AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« Steep paths [PV Feat Kingsley] »
Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

Une mission d’extermination de la vermine apporté par la malice, le genre de travail simple, efficace et que Caym aimait particulièrement effectuer. Cela lui permettait de mettre en pratique ses entraînements avec moins de remords que s’il le faisait face à un adversaire humain. Bien qu’il ne montrait jamais une quelconque souffrance extérieure, un semblant de pitié ou de désarroi sur son visage, il n’aimait réellement pas devoir pourfendre un être humain. Car après tout, quand bien même il s’agirait du pire des bandits, que penser des gens qui resteraient après lui ? Les enfants, les parents, les amants, les amis… Tant de gens malheureux pour un mort. Alors oui, même s’il méritait largement de trépasser, qui posséderait le droit de le tuer et ainsi de porter ce lourd fardeau sur les épaules ? Et bien que Caym se pensait prêt à faire ce sacrifice pour les autres, cela ne l’empêchait pas de ressasser toutes ces horribles pensées. Même si son visage ne montrait aucune expression, son esprit, lui, continuait de remuer ces tourments dans un tumultueux maelström de violence et de souffrance.

Après une courte marche, Caym était arrivé sur les lieux stipulé dans le contrat. Il n’avait que très peu d’informations, hormis le fait qu’il ne serait pas seul sur ce travail, pour faciliter les choses. Et aussi qu’ils devraient chercher un peu avant de trouver la cible de la mission. Rien de bien compliqué. Même si le mercenaire était plus enclin à la solitude, cela ne l’empêchait pas de faire équipe si le besoin s’en faisait ressentir… Ou s’il n’avait pas le choix. Il ne parlait que le strict nécessaire, ou parlait presque normalement si l’entente passait réellement bien entre eux. Le Kireïdien observait les environs à la recherche d’une quelconque silhouette, sans succès. Il ne lui semblait pourtant pas être si en retard que cela… Peut-être que son futur coéquipier était déjà sur les pistes du monstre à traquer ? Le village du volcan se situait derrière lui et en arrivant, il n’avait croisé personne. Devant lui ? Car les bas-côtés de la route étaient bien trop escarpés pour oser s’y risquer à pied, après tout. Le jeune homme continua sa marche dans un cliquetis métallique, épée à la taille et lance à la main. Au vu de la chaleur des lieux, il avait jugé bon de ne pas se vêtir de sa cape et il s’en félicitait intérieurement, tant son armure lui donnait déjà chaud.

Tout en prenant garde de scruter les environs, Caym arriva non loin d’une intersection, situé dans un lieu un peu plus plat que le reste et permettant ainsi de s’aventurer en dehors de la route. Et si l’autre avait décidé de suivre un des deux chemins sans même attendre ? C’est en formulant cette pensée qu’enfin il aperçut une silhouette, en contrebas. Un homme, visiblement, bien que la distance entre eux l’empêcha de faire plus d’hypothèse que cela. D’une marche assuré, le jeune guerrier descendit en prenant garde de ne pas glisser avant de commencer à dévaler la pente à plus grande vitesse, prenant appui à chaque fois sur une pierre qui lui semblait plus solide que les autres. C’est ainsi qu’il arriva rapidement au niveau de ce qu’il pensait être son futur camarade de travail. Comment serait ce dernier ? Efficace, ou du genre à déléguer le travail ? Peu importait pour Caym car il s’acquitterait de sa tâche quoi qu’il arrive. "Bonjour… ? Vous êtes là pour le contrat ?"



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




When you live
on your knees
You rise up
I imagine death so much it feels more like a memory. When’s it gonna get me ? In my sleep ? Seven feet ahead of me ?
Il suffit au magicien trouble d’une mission, d’une mission unique, pour regretter son pays natal. Tandis qu’il se tenait parmi les rochers, les yeux vides de tout enthousiasme, ses pensées étaient pour les grandes forêts qui le couvrait, la grandiose académie des éléments, et le chemin de cristal aux lueurs colorées. Les chemins existaient aussi à Kireïde, mais il constatait que tous les pays ne partageaient pas le même sens de l’esthétique. Là où l’on pouvait admirer des pierres précieuses à Asmosa, les allées de Kireïde étaient bordées de cailloux gris, moches, ternes, tout comme le devenait son humeur devant tant de minimalisme esthétique.

Hors de question de rester ici une minute de plus : Son coéquipier le rejoindrait plus tard. Plus tôt la cible serait trouvée et anéantie, plus tôt Kingsley pourrait prendre ses affaires et ne plus jamais revenir dans cet endroit maudit. Le magicien voyait la Malice comme une forme de magie corrompue, qui cherchait à désoler toute beauté, et il se demandait bien quel genre de beauté elle pourrait corrompre dans ces chemins rocailleux, ou il n’y avait rien sinon de la terre, des pierres, et de la fumée.

Il avança, la main entourée du pendentif qui lui servait de catalyseur pour être prêt à faire face à une quelconque attaque : On n’était jamais trop prudent, surtout seul. Il se demandait bien quel genre de créature pouvait bien rôder en ces terres, dont la verticalité ne facilitait rien. Probablement des vautours monstrueux, ou des reptiles. Il ne tarderait pas à le découvrir de toute façon ; Il entendait du bruit.

Il leva les yeux, et vit un jeune homme descendre le chemin escarpé qui menait jusqu’à lui. De toute évidence, avec une telle armure, ce n’était pas un brigand. Et d’ailleurs, quelle armure. Kingsley en oublia la question posée, et dit plutôt :

« Eh bien. Vous n’avez pas chaud ? »

Lui-même ne portait qu’une chemise rouge, un pantalon noir, des bottes et sa cape – il sacrifiait son confort pour son style de magicien -, et se sentait déjà prêt à défaillir. Décidément, les guerriers n’avaient pas la vie facile.

« Oh, mais où sont mes manières ? »

Reculant de quelques pas, il fit sa plus belle courbette (ce qui manqua de le faire chuter dans le vide », avant de se présenter :

« Kingsley Judal, diplômé de l’académie des éléments, voyageur, chasseur de monstres, Asmosien de naissance, tombeur de ses dames – et de ses hommes parfois -, chercheur en magie et en malice, mercenaire (et il dit ceci avec un grimace, un mot si laid) » et il continua ainsi pendant une bonne minute, avant de conclure : « On me surnomme également le magicien trouble. Je pense être votre partenaire pour cette chasse. Vous êtes ? Oh, et puis je m'en moque. Avançons. »
NOTES, Kingsley, ou comment faire bonne première impression à quelqu'un
TAGS, @CAYM
Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

Cette personne avait été mandaté ici pour s'occuper d'un monstre, une créature dangereuse, une mission qui pouvait donc lui coûter la vie, et il avait plus l'air de s’inquiéter du confort de son compatriote plutôt que du reste ? Caym avait rencontré bien des mercenaires et autres chasseurs durant sa courte vie, et pourtant, il n'avait pas le souvenir d'en avoir croisé de nombreux comme celui-ci. Le Kiréïdien observa sa tenue plutôt légère et en déduis plutôt rapidement qu'il ne devait pas être de la région, ni même qu'il venait souvent dans cette zone volcanique. Oui, il avait chaud, mais il parvenait à s'en accomoder sans grande difficulté car malgré les apparences, sa tenue restait assez légère, afin de faciliter ses mouvements. Un chef-d’œuvre qui lui coûta une véritable fortune à produire dans les forges de Kiréïde. Ne sachant pas trop quoi répondre à l'individu, le mercenaire garda le silence, ce qui ne troubla pas outre-mesure son interlocuteur qui avait déjà repris la parole. S'attendait-il seulement à une réponse en premier lieu ?

L'inconnu se présenta alors, d'une façon quelque peu inhabituelle, certes. Il se nommait Kingsley, il était mage, chasseur, d'Asmosa, diplômé de l'académie de malice, ou de magie, chercheur, tombeur et tant d'autres adjectifs que Caym ne parvint absolument pas à suivre. Ce petit monologue dura, dura et dura encore durant un temps, bien qu’indéterminé, semblait beaucoup trop long pour le jeune homme à la lance, qui affichait sans aucune gêne un air perplexe et perdu. A vrai dire, il avait cessé d'écouter lorsqu'il évoqua le fait qu'il attirait aussi bien hommes que femmes. Comment arrivait-il à afficher un tel débit de parole avec une prononciation pourtant si compréhensible ? Et surtout, comment pouvait-il seulement avoir l'idée de se présenter d'une telle façon à un parfait inconnu ? Le guerrier, lui, se contentait de donner son nom si l'envie lui venait et tout rien d'autre. Et que penser de cette révérence qui avait failli le faire tomber ? Pourtant, cela ne l'avait pas décontenancé le moins du monde, au contraire, il semblait presque en tirer une étrange force. Caym parvint à reprendre le fil de la conversation à l'instant où Kingsley lui demanda son nom. Alors qu'il allait lui répondre, le mage décida, finalement, que ce n'était pas réellement nécessaire et décida, pour eux deux, de partir à la recherche de la créature à abattre. Un bien étrange numéro que le mercenaire avait tiré là. Un personnage qui l'avait presque fait grimacer. Comment était-il censé se comporter face à tant de désinvolture ? Il aurait presque pu le laisser tout diriger et se contenter de suivre mais quelque chose dans le caractère de cet homme lui fit décider autrement. Il l'agrippa par le bras pour l'empêcher d'aller plus loin. "Attendez un peu... Vous avez déjà exploré une partie de la zone, il serait donc plus intelligent que vous me fassiez part de vos premières découvertes et impressions. Ce n'est pas une promenade de santé que nous faisons là." Il était rare, très rare pour Caym d'agir de la sorte, lui qui préférait soit suivre les choses, soit agir à sa façon au détriment de ses partenaires. Non, s'il prenait la peine de mettre les choses au point dès le début, c'était bien car ce Kingsley était un étrange oiseau, du genre de ceux avec lesquels il ne savait juste pas comment agir. "Et malgré votre désintérêt certain pour le sujet, moi c'est Caym. Juste Caym." Oui, le jeune homme était frustré. Frustré comme un enfant.



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




When you live
on your knees
You rise up
I imagine death so much it feels more like a memory. When’s it gonna get me ? In my sleep ? Seven feet ahead of me ?
On l’agrippa par le bras, lui arrachant un regard curieux et amusé. Avec son sourire le plus charmant, il pencha la tête légèrement de côté, et lâcha, en savourant chaque syllabe de sa phrase :

« Eh bien. Vous êtes direct, vous. »

Il était impatient de voir le mercenaire relâcher vivement sa poigne de son avant-bras comme s’il eut été en feu. Embarrasser son partenaire de mission était tellement divertissant.

Mais, l’objectif avant tout ; Caym le lui rappela en le questionnant sur les alentours. Et quels alentours que c’étaient : vide et vaste. Après un claquement de langue qui n’annonçait rien de bon, le magicien trouble dégagea son bras de la poigne du garçon, et esquissa quelque pas devant lui. Saisissant une pierre du mur de roche à leurs côtés, il dit, en la considérant d’un œil critique :

« Alors, mes premières impressions. C’est désert, laid, et ennuyant à mourir. » Et pour s’assurer d’être parti sur de bonnes bases avec son coéquipier du jour, il ajouta « Tout votre contraire. ». Il était trop bon, décidément.

Continuant de s’éloigner un peu, jouant avec la roche dans sa main, il ajouta tout de même une information utile à son compte rendu, histoire qu’on ne le pense pas aussi incapable qu’il était vraiment.

« Je n’ai pas vu âme qui vive. Pas même un oiseau, ou un lézard. C’est étrange. »

Et il se débarrassa de la pierre, la jetant au loin. Cette mission, en plus de lui être très désagréable, ne s’annonçait en effet pas simple. Quoiqu’on en dise, un compagnon n’était pas de trop.

« Caym. Maintenant que votre curiosité est satisfaite – ou je ne sais quoi -, pouvons-nous partir à la recherche de la bête ? »

NOTES,
TAGS, @CAYM
Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

Etait-il sérieux, ou bien tout cela n'était-il qu'une gigantesque farce destiné à faire tourner en bourrique Caym ? Quoiqu'il en soit, il n'eut pas le temps de retirer sa main que Kingsley se défit de son emprise avant de lui répondre. Et quelles impressions, un point de vue poétique et artistique des chemins de montagnes de Kiréïde. Très utile et intéressant. Quand à la dernière phrase, elle perturba légèrement le mercenaire, juste assez pour le décontenancer l'espace d'un instant, un bref moment durant lequel ses joues se colorèrent d'un rouge pâle mais tout de même bien visible. Trop visible. Le Kiréïdien se recula de quelques pas et se racla la gorge, tentant tant bien que mal de faire disparaître la gêne qui l'avait envahi dans l'instant. "Cessez de dire n'importe quoi... Vous n'avez rien d'intéressant concernant la mission ?" Le jeune homme n'espérait qu'une seule chose, que son camarade de combat ne se soit pas rendu compte de l'état dans lequel ce dernier l'avait mis. Malgré le fait qu'il ne se connaissait pas depuis longtemps, il savait pertinemment que le mage trouble pouvait sauter sur l'occasion.

C'est alors que l'Asmosien fit une remarque plus que pertinente. Aucun signe de vie dans les alentours, rien. Le signe même que quelque chose n'allait pas. Un monstre, sans doute. Le monstre même. Resserrant l'emprise sur sa lance, Caym observa les environs, préférant sans doute s'assurer lui-même de l'affirmation qu'on venait de lui donner. Le combat n'allait sans doute pas tarder et pourtant, le guerrier n'était pas à l'aise. Il n'avait pas trop l'habitude de combattre aux côtés d'un mage, une lacune qui lui portait préjudice. Il ne savait pas réellement comment ces derniers combattaient, de quels genre de soutiens ils désiraient dans un combat... Toutes ces informations essentielles et vitales sur le champ de bataille. "Attendez, encore une chose... Pouvez-vous me montrer de quoi vous êtes capable ?" C'est alors qu'il venait de finir sa phrase qu'il se rendit compte que cette dernière n'était pas des plus agréables à entendre, sous-entendant qu'il n'avait aucune confiance en son partenaire. Il devait apporter quelques précisions au plus vite. "Je ne connais pas réellement la façon de se battre des mages, et je préfère ainsi voir votre art afin de pouvoir m'adapter à ce dernier, pour ne pas vous déranger par inadvertance."



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Il l’avait vu - la rougeur de ses joues. De quoi lui arracher un sourire, malgré toute la laideur de sa journée. Le Magicien eut la décence de ne pas continuer à charmer son partenaire de cette odieuse façon, puisqu’il mettrait bientôt sa vie entre ses mains : Hors de question, alors, de trop le déconcentrer, même si l’idée lui plaisait beaucoup. Avec un grand effort, Kingsley chassa donc son stupide sourire de son stupide visage, se redressant un peu, puisqu’il s’était penché vers Caym tout le long de leur dialogue, le fixant de ses yeux espiègles.

Leur travail revint vite à l’ordre du jour : voilà qu’on lui demandait de se prouver. lui ! Présomptueux. Ridicule. De la plus grande offense. Avec tout le dramatisme du monde, le magicien trouble vient placer une main délicate sur son coeur blessé, affichant son air le plus outré. Ses manières grandiloquentes eurent leur petit effet, puisque Caym précisa immédiatement sa question.

C’était là le grand problème du mercenariat en solitaire : les autres. Un contrat à deux signifiait beaucoup de choses : d’abord, un danger plus grand. Une récompense à partager. Une nouvelle rencontre. Un temps d’adaptation. Pour leur survie à tous les deux, Kingsley devait obliger : face au monstre, ils n’auraient plus le temps d’apprendre à connaître leur style de combat respectif, même si le feu de l’action était un excellent professeur.

Avec un sourire obligé, il chercha son catalyseur, prêt au combat. Avec une magie comme la sienne, il ne pouvait pas exactement invoquer une boule de feu, ou un pic de glaçe, alors il s’en remit à son plus grand allié : sa capacité à parler, encore, toujours, éternellement. Je suis un magicien des ténèbres - diplômé de l’académie des élèments, mais vous le savez déjà. Mon élèment est de nature - disons - entropique. Ténèbres. L’élèment de la fourberie. Durant ses études, on le lui avait répété maintes fois. Et le magicien ne cherchait pas tant à s'éloigner de cette définition. En des termes pratiques, j'immobiliserais de mon mieux le monstre quand il viendra à nous, et vous le transpercerez de votre lance. Un travail propre et bien accompli. Avec un sourire mauvais, il s’approcha de Caym pour lui dire de sa voix la plus grave, posant son coude sur son épaule : bien sûr, je pourrais vous faire une démonstration, mais l'absence de contrôle ne sied pas à tout le monde.

when you live on your knees




HRP d'un déchet humain, la suite:
 
Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

Ce mage était si particulier, si singulier dans sa façon de se comporter. Ou bien était-il tous ainsi ? Car Caym n'avait que peu l'habitude des adeptes de la magie, il n'en croisait que rarement et fréquemment, ces derniers préféraient faire cavalier seul, arrogant quant à leurs capacités. Un défaut qui jamais n'aurait pu entacher le mercenaire. Car il n'était ni vaniteux, ni modeste. Non, il était d'un pragmatisme impressionnant concernant sa maîtrise des armes et du combat, reconnaissant volontiers lorsqu'il était plus puissant que quelqu'un ou au contraire, lorsqu'il est inapte à défier quelqu'un. Le mercenaire s'attendait déjà à la tirade de Kingsley, sans doute un long discours sur les nombreuses années de pratique de la magie ainsi qu'une représentation ostentatoire ayant pour but de surprendre, d'impressionner le Kiréïdien. Et à sa grande surprise, rien de tout cela. Non, juste des mots, une explication brève et concise, simple et efficace à la fois. Ce qui pu arracher un sourire à Caym. Presque. Si seulement ce coude ne s'était pas posé sur lui, sans aucune gêne. Même le commentaire suivant ne le gênait pas outre mesure. Non, seule cette proximité non demandé pouvait être source d'embarras. Mais il se garda bien de le montrer, attendant simplement que son interlocuteur ait fini de parler avant de tourner son regard vers le sien pour lui adresser une phrase, une seule. "Bien sûr, je pourrais également vous faire une démonstration, moi aussi. Mais l'absence de bras... vous avez compris." Il s'esquiva alors, poursuivant sa marche sans même esquisser un geste pour ôter le bras du mage des ténèbres. Alors qu'il s'avançait vers l'inconnu, à la recherche de la cible de chasse, il adressa tout de même à son compagnon une réponse, pour ne pas le laisser désœuvré et surtout, surtout pour éviter une autre dramatisation que l'on aurait pu jouer sans grande peine dans les spectacles comiques de la capitale. Ce Kingsley était vraiment un étrange personnage, aussi intéressant qu'ennuyant. "Bien, nous pouvons y aller désormais. Je marche devant si cela ne vous gêne pas, afin d'être le premier à entrer au combat. Je pense pouvoir vous faire confiance pour agir de la meilleure des façons, n'est-ce pas ? " Stratégiquement parlant, ils auraient difficilement pu avoir meilleure équipe. Si Kingsley était aussi bon que ce qu'il prétendait, un fait dont Caym ne doutait étrangement pas, l'affaire pourrait être plié avant même qu'ils ne soient mis en danger. Restait à savoir ce que la Malice leur aurait réservé. Car cette dernière avait la fâcheuse habitude de toujours prendre au dépourvu quiconque traquait ses apparitions.



HRP:
 


Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Le magicien trouble était presque déçu : même s’il avait vu le spectre d’une réaction sur le visage de Caym, elle était bien moins marquée que ce qu’il espérait - juste de quoi le faire sourire. Avec un soupir défait, il se redressa alors, même si son air malicieux ne quitta jamais son visage. Voilà quelques moments déjà qu’ils traînaient à travers les rochers, et aucun monstre n’avait été aperçu : Pour une mission qu’il envisageait des plus brèves, le magicien trouble était quelque peu embêté. Il y avait des millions d’autres endroits où il préférait être, même si la compagnie était appréciable.

La chasse reprit. Kingsley, dans l’éventualité d’une attaque, et devant le projet de Caym d’engager le combat le plus vite possible, décida de mettre son masque, d’une main lente et précise : Les choses sérieuses commençaient ici. Son catalyseur dans sa main, il s’imaginait déjà en train de lancer son sort, dans une anticipation anxieuse. Bien entendu. Sa voix était grave, sans humour. L’excitation du danger, la tension, le frisson. Même si ce n’était que le temps d’une mission, le Kireïdien n’en restait pas moins son coéquipier, et Kingsley savait protéger ses partenaires de chasse. Je vous garderais en vie. Et j’en attends de même pour vous. Mais cela, il ne le dit pas : C’était une évidence.

L’idée de faire équipe avec un guerrier ne le gênait pas, bien au contraire : ils les trouvaient (pour la plupart) tout à fait capables, mais surtout de parfaits compléments à sa magie. L’un handicapait l’ennemi à distance, l’autre l’achevait, et chacun se tenait là où il devait être. Bien sûr, avec la Malice, il y avait tant de façons que quelque chose parte de travers - Kingsley avait quelques cicatrices pour s’en rappeler -, mais le magicien trouble gardait bon espoir quant à une victoire.

when you live on your knees




HRP d'un déchet humain, la suite:
 

avatar
Déesse

Messages : 319



La malice apparaît


La malice est perfide, elle se cache, se déplace puis elle arbore la forme d'un être infâme. L'entité noirâtre a cette fois-ci emprunté l'allure d'un griffon, une créature ailée à la tête d'un énorme aigle. Il ne possède pas cet unique point commun car cette chose est un rapace, un vrai. Le griffon prend son envol et attaque en piquée avec vigueur et précision. Au sol il perd une partie de son aisance mais il reste dangereux de par ses serres acérées et son agitation. Méfiance, son cri est aussi déstabilisant bien qu'il ait besoin de temps pour l'utiliser.  Informations ; Libre à vous de faire se déplacer le monstre comme vous l'entendez, aventuriers. Malgré tout, vous ne devez pas oublier une chose, vous aurez besoin de quatre posts minimums pour espérer le voir vaincu. 


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

Alors que Caym était déjà en route, il remarqua un étrange changement dans la voix de Kingsley, comme si cette dernière était étouffé par quelque chose. Sans s'arrêter, il tourna la tête et aperçut le masque, si étrange, si mystique, si... Kingsley, au final. Cela ne surprit même pas le mercenaire et il continua son chemin, sans un sourire ou un mot. Ils marchèrent durant plusieurs minutes sans voir la moindre créature étrange, le moindre monstre. Où pouvait bien se cacher leurs cibles ? Ils n'avaient eu aucune information concrète sur sa forme, ses aptitudes ou ses habitudes. Ils évoluaient en terres inconnus, où le risque était omniprésent. C'est une ombre étrange qui retint l'attention du Kiréïdien. Une ombre improbable qu'il aperçut non loin de lui. Une ombre grandissante. Était-ce de là que surgirait la créature ? Il fixait cette dernière lorsqu'un son étrange se fit finalement entendre. Et Caym comprit son erreur. La menace n'était pas au sol mais dans les cieux. Sans même prendre le temps d'observer en l'air, le jeune homme s'esquiva d'une roulade sur le côté avant de se relever prestement, sa lance en position pour être lancé. Et ça là qu'il aperçut le griffon. Aussi majestueux qu'il semblait effroyable et redoutable. Il avait plongé en piqué à l'endroit même où se tenait le guerrier un battement de cil auparavant et était déjà en train de prendre à nouveau son envol.

Voilà qui n'allait pas faciliter les choses, lui qui pensait qu'avec les aptitudes de son partenaires, ils sauraient vaincre facilement toutes créatures, il n'avait pas pris en compte l'existence d'un monstre ailé qui changeait toute la donne. Impossible pour lui de s'approcher suffisamment pour l'affaiblir. Kingsley pourrait-il, à lui seul, l'immobiliser et le clouer au sol ? "Vous vous pensez capable de le mettre à terre si je vous offre une distraction ?" Lance toujours en main, Caym observait le monstre, préférant ne pas perdre sa concentration à faire preuve de politesse en regardant son interlocuteur. Le griffon était vif, agile. Sournois. Chasseur dans l'âme, il était évident de comprendre que les deux hommes étaient devenus la proie d'une sanglante partie de chasse. La seule chose que Caym pouvait faire, c'était viser juste et jeter sa lance pour tenter de toucher la bête. Chose peu évidente car son arme n'était pas faite pour de telles utilisations. Trop lourde, trop grande et pas assez équilibrés, avec un fer bien trop gros. Mais qu'importe, il allait tout de même essayer, le but n'était pas de toucher la créature mais de l'occuper, juste assez pour laisser au mage le temps d'agir. Le mercenaire prit une profonde inspiration, ajusta sa position, recula sa jambe droite de deux pas et observa. Il devait réussir à anticiper les mouvements de la créatures pour que le projectile passe à portée de sa vue, pour pouvoir l'attirer. Il attendit, une, deux, trois secondes avant de finalement jeter son arme qui frôla à peine une de ses pattes. Pas de quoi le blesser, mais dorénavant, Caym était la seule chose qui semblait intéresser le rapace. Maintenant, la question était : Combien de temps devrait-il servir d'appât avant que Kingsley ne le sorte de cette délicate situation.



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Et il revint, cet affreux silence.
Derrière son masque, l’expression du magicien était indescriptible. Seul ses poings serrés, ses épaules tendues et ses regards attentifs renseignaient sur la tension de la chasse, leur chasse. Avec la chance qu’il avait aujourd’hui, pensa Kingsley, cette pourriture de malice prendrait peut être la forme d’un ver gigantesque, sorti tout droit de ses cauchemars.

Puis il y a une ombre sur le sol. Kingsley leva la tête, s’attendant déjà à un ver volant pour rajouter à son malheur. Mais c’est un griffon, une créature des plus majestueuses - autant que peuvent l’être les fruits de la malice - qui fonce sur Caym. Celui-ci esquive avec une roulade qui surprend le magicien de par son agilité et se relève prestement, pendant que le monstre est déboussolé par son échec. Un sourire mauvais, presque fou, prend place sur le visage du mage.

Caym l’interroge : il répond d’un “hm” distrait, ne quittant pas des yeux la créature, le contraire pouvant signifier une mort immédiate. Puis il enchaîne les pas pour rester à distance de la bête, cherchant dans son catalyseur qui s’illuminait d’une lueur sombre, la toute puissance d’un sort. Concentré - il le fallait -, il jette un rapide coup d’œil du côté de Caym, qui s’apprête à attaquer avec sa lance. L’arme est loin d’être idéale, face à une créature volante, mais elle fera l’affaire pour la distraire.

Kingsley grinça des dents quand la créature le regarda lui, plutôt que son coéquipier à l’armure opulente. Battant des ailes et déplaçant la poussière, elle s’apprêta à charger. Un regard à sa droite : le guerrier visait. Tout était une question de timing. Hors de question de bouger et de déranger son sort. Ah ! il pense, tandis que la bête pique dans sa direction, la joie des contrats en équipe : mettre sa vie dans les mains d’un inconnu. Puis la lance frôle les pattes du griffon, dévie son attention.

L’équilibre change : c’est la vie de Caym qu’il tient entre ses mains, cette fois. Il lui lance un regard entendu, presque narquois, comme un avertissement, une menace. La trahison serait facile, la récompense - pour lui et lui seul. Et il reste sans agir, dans toute sa malice, juste assez pour qu’on se demande à qui son sort d’immobilisation est destiné : la bête ou le garçon.
 

Le griffon fonce, et Kingsley attend : tout est une question de timing, il se répète, le sort doit être efficace, la mort brève. Il est sans honneur, mais de là à le taxer de cruauté ! Alors il regarde, il attend, dans la sécurité de sa distance. Quand il ne reste qu’un mètre entre le guerrier et le monstre, que la chute est inévitable, que la créature projette enfin une ombre au sol, il esquisse un geste. L’ombre se tord, s’alourdit, et la créature chute, tandis que l’entropie se colle à elle. Mais elle se débat, comme l’engeance qu’elle est, agitant frénétiquement des ailes, poussant des cris menaçants. Bonne chance, Caym, le nargue le magicien, tandis qu’il charge un second sort.

when you live on your knees


Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

Le griffon immobilisé, Caym se décala d'un demi pas pour éviter de se prendre une des dangereuses serres de la créature. Il observa ensuite la magie mise en œuvre pour l'immobiliser, surprenante, impressionnante et presque terrifiante. Le plus horrifique, toutefois, fut que la bête puisse encore se mouvoir malgré l'entrave qu'elle subissait. Il fallait agir vite. Il dégaina son arme et fixa la créature, l'arme à la main, cherchant une faille quelconque. Il était encore trop vigoureux pour que Caym puisse être sûr que le griffon ne se libère pas du sort de Kinglsey. Et si tel était le cas, il fallait au moins l'empêcher de s'envoler une nouvelle fois. Il observa une dernière fois le monstre, simula mentalement ses actions, les réactions de l'ennemi, l'appui qu'il devrait prendre. C'était une manœuvre risqué, il était fort probable qu'il subisse une ou plusieurs blessures durant l'assaut, mais ce n'était pas un réel souci. Du coin de l’œil, il avait vu Kingsley en train de préparer un nouveau sortilège, peut-être que cela serait suffisant pour l'achever par la suite. Il prit une dernière inspiration avant de s'élancer.

Un pas après l'autre, Caym ne focalisait son attention que sur la patte du griffon, sur laquelle il mettait beaucoup d'espoir. La moindre erreur lui serait fatale. Une fois arrivé à quelques pieds de distances, il bondit sur le flanc de la créature pour prendre un élan supplémentaire et sauter sur son dos. La sensation de marcher sur cette bête de chair et de plumes était bien différente que celle de marcher sur terre. Il lui fallut quelques secondes pour s'adapter, manquant de tomber dans l'opération. Dos à la tête de la créature, il lui était impossible de lui asséner un coup fatal, ses points vitaux étaient également bien trop loin de sa portée. Ses ailes, en revanche... Il asséna à son aile droite une profonde entaille, s'arrêtant net contre son os, puis il retira l'épée et se projeta le plus loin possible, se réceptionnant comme il le pouvait avant de se redresser dans un élan de douleur. Une entaille au bras. Un faible prix à payer pour le succès de cette entreprise plus que suicidaire. Maintenant, il espérait que Kingsley réagisse assez vite. Il recula légèrement, se tenant prêt à intervenir si le besoin s'en faisait ressentir.



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Aussi exigent que pouvait être Kingsley, il devait avouer le courage et l’intrépidité de son partenaire guerrier. Une fois son sort immobilisation lancé, Caym s’était jeté sur le griffon - d’une façon si littérale qu’il avait arraché un petit applaudissement au magicien trouble -, presque de quoi le faire regretter de se tenir si loin de l’action. Mais, même avec Caym assénant de violents coups d’épée sur les ailes du monstre, le combat était loin d’être terminé : la bête vivait toujours.

Murmurant incantations après incantations, cherchant ce qui lui restait de concentration après son premier sort, le magicien trouble se laissa aller, dans de telles circonstances, à une forme de magie plus offensive. Se rapprochant du monstre, conservant la grâce de sa marche même sur le champ de bataille, il eut un râle quand son compagnon jeta une épée un peu trop près de son (précieux, magnifique, désirable) visage. Le feu de l’action, sans nul doute, mais Kingsley préférait s’en sortir sans brûlures, surtout venant d’un prétendu coéquipier.

Enchaînant les pas pour s’éloigner du griffon quand celui-ci se débattait dans toute son agonie, Kingsley attendit le retrait de Caym pour lancer son sort. Et tandis qu’il laissait les ténèbres venir à ces mains, il lui jeta un regard, qui descendit de son visage jusqu’à son épaule, avant de s’assombrir à la vue de sa blessure. Les ténèbres dans ses mains gagnèrent en intensité, avant de s’enfermer sur elles-même pour former des sphères fumant un brouillard noir.  

Et tandis qu’il les précipitait sur le griffon, qui se mue dans un cri déchirant, le magicien sortit son épée pour aller achever le travail dans toute la souffrance que la bête méritait. Et il abattit son épée, une, deux, trois fois, avec autant d’adresse que ses mains de mages pouvaient faire preuve, repensant à son village, sa famille, et ses souvenirs d’enfance qu’il avait perdu aux engeances de la malice.


Après un moment qui lui sembla éternité, il se retourna doucement. Un travail bien accompli... et, essuyant le sang de son masque, il ajouta avec un petit rire ...même si la propreté reste à voir. Descendant du corps du griffon, il s’approcha de Caym avec une démarche presque joviale, retirant doucement ce qui couvrait son visage pour dévoiler son sourire candide. Dois-t-on décapiter la créature pour prouver notre exploit ? Il essuya la poussière de ses vêtements, le regard comme perdu dans l’enivrement du danger. Ah, et comment va votre bras ? Il faudrait soigner ça, il montra le coupure d’un geste emprunt de dégoût, avant que ça ne s’infecte, ce qui pourrait résulter - tragiquement - de votre mort, et de ma respectable personne, empochant la récompense seul. Il eut un nouveau de ces rires, qu’on ne savait pas sérieux ou sarcastique. J'ai vu beaucoup de choses dans ma vie, mais vous voir monter à dos de griffon restera dans ma mémoire pendant longtemps.

when you live on your knees


Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

Une fois repositionné, Caym laissant son regard dériver vers le mage, afin de découvrir quels genre de sortilèges il comptait user dans cette situation. Les sphères qui apparurent l’impressionnèrent autant qu'elles faisaient grandir en lui une étrange sensation. Il était bien content que Kingsley soit un allié plutôt qu'un ennemi, ce dernier aurait été difficile à vaincre, ou du moins sans perdre un bras dans le processus. Les orbes furent ensuite lancé sur la créature immobilisé, souffrante et désormais incapable de se défendre dans un déchainement de fumée sombre et opaque. Les rugissements plaintifs et agressifs de la bête, si puissant, manquèrent de faire tituber le guerrier qui ne s'attendait pas à un tel moyen de défense. Une chance que le griffon n'en ait pas usé lorsqu'il se trouvait sur son dos, l'escarmouche se serait terminé d'une façon bien plus sanglante et sordide. Le choc fut tel que le mercenaire loupa même l'opportunité d'achever la créature, laissant ainsi le mage s'en occuper à l'aide de son épée, dans des mouvements efficaces et mortels, bien qu'empli de défaut. Bien sûr, il n'était pas rompu à l'utilisation d'une telle arme, aussi ces manques de précisions n'étaient pas un drame en soi, encore moins sur un adversaire immobilisé et affaiblis. Mais ce qui perturba Caym, ce fut la haine portée dans chacune de ses frappes, une haine sauvage et dévorante, la bête tuant le démon. Chaque coup, du premier au troisième, démontrait une rage sourde. Car la base d'un épéiste, comme lui enseignait sa mère, était le contrôle de ses émotions. Chaque sentiment du combattant devait être âprement maitrisé et calculé, afin que rien ne puisse perturber la précision de la frappe. Le jeune homme avait fait bon usage de ses conseils, allant même jusqu'à les utiliser dans sa vie de tous les jours. Et cela lui avait permis d'être capable de déceler les attaques armées portées par les sentiments d'autrui.

Sans un mot, il s'approcha du cadavre encore chaud de la créature. "Inutile de s'encombre d'un trophée si macabre. Même séparée du reste du corps, le tout disparaitra." Et quelques secondes plus tard, la fumée noirâtre si caractéristique de la malice s'évapora du griffon avant de n'en laisser aucune trace. Impitoyable, implacable. Dévastatrice. Son regard se porta à nouveau sur son bras. Kingsley n'avait pas tort. Même si la blessure en elle-même pouvait attendre qu'il soit rentré au village des volcans pour être traités, le risque d'infection était trop grand pour être pris à la légère. Il sortit donc de sa ceinture une petite flasque contenant un alcool particulièrement fort qu'il conservait pour les occasions de ce genre et en aspergea la blessure. Un premier soin rudimentaire et abrupte, mais efficace. "Cela devrait faire l'affaire, je pense." Malgré toutes ses années d'expérience, l'art de la médecine restait inconnu à Caym et bien souvent il avait porté de faux jugements sur des blessures qu'il trouvait bénigne et qui s'avérait bien plus grave. "Je dois bien reconnaître que je n'oublierais pas cela non plus. C'était une expérience dangereuse, stupide mais ô combien exaltante. Je pense que si c'était possible, je le referais volontiers." Oui, Caym était particulièrement friand des choses dangereuses, même si son visage ne le montrait pas. Il fixa ensuite le magicien, désireux de savoir ce qu'il comptait faire par la suite. "Kingsley, que comptez-vous faire maintenant ? Continuer de surveiller les lieux, au cas où ? Ou repartir réclamer votre récompense ?" S'il restait, le jeune homme en aurait profité pour patrouiller avec lui et s'assurer qu'aucun danger ne menaçait plus la zone.



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Tandis qu’on lui répondait, le magicien trouble continuait d’essuyer ses précieux vêtements du sang de la créature, qui finit par s’évaporer en même temps qu’elle dans une fumée sombre. Génial. Un problème qui se résolvait seul, c’était une rareté. Avec un sourire fier, il détacha ses yeux de son manteau pour les plonger dans ceux de Caym, la tête légèrement penchée, comme une bête considérant sa proie avant de bondir.

Puis Caym s’aspergea la blessure d’alcool, arrachant un claquement de langue au magicien, et un juron : par les beaux yeux de Grayling, ces guerriers...!. Ces guerriers, qui, avec ce ton, auraient tout aussi bien pu être appelés ces rustres, ces indélicats, ces barbares. Il ne la pratiquait pas, mais la magie blanche était d’une telle délicatesse comparée à ce geste. Il se remis vite de ses émotions, cependant, quand Caym continua en louant à son tour la beauté de leur combat. Ah, mais peut être aura-t-on l’occasion de se retrouver pour un prochain contrat. Et il ajouta de sa voix la plus grave, provocatrice et charmante Ou autre chose, qui sait ? C’était facile, mais tellement gratifiant.

Renouant son pendentif autour de son cou, il ne lâchait pas Caym des yeux tandis que celui-ci parlait du futur proche et, après un instant de réflexions très surjoué - la main sur la menton, le hmmm, et les yeux au ciel - alors qu’il avait déjà pris une décision, il finit par dire : Réclamer ma récompense, bien entendu. On ne m’a pas payé pour patrouiller. Et avec un haussement d’épaules, il tourna les talons, esquissa quelques pas, et ajouta Ah, mais il serait indélicat de ma part d’abandonner ainsi mon équipier. Que faites-vous, Caym ?

when you live on your knees




HRP:
 
Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

La provocation de Kingsley était si visible, si peu subtil, qu'elle aurait presque pu faire réagir Caym si ce dernier ne s'y attendait pas. Mais il commençait à cerner le personnage et après s'être fait surprendre une fois, il s'était bien décidé à ne pas lui laisser l'opportunité de le prendre au dépourvu une nouvelle fois. Il avait était suffisamment gêné pour aujourd'hui, lui qui pourtant mettait un point d'honneur à ne rien laisser transparaître sur son faciès. Il était si rare, pourtant, de rencontrer un homme qui se vantait de ses succès amoureux auprès des deux sexes, les gens préférant normalement cacher cet état de fait. Mais le magicien n'était pas de ceux-là, au contraire. Il affichait ses goûts et ses préférences avec une telle audace qu'il n'était pas dit que quiconque ose lui faire la moindre réflexion. Ce brave homme était si particulier, théâtral même, rien que dans sa façon de "réfléchir", à accentuer le moindre de ses gestes, de ses sons trahissant une réflexion forcée. Le Kiréïdien était prêt à parier qu'il ne désirait nullement patrouiller, préférant s'arrêter là où son contrat s'arrêtait. Il ne fut donc guère surpris de sa réponse. Toutefois, Caym ne s'attendait pas à ce qu'il poursuive sa phrase, ni même qu'il puisse se soucier de la décision de son partenaire de chasse. S'était-il trompé sur le magicien trouble ? Ou au contraire, était-il si imprévisible qu'il était impossible de définir son comportement exact, ses traits de caractères ? "J'aurais aimé inspecter les environs, pour être sûr. Si le contrat ne mentionnait pas plusieurs créatures, il n'en citait pas une seule non plus." De son expérience de mercenaire, Caym savait parfaitement à quel point les employeurs pouvaient se montrer fourbes et vils au moment de la récompense. Entre les dédommagements suite à une quelconque blessure pour une escorte, un objet cassé pour un marchand ou bien d'autre futilité, inutile de préciser que si, par malheur, un autre monstre avait échappé aux chasseurs, ils pourraient oublier leurs salaires pourtant mérité. Quoique avec un phénomène tel que Kingsley, peut-être serait-il capable d'extorquer tout de même son argent quel que fût les circonstances. "Je doute réellement que l'on trouve un autre monstre, mais mieux faut être prudent." De plus, le soldat n'avait pas envie de prendre le risque de laisser un autre griffon ou Vaec savait encore quelle abomination non loin d'habitations, préférant éviter tout risque pour les civils dans l'incapacité de se défendre. "Mais je ne vous force en rien, ne vous sentez pas obligé de rester à cause de moi." Il savait parfaitement que s'il tuait une autre créature, le montant de la récompense ne changerait pas. Et qui voudrait bien risquer sa vie sans raison valable ? Dans un léger soupir, Caym récupéra sa lance, dissimulant une grimace au moment où il l'empoigna. Son bras lui faisait plus de tort que ce qu'il ne pensait et pourtant, il n'imaginait même pas qu'il puisse arrêter là sa mission, malgré les dangers que cela représentait.



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Voilà trop longtemps qu’il n’avait pas vu Caym gêné. Face à ce constat, le magicien trouble décida d’être un peu plus aventureux avec ses sous-entendus, autrement, il n’obtiendrait jamais la réaction tant désirée. Considérant le jeune homme de ses yeux sombres, il élabora maints et maints stratagèmes, qu’il pourrait mettre en œuvre maintenant l’immédiat danger écarté.

Caym n’était pas tant plus un coéquipier qu’un défi, désormais. Dernièrement, le mage avait fait face à une évidence alarmante : là où une unique phrase suffisait à charmer un individu, il lui en fallait désormais deux. Catastrophe. Stupeur et tremblements. L’âge l’avait-il finalement rattrapé ? Il s’appliquait à maintenir son look d’homme âgé mais stylé, dans le genre riche et autoritaire, mais on ne s’intéressait plus qu’aux hommes androgynes, désormais.

Enfin. Dès qu’il pensait à son physique, Kingsley s’emballait un peu, d’autant plus que ses 40 ans approchaient à une vitesse dangereuse. Les chasseurs de monstres ne vivaient pas vieux : Les chasseurs de monstres endeuillés, encore moins. Il se demandait parfois comment il parvenait à se traîner dans la vie de cette façon, puis se rappelait que tout était une histoire de haine, comme tant d’autres choses. Quelle diligence. Tu réalises (au point où il en était, autant jouer la carte de la familiarité) que tu n’y gagneras rien, bien sûr ? Il fit quelques pas dans la direction du guerrier, que le contact physique semblait mettre dans tous ses états. Il s’arrêta quand le visage de Caym se couvrit d’une grimace, et la reprit avec d’autant plus de malice.

Quand il arriva à la hauteur du jeune homme, il eut le plus délicat des sourires, avant d’empoigner durement le bras du garçon pour l’attirer à lui. Devrais-je te briser le bras, pour que tu arrêtes de jouer les héros ? Il était bien l’un des seuls hommes capable de menacer autrui avec un sourire paisible, que seul des yeux cruels trahissaient. Me voilà obligé de rester, pour pouvoir te garder en vie.

when you live on your knees


Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

Le mage trouble était charmant, certes un peu âgé, mais le temps avait fait un minutieux travail d'orfèvre sur sa personne, ne lui accordant que les beautés de l'âge, sans les inconvénients. Du moins pour l'instant. Le Kiréïdien faisait face à l'Asmosien, dans l'attente de sa réponse. Mais il ne s'attendait pas du tout à ce que les choses prennent une telle tournure. Il s'approchait de lui, sans doute pour une autre de ses excentricités dont le guerrier avait eu l'habitude jusqu'à maintenant. Mais son visage, lorsqu'il aperçut l'instant de douleur de Caym, avait pris un autre air, bien plus différent. Toujours sans montrer quoi que ce soit sur son faciès, le mercenaire laissait Kingsley s'approcher de lui. Il ne comprenait pas le sens de ces gestes, jusqu'à ce qu'il se fasse empoigner le bras, d'une force qui aurait pû le faire grimacer une nouvelle fois. Mais il n'en fit rien, trop troublé par cette soudaine, trop soudaine proximité qu'il n'avait pas demandé. Le trouble avait regagné son visage, l'empourprant soudainement. Mais la menace qui s'ensuivit le fit tout de suite regagner sa contenance. Le mercenaire avait plus l'habitude de gérer une situation dangereuse et qui mettait en péril sa sécurité que toute activité sociale impliquant le rapprochement avec un autre homme. Quel pauvre garçon il était. "Brise moi le bras, je prendrais le tiens en retour." Il n'avait même pas réfléchi, la phrase avait fusé seul, l'habitude d'un travail risqué dans lequel il devait toujours plus s'affirmer face à des personnes toujours menaçante, toujours agressive. Puis la situation se calma. Ce n'était qu'une autre de ses farces ? Caym resta perplexe un instant. Il ne comprenait pas son acolyte et cela le troublait de plus en plus. Il se détacha de lui d'un coup d'épaule, afin de reprendre sa contenance. Bien qu'il tentait de ne pas le montrer, il avait honte de ce qui venait de se passer, de sa réaction peut-être trop excessive et surtout, du ton de sa menace, qui sonnait plus comme une tirade d'un roman vaseux. Il secoua la tête et plaça sa lance dans son autre main. "Bien, je pense que maintenant que nous avons trouvé un arrangement, nous pouvons y aller ?" Il préférait esquiver la situation, retourner dans ce cadre professionnel dans lequel il savait évoluer sans difficulté. "Cela ne te dérangera pas de prendre les devants, je suppose ? Après tout, tu es homme à préserver et protéger les faibles et les blessés, non ?" Voilà qui était inattendu. Inédit. Caym venait de jouer la carte du sarcasme, quelque chose qu'il n'avait fait que si rarement qu'il pouvait toutes les compter. Quel homme étrange, réellement. D'un ample geste du bras, il fit preuve de toute la galanterie qu'il connaissait pour indiquer à Kinglsey qu'il le laissait passer devant, toujours sans aucune expression sur son visage. "Mais si tu as peur, ma foi... Je passerais devant."



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Devant son geste, les joues de Caym reprirent un peu de leur teinte rosée, arrachant un sourire malicieux à Kingsley qu’il s’empressa de faire disparaître quand celui-ci répondit à ses menaces d’une façon si dramatique, si grandiose, que le magicien trouble eut l’impression de s’entendre lui-même, à l’exception que Caym était sérieux tandis que lui, jamais. Le mage le regarda dans les yeux, l’air un peu surpris par cette violence (qu’il avait commencé, certes) soudaine, qui semblait comme un réflexe chez le guerrier, et il se demanda alors qu’il le fixait, quel genre de vie il avait vécu pour toujours se préparer à une attaque.

Et il continua de le fixer, dubitatif, tandis que Caym continuait sur sa lancée de chasseur, ignorant avec une royauté sans nom ce qu’il s’était passé il y a - quoi ? - 6 secondes ? C’est à peine si Kingsley savait se concentrer sur ce qu’on lui disait, après tout cela, se contentant d’acquiescer et de prétendre son attention, comme s’il était de retour des années en arrière, à assister à un cours ennuyant à l’académie des éléments. Euh, je... se contenta-t-il d’articuler, surpris quand il comprit enfin qu’on lui adressait la parole.

Que dire ? Se plier au jeu de Caym ? Faire un sous-entendu salace ? Nooon. Il y avait bien mieux. Alors il commença, de sa voix la plus digne, profonde, honnête, presque secouée par l’émotion. Caym, tout comme vous voir monter à dos de griffon restera à jamais gravé dans ma mémoire... Malgré tous ses efforts, le magicien parvenait à peine à contenir ses rires à venir, tandis qu’il continuait : Sachez que votre menace à mon encontre restera elle aussi à jamais... Et il ne parvint à continuer, explosant de rire, ce qu’il souhaitait faire depuis un bon moment déjà. C’était cruel, mais il n’avait jamais prétendu être bon, surtout avec des coéquipiers aussi faciles à gêner. Il en était maintenant au point où il montrait Caym du doigt avec moquerie tandis qu’il lui riait devant la figure. Difficile de croire que ces deux là venaient d'achever un monstre... Me prendre le bras, me... l’entendait-on dire entre deux rires.

Après quelques instants, il réussit à se reprendre, et dit On m’a proféré au moins 12 menaces depuis le début de la semaine, mais c’est la vôtre que je préfère. Et parce que Kingsley avait bien compris qu’au delà des mots, c’était le contact qui empourprait les joues de Caym, il se pencha vers lui avec ses yeux les plus sombres, d’une façon à suggérer qu'il allait l'embrasser, et dévia de sa trajectoire au dernier moment pour pouvoir lui susurrer à l’oreille : Je suis en effet du genre à prendre les devants, de sa voix la plus grave, la plus séduisante et la plus criminelle, avant de se reculer avec un clin d’œil suggestif, et de continuer sa route comme si de rien était, même si son grand sourire indiquait qu’il passait le meilleur moment de sa vie.

when you live on your knees


HRP:
 



Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

L'incompréhension. Caym était un homme pragmatique, froid, peu amical et rarement causant. Il ignorait donc tout de nombreuses subtilités des relations sociales. Et ce qui était en train de se dérouler sous ses yeux faisaient partis des choses qu'il ne comprenait pas. Kingsley se raillait de lui, bien évidemment. Mais Caym était incrédule, pas réellement certain de la raison d'un tel fou rire. Certains auraient été rouge de honte et de mal-être, d'autre se seraient peut-être même emporté, lassé de voir quelqu'un se moquer si ouvertement d'autrui. Mais pas Caym, non, loin de là. Il cherchait encore à savoir quel était la cause exacte de cette soudaine crise d'hilarité. Il ne comprenait même pas l'ironie ou quoi que ce soit d'autre, ne comprenant pas ce qui pouvait être drôle de subir tant de menaces en si peu de temps. Pauvre petit garçon dont la vie trop complexe l'a empêché de grandir comme n'importe qui d'autre. Et heureusement pour lui, car dans cette situation, la honte se serait sans doute abattu sur lui sans aucune retenue.

Il le laissa passer devant, trop occupé à comprendre le pourquoi d'un retour au vouvoiement pour saisir toute l'intensité du regard du mage trouble, son clin d’œil évocateur et son large sourire. "Si vous voulez, dans ce cas..." Il ne comprenait décidément rien à cette personne si intrigante, mystérieuse et aussi très agaçante. Il ne s'était pas fait des idées, il avait effectivement l'air de lui adresser quelques sous-entendu. Généralement, Caym se contentait d'éviter ce genre de personnalité trop forte, trop imposante pour lui, derrière lesquelles il préférait s'éclipser. Et pourtant, avec Kingsley, l'envie lui était venu d'apprendre à le connaître, un fait des plus rares pour le mercenaire. Sans doute car l'énigme qu'il représentait était trop grande, trop difficile à oublier. Et peut-être qu'il regretterait de s'être intéressé à lui tout aussi rapidement que l'envie de le connaitre l'avait gagné. "Cela fait longtemps que vous faites ce travail ?" Une simple question, dont le mercenaire n'arrivait pas à prévoir la possible réponse.



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Si Kingsley devait retenir une chose unique de cette chasse, c’était la difficulté de Caym à danser au rythme de la conversation. C’était la spécialité du magicien trouble - s’en sortir par les mots quand la force échouait - alors il y avait en lui cette sorte d’obligation d’initier le contact, de briller par son éloquence pour eux deux, puisque Caym éprouvait quelques difficultés face aux conventions sociales. Kingsley ne s’y attachait pas trop lui-même, mais il savait leur obéir quand il le fallait : c’était une question de survie ces temps-ci.

Ah, Caym. finit-il par lâcher, entourant ses épaules de son bras tandis qu’il se penchait vers lui, comme un grand frère à son cadet. Vous êtes trop innocent. Ses subterfuges qui pouvaient faire rougir n’importe qui s’écrasait sur l’ignorance du garçon, qui demeurait le bouclier de sa vertu. Il s’éloigna un peu, après son affirmation, mais se retourna vivement vers le guerrier quand celui-ci commença un sujet de conversation qui n’était pas lié à... Oh, dans les faits, si. C’était lié au travail.

Mais que Caym s’intéresse à lui était un progrès, alors Kingsley s’empressa de répondre. C’est dur à dire. Il m’est arrivé de chasser des monstres pendant mes études de magie, mais c’était la conséquence de mes recherches. Il eut un sourire triste. C'est devenu mon métier il y a seulement quelques mois. Par vengeance, dépit, colère.

Inutile d’y penser. Il fallait contre-attaquer dorénavant. Et vous, Caym ? il fit glisser son nom sur ses lèvres comme du miel, et ajouta : À vrai dire, au début, je pensais que vous étiez le fils d’un noble ou autre bêtise. Vous semblez trop délicat pour une telle profession. Et il ajouta, posant sa main sur son front avec un désespoir exagéré : Ah ! où va le monde si sa jeunesse est forcée à prendre les armes ? Kingsley Judal, scène 4 de l'acte 2.

when you live on your knees


HRP:
 



Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

Il l'avait laissé le prendre par les épaules sans le repousser, sans hausser un sourcil ni même esquisser un mouvement de recul. Non, le mercenaire le laissait faire, tout simplement. Il avait compris qu'avec Kingsley, il était plus simple de laisser courir les choses de ce genre plutôt que de lutter inutilement. Toutefois, il ne comprenait pas réellement où il voulait en venir en parlant d'innocence. Car peu importe la personnalité d'une personne, peu importe ses ambitions et motivations, dès l'instant où un Homme empoigne une arme dans un but autre que défensif, il pouvait dire adieu à toute forme d'innocence. Enfin, de son point de vue. A sa déclaration, il se contenta d'un haussement des épaules, rien de plus. Même s'il aurait voulu répondre, il n'aurait pas su quoi dire à cela.

La réponse du magicien trouble intéressa le jeune mercenaire. Kingsley s'était donc reconverti en chasseur de monstre quelques mois auparavant seulement ? Bien qu'il puisse être considéré comme étant novice dans ce domaine, l'aplomb que ce dernier avait démontré face au griffon ainsi que sa vive capacité de réaction avait donné l'impression à Caym qu'il chassait des monstres depuis des années et des années. Ses capacités de combat, bien qu'impressionnante, n'étonnait pas plus le garçon que cela, les magiciens pouvaient ne jamais expérimenter de réel combat et s'en sortir à la perfection sur le champ de bataille, tant que l'angoisse ne prenait pas le pas sur tous le reste.

Le jeune homme allait pour lui répondre, reprendre sur la même conversation, lorsque Kingsley enchaîna directement avec le genre de questions qu'il détestait. Des questions sur lui, tout simplement. Malgré son habituel pragmatisme, le jeune homme ne pût cacher une légère surprise lorsque son compagnon lui avoua qu'il l'imaginait en fils de noble, qu'il le trouvait trop délicat. Lui, Caym, trop délicat ? Cela aurait presque pu faire rire le mercenaire. Presque. Il se contenta seulement d'un léger sourire."Je ne suis pas sûr que le terme délicat soit le plus approprié me concernant. Vous, peut-être plus." Il inspira ensuite longuement. Il allait devoir bredouiller une réponse acceptable avec toute son éloquence, soit trop peu. "J'ai commencé il y a deux ans ce métier de mercenaire, chasser les monstres n'est qu'une des facettes de ce travail." Il n'avait pas menti. Il n'en avait juste pas trop dit, tout ce dont Kingsley avait besoin de savoir. Naïvement, Caym se surpris à espérer que son partenaire ne pose pas plus de question. Qu'il était naïf.



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Kingsley connaissait nombre de mercenaire qui prendraient ombrage de la moindre délicatesse associée à leur rugueuse personne : Caym n’affichait qu’une surprise contenue et un sourire léger, mais bien présent, que le magicien fut obligé de commenter. Ah, mais c’est qu’il sait sourire. Regard entendu, qu’il se retint d’agrémenter d’un clin d’œil tandis qu’il poursuivait la marche. Il ajouta pour la forme : Caym. À nouveau, il s'empara de ses épaules avec camaraderie et malice. Votre sourire est d'un tel charme qu'il rivaliserait avec la beauté du chemin de cristal. Un endroit magnifique. Peut être devrait-on le visiter un jour, ensemble ?

Quand Caym renvoya l’adjectif de délicat sur sa personne, Kingsley haussa les épaules avec fierté. La délicatesse n’empêchait ni le courage, ni la puissance selon lui, mais offrait une forme de raffinement qu’il manquait à certain. C’était donc un compliment que le guerrier lui faisait. Il s’en saisit et le gratifia d’un : Ah, Caym. Cela me ravit que vous ayez remarqué mon caractère délicat et raffiné. Mes muscles (il se retint difficilement de rire) le sont tout autant. Peut être aurais-je l’occasion de vous les montrer... Plus tard...

Plus ils progressaient dans leur petite aventure, moins sa méthode pour faire chavirer les cœurs (ou le cœur, en l’occurrence) se révélait si délicate que cela, elle. Mais Kingsley s’amusait tellement à chercher les pires répliques de l’existence du monde qu’il y sacrifiait volontairement toute crédibilité ou charme : la bouffonnerie était un art qui s’auto-suffisait.

Toujours avec cet air imbu et fier, il fixe Caym de ses yeux les plus intenses alors que celui peine à formuler une réponse. Il le sent, dans cette façon de choisir ses mots, si prudemment, comme un puzzle, une équation, le démêlage d’une situation alambiquée : Il y a un secret quelque part, entre les lignes, les syllabes et les lettres. Kingsley s’y penche, en bon observateur, en délicat agent du chaos, et demande d’une voix suave, pour cacher sa vraie attention : Oh ? Et quelles en sont les autres facettes ?

when you live on your knees


Caym ;

avatar
Pacifiste

Messages : 137




Steep paths

Il aurait été difficile, voire impossible, de ne pas comprendre les sous-entendu du magicien trouble tant ces derniers étaient évident. Et même Caym, à la science sociale pourtant si peu développé, comprit immédiatement les deux remarques à son encontre. Bien qu'il ait émis un doute quant au fait que Kingsley lui proposait un rendez-vous sur le chemin de cristal -Le mercenaire se persuada que la proposition était faite pour aller chasser des monstres ensemble- le commentaire sur sa masse musculaire était assez révélatrice. Le Kiréïdien manqua de s'étrangler tant l'allusion était énorme et surtout provocatrice. Là, il n'avait plus de place pour le doute et le jeune homme, ne sachant pas réellement comment réagir, se contenta de déglutir difficilement et d'ignorer, purement et simplement cette remarque. Il n'arrivait pas à savoir s'il était sérieux ou non et Caym était si peu rompu à ce genre d'exercice qu'il n'arrivait pas à formuler la moindre réponse. Son esprit lui-même ne savait pas réellement comment réagir.

Fort heureusement, Kingsley semblait être plus intéressé sur un autre sujet de conversation. Tout aussi pénible à aborder pour Caym, mais il était toutefois plus habitué à cela. C'était sans doute l'un des sujets sur lequel il avait le plus menti dans sa vie. Et puis, il ne lui demandait que des précisions sur le rôle d'un mercenaire. Rien de bien secret là dedans. Caym prit quelques instants avant de répondre, il voulait, pour une fois, accorder une réponse complète et concrète à son partenaire. Il l'imaginait déjà l'assaillir de questions s'il ne donnait pas assez d'informations. "Tout dépend. Cela peut aller d'une simple escorte à un renfort militaire. En réalité, les possibilités sont si variés que cela peut même en être déroutant. Il est donc fréquent qu'un mercenaire s'impose une ligne de conduite, une espèce d'éthique à laquelle il se raccroche pour ne pas finir par faire n'importe quelle tâche qui ne lui corresponde pas. Par exemple, je refuse toutes les missions qui impliquerait de devoir tuer quelqu'un pour le compte d'autrui. Vous n'imaginez pas le nombre d'employeur qui pense que les mercenaires ne sont rien de plus que des tueurs à gages. Ils essayent souvent de dissimuler le véritable but de la mission, par exemple en prétextant un honneur à défendre ou une protection contre des hommes qui finissent souvent en véritable boucherie." Le mercenaire prit un temps pour réfléchir. Quel autres exemples pouvait-il trouver ? "Les conflits raciaux, également. Je refuse d'accepter un contrat qui a pour seul objectif de tuer des Algiz, sans aucune raison. Je n'agis que si les raisons sont plausibles. Pour les conflits armés, tout dépends de la guerre en question. Celle qui fait rage en ce moment, par exemple, me déplait un peu. Je n'accepte d'être embauché que pour assurer la défense de villages isolés, pas pour participer à une escarmouche." Il avait donné de nombreux détails qu'il trouvait assez bien trouvé pour que Kingsley ait assez à réfléchir avec ceux-là. Il décrocha ensuite sa gourde et bu un peu en se servant de son bras encore douloureux. Il avait la gorge sèche à force de parler autant, lui qui n'avait l'habitude que de conversations simples et se résumant à trois ou quatre mots.



Un monde sans sacrifice n'existe pas...
Ne le réalises-tu pas ?
Nous appelons temporairement monde
Cet enfer de cendres
Flottant sur une mer de sang.
Voir le profil de l'utilisateur

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kaitlyn J. Kingsley [Fini]
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Kireïde :: Le barrage des volcans :: Chemins rocailleux
Sauter vers: