AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« among thieves │ ft. clotho »

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Une foulée puis une autre, tu courrais, souffle régulière mais bien trop rapide couronnant chacun de tes mouvements. Tu étais heureux pour une fois d'avoir à faire à des gardes en armures. La plaque, la maille et autres métaux laissant entendre leurs fracas alors qu'ils tentaient de vous rattraper. Portant tantôt ton regard par dessus ton épaule afin de jauger la distance qui vous séparait de vos poursuivants et surtout être sûr qu'elle te suivait. Tu avais minutieusement depuis votre arrivé en ces lieux, ou plutôt votre infiltration en ces lieux compté les potentielles échappatoires, les patrouilles de garde et l'itinéraire le plus court entre la sortie la plus proche et la bibliothèque où se trouvait le précieux de la belle. Ce n'était donc que quelques secondes plus tard que tu finis par te jeter sur une vitre que tu avais pu mémoriser plus tôt, verre se brisant sous ta charge entraînant par la suite une chute de quelques mètres, entre deux et quatre. Te tu réceptionnas sur une sorte d’échafaud puis sur la passerelle en contre bas qui formait l'équivalent de chemins entre les multiples bâtisses au cœur des arbres. Les secondes s'écoulant tandis que tu te retournas vers là fenêtre d'où vous aviez sauté, t'assurant que les gardes hésitaient toujours à vous suivre.

Tu n'avais point réfléchi cependant par rapport à cette vision et tu avais ordonné d'un signe de main à la jeune femme de continué à te suivre, votre chemin vous entraînant en une structure encore en construction en un de ces arbres. Loin de vos prédateurs alors que la nuit était déjà tombée depuis relativement long, quelques torches et braseros illuminant les environs même si en partie l'obscurité vous entourait entre deux rayons lunaires.Tu en avais profité pour reprendre ton souffle et ôter le masque de fer que tu portais tantôt afin de conserver un certain anonymat surtout lorsqu'il s'agissait de braver l'incarnation de la justice et une de ses places fortes. Tu reportas ton regard auprès de ta partenaire de crime et à la fois commanditaire avant de déclarer ceci.

« - Vous avez trouvé ce que vous vouliez avant qu'ils nous trouvent ou ? Ou alors je vais devoir revoir ma rémunération à la baisse. »

Fermement attaché à l'idée de toucher malgré tout tes pièces d'or de par la difficulté du contrat même si elle n'avait pu trouver l'objet de ses désirs quoi que tu l'avais vu dérober un livre. Tu avais pris les devants en ton cas dérobant deux bouquins qui se trouvaient dans la partie qui concernait la magie noire. Des ouvrages que tu allais revendre ou étudier éventuellement ayant toujours eu envie d'au moins jeter un coup d’œil au domaine magique. Tu t'empressas sur ces dires de t'asseoir à même le sol finissant par reprendre ta respiration en espérant aussi qu'au beau matin la traque allait cesser. Tu n'avais pas spécialement envie de à l'aurore les environs empestés de garde alors que la nuit allait être longue déjà.

« - Et maintenant aussi on a plus qu'à attendre ici pour cette nuit en espérant qu'une patrouille ne s'aventure par ici donc vous êtes du genre bavarde ou à dormir dès la tombée de la nuit ? »

Vous alliez devoir aussi trouvé une occupation pour tuer les heures, lecture quasiment impossible de par l'absence de luminosité. Ne sachant rien de ton interlocutrice hormis son nom, et sa région d'origine. Il était tant de sociabiliser même si en ton cas de par le passé c'était souvent par intérêts en bon espion que tu étais. D'ailleurs tu rajoutas cette dernière parole à l'attention de ta connaissance d'infortune.

« -  Et je vous ai vu fouiller dans les livres sur la magie blanche, vous allez en faire quoi ? Non car autant dérober un écrit sur la magie noire et tout ce qui est occulte d'accord mais la magie blanche, je n'en vois pas trop l'intérêt. »

Après l'une est pour guérir les méfaits, l'autre pour les créer mais passons.


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

Le son du métal fracassait le silence des bois tandis que les pas des deux voleurs encore en sursis se permettait de résonner dans les planches du sol. L'alarme était sonné et les gardes ne semblaient pas vouloir lâcher la potentielle prise se présentant à eux. La nuit était le nid de bien des mauvais tours, ils en avaient conscience pour autant qui serait assez fou pour oser chaparder quoique ce soit dans une cité utilisée comme frontière ? La garde était omniprésente et ce même sous l'éclat de la lune actuellement à son apogée. La cadence de la course était importante et le moindre faux pas serait source de prison.

Le corps dissimulé sous une immense cape, la belle essayait du mieux possible de ne pas perdre de vue son partenaire du moment, ce dernier bien plus à l'aise dans la maîtrise de la fuite dans l'obscurité. Elle allait avoir besoin d'user des ressources de ses longues années d'entraînement à Sollvaec. Si les prêtres guerriers avaient conscience que tout ce qu'elle avait reçu comme enseignement était usé pour un cambriolage, ils feraient tous un tour sur eux même ce qui n'était pas sans amuser Clotho. Pour se rassurer elle prenait la décision de jeter un œil derrière eux afin de juger de la distance qui la séparait de ses assaillants.

A la vision de l'amas de soldats en pleine course, l'épéiste déglutissait un peu tout en tirant d'un geste sur sa capuche afin d'assurer que son faciès n'était pas visible. Pour autant, elle ne comptait pas s'éterniser dans cette forêt et ce même si la suite des événements s'avérait positive. La douce se devait néanmoins de préserver son grand frère qui aurait bien des ennuis si elle était rattrapée. Il lui fallait assumer sans sourciller ce qu'elle faisait sans même regretter un seul instant ce vol. Elle ne lâchait pas la cadence et suivait de près l'homme masqué qui était son unique moyen de pouvoir s'évacuer de cette bien piètre situation.

Esquiver une branche, un tonneau et bien d'autres obstacles, la concentration était indispensable sans compter la suite. Un saut et les bruits d'une vitre brisée. Ce voleur ne plaisantait pas sur ses décisions et sans même la questionner sur son potentiel refus il avait sauté à travers cette fenêtre atteignant le sol sans encombre. Clotho était elle moins à l'aise avec son futur atterrissage mais elle ne pouvait guère perdre le temps que l'homme lui avait fait gagner. Aucune réflexion obsolète, la voilà dans les airs, incantant discrètement un enchantement sur ses jambes afin d'entrer en contact avec le sol sans aucune douleur.

La belle frottait ses mains puis les plaçait sur ses hanches. « Olah rassurez vous j'ai pu dénicher ce qu'il me fallait. Votre paiement sera à la hauteur de cette course sans fin que nous venons de vivre ; tout en s'adressant à lui, elle jetait un œil sur sa sacoche contenant l'ouvrage. Elle ne le sortait pas afin de côtoyer le mystère. « Nous prenons donc le risque de rester cacher ici sans bouger ? Soit je vous fais confiance mais ne me décevez pas ; un sourire se dessinait sur son visage, un brin taquine tandis qu'elle plaçait sa paume droite sur ses jambes afin de retirer le sort user durant la descente. Un regard dans la direction de son partenaire.

Intriguée par le masque ses pupilles le détaillaient une poignée de secondes s'attardant sur son faciès. « Allez au fond de votre pensée, je suis une femme vous devez bien me penser bavarde ; Clotho était un peu inquiète pour la suite, elle ne voulait pour autant pas aborder la question et préférait plaisanter. « Discutons ; elle marchait avec lenteur en direction d'un mur, posant son dos contre celui-ci tout en jouant avec une mèche de son épaisse chevelure un brin ébouriffée de par la vive course. « Vous êtes observateur je ne m'attendais pas à cette question mais, jouons un peu. Qu'ai-je fait à votre avis ces dernières années ?





Dernière édition par Clotho le Lun 22 Mai - 14:46, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Premières paroles en quelque sorte réconfortante dans le sens où ton paiement était donc assuré. Sans doute ce qui était le plus important à tes yeux pour l’instant après le fait de fuir cette partie du monde en alerte suite à votre méfait. Tu n’avais dénié cependant relever sa parole suivante considérant de par ton expérience que vous pouviez rester ici pour un moment, tu avais déjà en parallèle planifié de quitter cette cité forteresse à l’aube. Entre les réveilles difficiles et le manque de sommeil des gardes mobilisés et les dernières minutes du voile de la nuit, il était aisé selon ton opinion de déjouer la sécurité mise en place et quitter les lieux sans plus d’encombres. Tu n’avais fait guère de commentaire aussi par rapport à sa parole tout aussi taquine et éventuellement un tant soit peu sexiste vis à vis de son sexe, chose ayant malgré tout le don d’étirer un léger rictus le long de ton visage. Tu n’en restais pas moins observateur comme elle l’avait décrit et très attentif au moindre détail que l’on pouvait te concéder ou non en quelque sorte. Tu avais bien rapidement remarqué que la concernée avait éludée un de tes questionnements et spécifiquement le dernier.

Voilà qu’elle t’avait mis au défi en quelque sorte de dresser son portrait. Soit il, cela n’allait être des plus difficiles même si sur l’aspect psychologique cela allait être plus corsé de par un manque de savoir sur elle. Tu t’étais permis en parallèle de sortir de ta sacoche un des ouvrages que tu avais emprunté en même temps en cette bibliothèque, feuilletant vaguement ces pages sur les magies toutes sauf destinées à aider son prochain. Tu n’avais tardé à ensuite reporter ton attention sur elle avant de répondre à sa dernière parole sur un ton confrère du pragmatisme dont tu savais faire preuve, non pas désagréable mais un directe sans être blessant, du moins tu le supposais.

« - Alors hormis le fait que l’on t’appelle Clotho, j’ai remarqué que lorsque tu as sauté de la fenêtre généralement tout voleur ou mercenaire avec de l’expertise dans le domaine de la fuite se serait réceptionné avec une banale roulade pour limiter la casse de la fuite ou une mauvaise réception surtout que sans vouloir t’offenser tu n’as pas la même constitution qu’un homme taillé au niveau de tes jambes pour encaisser une chute. Vu la hauteur il était quand même facile de se fouler la cheville  en pleine course donc je serais tenté de dire que tu as peu être utilisé une magie même si tu disposes d’une épée à tes côtés. »

Te redressant sur ces dires, tu fis dès lors quelques pas en sa direction, épiant de façon plus prononcée sa silhouette à la recherche d’un quelque chose bien précis malgré tout. L’obscurité te compliquant la tâche dès lors n’arrivant à dénicher ce que tu souhaitais, une pierre précieuse à vrai dire tu conclus par ceci par rapport à tes précédents mots.

« - Je serais tenté de dire donc que tu as une formation en magie, ou alors que tu as eu la chance de bien te réceptionner vu que je n’arrive pas à trouver une quelconque gemme sur ta personne en guise de catalyseur les adeptes de la magie raffolant généralement de pierres précieuses comme catalyseurs. Tu portes cependant une épée mais je ne t’ai pas vu t’en servir alors je ne peux pas vraiment plus spéculer sur ton passé ne sachant si tu as un réel talent avec les armes ou non. »

Lui adressant un léger sourire sur ces dernières paroles alors que ton analyse avait pu paraître terrifiante sous certains aspects. Tu reculas ensuite pour reprendre place où tu te tenais reprenant le livre que tu avais au par avant feuilleté en rajoutant ceci, ces dires taquins à souhait.

« - Mais bon à défaut de savoir ce que tu as fait ces dernières années à cause de simples spéculations et d’un manque d’informations sur toi, tu es plaisante à observer. »

Ce léger compliment donnant lieu dès lors à une nouvelle question, on ne pouvait te cacher grand chose alors que tu t'étais permis de la tutoyer alégremment vu les heures que vous alliez sans doute passer ensemble.

« - D’ailleurs tu ne m’as toujours pas répondu, à quoi va te servir ce bouquin si ce n’est pas indiscret ? »


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

A défaut d'avoir pu fuir la ville sans encombre, la discussion empruntait une tournure qui avait le mérite d'amuser la belle, fait d'ailleurs qu'elle ne prenait pas la peine de cacher. Clotho avait toujours apprécié et ce depuis son plus jeune âge les joutes verbales, que ces dernières aient eu lieu avec des inconnus qu'avec sa propre famille. Son grand frère était une victime de choix et l'épéiste s'amusait à le faire sortir de ses gonds. Bien entendu la jeune femme avait conscience que cet homme était loin d'être quelqu'un de facile à déceler. Il dégageait une étrange sensation, de la noirceur qu'elle avait bien du mal à définir.

Malgré tout elle lui lançait un défi, elle ne montrait pas le malaise qui se permettait de s'inviter dans son esprit en sa présence. Clotho était une personne qui n'aimait pas courber l'échine car elle l'avait trop souvent fait à son goût par le passé. Elle ne montrait rien, profitant des ombres dansant à la lumière de la lune au travers les branchages en mouvement. Le dos contre le mur elle se laissait ainsi glisser le long de ce dernier, se retrouvant le fessier au sol. Les planches de la cache était peu confortable mais elle allait devoir faire avec. En compagnie de son mouvement un petit son de métal se faisait entendre, celui de sa lame.

Clotho la replaçait correctement autour de sa ceinture, sa main droite venant resserrer la lanière un peu usée maintenant son fourreau. Puis elle figeait son regard teinté de bleu dans la direction de son partenaire, le fixant sans détourner les yeux. « Voyons, comme si une Dame de mon rang pouvait se permettre de faire une roulade dans la poussière. restons sérieux ; elle usait de la carte de l'humour une nouvelle fois comme pour noyer le poisson. Pire, elle plaçait sa main au niveau de son poitrail, mimant la noble effarouchée qu'elle n'était pas du tout. Quitte à jouer cette nuit autant le faire jusqu'au bout.

Elle allongeait ses jambes, usant de chance en constatant aucune écharde venir souiller sa peau. « Je vais rester sérieuse et vous avouer que l'une de vos hypothèses est la bonne, vous avez su toucher du doigt la vérité du premier coup. Malgré tout, je vous offre un carton rouge quant à l'observation. Je pense que la pénombre est un ennemi redoutable pour vos yeux ; elle n'en disait pas plus, le laissant répondre tout en jouant à nouveau avec une mèche de sa chevelure. Un coup d’œil vers le ciel. « Ola mais ne vous méprenez pas mon cher, je ne suis pas une femme de ce genre. Le tutoiement et la flatterie ne vous aideront pas.

Elle esquissait un sourire en coin tout en fixant les cieux. Aussi peu commune était la situation, il fallait avouer que cette ville emmitouflée dans la forêt était des plus agréable à vivre. Quelle triste chose que de souiller cette verdure de la présence du métal et des forces militaires. Un léger soupir s'imposait à cette pensée tandis que la belle reprenait le fil de la discussion. « Oh l'indiscrétion ne me dérange guère mais ma réponse pourrait vous indiquer la réponse au sujet de mon passé ; elle riait un peu. « Mais soit je ne vais pas vous faire languir pour rien. Je pense que ce bouquin peu m'aider dans mon apprentissage. Et vous dans ce cas, pourquoi la magie noire ?





Dernière édition par Clotho le Lun 22 Mai - 14:46, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Écoutant attentivement chacune de ses réponses entre deux sonorités parasites comme le bruit d'un déplacement ou alors le chant nocturne d'un oiseau ou tout autre habitant sauvage de cette forêt. Tu avais donc eu raison sur certains sujets concernant la jeune femme, une mage ? Pour toi elle devait donc être une mage ni plus ni moins quoi que un peu étonné par le fait qu'elle porte une épée. Tu esquissas un léger sourire lorsqu'elle finit par te répondre vis à vis du bouquin qu'elle avait dérobé. Magie blanche, mage mais possédant une épée. Éloignant de base le fait qu'elle puisse être une ancienne Algiz qui a fauté avec un humain ou une humaine ou encore une marquée, les cas comme toi étant des plus rares. Le puzzle se reformait doucement mais sûrement refaisant surgir à la surface tes talents en investigation. Elle devait être une mage blanche ou alors une prêtresse guerrière de par son arme blanche, tu te disais aussi que si la seconde option était la bonne il y avait de fortes chances qu'elle soit originaire de Sollvaec. Si cela était le cas la situation avait de quoi faire rire, une fille du pays qui prône la paix, la tolérance et bien d'autres choses prise en flagrant délit de vol avec un mercenaire, une merveilleuse reconversion en soi.

Chaque chose en son temps cependant tu te permis de répondre sur un ton taquin à l'une de ces paroles.

« - Oh pour la flatterie on va dire déformation professionnelle mais pour le tutoiement, ca me change j'ai passé la majorité de ma vie à vouvoyer alors un peu de changement n'est pas déplaisant. »

Jetant tantôt un regard à l'extérieur de votre abris de fortune, décrivant les environs à la recherche d'un quelconque ennemi afin de savoir si vous étiez encore tranquille. Tu t'empressas par la suite de rajouter de nouveaux mots qui allaient peut être faire mouche et une nouvelle fois te remémorer ton passé.

« - Sinon tu dois bien être une mage blanche ou une prêtresse guerrière ? Dans le cas où la seconde réponse est la bonne je suppose que tu viens de Sollvaec et si oui, comment une femme élevée selon de très bons préceptes se retrouve à voler un livre ? »

Nouvelle question bien loin cependant d'un acte inquisiteur. Tu n'avais guère répondu en ton cas à sa question même si tu avais volé ces ouvrages sur la magie noire, tu allais en faire une utilisation somme toute des plus basiques ne tardant d'ailleurs à témoigner de ceci verbalement.

« - Et pour les livres que j'ai pris, je compte me lancer à mes heures perdues dans l'étude de la magie et sans doute les revendre une fois que je n'en aurai plus la moindre utilité. »

Tu te savais que de par ces propos elle allait te demander par la suite d'où tu venais et éventuellement plus, après l'avoir questionné elle, tu allais avoir droit au juste retour des choses. Malgré tout tu étais toujours hésitant quant à la stratégie à adopter par la suite, lui confier la vérité sur ton ancien statut ? Non, aborder le sujet de ta marque ? Non plus, tu allais devoir improviser sur l'intégralité de ce sujet, tu allais devoir improviser l'ensemble de ton existence hormis peut être les dernières semaines, hormis tout ce qui t'est arrivé depuis que tu es devenu mercenaire. Tu t'imaginais très mal annoncer à la jeune femme que tu étais accusé d'avoir comploté contre l'ancien roi de Kireïde, que tu étais marqué et de surcroît exilé.


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

Elle aimait ce petit jeu, la belle ne réalisait pas à quel point. Depuis son départ du fief religieux, elle apprenait à agir comme sa raison lui dictait, chose que Clotho avait oublié depuis de trop nombreuses années. Elle ne faisait que s'entraîner, de suivre les ordres et les diverses missions que ses supérieurs avaient le malheur de lui infliger. Le terme était pleinement choisi car c'est ainsi qu'elle percevait la chose et ce depuis son premier par dans cette ville soi disant touchée par la grâce divine de Vaec. Elle rêvait de liberté, de visiter les terres du continent et surtout de pouvoir prôner ses propres idées sans avoir à se cacher sous des apparences.

Ainsi elle se délectait de cette rencontre. Cette ombre savait sourire, il n'était pas qu'un simple voleur et la belle n'attendait que ce moment, celui qui lui donnera l'occasion d'en apprendre plus sur son partenaire. La nuit étoilée et la lune pleine étaient les témoins de cette rencontre que le destin avait pris la peine de créer pour le plus grand plaisir de prêtresse guerrière. Posée contre le mur de cette maisonnette perchée en haut des arbres, Clotho croisait les jambes tout en ne quittant toujours pas la pénombre qui l'enlaçait depuis que son fessier avait touché le sol. « Mais c'est que vous me donnez des indices volontairement, merci.

Soit, il avait donc l'usage de la flatterie et le vouvoiement était une part de son quotidien par le passé. Les informations n'étaient pas tombées dans l'oreille d'une sourde et la belle saurait les utiliser au moment voulu. Pour l'instant le petit jeu était destiné à son joli minois. Ses yeux bleutés le suivaient du regard tandis qu'il observait l'extérieur. « Bingo. Vous touchez du bout des doigts la vérité tout du moins une partie de cette dernière. Les choses ne sont jamais ce qu'elles prétendent être si je puis me permettre ; un haussement d'épaules accompagnait les propos de la donzelle puis elle se redressait, s'étirant un peu pour se dégourdir.

Elle posait une main sur sa hanche. « Je pense que je vous dois des réponses vous avez tout de même déniché une piste. Disons que j'ai été à Sollvaec pendant une partie de ma vie qui est plutôt récente ; une moue brisait son visage serein au moment d'aborder le sujet puis elle se reprenait, passant une main dans ses cheveux. « Et ne vous fiez pas aux apparences, ce n'est pas parce qu'une religion orne une nation que ses préceptes sont forcément bons et positifs. Croyez moi ; la belle se tournait vers lui par la suite. « Sachez que la magie est plus qu'un domaine, il faut de l'inspiration. En avez vous assez adepte de la flatterie ?





Dernière édition par Clotho le Lun 22 Mai - 14:46, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Elle avait le don d’être divertissante et de captiver plus que la moyenne des gens ta curiosité. Au delà de ces qualités, elle était une exception tandis que tu n’avais jamais réellement porté attention aux autres personnes que tu côtoyais en ton nouveau quotidien. Les voleurs, les assassins et autres, ils étaient quasiment tous pareil pour toi avec des motivations proches ou quasiment identiques pour certains. Motivés par le simple fait de survivre puis vivre de par des credos décriés de la population, il était toujours plaisant de rencontrer une fidèle ou ancienne fidèle de Sollvaec, une prêtresse guerrière, un choix de vie très différente de celui auquel tu avais aspiré de par le passé. Même si tu restais toujours dans ce genre de domaines synonymes de l’ombre, tu étais aujourd’hui loin du fait de diriger des groupes d’espions, des assassins royaux ou d’autres domaines prohibés. Les temps changent et en ton cas ils changeaient difficilement à vrai dire même si tu avais droit à un petit rayon de soleil dans la pénombre nocturne, en un quotidien sombre. Un rayon de soleil qui n’avait pas peur de critiquer en parallèle sa religion, ses préceptes et son enseignement là où tout ceci te rappelait le fanatisme.

Elle n’avait tardé à enchaîner sur une autre thématique que tu avais mis sur la table en quelque sorte. La magie, tu avais côtoyé certains mages et autres prêtres de renommé tout comme bien d’autres familles royales ou autres descendants ou descendantes de divinités en tes déplacement. Tout ce que tu en savais c’est que ceci était lié à un travail de longue durée, un apprentissage rigoureux même si tu ne savais si tout ceci pouvait être lié aussi à une affinité avec ce genre de pratiques toutes sauf scientifiques. Tu t’étais empressé de rétorquer aux paroles de la jeune femme concernant ce fameux terme qu’est l’inspiration, un terme sur lequel tu t’amusas d’ailleurs.

« - On m’a dit de par le passé que j’avais de l’inspiration lorsqu’il s’agissait de développer de quoi anticiper, faire chuter, assassiner ou espionner d’autres personnes. Alors si j’ai la volonté pour tout ceci je pense avoir l’inspiration et la volonté pour cela. »

Si jamais tu te devais d’avoir une affinité quelconque, la nécromancie et les arts occultes seraient ton domaine de prédilection contrairement à la candeur de la magie que devait pratiquer la jeune femme. Tu finis par te redresser tout en faisant attention à n’émettre trop de bruit, dévorant en quelques habiles gestes la distance entre ta personne et celle de la concernée, te retrouvant dès lors juste en face d’elle, juste devant ses jambes étendues, finissant par toucher le sol à ton tour.

« - Dans ce cas, mademoiselle Clotho pourrait s’improviser enseignante de magie même si je doute que vous soyez spécialisée dans les magies liées aux éléments et que tu disposes de la sagesse et l’ancienneté nécessaire à ce genre de choses. »

Il était toujours plaisant pour toi de couronner plusieurs de tes actes d’un soupçon de taquinerie, comme quoi on pouvait être sinistre en ses œuvres au quotidien tout en étant un tant soit peu amical. Tu finis même par la suite par retourner quasiment mots pour mots certains propos de la concernée tout en réajustant les gants que tu portais dont l’utilité première était de cacher ta marque.

« - Sachant que pour être professeur il faut de la pédagogie, en as tu assez adepte des énigmes ? »


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

Elle avait toujours cette fâcheuse tendance de jouer sur les mots, de ne cesser de vouloir avoir le dernier mot. Pour autant la belle n'aurait jamais imaginé pouvoir faire passer le temps ainsi avec cette personne à l'aura si noirâtre. Un fait, une sensation, Clotho ne pouvait le dire avec précision mais elle avait ce sentiment que l'homme dissimulait un passé bien plus complexe qu'être un individu prônant l'assassinat et le vol sans même sourciller ne serait-ce qu'un peu. Elle n'aimait pas avoir à sonder les gens car elle n'avait jamais apprécié que les autres le fassent pour elle. Il se trompait toujours, jamais personne ne l'avait véritablement cerné.

Le dos contre le mur de la bâtisse en bois, elle étirait ses jambes encore allongée au sol, haussant un sourcil aux craquements du doigts provoqués par ce simple geste qu'elle percevait comme anodin. Prions pour que cette maison ne s'effondre pas de cette arbre immense. La belle n'était pas connue pour sa chance, le hasard était depuis toujours son pire adversaire car ce dernier éprouvait une certaine joie à la faire affronter des choses imprévue. Quel fourbe. Avec lenteur elle menait sa main dans son épaisse chevelure blonde, faisant en sorte qu'elle tombe sur une seule de ses épaules, dévoilant l'autre sans avoir l'air de charmer.

Clotho était de ces femmes féministes qui malgré tout aimaient se montrer douce et agréable. A l'écoute de son vis à vis, elle déposait son regard dans sa direction tout en se laissant hypnotisée par son ombre qui se mouvait grâce à la lueur de la lune encore à son apogée. « Chacun ses goûts j'imagine ; elle esquissait un sourire, pas apeurée pour un sous après avoir entendu de tels propos. A quoi pouvait-elle s'attendre de plus au final ? « Je ne doute pas un instant de la volonté qui pourrait vous habiter mais attention, par inspiration je parle aussi de création, d'imagination. Hm ce que vous me citez là me fait d'avantage penser à de l'annihilation.

Tandis qu'il venait se placer face à elle, la belle reculait ses jambes d'un geste purement instinctif. Elle les pliait alors, croisant ses bras sur ses genoux. « Moi, une enseignante ? Vous vous méprenez ; elle riait un peu. « Comme vous le dites si bien je n'ai aucune pédagogie, aucune patience. Je suis de ceux qui attendent au fond d'une salle de classe à regarder par la fenêtre, espérant pouvoir être libre et agir comme je l'entends ; elle agitait ses doigts pour mimer l'envol. « Oh et vous avez bien compris, je ne fais qu'enchanter, je ne maîtrise aucun élément, dommage ; clotho s'interrompait, du bruit se faisait entendre autour de la bâtisse.





Dernière édition par Clotho le Lun 22 Mai - 14:46, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

De l'annihilation ? Ce n'est pas les propos que tu aurais tenu concernant tout ceci. Ce ne sont pas des propos relativement réfléchis te disais tu à vrai dire même si tout est une question de point de vue. Tu comptais bien lui prouver le contraire en tes futurs réponses à ses paroles alors qu'elle s'avérait elle même être du genre d’élève des plus déplaisants, ce genre d'individus qui peut être gâchent leur potentiel. Tu lui aurais bien répondu directement, tu aurais bien usé de tes sarcasmes contre sa personne mais la servi était bien plus importante. Une survie liée à des sonorités externes à la construction en laquelle vous vous trouviez, tu les avais ouïe ces bruits. Des pas, de multiples pas en accord avec le tintement de la plaque, de la maille ou de tout objet métallique proche d'une armure. Des gardes, une patrouille qui se rapprochait de votre cache et qui ne tarda à s'arrêter non loin de celle-ci à quelques mètres tout au mieux. Discussion pouvant se faire entendre, chaque mots discernables alors que ces hommes témoignaient d'une lassitude en leur travail de nuit, c'est promptement que tu avais machinalement agrippé la jeune femme par le poignet. Tirant la prêtresse guerrière en une parcelle bien plus sombre de votre demeure, totalement nimbée dans l'ombre alors que vous vous trouviez en partie en pleine lumière de la lune.

Sa personne plaquée à la tienne alors que tu trouvais dressé dans l'obscurité tendant toujours l'oreille, seconde main apposée le long des lèvres de celle qui se dénommait Clotho lui ôtant tout droit de parole. C'est ainsi que les secondes s'écoulèrent jusqu'à ce qu'une nouvelle fois la plaque se fasse entendre tout comme les bruits de pas, patrouille s'éloignant alors que la nuit allait être encore longue dans ces conditions. Relâchant ton emprise sur la fausse prisonnière que tu avais fait d'elle pendant quelques secondes afin de t'assurer qu'elle ne soit repérée. Tu te permis de dès lors lâcher cette pique, cette taquinerie en réponse à tout ceci, en parallèle de ce qu'il venait de se passer.

« - Effectivement, je te vois mal enseignante déjà que tu as du mal à apprendre certains rudiment dans le contexte où nous sommes comme éviter absolument toute source de lumière. »

Tu aurais pu en rire à défaut de devoir conserver malgré tout un certain silence, limitant d'ailleurs en parallèle ta voix là où tout son pouvait être largement amplifié en pleine nuit de par l'absence d'autres sonorités parasites. Tu ne tardas ensuite à revenir sur certaines paroles de l'enchanteresse, toujours aussi incisif sans pour autant vouloir être totalement désagréable en le ton que tu employais pour porter tes palabres.

« - Et ce que vous pensez qui ressemble à de l'annihilation, tout est une question de point de vue. Bien des choses que j'ai manigancé et entrepris ont un objectif beaucoup plus louable qu'ils ne peuvent le laissé supposer. On ne vit pas dans un monde où tout peut se régler avec de bons arrangements à l'amiable, prêtresse guerrière. »

Sourire taquin se dessinant sous le voile de l'ombre, de la nuit noire qui avait élu refuge en une parcelle de cette bâtisse. Tu rajoutas de nouveaux propos à l'attention de ton interlocutrice n'enfonçant pas le clou cette fois-ci mais restant toujours proche du sujet que tu avais soulevé bien plus tôt.

« - Si tu ne fais qu'enchanter, c'est une base par laquelle tout magicien est sans doute passé dans sa formation. Tu ne serais même pas capable d'enseigner quelques bases par rapport à ceci ? C'est décevant alors que cela doit être aussi aisé que réaliser quelques passes d'armes pour former un gamin. »


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

Le bruit avait attiré son attention, la belle ne prononçait plus aucun mot plongeant dans l'aphasie en attente du potentiel départ des soldats. Les sont des armures, des pas sur les passerelles étaient si audibles qu'ils étaient sans aucun doute non loin. Ne prononçant plus aucun mot, Clotho tournait son attention vers la provenance des bruits mais se voyait — sans même avoir le temps de quoique ce soit, emportée vers l'homme qui la tirait dans sa direction pour se dissimuler dans l'ombre. Un brin effarouchée par le geste elle se permettait un petit coup sur le bras de ce dernier, haussant un sourcil dès lors qu'il l'empêcha de parler.

Contre lui, elle ne faisait rien pouvant les mettre tous les deux dans une mauvaise posture mais elle n'en pensait pas moins. Pas de rougeur, pas de gêne digne d'une pauvre femme effarouchée. Clotho était plus agacée par le geste que mal à l'aide de la situation. Puis un son, les gardes semblaient se retirer permettant à cette étrange accolade de s'interrompre enfin. D'un pas en arrière, elle n'attendit pas d'avantage pour reculer et sortir à moitié des ténèbres. « Vous auriez dû le dire tout de suite comment vous vouliez occuper cette nuit, goujat ; elle accompagnait ces propos d'un soupir tout en faisant mine de dépoussiérer ses vêtements.

Elle passait une main dans ses cheveux. « Vous allez la voir venir la source de lumière mais je ne suis pas sûre que vous apprécierez ; elle claquait un peu sa langue et reprenait une allure nonchalante et posée. « Je n'ai même pas eu le temps de dire ouf avant d'être emportée par un rustre ; elle préférait malgré tout se replacer dans l'ombre, le dos appuyé contre le mur, à présent à la droite de Thanaes. « Ow, monsieur n'aime pas que l'on juge son emploi, je m'en souviendrais ; le sourire faisait alors son grand retour. « Raah mais épargnez moi ce fichu mot prêtresse, quelle horreur. Et croyez moi je le sais, l'amiable c'est oublié de nos jours.

Elle n'était pas naïve, au contraire. Peut-être avait-elle passé de nombreuses années dans une ville qui prône la religion mais elle ne perdait pas de vue que seuls les sons des épées qui s'entrechoquent étaient encore écoutés à cette époque. La guerre et les combats sont devenus des moyens de paiement. « Si je croyais à cela je ne m'amuserais pas à voler une ville frontière en pleine nuit ; elle hissait les yeux au ciel puis poursuivait sur un autre sujet. « Vous n'avez pas débuter en magie que vous jugez déjà. Les mages n'usent pas d'enchantements, ils domptent les éléments, n'est-ce pas une connaissance générale ? Je vous ai appris quelque chose.



Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Un geste peut être considéré comme déplacé, quoi que non de ton point de vue alors que tu avais tout bonnement voulu assurer votre survie en un environnement des plus hostiles. Tu avais roulé des yeux en guise de simple réponse dans cette obscurité, réaction peu perceptible dès lors alors que tu avais gardé le silence le long de ses remontrances même s'il fallait l'avouer un rire avait failli franchir le seuil de tes lèvres. Tu ne t'attendais pas à être traité de goujat pour si peu mais bon chacun son caractère et son seuil de tolérance à vrai dire même si tu te trouvais critiquable juste sur ton exécution, brusque là où effectivement tu aurais pu agir de façon bien plus civilisée lui intimant de ne point se faire ouïr tout en quittant les caresses de la lune qui la révélaient. Tu arquas un sourcil à sa toute dernière parole concernant le domaine magique, ton ego doucement frappé alors que tu avais côtoyé de multiples mages à la cour royale de Kireïde, alors que tu avais rencontré les plus éminents manipulateurs des éléments en Asmosa. Susceptible ? Elle semblait l'être tandis que tu notais précisément en un coin de ton esprit cette potentielle information, toujours à l’affût malgré tout du moindre bruit à l'extérieur.

Bras croisés le long de ton buste alors que tu étais toujours dressé, adossé à ce mur sans rien dire, tes doigts pianotant le long de ton bras pour certains. Tu finis par glisser le long du support accolé à ton dos pour retrouver le sol à ton tour, juste à côté de la jeune femme te permettant dès lors de répondre à ses précédentes répliques. Moqueur comme d’habitude même si une nouvelle fois cela était bien plus taquin qu'autre chose.

« - Je ne savais pas que mademoiselle était du genre vierge effarouchée dès qu'on la bouge. Excusez moi mademoiselle avec toute la considération que je vous porte. »

Ton poing venant docilement se heurter à son épaule pour couronner ton acte venant gentiment embêter ta coéquipière d'infortune. Tu t'amusas même à en rajouter alors que tu mimas dans l'obscurité le fait de réaliser une partielle révérence légèrement tourné vers elle, sarcasmes adoucis se faisant entendre.

« - La prochaine fois qu'importe la situation je préviendrai mademoiselle lui offrant toute la douceur et l'estime liée à son rang pour ne pas passer pour un barbare. »

Peut être avais tu remué le couteau dans la plaie, peut être t'étais tu montré blessant selon sa susceptibilité mais en ton cas tu avais répondu tout ceci pour la taquiner, te divertir et passer le temps surtout bien loin du but d'être assassin même si tu pouvais facilement devenir une invivable langue de serpent, crachant son poison. Tu fus cependant fortement interloqué par ses derniers propos ce qui était pour toi un total non sens ou alors un quiproquo selon les points de vue. Tu lui fis d'ailleurs tout aussi rapidement savoir exposant ta vision des choses concernant sans doute un débat naissant sur les arcanes de la magie et de leur apprentissage.

« - Et vous jouez sur les mots, un mage peut très bien dans les effets insuffler un élément à une épée ou une flèche par exemple même si ceci est inutile de par leur niveau inexistant en maniement d'armes en parallèle. Ceci aussi correspond au terme d'enchantement et doit être relativement aisé comparé à d'autres sorts beaucoup plus complexes que j'ai pu voir en mon existence. »

Tu terminas sur ces dernières palabres, soulignant le fait que tu n'étais pas totalement un inculte bien au contraire.

« - Je sais faire la différence entre un mage qui dompte les éléments et un autre plus porté sur les magies curatives et protectrices, c'est la moindre des choses en tant d'années surtout de par les domaines que j'ai côtoyé. »


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

La belle ne s'en cachait pas, elle avait un sale caractère que beaucoup ne parvenait pas à supporter. Malgré tout Clotho ne s'en vexait pas bien au contraire, en jouer et le montrer, cela était devenue une activité des plus amusante pour elle. La susceptibilité est une façon de voir la vie la rendant quelque peu farouche, lui permettant même parfois de se débarrasser de certaines personnes inutiles ou fatigantes. En l'occurrence pour l'instant, celui lui donnait surtout l'occasion de constater que cet assassin plus enclin à s'amuser, à taquiner que les apparences ne souhaitaient le montrer. Autant continuer un peu dans cette voie pour s'occuper.

La pénombre donnait la sensation de devenir encore plus profonde, la nuit recouvrait les terres depuis quelques heures déjà. Qu'il était loin le temps où la moindre parcelle de noirceur la faisait frissonner de peur. Le dos contre le mur elle figeant son attention vers l'extérieur, haussant les épaules. « J'ai simplement un espace vital plus important que la plèbe ; elle faisait mine de lever un peu le menton, comme pour mimer de la supériorité tout en commençant à enrouler une mèche de cheveux autour de son doigt. « Mais soit, vous vous excusez, cela me convient bien que votre considération à mon égard ne doit pas voler bien haut.

Il venait heurter son poing sur son épaule, la jeune femme se contentant alors de faire mine de souffrir suite au choc d'une douleur inventée. Une main viens passer dans sa chevelure, son expression en faisant un peu trop. « Voilà, vous avez enfin compris comment il faut me parler, je suis satisfaite. Je ne suis pas demoiselle à côtoyer des barbares, tout de même ; à son tour elle croisait les bras. La suite de la discussion la faisait le fixer en coin sans pour autant se permettre un quelconque mouvement que cela soit de sa tête ou son buste. Avait-elle touché un point sensible ? Elle l'ignorait encore mais il prenait le taureau par les cornes pour lui répondre.

Elle s'était contentée d'un pique, d'une boutade mais voilà que les propos de Thanaes se gorgeait de sérieux, en apparence en tous les cas. « Oui oui, mais nous parlons de théorie là, pas de concret. Comme vous le dites, les enchantements ne servent à rien, même élémentaires. Pour un mage pur en tous les cas ; sa voix se voulait nonchalante à tel point qu'elle bâillait un peu, plaçant sa main in extremis devant sa bouche. « Je ne remets pas en cause ce que vous avez pu voir, je vous donne un point de vue. Mais me voilà intriguée par les domaines que pourrait côtoyer un assassin. Quelles genres de choses avez-vous pu voir ? ; la curiosité est piquée.





Dernière édition par Clotho le Lun 22 Mai - 14:45, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Fierté dont elle ne cessait de témoigner, c'était comique de l'entendre se dire différente de la plèbe alors qu'elle devait sans le moindre doute en faire intégralement parti pour en arrivé à devoir voler un simple ouvrage en matière de magie et autres savoirs proches. Total saut d'humeur ou alors comédie ne cessant de se prolonger alors que tu ne pouvais porter un quelconque jugement sur tout ceci de par ton absence de savoir concernant la jeune femme et son caractère plus précisément. Tu avais raison malgré tout sur l'ensemble de tes suppositions et sur ce que tu avais entre vu de par le passé concernant les mages et leurs compétences. Voilà qu'elle avait fini par soulever de nouveaux un point relativement sensible cependant, la question qui concernait ton passé et surtout en plus des événements dont on ne pouvait savoir comment l'un ou l'autre pouvait réagir alors qu'il était toujours délicat d'énoncer le grand complot. De toute façon comptais tu évoquer ce funeste moment ? Non en réalité tu savais déjà que tu allais être évasif, que tu n'allais en dire beaucoup car après tout méritait elle d'en savoir plus que le stricte nécessaire ? Elle n'était une quelconque personne haut placée, elle faisait parti de cette plèbe dès lors ton récit en allait être des plus formalisés.

Tu te permis dès lors de continuer sur ces précédents propos et son pseudo statut drastiquement différent de toute autre mortel que tu avais croisé là où ta compagne de crime se considérait si importante. Ironiquement tu te demandais si au fond elle avait de quoi être susceptible dans son existence. Des antécédents avec une importante famille, un quelconque signe de royauté ? Autant donc jouer encore un peu sur ca.

« - Vous n'êtes pas demoiselle à côtoyer des barbares mais vous n'êtes pas non plus de sang bleu alors finalement vous êtes comme la plèbe malgré tout. À moins que vous soyez la fille cachée d'un ancien grand dirigeant chose dont je doute très fort. »

Léger écart sur un sujet qui ne faisait que revenir entre deux paroles sur la magie, les mages, leurs compétences et les enseignements liés à leur savoir. Tu ne pouvais plus longtemps par la suite continuer d'éviter la toute dernière question de la jeune femme, il était de parler tout en tournant subtilement les mots pour en réalité ne rien dire tout simplement. Art en lequel tu étais très fort, elle n'avait rien su te donner en retour qui pouvait t'amener à révéler quoi que ce soit de plus.

« - Concernant votre dernière question, j'ai vu des choses, des domaines qui je pense sont très différents de ceux que vous avez pu côtoyer en votre vie. Vous prétendez avoir un espace vital plus important que la plèbe quant à moi mon nom de famille et ce qui y est lié est tout bonnement bien plus important que la plèbe tout bonnement. Je ne suis pas un individu du peuple et des femmes susceptibles dès qu'on réalise quelque chose qui ne leur plaît pas j'en ai connu, beaucoup trop même. »

Tu ne comptais pas en dire plus, enfaîte tu n'avais pas de raison d'en dire plus comme tu n'avais pas la moindre obligation de lui en offrir plus en réalité. Aussi hautain que cela puisse paraître dans ton raisonnement, tu n'étais plus celui que tu avais été dans le passé mais en parallèle elle n'était rien non plus donc tu n'avais pas à en lui allouer plus.

« - Vous pensez qu'un homme de mon âge qui est sûrement drastiquement supérieur au votre a eu une existence identique de son adolescence à aujourd'hui ? Beaucoup de choses peuvent se passer et les temps changent rapidement tout comme je suppose que la femme que vous étiez il y a de cela dix ans ne se serait jamais projetée en la situation de cette nuit. »


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

Elle savait qu'en agissant de la sorte elle pouvait donner une mauvaise impression ou bien tout simplement offrir une sensation erronée à son égard. Mais peu lui importait, la belle avait ce besoin intangible d'agir comme bon lui semblait et ce même si son image n'était pas glorieuse. Elle avait pendant de trop nombreuses années dû se comporter comme une autre en suivant des règles et des préceptes qu'elle n'avait jamais voulu. Elle écoutait ainsi parler son vis à vis, essayant de déceler la taquinerie du sérieux sans même se préoccuper un seul instant du reflet de sa personne qu'elle renvoyait à son mystérieux partenaire.

A nouveau la jeune femme se mettait à jouer avec une mèche de cheveux, s'amusant à l'enrouler autour de son doigt tandis que son dos ne quittait pas le mur derrière elle. « Vous faites dans le jugement hâtif, mon cher ; elle haussait les épaules tout en s'adressant à Thanaes d'un air détaché. « Vous n'avez découvert que ma dernière provenance et vous pensez déjà cerner qui je suis. Peut-être suis-je une cousine de la famille royale de Kireïde ou bien une bourgeoise d'Asmosa ? ; la belle tournait son visage en direction de ce dernier, le regard teinté d'interrogation à son encontre. Qui pouvait bien être cet étrange assassin ?

Clotho n'était pas de ceux qui aimaient les jugements hâtifs ou bien les idées reçues sur certains groupes de la société pour autant, ce Thanaes n'était pas un tueur comme les autres, il dégageait une aura intrigante ainsi qu'une éducation plutôt soutenue à en juger par son vocabulaire et ses gestes. Elle se permettait une moue, fixant à nouveau son attention face à elle plutôt que dans sa direction. « Bla bla, vous avez le discours d'un vieil homme l'ami. Sans vouloir vous vexer ; cela lui importait peu en vérité. « Notre situation a peut être détruit votre humour, je ne faisais que de l'ironie. Mais soit je vais quand même donner mon point de vue.

Les yeux plissés la belle se détachait du mur contre lequel elle était posée. Elle faisait quelques pas d'un air félin, ne provoquant quasiment pas de bruit puis une rotation afin de le fixer. Elle joignait ses mains dans son dos, accentuant la pression de son pouce dans sa paume. « Si vous voulez savoir, toute ma vie durant j'ai entendu ce genre de pensée philosophique tout juste bonne à avouer des choses logiques. Je ne doute pas de vos propos, ils sont sans doute vrai mais cela ne fait que survoler le problème, vous ne pensez pas ? ; elle haussait une épaule. « Je pensais m'amuser mais vous tournez autour, vous n'en dire pas plus, n'est-ce pas ?





Dernière édition par Clotho le Lun 22 Mai - 14:45, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Une bourgeoise d'Asmosa ou une cousine de la famille royale de Kireïde ? Dans tous les cas cette réponse eu le don de t'arracher un franc rire en guise de simple réponse et de réaction face à ce semblant de sermon qu'elle te faisait concernant un éventuel jugement hâtif. Tu n'étais pas du genre physionomiste ou autres mais dans tous les cas, une soi disant noble en cette situation que vous partagiez était tout sauf probable. Au mieux elle était comme toi, une personne qui avait un titre, terme du passé déclinant grandement ta vision sur ce sujet. L'utilisation du passé renvoyant à une époque révolue, tu n'avais rien à craindre sachant que tu considérais cela comme l'hypothèse la plus plausible. Qu'arriverait il à une femme de sang bleu si l'on apprenait qu'elle s'amuse à voler l’État, si elle s'amuse à piller sans vergogne certaines de ses richesses. Il fallait dire que malgré tout tu étais un divertissement de piètre qualité lorsqu'il fallait aborder des sujets révolus qui pouvaient te valoir quelques problèmes car il ne fallait oublier le fait que tu avais déserté l'armée de Kireïde. Rien que de par ceci tu ne pouvais en dire plus tout bonnement, même si elle pouvait s’avère aussi muette qu'une tombe.

Haussant les épaules à ton tour alors que tu te permis de quelque peu t'étirer par la suite, allongeant les jambes avant de les croiser alors que tu fixais celle dorénavant face à toi. Visiblement jouer de la langue de bois ne convenait pas à l'envie d'amusement de la jeune femme chose que tu ne pouvais résoudre cependant, l'ignorance est parfois l'un des plus beaux cadeaux vis à vis de certaines choses.

« - Qu'est ce que j'y gagne à en dire plus de toute façon ? »

La réponse tu la connaissais rien, tu ne t'attendais à une quelconque révélation venant de sa part. Tu la voyais très mal avoir de quoi attirer ta curiosité en réalité. Les seuls choses qui pouvaient vraisemblablement te faire concéder des choses étaient directement en rapport avec tes contrats et le grand complot là où tu pouvais faire n'importe quoi pour une information sur ceci. Tu comptais malgré tout la faire tourner en rond, encore et encore, cela allait l'occuper, l’agacer mais aussi te divertir toi en parallèle. Tu te demandais d'ailleurs combien de temps elle allait pouvoir tenir avant de craquer.

« - Si tu sais y mettre le prix peut être que tu auras droit à une histoire croustillante. »

Car il était que ton histoire était unique ou en une certaine mesure du rarement vue, tu étais sans doute unique en ton genre, unique en ta situation. Survivant du grand complot et perçu comme un traître, ancien proche de la famille royale, c'était un merveilleux cumulatif qui n'avait sans doute aucun égal en bien d'autres nations. Dans cet amas il était d'ailleurs inutile de précisé que tu étais marqué mais bon pour toi cela était quelque peu le moins pire, les mentalités pouvaient évoluer.

« - Tout est une question de prix, tout a un prix, il suffit de trouver lequel et surtout comment le payer. »

Croisant les bras laissant le silence prendre place l'espace d'un instant alors que tu penchas la tête celle-ci finissant par reposer sur ton épaule durant plusieurs secondes tu soupiras longuement par la suite. Tu finis par chercher de ta main droite le gant qui cachait la gauche, le retirant en un prompt geste alors que tu finis par lever celle-ci, montrant dès lors son dos et surtout un fameux marquage le long de celle-ci. Tu conclus sur ces dires, couronnant ton geste.

« - Pour le reste effectivement faudra que tu trouves le prix. »


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

Il faut avouer que Clotho ignorait si son insistance allait porter ses fruits mais elle ne parvenait pas à lâcher l'affaire. D'autant plus qu'à bien repenser à la situation, elle ignorait pour quelle raison elle voulait tirer les vers du nez à cet assassin. Bonne question, cette idée la faisait alors douter tandis qu'elle se permettait de frapper intérieurement sa curiosité la poussant parfois dans des vices, comme cette nuit. Le regard dans sa direction, la belle n'avouait malgré tout pas cette vérité qui venait de lui traverser l'esprit, se contentant alors de se mordre la lèvre inférieure tout en croisant les bras. Il fallait éviter qu'il fasse d'elle sa nouvelle cible potentielle.

Puis une nouvelle prise de parole de son vis à vis à son égard la replaçant dans son interrogation précédente. La nonchalance devenait alors un moyen de réponse tandis qu'elle appuyait son appui sur sa jambe droite. « En toute sincérité absolument rien, du moins pas d'avantage que ce que je vais vous offrir une fois cette nuit passée et donc, la mission réussie ; elle jetait un coup d’œil vers la lune qui semblait se mouvoir avec l'avancée de la nuit. « Mais cela nous permettrait au moins de pouvoir nous occuper sans avoir à discuter de la pluie et du beau temps mais soit ; sa voix se voulait posée et basse afin de ne pas attirer l'attention.

Au final la belle préféra se poser au sol ce qu'elle fît sans attendre plus pour finir en tailleur. « Et bien, à vous regarder je n'aurais jamais imaginé que vous étiez un individu vénal mon cher. Je suis étonnée ; elle esquissait un sourire tout en mouvant ses lèvres avec lenteur afin de prononcer le mot prix sans pour autant dégager ne serait-ce qu'un son. Elle savait au fond d'elle qu'il parlait sans doute d'un échange et pas forcément d'un quelconque nombre de pièces d'or pour autant Clotho ne se découragea pas de le taquiner sur la question. « Là tout de suite cela vous arrangerait bien que je sois noble en vérité afin de vous offrir paiement.

Elle levait les yeux au ciel par la suite pour se figea dans le mutisme à la soudaine découverte que lui offrait l'assassin. Le son du tissus qui frottait contre sa main attira tout de suite son attention tandis qu'elle figeait son regard sur la marque à présent dans son champs de vision. « Oh ; elle ne s'attendait pas à cela et cette réaction le prouvait avec aisance. « Vous êtes donc des blasphèmes ; elle ne quittait pas son rictus afin de montrer l'ironie de ses mots. « Voilà qui explique peut-être que vous agissiez dans l'ombre. Ou pas du tout et je me contente de faire une idée reçue. J'imagine cette info assez grande pour vous laisser tranquille.





Dernière édition par Clotho le Lun 22 Mai - 14:45, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Rien, la réponse sur ce que tu avais à y gagner fut relativement rapide et des plus prévisibles à ton goût. Après tout ce n'était pas étonnant une nouvelle fois pour toi dans le sens où vous ne vous connaissiez pas, elle ne te connaissait pas assez bien pour pouvoir prétendre te concéder quelque chose d'intéressant à tes yeux. Même l’évocation en rapport avec le fait de haute naissance ou non dans son cas ne t'avait touché car ce que tu aurais pu souhaiter en cet instant, en tout instant, il n'y avait qu'une personne en ce bas monde qui pouvait te l'offrir. Tu étais difficile à vrai dire, quoi que ceci était un doux euphémisme pour décrire ta pensée, elle t'avait décrit comme vénal alors que tu étais relativement à l'opposé de ce principe. Elle n'avait perdu le moindre instant pour te taquiner sur ceci alors que les tributs que tu exigeais le plus souvent étaient peu communs lorsque tu disposais de confortable réserves monétaires. Tu étais tantôt un mercenaire facile d'accès en terme de contrats et d'acceptation de ceci mais cette notion fluctuait de par de nombreuses variables comme les aléas de la vie. La suite eu cependant le don de bien plus la captiver de par ses précédentes réponses et surtout ce fameux oh qui avait fini par tout dire.

Étonné quoi que ceci se devait d'être bien plus qu'un euphémisme encore une fois alors qu'elle avait décrété ne plus vouloir te déranger avec ton passé dès lors. Il en fallait peu te disais tu alors que tu avais peut être perdu de vue la signification de ce que tu venais de lui montrer, vision de la chose adoucie avec le temps même si cela était toujours porteur d'une trop grande signification. Tu ne t'étais point fait prier pour répondre à ses paroles sur un ton tout aussi ironique.

« - Ca dépend des points de vues, si avoir un gosse avec une personne que l'on trouve à son goût est un blasphème, je ne compte pas le nombre de ceux-ci que nous pouvons voir chaque jours. »

Bien sûr tu avais oublié l'aspect majeur de la problématique, avoir un enfant non pas avec une personne mais un individu issu d'une race dont les divinités démontraient leur opposition vis à vis de ce genre de pratiques. Tu étais cependant la parfaite illustration d'un fait, on ne choisit pas ses parents, sa famille, on ne choisit pas son sang mais on peut le faire dans le cas de sa famille de cœur même si en ton cas tu ne l'avais trouvé encore ce ou ces fameux substituts.

« - Vous aussi vous êtes du genre à faire des raccourcis non ? »

Agir dans l'ombre, ce n'était pas à cause de cette marque même si elle en était un facteur. Ton cas était une improbable accumulation ou comme un retour de bâton du karma, un cas que personne ne pourrait imaginer de par la malchance en son ensemble dont tu avais témoigné.

« - Il est aisé de cacher une marque, même en certaines parcelles découvertes au quotidien normalement comme une main, parfois on ignore juste ce qui est sous nos yeux. En l’occurrence qui se soucierait d'un homme aux mains gantées ? Je ne fais pas ce travail de mercenaire car je suis marqué et que cela m'a fermé des portes. »

Tu avais illustré ta perception de ce problème même si tu n'avais souhaité aborder le chapitre de ta mère Algiz, peu motivé à l'idée de devoir parler de tes géniteurs de façon générale. Tu t'étais contenté d'en rester aux bases, aux bases de ce marquage alors que tu conclus par ceci à l'attention de la jeune femme.

« - Mais au vu de sa réaction je suppose que mademoiselle est du genre tolérante ou alors totalement insensible à un marquage et aux pratiques qui ont entraîné la naissance d'un tel être. »


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

La jeune femme n'avait jamais eu une quelconque opinion au sujet des marqués, que cette dernière est été négative ou bien positive. Elle ne jugeait jamais sur un groupe, généraliser était pour elle comme une insulte qu'elle ne voulait arborer. Clotho aimait la singularité, les gens uniques sortant du lot et ce même s'ils étaient des marqués, des Algiz ou autres. Malgré cela elle avait cette réaction un brin étonnée la faisant soupirer intérieurement. Les années au sein de la nation religieuse avait-il eu vent de ses idéaux ? Elle espérait que non au risque d'avoir besoin de quelques mois pour s'en remettre. Elle décidait de noyer le poisson en feintant l'ironie.

Les yeux azurs ne quittaient pas une seule seconde cette marque, la belle n'avait jamais eu l'occasion d'en voir une. Pour autant elle restait attentive au fil de la discussion afin de ne pas lui donner l'impression d'être un animal de foire, bien au contraire. La différence, quelle goût délectable pouvait elle posséder parfois. Elle se questionnait sur elle, sur les origines de cette marque aussi symbole d'un blasphème incompris. « Je ne suis pas certaine que l'amour soit vraiment ce qui pose souci à la populace ; elle se voulait amusée par les propos de son vis à vis. Elle le rejoignait d'ailleurs dans la pénombre, se posant face à lui.

Elle figeait au final son dos contre un mur non loin de Thanaes, croisant les bras. « Le monde entier n'est pas devenu fou, les dieux l'étaient déjà ; elle prononçait cette phrase pour elle-même mais n'en pensait pas moins. « Là, je m'en excuse je me suis permise un raccourci un peu facile, je l'admets ; un rire, léger puis elle reprenait. « Je voulais cerner et me mettre à votre place mais je crois bien avoir mis allègrement les pieds dans le plat. Il est vrai que sa position ne doit pas vous poser tant de souci que cela mais j'imagine qu'enfant cela était une autre affaire, peut-être ? ; elle était curieuse mais sa voix se voulait sans insistance.

C'était son côté enfantin, la belle était si intriguée par cette différence, elle aimait tant la différence qu'elle avait la sensation de se trouver face à un héros de roman d'aventure, un protagoniste torturé mais elle sentait qu'elle en faisait un peu trop, là. « Je vais être franche, mademoiselle s'en fiche surtout royalement de ce genre de détail, je ne suis pas comme la basse cour aussi nommé peuple. Suivre la meute comme un mouton, très peu pour moi ; elle haussait les épaules. « En revanche j'aime l'aventure, apprendre les événements qui ont forgé les caractères, les âmes. Voilà pourquoi votre vie me rend curieuse et m'intrigue.





Dernière édition par Clotho le Lun 22 Mai - 14:45, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Le monde entier n'est pas devenu fou, ceci était relativement faux à tes yeux, le monde a toujours été fou en réalité. Depuis sa création, depuis bien trop longtemps, depuis que les humains et les algiz vénéraient ces deux divinités calquant leur entier mode de vie sur l'absence de manifestations. Les différentes races n'avaient en rien à obligatoirement suivre leurs créateurs encore plus en ce récent contexte suite à la débâcle du désert. Où étiez les divinités pour protéger leurs enfants face à la Malice ? Maudire les algizs réalisant de faux écarts tout comme leur descendance sans pour autant leur offrir une main tendue dans les heures difficiles. La religion n'avait donc pour toi aucune valeur, ceci étant une nouvelle fois un énième euphémisme pour toi, prier une divinité n'avait jamais sauvé quelqu'un. Tout comme tu ne connaissais pas l'existence de miracles ou leur manifestation au travers des années, tu ne doutais pas qu'il existe quelque chose de supérieur aux créations que vous étiez mais tout ceci était à grandement à nuancer. Même si les deux étaient critiquables, les dieux et leurs races respectives qui se contentaient de les suivre même dans l'absence de directives directes, tu étais du genre à ne croire que ce que tu voyais.

Vouer un culte à la Malice en était devenu quasiment bien plus crédible à tes yeux car elle, cette chose, elle était vrai et beaucoup avaient pu l'expérimenter. Tu te disais même que peut être que Grayling et Vaec étaient mort, que ces divinités n'existaient plus et que la Malice les avait éventuellement supplanté mais pour l'instant ce n'était point ton affaire au quotidien. Dès lors tu déclaras ceci à l'attention de la jeune femme.

« - S'il y a bien une chose que j'ai rapidement appris concernant les divinités via tout ce que j'ai vu dans ma vie, si elles sont toutes puissantes elles ne peuvent être bonnes et si elles sont bonnes elles ne peuvent être toutes puissantes. »

La Malice une nouvelle fois en était la totale illustration, elle était toute puissante mais dénuée de bienveillance. Tu finis par une nouvelle fois croiser les bras le long de ton buste comme tu l'avais fait déjà de nombreuses fois en cette soirée ceux-ci se décalant tantôt doucement mais sûrement sous ta respiration. Tu finis par rajouter une question à l'attention de la jeune femme.

« - Et vous, croyez vous encore en nos divinités avec tout ce qui arrive ? »

Sourire moqueur couronnant tes mots, tu ne tardas à repenser en parallèle à certains propos de l'ancienne prêtresse en rapport de façon plus directe avec ta personne. Visiblement elle était du genre à en demander beaucoup alors que tu avais déjà révélé une grande partie de ton vécu de par ce marquage dont tu avais hérité de par ton ascendance. Tu rétorquas dès lors par la suite aux propos de Clotho en rapport avec ta propre personne.

« - Et vous n'êtes pas un peu trop curieuse ? Après vous avoir révélé ma marque vous en exigez encore plus, vous êtes du genre à demander quelque chose puis à en réclamer le double par la suite ? »

Mimant le fait de perdre ton doigt tout comme par la suite ton bras en entier, tu te contentas de répondre de par une simple phrase à sa question, quelque chose de bref. Après tout il n'y avait pas lieu de tourner autour du pot sur un sujet qui datait du coup de plus de trente ans.

« - Bref, on peut dire que dans mon cas j'ai su m'entourer pour n'avoir trop de problèmes, les problèmes sont plus récents paradoxalement. »


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

Qui pouvait imaginer ne serait-ce qu'un seul instant qu'une jeune femme ayant passé autant de temps au sein de la nation religieuse aurait une si piteuse opinion de cette dernière. Ce n'était pas de la haine, au contraire mais le mépris s'était mis à pousser dans son cœur, enracinant son esprit sur la question à tel point qu'elle avait dû quitter la cité dans laquelle elle vivait pour espérer pouvoir respirer à nouveau. Elle croyait dans les divinités, qui pourrait prétendre le contraire dans un monde comme celui-ci pour autant elle avait un goût amer en bouche qu'elle n'arrivait pas à faire passer, pire il s'accentuait au fil du temps.

Même son départ n'avait rien changé. Intriguée par l'opinion de Thanaes, elle déposait son regard dans sa direction, penchant la tête sur le côté droit. « En voilà une pensée bien trop philosophique pour moi ; elle esquissait un sourire amusée par ses propres paroles tandis qu'elle passait une main dans sa chevelure. « Mais je pense surtout qu'elles ne sont plus rien du tout. Grayling ou Vaec, peu importe qu'ils sont vraiment, à en juger par l'état de ce triste monde, elles ne sont sans doute pas plus que des ombres bonnes à nous regarder sans pouvoir agir ; un haussement d'épaules se faisait ressentir sur ton buste.

Comment un tel dieu pourrait il laisser une ville le prônant être régit par la richesse face à la pauvreté. Elle déglutissait un peu, dépitée par cette simple pensée la ramenant quelques mois en avant, à l'époque de sa présence à Sollvaec. « Pour vous répondre, je ne peux pas dire que je ne crois pas, je ne les respecte plus, voilà tout. Hm, peut-être vais-je le regretter et subir leur courroux, un jour — même si j'en doute cependant je n'arrive plus à donner de mon respect. Je les ignore dirons-nous ; elle acquiesçait un peu jetant un coup d’œil vers les cieux. Se pouvait-il qu'ils l'entendent ? Si seulement se disait-elle sur l'instant.

La suite de la discussion avait au moins le mérite de la ramener sur terre avec ironie ce qui n'était pas pour lui déplaire. La situation était assez périlleuse cette nuit pour se permettre d'aborder le sujet de la religion, quelle idée. « Disons simplement que je suis une femme ? ; Clotho ricanait un peu puis reprenait non sans malice. « Vous avez baissé votre garde, il ne fallait pas m'en donner autant car je ne vais cesser de m'en abreuver ; elle faisait un clin d’œil puis le détaillait de ses yeux azurés. « Il est certain qu'il faut savoir s'entourer avec sagesse mais, avouez-vous que la vie est plus ardue à présent que vous êtes seul ?





Dernière édition par Clotho le Dim 21 Mai - 16:22, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Au moins tu étais heureux de ne pas être le seul à ne plus avoir la moindre sympathie pour ceux qui sont soit disant au dessus de vous, pour ceux qui soit disant veuillent sur vous et vous punissent selon vos écarts. Peut être que la Malice était en réalité une sorte de vindicte divine qui se devait de forcer deux espèces divisées à s'unir. Il en était que tu n'accordais plus aucun crédit à ces dieux tout comme à la bonne majorité de leurs fanatiques, tu pouvais comprendre le point de vue d'une personne qui disait croire en eux mais sans en espérer beaucoup mais les religieux, tu ne pouvais accepter et cautionner leur vision. L'évocation de ce sujet n'avait pas empêché la jeune femme cependant de se montrer encore plus curieuse par la suite, pour ne pas changer même si tu aurais dû le prévoir à vrai dire. Tu avais eu une petite idée à défaut de devoir tout énoncer sur ton vécu enfin le terme d'idée était vite dit en réalité tandis que cela allait sans doute plus l'amusée elle plus qu'autre chose même si tu allais pouvoir conserver une partie de ton histoire à toi, de ton histoire si personnelle sur certains points. Tu ne t'étais point fait prier pour répondre à ses propos malicieux la piégeant éventuellement en son propre jeu.

« - On vous a déjà dit je suppose que la curiosité est un vilain défaut tout comme la gourmandise d'informations dont vous faites preuve. »

Penchant la tête alors que tu esquissais en écho un sourire si bien moqueur à son attention, le divertissement allait se montrer intéressant du moins tu l'espérais tout bonnement. Tu n'allais point être le seul à t'amuser car sinon tout ceci ne pouvait qu'être des plus injustes or il ne fallait pas oublié que tu avais toujours apprécié le fait d'avoir la situation entre tes mains, en ta faveur et tu ne tardas à lui faire remarquer indirectement. La sournoiserie étant la maîtresse de ce futur instant, il était tant de s'amuser au delà des prétentions de la concernée.

« - Un détail me fait rire, vous considérez comme vrai chacune de mes paroles mais qui sait est-ce forcément la vérité sur ma personne ? »

Tu comptais profiter de ces paroles pour te divertir à ton tour, le doute tu l'avais fait naître car après tout comment pouvait on se dire qu'un assassin, mercenaire et autres n'était qu'un humain totalement honnête ? L'honnêteté, une notion sur laquelle tu avais entrepris de jouer et sans la moindre vergogne. Te redressant sur ces pensées d'ailleurs pour doucement te diriger vers elle, tes bras venant dès lors prendre place le long du mur de par et d'autres de la tête de la jeune femme. Tes pupilles se décidant une nouvelle fois à la fixer en cette obscurité tu ne te fis point prier pour déclarer sur ton des plus sérieux un fait avec lequel il était impossible de rire.

« - Certes la vie est un peu plus ardue lorsqu'on est accusé de régicide indirectement en quelque sorte sinon d'autres questions ? »

Tu avais prononcé ces palabres avec un léger sourire, narquois et sans doute étrange face à l'ampleur de tes propos mais après tout était ce la vérité ? Toi tu savais que oui pertinemment mais de par ton précédent questionnement sur ton honnêteté que tu lui avais fait partager tout ne pouvait être que mensonge. Quasiment régicide et marqué, ceci était très gros, trop gros pour être réel selon la conception du monde de certains et peut être que c'était le cas dans l'esprit de la jeune femme.

« - Mais bon libre à vous de déceler la vérité du faux. »


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

Il ne fallait surtout pas lancer la jeune femme sur le sujet de la religion d'autant plus quand son vis à vis était de la même opinion que sa personne du moins c'était ce qu'elle imaginait. Face à Thanaes elle n'essayait même pas de déceler le vrai du faux, quel intérêt après tout ? Elle n'était que son employeur pour cette nuit étoilée, qu'un porte monnaie si ce dernier achevait cette mission. Ils avaient tous les deux fait le plus dur, il ne fallait plus que patienter alors, autant le faire avec amusement, tueur, assassin, voleur ou autres, cela ne représentait qu'un détail. Il fallait le percevoir tel un puzzle, une activité et pas d'avantage.

La belle faisait mine de lever les mains, comme en plein interrogatoire et sous peine d'être accusée coupable. « Ola si vous saviez, toute ma vie j'ai eu droit à cette même rengaine sur la curiosité. Mes parents et d'autres, mais que voulez vous que j'y fasses, je suis ainsi, c'est tout ; son rictus emprunt de malice ne se dissipait pas et se permettait même s'accentuer d'avantage à sa propre réponse. « Je ne peux malgré tout pas vous contredire, je me suis souvent attiré les foudres de certains à cause de ce fichu défaut ; elle haussait les épaules replaçant ses paumes contre le sol à nouveau. Il tentait donc lui aussi de l'analyser.

L'homme se prenait ainsi au jeu comme Clotho le faisait depuis déjà quelques heures de cette nuit de pleine lune. L'idée en elle-même lui offrait une certaine satisfaction surtout à l'écoute des nouvelles paroles de Thanaes le menteur ou non. « Ne partez pas trop vite en besogne mon cher. Vous risqueriez de vous brûler les ailes, je suis Dame Clotho tout de même ; elle levait son menton comme hautaine non sans ironie. « Mais je vous réponds malgré tout, vous devez comprendre que je ne crois rien du tout, je me contente de vouloir m'amuser, m'occuper et pour l'instant ce que vous me dites fait l'affaire.

Puis il s'approchait non sans intriguée la belle qui ne prenait pas la peine de reculer ou se déplacer pour espérer le fuir. Elle devait le payer, il avait un rôle de protection qu'elle idée aurait il de vouloir s'occuper d'elle à présent. Un vol était une chose mais un meurtre bien pire. Quelle imagination. « Wow vous accentuez la pression, cette dernière serait presque palpable ; pas une once de peur, elle le fixait sans détourner le regard, pas une seconde. « Je ne vais rien déceler du tout, je vais vous croire et vous prendre au mot, cela est plus amusant. Hm... ; elle se tenait le menton. « Régicide, Kireïde ou Ilmyde dans ce cas là ? Douce curiosité.



Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Elle était hautaine et excessivement sûre d'elle, énervante ? Quoi que non tu avais déjà rencontré bien pire tout en sachant conserver un exemplaire sang froid. Il était sûre qu'elle aurait pu faire une bonne travailleuse de par le passé sous tes ordres quoi qu'il aurait aussi fallu lui apprendre à se réprimander et à fermer sa bouche selon les situations. Il aurait fallu lui apprendre à être fausse tout bonnement là où elle aurait pu trouver en parallèle un certain divertissement en son travail. À la place de cela tu avais une prêtresse guerrière, une personne qui en avait eu juste la formation sans de grandes prétentions à première vue de par l'ensemble de ses précédents propos. Tu ne savais combien d'heures s'étaient écoulées depuis le début de cette nuit ou depuis la fin de votre course poursuite avec les gardes alors que le soleil n'allait peut être tardé à se lever. Tu avais d'ailleurs trouvé sa dernière question relativement étrange, inutile à vrai dire concernant la région, concernant l'état en lequel tu prétendais être intervenue de façon néfaste et dégradante face au symbole de la couronne. Il n'y avait eu qu'un élément récent qui avait conduit à ce chaos entre les nations et dès lors on ne pouvait que rattacher le terme de régicide à celui-ci.

L'une de tes mains quittant le mur dès lors pour se retrouver non loin du buste de la jeune femme, un de tes doigts venant s'appuyer à la base de son cou pour la désigner elle par la suite. Tu ne t'étais point fait prier ensuite pour faire preuve d'une sarcasme exacerbé pour répliquer aux paroles de la concernée.

« - Pour une femme comme vous, vous semblez peu apte à réfléchir par vous même sur certaines informations, il est aisé de trouver la réponse à votre dernière question. »

Finissant par te retourner sur ces paroles alors que tu vins vagabonder en cette misérable demeure alors que la nuit touchait sans doute à sa fin tandis que l'aurore allait se profiler d'ici une petite heure environ. T'assurant une nouvelle fois en parallèle que personne ne rôde trop près de votre médiocre résidence ou plutôt cachette. Tu allais bientôt avoir droit à ton salaire mais vis à vis de certains sujets tu n'avais dit ton dernier mot, inquisiteur que tu pouvais être par moments tu ne comptais te contenter d'une simple somme d'argent en guise de paiement.

Te retournant sur cette pensée vers la jeune femme, bras venant se croiser une nouvelle fois en cette nuit pour ne pas changer de vieilles habitudes. Tu conclus ton acte de par de nouvelles palabres cette fois-ci non pas sur toi mais sur elle là où tu considérais ne pas t'être assez amusé quant à toi. Ceci avait été quelque peu intéressant mais guère plus de ton point de vue car peut être avais tu toujours eu l'habitude de toi même questionner les gens.

« - Douce curiosité comme vous dites, j'en attends autant de vous, vous êtes resté avare en informations de votre côté et j'ai toujours considéré que tout devait être donnant donnant. Un échange équilibré, voyez vous pour obtenir quelque chose il faut toujours sacrifier une chose de valeur équivalente. »

Finissant par allier une nouvelle fois gestes aux propos alors que tu te rapprochas d'elle la fixant pour ne pas changer la désignant une énième fois d'un fugace mouvement tu conclus définitivement de par ces mots.

« - On en vient au moment ou au delà de l'or sonnant et trébuchant, j'exige un autre paiement en plus différent. »


Voir le profil de l'utilisateur
Clotho ;

avatar
Maudit

Messages : 54



AMONG THIEVES ;
Un livre est un outil de liberté — Jean Guéhenno

Son regard se promenait dans le ciel, constatant à son tour que la pénombre allait donné place à l'aurore. Les rayons du soleil s'apprêtait à dévoiler cette ville forestière au grand jour, vous incitant tous les deux à devoir sous peu aborder le sujet de la fuite, cette dernière étape. La belle espérait au fond d'elle que les choses se passeraient bien mais elle n'abordait pas la question afin de ne pas traduire son interrogation. Elle avait reçu un enseignement strict, au combat, à la filature, à la fuite et bien d'autres aspects de la guerre mais elle restait réaliste, Clotho n'était pas naïve, surtout pas et elle sera sereine qu'une fois en dehors de l'arbre.

Lui, il se figeait en face de sa personne cherchant à reprendre la main de cette discussion, peut-être réalisait-il qu'elle n'avait au final pas donné une réelle information sur elle, qu'elle était restée floue et évasive. Dieu sait que la belle est douée sur le sujet d'ailleurs. « Sûrement aisé de réaliser la réponse, très probablement mais cela est plus amusant de vous le faire dire. Navrée si je vous donnais une mauvaise impression ; la jeune femme haussait les épaules avec nonchalance tout en prenant la parole. « Je vous l'ai dit je me contentais de nous occuper tant bien que mal ; ce qui était véridique, pas une ombre de ténèbres dans son acte.

Cela était d'ailleurs le plus gros problème de Clotho. Elle ne cessait de passer du noir au blanc, elle n'aimait pas se faire passer pour quelqu'un d'autre et n'arborait que la franchise au risque de sortir par le nez de ses vis à vis ou même de lui infliger bien des ennuis. « Sur ce je ne peux en revanche pas vous contredire, il est vrai que je n'ai pas avoué grand chose ; elle le regardait faire sans broncher tandis qu'il reculait elle se massait un peu la nuque et finir par s'étirer un peu. « Mais, ne vous êtes vous pas dit que peut-être tentais-je de noyer le poisson car il n'y a pas grand chose à raconter sur ma personne finalement ?

La belle l'interrogeait du regard puis reprenait la parole. « Vous savez, la simple histoire d'une famille ambassadrice qui finit par forcer ses enfants à agir sans prendre en compte les avis. C'est tout ; à nouveau elle haussait ses épaules puis se relevait à la vision de la nuit qui se retirait. La vision se voulait plus clair. « Pardon ? ; elle haussait un sourcil, croisant les bras. « Je vais finir par croire que vous êtes tombé sous mon charme et que vous me demandez du paiement en chair fraîche ? Je ne suis pas de ces femmes là ; elle faisait mine de le prendre de haut, levant un peu son menton. « Ces informations et le paiement ne suffisent pas ?



Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 40




thief
ft. clotho

Fille d'une famille ambassadrice ? Éventuellement avais tu côtoyé le temps d'un bref instant ses parents de par le passé dès lors même si tu n'avais apporté un bien plus grand intérêt à cette information. Tu n'en avais grand chose à gagner tandis qu'elle avait sans doute coupé les ponts avec ses paternelles alors qu'elle en avait été réduite à voler un simple bouquin, les ambassadeurs pouvant facilement exiger certaines choses de par leur réseau en des nations. C'est ainsi que ces propos n'étaient tombés dans l'oreille d'un sourd même si tu n'avais rien laissé paraître, même si tu ne pouvais l'exploiter présentement te devant de vérifier plus tard la véracité des faits. Il était toujours intéressant de savoir ce genre de choses surtout de par l'individu que tu étais, que tu avais été et auquel tu aspirais même secrètement, plans parfois démultipliés en voyant ce monde s’effondrer. Tu ne pus qu'arquer un sourcil en entendant les nouvelles paroles de la jeune femme concernant tes exigences et sa vision des choses, rictus s'ensuivant d'un rire en guise de toute première réaction à vrai dire. Tu ne pensais pas qu'elle en arrive à ces déductions la pensant plus ouverte d'esprit lorsqu'il s'agissait de négocier, visiblement tu avais eu tort.

« - Vous qui aimez l'aventure, les bonnes histoires et j'en passe ca pourrait vous faire un petit plus dans votre vécu de dire oui à un marqué sur ce point là. »

Réponse aux mots de la jeune femme des plus moqueuses alors que tu ne t'étais en réalité point fait prier pour lui rendre en quelque sorte la monnaie de sa pièce. Non tu avais en tête une idée bien plus vicieuse selon ta vision de tout ceci lorsqu'il s'agissait de parler d'une compensation pour le divertissement que tu avais fourni cette nuit là. Tu ne te fis point prier par pour exprimer ton idée à l'attention de la jeune femme lui décrivant comment tu interprétais tes paroles d'avant.

« - De façon plus précise et concrète non les informations et le paiement ne suffiront pas donc je considère que vous avez une dette envers moi, je viendrais la réclamer un jour, si cela peut être intéressant ou si je considère que vous pouvez m'être utile. »

N'en disant pas plus, pour toi il était inutile de lui préciser le fait qu'elle n'avait pas le choix. Il ne fallait pas jouer avec un individu comme toi alors que tu as toujours été du genre à exiger énormément en retour, comme quoi le passé ne t'avait quitté et tu n'avais perdu les enseignements de ton géniteur.

Tu avais fini par une énième fois reporter ton attention à l'extérieur de votre cache alors que le soleil commençait doucement mais sûrement à se lever alors que les habitants des lieux allaient sans doute quitter leur chez soi d'ici une petite heure au pire. Les gardes se devant quant à eux d'entamer leur rotation entre ces de nuit et ceux de jours, un moment de faiblesse facilement exploitable pour éviter une trop grande concentration de prédateurs. Tu finis donc par relever la capuche de ta tenue, tu te permis de rajouter un mot à l'attention de la fille d'ambassadeurs.

« - Et j'ai oublié, c'est non négociable. »

Une nouvelle fois taquin même si ceci n'était pas forcement juste là pour lui lancer une pique mais plutôt pour simplement lui souligner l'importance que tu apportais au fait d'exiger un plus en compensation. Tu conclus définitivement par une unique phrase encore une fois à son attention, bien plus provocante que toutes de par l'ensemble de votre discussion.

« - J'espère que cela ne vous dérange pas ? »


Voir le profil de l'utilisateur

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Aiden ♦ Yo, ho, haul together, hoist the colors high. Heave ho, thieves and beggars, never shall we die.
» ♠ Fiche de Clotho Tas'Natak ♠
» Wolburgh Redbeard - A Nation of Thieves.
» LES FILMS EN GENERAL
» welcome to your new "home" ✖ Clotho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Asmosa :: Forêts émeraude :: L'arbre forteresse
Sauter vers: