AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« [Terminé] Je suis ton oncle [Pv Tiamat] »

avatar
Pacifiste

Messages : 48



Je fixais la frontière depuis un moment déjà. Ilymde… Terre natale de ma mère… Terre ancestrale des Algiz… Symbole de l’esclavage chez les Humains… Ma mère, même si elle n’est plus la bienvenue là-bas, vient ici de temps en temps, histoire de revoir sa terre natale. Simplement pour avoir aimée, on lui interdit de revenir sur la terre de ses ancêtres. Pff… Humain… Algiz… Aucun d’eux ne vaut vraiment mieux l’un que l’autre.

« Mère… Cela ne vous blesse-t-il pas de vous dire que l’on ne vous considère plus comme une ilmydienne, que plus personne ne vous estime, là-bas ? »

Elle secoua la tête. Même si elle n’était plus autorisée à revenir sur le territoire ilmydien, le fait qu’elle puisse vivre heureux avec moi et mon père lui suffisait amplement. Malgré tout, elle aurait voulut me présenter où elle avait vécue, les amis qu’elle avait eut et bien d’autre chose. Cela étant malheureusement impossible, elle espère tout du moins, qu’un jour, je puisse visiter son pays sans risque de discrimination, sans possibilité de finir en esclavage.

L’après-midi était tout de même bien avancé, mais nous pouvions rester un peu plus si elle le désirait. J’étais, de toute façon, capable de la protéger lorsque nous partirons et que nous chercherons un endroit où loger cette nuit.

Jetant un coup d’œil vers les cieux, je vis quelque oiseaux voler. Était-ce des Algiz ? Ou bien de simple volatile. Même si l’un d’entre eux attira un peu plus mon attention que les autres, je reporta mon regard sur la frontière en lâchant un profond soupir. Manquerait plus que les Algiz traversent la frontière et viennent nous capturer, même si je doute qu’une chose pareille ce produise… Je pense vraiment à des choses bizarres.


Dernière édition par Siegfried le Mar 11 Avr - 9:35, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Tiamat ;

avatar
Rebelle

Messages : 41



« Je suis ton oncle. »
Scène I | Act II
ft. Siegfried
Tout était amer. Vingt années que tu n'avais pas vu ta tendre sœur, vingt années qu'elle était partie en te laissant seul, vingt années que tu l'avait blessé en refusant de la suivre. Mais c'était ainsi, tu ne voulais pas trahir ton pays, tu ne voulais pas devenir un hors la loi, un banni à sa patrie.

Tu planais dans les courants d'air, seul. Tu avais beau venir ici tous les jours, tu savais que c'était inutile. Mais, pourtant, tu revenais dès que tu pouvais. Comme si tu avais un espoir qu'elle soit là, comme si tu avais un espoir qu'elle revienne. Tu avais fini par abandonner, par ne plus venir, tu le savais, qu'elle ne reviendrait jamais.

Tu ne savais pas pourquoi ce jour-là tu avais pris ton envol, alors qu'Oadyn n'avait pas besoin de toi, ni Bell d'ailleurs, pour aller à cet endroit où tu pouvais voir Asmosa. Tu se posais sur le haut d'une roche tout en observant l'horizon. Ta sœur se trouvait quelque part au loin, quelque part à vivre. Est-ce qu'elle était heureuse? Est-ce qu'elle le vivait bien...? Tu ignorais tout, tu ne savais pas. Tu finis par te renvoler pour partir, retourner au château, jusqu’à passé au dessus de deux personnes. Tu les observait en partant, te disant que c'était juste des voyageurs, mais tu réfléchis un instant au visage de la femme.

Non ! C'était impossible ! C'était bel et bien elle ! Tu vins faire demi-tour avant de te poser devant Alina et le jeune inconnu, redevenant un humain en fixant droit dans ses yeux ta sœur, ton portrait craché.

« Alina, qu'est-ce que tu fais ici? Si des Ilmyde te voient tu sais très bien comment ça va finir ! »
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Pacifiste

Messages : 48



Alors que j’allais proposer à ma mère de partir tant qu’il faisait jour, un faucon vint se poser en face de nous puis il se changea en humain. Un Algiz ? Nan, mais quand je disais que j’imaginais des Algiz tenter de nous kidnapper, je rigolais. L’inconnu interpella alors ma mère, affirmant que, si les Algiz la voyait ici, elle savait pertinemment comment ça allait terminer. Un proche de ma mère ? Malgré cela, je me posta légèrement entre l’inconnu et ma mère, mais celle-ci m’écarta doucement.

« Je le sais… Tiamat… Je le sais… Mais bon… Même si je ne regrettes pas ma vie ici, d’avoir quitté Ilmyde. J’ai quand même espoir qu’un jour, je pourrais faire visiter notre village natal à mon fils... »

Tiamat… C’était donc bel et bien une connaissance de ma mère. Mais, connaissance ou pas, je préférais rester sur mes gardes, vis-à-vis de ce qu’il avait dit concernant les autres Algiz… Même si nous étions encore en territoire asmosien.

« L’une de vos connaissance mère ?
- En effet… Siegfried, je te présente ton oncle, Tiamat. Un Algiz Faucon, comme je le fus moi aussi.
- Mon oncle ?!
- Tiamat, je te présente Siegfried, mon fils et ton neveu.»


Mon oncle ?! Mère ne m’avait jamais parlé d’un frère ! Qui plus est… Il a pas bien l’air sympathique… Même si il y a quelque ressemblance entre lui et mère… Non… Je crois qu’on risque pas de bien s’entendre… Tout du moins pour le moment… Je pense...
Voir le profil de l'utilisateur
Tiamat ;

avatar
Rebelle

Messages : 41



« Je suis ton oncle. »
Scène II | Act II
ft. Siegfried
La surprise t'avais envahis, tu fixais ton adorable sœur avec tant d'envie de ces retrouvailles qui, pendant 20 ans, t'avais torturé.

Tu laissais le vent balayer vos cheveux alors que le morveux qui l'accompagnait semblait s'exciter à ta vue. Cette chose méprisante, cet humain méprisable, c'était donc l'un des leurs...? L'un de ces êtres qui t'avaient voler ta sœur ? Comme tu pouvais les maudire, les haïr, vouloir leur mort.

Son fils...? Alors elle avait bien commit l'irréparable, elle avait faire naître un rejeton maudit, une aberration. Tes poings se fermèrent autant que ta colère grandissait. Comment étais-ce possible ? Pourquoi avoir commit un tel crime ? Ta sœur avait perdue tout ce qui faisait d'elle une Algiz.

Tu fixais avec haine et mépris le rejeton maudit, sa naissance n'aurait jamais du avoir lieu, tu le détestais et te retenais de lui sauter dessus, les serres écartées pour venir le perforer avec rage et haine.

Tu te contenais, pour ta sœur, tu ne voulais pas la voir pleurer, tu avais déjà été assez con avec elle.

« C'est impossible. Jamais il ne sera accepté à Ilmyde, tu ne vois pas le péché qu'il représente ? Sa naissance à causé la disparition de ton pouvoir d'Algiz. Sa naissance n'aurait jamais du avoir lieu. »

Sévère et brusque, tu ne voulais pas qu'elle se fasse battre en venant à Ilmyde, tu ne voulais pas qu'elle meurt, battue, caillassée par le mépris de ses anciens frères et sœurs de race.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Pacifiste

Messages : 48



Hein ? Qu’est-ce qu’il a le piaf à me fixer comme ça, avec cet air pas bien sympathique ? Il m’apprécie pas ? Il me hait ? Dommage pour lui, il ne pourra rien changer au fait que je suis membre de la famille.

C’est presque avec dédain, en tout cas, c’est l’impression que j’ai eu, qu’il se détourna de moi et s’adressa à ma mère, lui affirmant que son souhait de me faire découvrir leur village était impossible de par le fait que je sois un « péché », que ma naissance n’aurait jamais dû avoir lieu. Alors que ma mère allait répondre, je m’approcha lentement de « mon oncle ».

M’arrêtant à quelques mètres du lui, je le fixais.

« Asmosa... »

Puis je fis trois-quatre pas en avant, laissant ainsi à peine un mètre entre nous.

« Ilmyde... »

Il devrait facilement comprendre ce que je voulais dire par-là, mais ce n’est pas pour autant que j’allais m’arrêter là.

« Mère a eut le courage de faire le choix de l’amour, quitte à devoir passer sa vie à le cacher… Vous pouvez me traiter de " péché ", " d’aberration ", " d’hérésie ", " d’erreur de la nature " et j’en passe des meilleurs… Mais… Et je vous le dit « mon oncle »… Un jour… Vous serez heureux d’avoir un Marqué au sein de votre famille… Et vous regretterez de m’avoir parlé ainsi !
- Siegfried !
- C’est bon, mère… J’ai fini... »


Je retourna auprès de ma mère, ne détournant mon regard de celui de mon oncle qu’au dernier moment. Me plaçant légèrement en recul par rapport à ma mère, je ne me retournant même pas pour faire de nouveau face à mon oncle.

« Excuse-moi pour son attitude, Tiamat… Mais comme tu peux le voir… Il a beau ne pas être un Algiz… Il est aussi fier que n’importe quel Faucon… Si on peut le dire ainsi…
- Mère… Je vous prie… Ne me mettez pas dans le même panier que « mon oncle »…
- Siegfried. Sois respectueux.
- Lorsqu’il le sera... »


Lorsqu’il s’agit d’être têtu, je pouvais être très doué.
Voir le profil de l'utilisateur
Tiamat ;

avatar
Rebelle

Messages : 41



« Je suis ton oncle. »
Scène III | Act II
ft. Siegfried
Que ce gosse pouvait t’énerver. Tu mourrais d’envie de te jeter sur lui, pour l’étrangler. Tu mourrais t’envie de lui faire regretter ses actes. Mais tu te contenais, car c’était un membre de ta famille, car tu ne pouvais pas le rejeter comme tu l’avais fais envers ta sœur.

Tu te contentais de pousser un long soupire en l’écoutant, ne cherchant pas à répondre à sa provocation. Tu croisais les bras en silence, tu l’observais avec un regard inquisiteur.

Au fond, tu savais qu’il avait raison, mais tu étais incapable de l’approuver, incapable de l’accepter. Ta haine des humains, ce sentiment d’abandon causé par l’absence de ta sœur avait été si présent que tu ne pouvais plus pardonner aux humains leurs actes. Ils étaient cruels à tes yeux, ils méritaient ce qu’ils subissaient.

Et tu poussas un long sifflement aiguë digne du faucon que tu étais.

« Que tu le veuille ou non, mon bonhomme, tu es un membre de la famille et ton ascendance de faucon se faire sentir. Nous sommes, depuis des générations, de fiers combattants, de fiers chasseurs des cieux. Tu n’as pas le choix, tu vas devoir accepter ce côté autant que je sois contrains d’accepter ton existence. »

Enragé, tu lui lança un énième regard inquisiteur avant d’observer ta sœur avec désarroi, avec peine.

« J’aurai préféré que tu décides tout simplement de revenir au foyer, mais je vois que c’est impossible, jamais les algiz t’accepterons, jamais ils tolèront ta présence maintenant que tu as tout perdu. »

Un sentiment de peine était retenu dans tes mots.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Pacifiste

Messages : 48



Que je le veuilles ou non ? Croyait-il que je rejetais mes origines ? Mon ascendance ? Mes ancêtres ? Mon oncle… Non… Tiamat était bien loin de me comprendre… Comme j’étais loin de le comprendre lui… En espérant qu’un jour nous y parvenions… Même si je ne me fais pas trop d’idée à ce sujet.

Je me retourna enfin pour lui faire face… Pour lui dire se que je pense…

« Je ne rejette pas mon ascendance de faucon… Tiamat… Je dis juste que je suis un faucon d’un autre calibre que le votre. J’accepte… Et je fier, de mes ancêtres… Je suis fier d’être un faucon… Fier d’être un Marqué… Et vos regards, vos avis n’y changerons rien... »

Nous devions être aussi têtu l’un que l’autre sur le sujet… Deux abrutis trop fier pour tendre sa main à l’autre… Mais quelque part, cela ne me dérangeait pas. Tiamat s’adressa alors à ma mère. Il affirma qu’il aurait préféré qu’elle rentre, mais désormais, cela était impossible, maintenant qu’elle n’avait plus sa capacité à se transformer. Est-ce que… De la peine ?

« Je sais Tiamat… Je regret de ne pas avoir eu la force nécessaire… Mais, si tu as trouvé ta place en Ilmyde… Je ne peux que me réjouir pour toi… Et je sais que, toi au moins, même si tu ne peux le laisser paraître, tu m’accepteras toujours, que tu toléreras toujours ma présence… Même maintenant que j’ai tout perdu… Et cela me suffit amplement... »

Mère…

Mère devait avoir ses raisons… Et, quelque part, je suis comme elle. Je suis une « hérésie », mais je sais que, quelque part, quelqu’un m’acceptera toujours… Peu importe qui je suis et ce que je deviendrais… Même si son discours m’a touché… Notamment à cause de mon malaise en présence de femme… Je décide de ne rien laisser paraître face à Tiamat…

« Mère est la preuve que tout peut changer… Un jour… Les Algiz et les Humains travailleront main dans la main… J’en suis persuadé… Et ce même jour… Nous, les Marqués, seront enfin accepté... »

L’espoir est si rare de nos jours, que la moindre trace ce doit d’être préservé.
Voir le profil de l'utilisateur
Tiamat ;

avatar
Rebelle

Messages : 41



« Je suis ton oncle. »
Scène IV | Act II
ft. Siegfried
C'était un combat de deux bornés, un combat entre deux célestes bornés et fiers. Tu ne pouvais accepter sa naissance, il ne pouvait accepter tes pensées. Tu étais occupé à te chamailler avec ton neveu quand ta soeur se décidas à sortir des mots acides, des mots capables de te faire écarquiller les yeux. Sous la surprise de ses propos tu fini par tout simplement ne pas répondre à Siegfried et la regarder avec surprise. Que ce serait-il passé si elle t'avait emportée? Que ce serait-il passé si elle t'avait permit d'apprendre à aimer les enfants de Vaec? Non, tu ne pouvais le tolérer, cette idée t'étais bien trop étrange.

« ... Il est trop tard pour revenir en arrière. »

Tu sifflais d'agacement aux paroles du jeunot, perdant patience.

« Faudrait déjà qu'une paix existe entre Kireide et Ilmyde avant d'espérer deux races unies. »

Sur ces mots, tu te tournas, prenant la forme d'un faucon avant de t'envoler haut, retournant à Ilmyde, encore en colère.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Pacifiste

Messages : 48



Les paroles de ma mère semblèrent surprendre Tiamat. Cela lui paraissait si improbable que ça ? Cependant, il me donne l’impression de renier tout ça en affirmant qu’il était trop tard pour revenir en arrière. P’tain… C’est pas avec cette attitude que les choses avancerons !

Il siffla alors, apparemment agacé, puis il déclara qu’il faudrait que la paix existe entre Kireïde et Ilmyde avant de pouvoir espérer que une nouvelle unité entre les deux races. Raah ! Mais quel attitude défaitiste !

Mais avant que je puisse dire quoique ce soit, il se retourna et prit son envol en direction d’Ilmyde. Mais quel tête de mule celui-là ! Si des humains et des Algiz faisaient des efforts, la paix serait envisageable, cependant, avec des Algiz comme Tiamat, ça risquerait d’être compliqué. À croire que tout les célestes sont trop fier pour accepter la paix… Remarque, tous, Humains comme Algiz, étaient trop fier pour cela, mais je gardais espoir.

Je me retourna vers ma mère.

« Rentrons mère… Nous n’avons plus raison de nous attarder... »

Elle opina simplement du chef avant de prendre la route du retour.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé ;





Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Je suis débile mais je le vis bien
» Je suis heureux quand il pleut [Terminé]
» Hé mais je ne suis pas une souris à croquer ! [Livre I - Terminé]
» Le paaaarc (je suis imaginative XD) [Alexis][sujet terminé]
» Je suis pas bourré, hips ! [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Asmosa :: Vaste campagne
Sauter vers: