le plus vite possible sans encombre. Dans un soupir, le jeune homme secoua la tête.

Faute d'un aveu véritable, il allait au moins se contenter de répondre au jeune homme sur sa dernière précision, étrangement réaliste. "Je pense même que tu n'en as pas qu'un peu, tu sais. C'est même à se demander comment tu as pu faire le trajet jusqu'ici sans un prince charmant pour te secourir. D'ailleurs, par où comptais-tu passer pour rejoindre Asmosa ? Tu connais le pays ?" Il était fatigué de chercher à confirmer ses dires alors qu'il en était si sûr. Il allait donc passer à l'autre étape de son plan. Sans pour autant répondre quoi que ce soit sur le sujet des marqués. Car la déception était trop forte. Car cela ne servait à rien de s'étendre sur un sujet si tendu. Le mercenaire ne montrait à Orias qu'un visage solide, imperturbable, comme à son habitude. Car au final, il s'y attendait tout de même, à ce cruel verdict. "La situation avec Ilmyde fait que les Kiréïdiens n'apprécient pas trop de voir des Algiz sur leurs terres et vu que tu ne sait pas te battre, ce n'est pas dit que tu puisses t'en sortir seul. Sans compter les bandits de grands chemins, piégeant sans difficultés les voyageurs dans les grands axes routiers. Tiens, quelle race d'Algiz es-tu, d'ailleurs ?" Une dernière question, même pas pour le piéger, non. C'était plus une façon de lancer une conversation un peu plus poussé, de forcer son interlocuteur à trouver une excuse, à chercher un peu. "Selon ton apparence, peut-être pourrais-tu réussir à effrayer ou intimider tes opposants avant de t'enfuir... Cela pourrait marcher à la lisière d'Asmosa, ou il est rare de trouver des Algiz. L'effet de surprise te permettrait de t'enfuir, mais rien de plus. Et encore."

Bien que son discours puisse faire peur, le mercenaire n'était qu'à mi-chemin de la vérité. Ces derniers temps, la situation en Kiréïde était particulièrement agitée et rien ne semblait pouvoir l'endiguer. Une chance pour son travail, cela dit. Supposant qu'Orias était capable de lire dans les esprits, Caym s'amusa à se remémorer plusieurs des scènes de rapt qu'il avait vu dans sa vie, les plus glauques qui soit, passant de l'envoi d'une jambe pour une demande de rançon aux nombreux corps retrouvés pendu dans une forêt. S'il ne pouvait lire dans les pensées, et bien... Tant pis, personne n'aurait su qu'il aurait eu un comportement si puéril. Ses yeux fixèrent ensuite ceux du jeune Algiz. Il attendait sa réponse, il voulait savoir s'il allait facilement pouvoir se proposer pour lui donner son aide ou s'il lui faudrait négocier plus difficilement.


Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Orias ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 108



Un peu d’aide ?


Il ne voulait pas lâcher le morceau, toujours pas, s’amusant secrètement de l’agacement que cela pouvait provoquer chez son interlocuteur. D’ailleurs le blond semblait prendre le fait qu’il est un ami Héron comme un aveu, ce que ça n’était pas, en temps qu’Algiz et voyageur il était à même de croiser ceux-ci. Il fallait qu’il trouve un moyen de semer le doute, de nouveau mais le voilà avec ses pensées attendrissantes aux yeux d’Orias, ce qui l’empêcha de réfléchir. C’était bien plus drôle de regarder son visage neutre à souhait alors qu’il pensait à tant de choses si rares et touchantes, peu de gens pensaient ainsi à un futur possible pour les Marqués. Le brun fût encore une fois surpris par la volonté nouvelle du garçon en face de lui, il voulait maintenant l’escorter  hors de la ville et même jusqu’en Asmosa. Sentirait-il un léger stress, une appréhension dans la voix de Caym alors qu’il s’interrogeait sur ses capacités à survivre dans ce monde dangereux. Il le fixa donc, plongeant ses iris whisky dans les siennes, en souriant.
 
- Je te l’ai dit j’ai l’habitude de voyager, ce n’est pas la première fois que je traverse Kireïde et sûrement pas la dernière. Tu me sous estimes cher ami, comme beaucoup de monde et ce qui, assez souvent, m’aide grandement ! En tout cas j’ai pas vraiment envie de prendre les grands chemins, risqués et ennuyeux, j’vais continuer à travers les forêts au maximum, c’est là que je suis le mieux. Puis on croise pleins d’animaux c’est chouette. D’ailleurs une fois j’en ai rencontré une énooooooorme qui m’a foncé dessus, vraiment ! Un piqué droit sur ma pomme, j’en menais pas large, enfin bref j’ai du me jeter au sol et là j’ai vu un vers de terre mais énoooooorme… Je m’égare, non ?
 
Demanda t-il en fronçant les sourcils alors qu’il avait les bras largement écartés pour indiquer à Caym la taille monumentale (et non véridique) du dit invertébré.  Il laissa ensuite échapper un petit rire nerveux. Bien sûr qu’il connaissait la situation entre Kiréïde et Ilmyde, enfin pas dans les détails mais ça n’était pas nécessaire, les deux nations ne cessaient de rentrer en conflit pour tout et pour rien. Puis même si celles-ci avait des relations moins houleuse il aurait dû faire attention de toute manière, sa nature rare faisant de lui un objet attractif à la vente comme à la possession. Il était rentable quoi, si l’on apprenant ce qu’il était.
 
- Si seulement il n’y avait que ça, murmura t-il, juste être moi devient compliqué dans tous les pays… Puis il rit bien plus franchement au nez du blond, suite à sa réflexion. Moi ? Faire peur ? Peu importe l’animal, tu m’as bien regardé ? Ni grand, ni imposant… Je ferai un bien piètre prédateur. Après j’ai tout de même quelques astuces pour pouvoir éviter les gros ennuis. Enfin la plupart du temps.
 
Il lui avait dit ça avec un sourire malicieux avant de rapidement déchanter. Il retint autant qu’il le pu une grimace de dégoût qui voulait prendre forme sur son visage alors qu’il maudissait intérieurement l’autre vile humain d’oser penser de telles choses. Et en plus tout cela juste pour pouvoir se payer sa tête. Peut être que le visage de Caym restait neutre, comme à son habitude, mais Orias le voyait très bien se rouler de rire dans sa tête. Il tenta de chasser les images en changeant de sujet.
 
- Pourquoi cet interrogatoire ? Se pourrait-il que le chevalier blanc soit tombé sous le charme de celui qu’il a sauvé et que, maintenant, il craigne pour sa vie ? Alors il décide, contre toutes attentes, de tout quitter pour l’accompagner, ne serait-ce que quelques mètres de plus, pour rester à ses côtés et veiller sur lui. Il marqua un temps. Je devrais écrire des histoires, non ?
 

Voir le profil de l'utilisateur

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Besoin d'aide ? .Feat Julia
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» ALBA: Aide en matiere energetique et sanitaire
» Plus de 85 % de l’aide étrangère à Haïti sont gérées par les ONG selon Jean Max
» Firefox aide à l'orthographe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Kireïde :: Cité d'Helios :: Taudis
Sauter vers: