AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« Shadow & Ice || ft Kingsley. »
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



Shadow & Ice

Ignis n'a jamais été un individu se laissant aller aux rumeurs parvenant jusqu'à ses oreilles. Préférant toujours se faire sa propre opinion, il était et sera à jamais de ceux qui ne croient que ce qu'ils peuvent voir. Cette journée était alors un instant, un moment précis pour confirmer cette idée sur laquelle il ne démordra pas. En pleine liberté et hors de ses fonctions, le conseiller a alors pris la décision de se laisser aller au gré du vent, à la recherche d'un nom qui a réussi il y a peu à attirer son attention. Un individu serait à même de posséder le même intérêt que lui pour une présence en Meinarest. La Malice, les monstres.

La souillure du monde paraissant bien peu importante à côté de la guerre pendant aux nez des nations. Au final, n'est-ce pas le rôle du pays prônant la neutralité de se charger de cette menace ? De son humble avis la réponse est oui. Pour autant mieux vaut garder cet intérêt pour lui et se contenter de trouver des esprits similaires au sien. C'est d'ailleurs pour cette raison principale qu'il se retrouve là, dans cet hameau perdu non loin de l'ancienne capitale.

Curiosité.
Sentiment de liberté. Pour une fois que le magicien agit comme son bon vouloir, sans avoir à questionner la reine au préalable. Non pas que cela l'incommode mais depuis que son statut a changé, Ignis a bien du mal à parvenir à dompter cette nouvelle situation. Une tenue bien plus simple arbore son corps aujourd'hui ; une simple chemise blanche close jusqu'en haut, un pantalon serré et des bottines. Même sa chevelure blonde est attachée pour accentuer son état. Seule son arme pourrait peut être traduire qui ce dernier est vraiment mais il essaie de ne pas y penser.

Première étape, le rapprochement.
Bien difficile pour lui de se pousser, se lancer dans un tel périple en ayant comme simple information un unique nom. Kingsley, terme que le mage a bien du mal à prononcer sans l'écorcher d'ailleurs. Ignis ne s'en formalise pas essayant sans attendre d'avantage de questionner la populace. Croisons les doigts, la véritable cible de ces questions entendra peut-être les divers interrogations dont l'homme est le bien intéressant gibier du conseiller d'Asmosa.



FT. Kingsley



The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.


Dernière édition par Ignis le Mer 4 Jan - 10:55, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




I see a red door
and i want it painted black
I LOOK INSIDE MYSELF AND SEE MY HEART IS BLACK I SEE MY RED DOOR AND MUST HAVE IT PAINTED BLACK MAYBE THEN I'LL FADE AWAY
Trente-huit ans de vie, et vingts de ces années à voyager. Ils les avaient vu sous le soleil comme la pluie, sur une selle et sur ses pieds, paisible puis poursuivi par des brigands ; Mais ces aléas n’avaient jamais gâché le tableau qu’était son pays natal. Il se surprenait à s’émerveiller devant ses couleurs comme au premier jour, tandis qu’il partait sur la route de l’académie des éléments. Il se souvenait encore de son idéalisme – l’impression que tout lui était accessible. La nuit, quand ses pensées devenaient obscures, il lui restait une question : S’il avait su, serait-il resté ? Il connaissait la réponse qu’on désirait entendre, et la sienne, qu’il préférait taire.

« Le problème n’en est plus un. » dit-il à son client, son masque posé solidement sur son visage. Autour de lui, les villageois vaquaient à leurs occupations – certaines plus nobles que d’autres - Deux jours qu’il était dans ce hameau perdu, et deux jours qu’on avait tenté de le voler. Il sursautait dès qu’un enfant le frôlait d’un peu trop près. « C’est donc avec un grand plaisir que je vous annonce la fin de mon travail. » Une fois son paiement tendu (et il prit le soin de foudroyer du regard tous les gamins aux alentours), il s’exécuta dans une courbette dont la grandiloquence impressionnerait n’importe qui, avant de se retirer pour la journée.

Une journée productive, mais salissante : Kingsley s’empressa de retirer son masque et d’essuyer le sang qui le recouvrait. Il fit de même avec son visage. Il grimaça sans retenue à la vue du liquide carmin sur ses mains : Ce genre de saleté était réservée aux guerriers, d’habitude, ceux qui se battaient sur le devant de la scène. Bien sûr, les mages et leurs effets de lumière étaient eux aussi le centre de l’attention, mais il préférait les yeux de ses fans posés sur lui, plutôt que ceux de ses ennemis.

C’était presque à en regretter d’être devenu mercenaire – un titre qu’il détestait d’ailleurs, si vulgaire -, il préférait être décrit comme un voyageur… Qui prenait parfois part à des conflits d’une nature fort violente, diras-t-on. De toute façon, à partir de cette instant, il n’était plus Kingsley, le chercheur de magie, le chasseur de monstres, le magicien trouble, simplement un homme lambda qui prenait part au quotidien charmant d’un hameau perdu.

Du moins, c’est ce qu’il réussit à être pendant une demi-minute, jusqu’à ce qu’on lui parle de lui-même – ce qu’il adorait, bien sûr, mais pas dans ces circonstances.

« Kingsley ? », répéta-t-il, fixant l’homme qui lui faisait face avec une suspicion exagérée. Un homme au physique atypique, d’ailleurs, qu’il dévisagea longuement, à la recherche du moindre indice sur sa personne. Les yeux gris du magicien tombèrent sur l’arme de l’étranger, qui renseignait au moins sur sa situation financière, peut-être même sociale. Il se demanda alors s’il avait déjà emprunté (ou arnaqué) un bourgeois de cet âge. Ça ne lui revenait décidément pas. Mais pour s’éviter le moindre problème en cette douce et paisible matinée, il dit avec une assurance définitive : « Jamais entendu ce nom de ma vie. »

Il esquissa deux pas au nord, avant de préciser : « Mais avec un nom pareil, laissez-moi vous dire que ce Kingsley doit être fort charismatique, voyez-vous. Il vous faut chercher parmi les étoiles de la plèbe. » Et avec un sourire fier, il esquissa un geste vers les villageois, la plèbe dont il parlait. « J’ai d’ailleurs la certitude que ce bon Kingsley se montrerait plus coopératif si seulement on lui disait ce que lui vaut cet… honneur, d’être recherché par un si… Et il s'autorisa un soupir défait. Je suis un peu en manque d’inspiration aujourd’hui, je l'avoue. »
NOTES,
TAGS, @IGNIS
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



Shadow & Ice

Le hasard, un met sucré qui a toujours cette fâcheuse habitude de se placer sur le chemin quand nul ne l'attend. Ignis avait choisi sans réfléchir la première personne qu'il aurait la chance de questionner et voilà qu'une étrange sensation envahissait le conseiller dès lors que son interlocuteur ouvrait la bouche. Cette manière de parler, cette assurance, tant de points bien étranges à constater de la part d'un potentiel habitant d'un hameau comme celui-ci. Le remarquer incitait d'ailleurs le mage à incliner un brin la tête sur le côté droit, comme pour appuyer son intrigue.

Observation, analyse.
Ignis a toujours aimé laisser son regard tenter de cerner les individus qu'il a pu côtoyer jusqu'à présent. Cette personne en faisait alors les frais et ce pour de bien bonnes raisons. Lui aussi semblait alors le détailler ce qui n'échappa point au conseiller qui remarqua d'ailleurs son attention soutenue face à son arme. Au final, ce qu'il pensait être un point faible lui permettra peut être d'attiser encore d'avantage l'intérêt et ainsi dénicher plus rapidement sa cible. « quel dommage... » Le mage s'apprêtait alors à faire mine de se détourner mais voilà que l'homme reprenait la parole afin d'ajouter quelques mots confirmant l'idée d'Ignis.

Peut-être valait-il mieux entrer dans son jeu ? Arborant un sourire à son tour, il mena au même instant sa main au niveau de son menton, se le pinçant tout en mimant une once de réflexion. « vous devriez essayer de le chercher vous aussi, avec de tels éloges il devrait vous payer pour la publicité que vous lui faites. » Il regardait alors la plèbe, point sur lequel l'inconnu insistait et laissait son sourire s'accentuer, dévoilant un brin sa dentition. « un si intrigant individu ? Le mystère a toujours été un atout de mon avis et mon instinct me dit que cela est la même chose pour vous. »

Bien qu'il ne le prononçait pas, il était possible de deviner sur ses lèvres encore en mouvement qu'il aurait pu achever ses propos par Kingsley. Il n'en faisait rien malgré tout préférant continuer dans ce petit jeu qu'il appréciait. Il était rare de rechercher un individu disposant du même travail que cet homme et que ce dernier soit capable d'autant de malice. D'ailleurs il était temps d'attiser sa proie. « je voulais le rencontrer pour lui proposer une petite excursion afin d'en apprendre plus sur la souillure, du moins les monstres comme les nomme la plèbe. »

Ignis effectuait alors une petite rotation, désignant du doigts au loin, en direction de l'ouest. « j'ai ouï dire que l'ancienne capitale est un lieu de prédilection la nuit, sur le sujet de la Malice. » L'homme croisait les bras tout en offrant à nouveau son buste en direction de sa rencontre. Son regard ne quittait plus les yeux grisés de ce dernier. « si nous partions maintenant je pense que nous arriverions à temps... vous ne pensez pas ? » Il était fort amusant d'arborer ce manteau de mystère, quelle joie pour Ignis de le retrouver le temps d'un instant.



FT. Kingsley



The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.


Dernière édition par Ignis le Mer 4 Jan - 10:56, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




I see a red door
and i want it painted black
I LOOK INSIDE MYSELF AND SEE MY HEART IS BLACK I SEE MY RED DOOR AND MUST HAVE IT PAINTED BLACK MAYBE THEN I'LL FADE AWAY
L’inconnu semblait s’être pris au jeu, même s’il avait deviné sans mal la véritable identité du magicien. Ce n’était pas un problème : Tout ce que Kingsley espérait, c’était qu’on ne lui fasse pas perdre son temps, si précieux.

« De la publicité ? Mon bon monsieur, je ne fais qu’énoncer les faits. Je doute que le charisme soit la plus grande qualité d’un merc… Voyageur, se corrigea-t-il. Néanmoins, je pourrais également vous parler de son talent en magie, de sa curiosité et de sa diligence. Mais comme vous le dites si bien, conservons le mystère. »

Il fit son sourire le plus complice, qu’il manqua d’agrémenter d’un clin d’œil. Puis il se redressa, écoutant avec attention la proposition de l’inconnu. Une vie de combat, pensa-t-il ensuite, voilà ce que je mène. Un travail de terminé, et voilà qu’on lui en proposait un nouveau. Aussi irresponsable qu’il prétendait être, le magicien ne pouvait cependant pas laisser ces vermines souiller le monde de leur malice. Il se reposerait quand il serait mort.

« Je dois vous prévenir, alors : Ce magicien là a pour habitude d’être payé pour ses services. Le savoir ne se mange malheureusement pas, tout comme la reconnaissance des uns, et des autres. Considérez-vous chanceux qu'il fasse une exception. »

D’autant plus que s'il se fiait à l’arme de l’étranger, celui-ci avait amplement les moyens de se payer son temps. Décidément, il était trop bon.

« Sachez aussi que le magicien trouble vient d’achever une chasse : Il faudra l’excuser s’il vous apparaît quelque peu fatigué. »

Et après un regard appuyé vers l’homme, il ouvrit la marche en direction de l’ancienne capitale. Touchant son pendentif du bout de doigt, comme dans un instant d’anticipation, il finit par demander :

« Ah, mais je réalise que je ne connais ni votre nom, ni votre titre. »
NOTES, si tu veux faire une ~ellipse narrative~ jusqu'à Celtia dans ton post, ne te gênes surtout pas ♥
TAGS, @IGNIS
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



Shadow & Ice

Beaucoup penserait que le conseiller pourrait se rendre seul dans le lieu de ses recherches, qu'un homme de son rang n'aurait pas besoin de quémander le soutien d'un individu lambda et pourtant. Ignis aimait accentuer son apparence, celle d'une personne plus vieille que son âge réelle et surtout, un fait du passé, un ancien qui à vie le fera se poser des questions sur telles ou telles actions. Mais cette fois-ci, une autre raison s'accrochait à tout cela, celle de pouvoir enfin discuter avec quelqu'un d'aussi curieux que lui sur un mystère bien plus profond qu'une guerre.

Kingsley.
Le mage ne le dira sans doute point cependant, déjà bien longtemps qu'il suivait les faits et gestes de cet homme, depuis son arrivée en Asmosa, ou presque. Un mercenaire au masque squelettique affrontant des créatures que la majorité des gens cherchaient à fuir. Plutôt intrigant. Aujourd'hui enfin il pouvait mettre un visage sur un nom et il n'était sur le moment pas déçu par son caractère. Bien curieux, il se replongeait ainsi dans cette conversation, écoutant avec attention les réponses de son vis à vis.

Il se considérait bien plus comme un voyageur, soit pourquoi pas mais tout cela l'incitait à libérer encore d'avantage de son sourire en coin. « le mystère est bien amusant nous sommes donc bien sur le même point de vue mais vous piquez mon impatience avec de tels propos. Il doit être un homme admirable. » Mais attention, le magicien ne croyait que ce qu'il voyait et bien qu'intéressé par ce Kingsley, il ne ferait aucune exception. Ignis tout en s'adressant lui décroisait les bras, faisant mine d'être étonné et flatté par ce qu'il entendait à ce moment bien précis.

Sa main venait rejoindre son torse, pinçant un brin le col de sa chemise nacrée. « me voilà bien heureux d'être traité avec autant de chance. Mais payer ne m'aurait pas dérangé bien qu'il me paraît étonnant de devoir donner une quelconque monnaie à un voyageur qui n'est guère un mercenaire. » Il libérait alors un léger ricanement très peu palpable et pourtant bien présent, histoire d'appuyer ses mots. « mais rassurez-vous il sera excusé de tout. Je prends de son temps au final. » Légère inclinaison de tête.

Suivre la marche.
L'ancienne capitale est déjà en vue.
L'homme était décontracté et ne sourcillait pas malgré la nuit sur le point de tomber. La pénombre allait bientôt être importante et surtout, la Malice sera à son apogée, d'autant plus dans un lieu comme Celtia. Mais voilà une question vient se faire entendre, interrogation à laquelle il s'attendait. « quelle impolitesse il est vrai, Kingsley. » Enfin il prononçait le nom de son interlocuteur. En revanche hors de question pour lui de se rabaisser à mentir, il se l'interdisait. « vous pouvez m'appeler Ignis, Conseiller de la reine. »

Il se doutait que l'annonce allait sans aucun doute étonné le voyageur et pourtant, son instinct lui murmurait que sa manière d'être serait sans doute différente face à cette vérité. Peut-être cette rencontre sera-t-elle le surprendre ? Il n'attendait que cela de toute évidence. Malgré tout, il ne voulait guère lui laisser le temps afin de le tester encore d'avantage, il surenchérissait alors. « dites-moi, connaissez-vous la véritable histoire de la chute de Celtia ? » Il savait que la réponse serait négative car tous pensent qu'il s'agissait d'un choix volontaire afin de se rapprocher des côtes.

Je me suis permis de nous faire avancer direct face à Celtia ! ♥


FT. Kingsley



The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.


Dernière édition par Ignis le Mer 4 Jan - 10:56, édité 4 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




I see a red door
and i want it painted black
I LOOK INSIDE MYSELF AND SEE MY HEART IS BLACK I SEE MY RED DOOR AND MUST HAVE IT PAINTED BLACK MAYBE THEN I'LL FADE AWAY
« Admirable. » et Kingsley eut un rire nerveux. « Si on s’en tient à la définition la plus stricte de ce mot, je suppose que ses talents sont dignes d’admiration. »

Nouveau regard appuyé. Le magicien fut tenté de ne pas en dire plus – de faire planer le mystère -, mais si lui et le mystérieux épéiste devaient coopérer, mieux valait qu’il sache, pour le protéger d’une déception trop grande. « Mais qu’on ne s’y trompe pas. On m’a dit que ce Kingsley n’était pas quelqu’un de bien. » Ah, mais qu’en savait-il, après tout ? Il ne le connaissait pas.

Quand la question du paiement devint le centre de leur petite conversation, et que le mystérieux garçon prononça le mot interdit d’une façon fort malicieuse, Kingsley manqua presque de s’étouffer. Retrouvant vite sa stature droite et sa précieuse dignité, il dit : « Un service mérite paiement, peu importe qui l’accomplit. Heureusement, d’ailleurs. Si l’on ne payait que les héros, le monde serait d'un chaos. » Et lui serait au chômage.

Ils continuèrent ainsi, marchant à allure soutenue. Tandis que les paysages changeaient, le ciel s’assombrissait, et bientôt, la nuit tomba. Celtia, comme l’avait prédit le garçon, se fit visible. Il était temps. D’une main fastueuse, Kingsley se saisit de son masque, qu’il déposa avec délicatesse sur son visage. Il enleva également son pendentif pour l’entourer autour de sa main, prêt à réagir à la moindre attaque.

« Vous pouvez m'appeler Ignis, Conseiller de la reine.
- Oh ? » lâcha le magicien d’une voix profonde et intéressé. On y entendait aussi une pointe d’amusement. « Finalement, je vais peut-être devoir vous faire payer ce travail. » Mais tout de même, cette révélation le surprenait quelque peu. Il connaissait sa réputation – il mettait beaucoup d’effort à l’entretenir, après tout -, mais jamais il ne se serait douté que ses voyages, ses combats, et ses recherches, soient qu’un quelconque intérêt pour la couronne, ou ceux qui la conseillait.

Néanmoins, son comportement de plus tôt ne le gênait pas le moins du monde – il s’était juré la plus grande neutralité, après tout -, et il était hors de question pour lui de traiter Ignis avec un respect qu’il n’avait pas gagné.

« Je doute connaître la vraie raison. Vous avez mon attention. »
NOTES,
TAGS, @IGNIS


Dernière édition par Kingsley le Dim 25 Déc - 21:01, édité 2 fois
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



Shadow & Ice

Ignis n'était pas un homme qui aimait user de compliments à moins peut être qu'il ait une idée derrière la tête. Peu de gens possédaient la confiance du conseiller et les actions pour espérer la frôler devaient être nombreuses. Ce Kingsley avait au moins le mérite d'être chanceux car le mage avait besoin de lui pour une raison à laquelle ce dernier ne s'attendait sans doute pas. Le rire nerveux ne passait pas inaperçu à son attention. « Mes propos pourraient donc le mettre mal à l'aise, j'en prends note. Mais vous savez, la bonté, la bienveillance, ces mots ont perdu de leur sens depuis bien longtemps. »

L'homme était certain de ce qu'il avançait. Après tout, les têtes pensantes de cette guerre insensés et de ces trop nombreuses tueries se pensaient sans aucun doute dans le droit chemin, porteur d'actes salvateurs. Quelle horreur que d'imaginer un monde gouverner par de tels individus.

La suite le faisait en revanche dessiner un léger rictus sur ses lèvres. « vous donnez la définition du mercenariat, là. Je vais en déduire des choses je le crains. » Il venait se masser un peu la nuque, ne cachant pas un instant son souhait de le piquer un peu, en toute ironie cela va de soit. Ignis voulait cerner, tenter de lire entre les lignes afin de déceler le potentiel et le caractère de son vis à vis. Un sentiment le perturbait en effet, quelque chose que l'homme ne pouvait traduire avec des mots mais cela était bien là. Il allait faire son nécessaire pour comprendre. La nuit sera son terrain de jeu.

Une annonce.
Loin de lui l'idée de vouloir prendre le dessus en annonçant son rang, mais le conseiller ne voulait rien dissimuler. C'est d'ailleurs en accord avec ce qu'il pensait que Kingsley prit la décision de réagir. Son attitude était rester la même, rien ne semblait l'avoir perturbé et ce dernier gardait son attitude sobre. Tant mieux, avoir à faire à un enfant ou une personne qui lui lécherait les pieds ne l'aurait qu'inciter à faire demi-tour sans attendre. Il n'avait guère le temps et il se devait d'entrer dans le vif du sujet et vite.

Tandis qu'ils arrivaient à l'entrée de cette ancienne Cité, Ignis ne pût s'empêcher de regarder son confrère placer son masque et surtout se préparer au pire. Il avait fait le bon choix, cet homme n'était guère une tête brûlée, il savait où il allait et comment. De son côté, rien, il se contentait de garder les mains jointes dans son dos sans montrer une quelconque animosité face aux potentielles attaques qui pourraient se profiler à l'égard des deux Asmosiens. Malgré tout, le mage n'est guère naïf et il sait qu'en venant ici, ils auront affaire à des monstruosités prêtes à les annihiler.

Suite à la réponse de son interlocuteur, Ignis arrêtait net son avancée, fixant devant lui tout en s'adressant à ce dernier. « des rumeurs circulent mais, je me suis permis de fouiller dans les archives privés du château. » Il haussait avec nonchalance les épaules et poursuivait sur le même ton monocorde. « voyez vous, c'est ici que la magie a réussi à devenir ce qu'elle est aujourd'hui, il y a eu maintes expériences en ces lieux mais, l'une d'elles n'eut pas le résultat escompté. » Il reprenait alors la marche, esquivant au mieux les décombres au sol.

La vérité.
Il se racla la gorge. « une catastrophe sans précédent, les morts étaient si nombreux que nul ne pût donner un chiffre précis. Mais la cité voulait rester forte et ne pas demander de l'aide à Kireïde qu'ils avaient abandonné par choix. La vie essaya donc de reprendre au mieux son cours mais d'étranges attaques se succédèrent, des assauts de créatures plus répugnantes les unes que les autres. » Il jeta des coups d’œil vers Kingsley tout en s'adressant à lui. « la Malice était en train de se nourrir de la catastrophe à tel point que nul ne pût stopper les assauts et la fuite fût l'unique option. »

Puis une nouvelle fois il s'arrêtait net, se tournant vers son coéquipier de cette nuit. « vous êtes à même de refuser, cela va de soit mais je me dois de vous questionner avec une certaine sincérité. Kingsley, acceptez-vous d'essayer d'atteindre en ma compagnie le centre de cette catastrophe, dans les sous-sol du Palais ? » 



FT. Kingsley



The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.


Dernière édition par Ignis le Mer 4 Jan - 10:57, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




I see a red door
and i want it painted black
I LOOK INSIDE MYSELF AND SEE MY HEART IS BLACK I SEE MY RED DOOR AND MUST HAVE IT PAINTED BLACK MAYBE THEN I'LL FADE AWAY
Et quelle raison qu’elle était.

Pendant un instant, qui semblait éternité, il resta enfermé dans son silence, contemplant cette révélation, et ce qu’elle impliquait, comment il pouvait l’incorporer dans sa propre compréhension du monde. Avec son masque, on ne lui distinguait aucune expression. Puis il finit par réaliser que cet état pouvait perturber Ignis, d’autant plus que le magicien trouble ne se taisait jamais, en temps normal. Il finit donc par articuler, choisissant ses mots avec soin :

« Avant cet incident, parlait-on déjà d’attaques de monstres ? Ne me mentez-pas – je tiens à savoir si ma chère patrie est à l’origine de la malice. »

Kingsley l’avait toujours vu comme une forme de magie corrompue, et, pour la première fois de sa vie, il espérait en toute sincérité avoir tort. Après un moment, il se décida à reprendre ses manières habituelles : Il savait que son sérieux pouvait être déconcertant, puisqu’il était si rare. Avec un grand sourire, qui s’entendait dans ses mots, il répondit :

« Avec ce ton solennel, on dirait que vous me demandez en mariage. » Il rit un peu, et ajouta : « Que dois-je répondre – oui, je le veux ? »

Il haussa les épaules, et porta sa main à son masque, qu’il enleva le temps d’une seconde pour regarder Ignis dans les yeux. La voilà, son heure de gloire. L’inspiration, après tout, lui était revenue.

« Je ne peux penser à meilleure compagnie pour risquer ma vie, même si c’est un premier rendez-vous des plus étranges. »

Et il sourit, de son sourire fier, tout à fait charmeur, et franchement arrogant, avant de remettre doucement son masque. Ils venaient d’atteindre Celtia : Les choses devenaient sérieuses, et il était temps pour le magicien trouble de penser avec plus de sérieux à son paiement, maintenant que la mission s’annonçait plus difficile que prévu.
NOTES,
TAGS, @IGNIS
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



Shadow & Ice

Ignis savait sans aucune difficulté que cette nouvelle, cette annonce serait à même de déstabiliser le voyageur. Elle serait capable de le faire sur bien des gens mais son analyse de ce dernier de ce qu'il avait pu entendre à son sujet l'avait figé dans son opinion qu'il ne voulait guère changer. Achevant sa prise de parole, il fixait alors le mage, ne le quittant pas des yeux à présent qu'il avait pu apprendre ce qui incitait cette visite à Celtia. Lui-même avait eu bien du mal à cerner le pourquoi du comment lorsqu'il avait eu l'occasion de lire la vérité sur cette capitale abandonnée aux bandits et à la Malice depuis bien longtemps.  

Le conseiller esquissait un léger sourire à la réponse de son vis à vis. « me voilà bien amusé de constater que vous avez émis la même hypothèse que moi. » Un rapide haussement d'épaules se fait ressentir tandis qu'il attrape son pendentif qu'il triste un instant avant de reprendre. « la Malice était bien présente avant, notre nation n'a donc rien avoir avec tout cela. En revanche, quelque chose ici à fait que la situation a dégénéré avec les monstres, d'où notre présence. » Il voulait en avoir le cœur net, l'homme s'était promis de ne pas faire demi-tour et ce peu importe ce qu'ils allaient rencontrer.

Car le magicien avait créé bien des options quant à la véritable nature de la Malice, chose qui lui prenait du temps, le peu qu'il possédait de par son statut de conseiller de la Reine. Cette excursion était une esclave imprévue, comme un extra qu'il ne veut en rien gâcher. Ainsi sans attendre Ignis reprenait le chemin de l'ancien château de la ville ne souhaitant surtout pas perdre de temps. « en espérant que ma demande ne soit pas un traquenard encore plus grand que le mariage. » A son tour le mage se permettait un rire léger et pourtant sincère. « un oui suffira, je ne suis pas exigeant. »

En guise de réponse aux derniers mots, l'homme se contenta alors d'incliner un peu le buste vers son interlocuteur qu'il commençait à estimer de plus en plus. Ignis espérait alors qu'ils reviendraient tous les deux en un seul morceau de cette visite impromptue. Pénétrant dans le château, le tout n'était que ruine, des amas de pierres de toutes parts, des restes d'une vie passée mais aussi et surtout, des bruits bien étranges. La sensation d'entendre des pas, de voir des ombres se mouvoir. Bien qu'oublié le palais ou du moins, toute la ville de Celtia semblait abriter encore la vie ou, la souillure.

Sur ses gardes, le conseiller plaçait sa main sur le pommeau de son arme tout en prenant la peine de ne pas la dégainer pour autant. Des bandits ? Non l'instinct du mage lui murmurait que les choses n'étaient pas si évidentes que cela. Ignis avait déjà eu l'occasion d'affronter la malice et pourtant, se permettre ainsi de venir dans ce qu'il considérait comme un nid lui semblait une toute autre étape. « essayons d'atteindre l'ancienne salle du trône, si j'en crois les plans que j'ai déniché, un passage est présent à l'intérieur. » Mieux vaut ne pas traîner trop longtemps au même endroit se disait-il.



FT. Kingsley



The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Un soupir s’échappa de ses lèvres quand on lui confirma l’innocence - du moins, en partie - de sa chère nation. Kingsley n’était pas quelqu’un de très patriotique, mais si ces heures passées, le nez plongé dans des livres d’histoire, lui avaient appris une chose (sinon qu’il détestait le sujet), c’était qu’il valait mieux appartenir à un peuple de sinistrés que de coupables. Tôt ou tard, la justice nous rattrapait inévitablement, et mieux valait être sur le banc des victimes que des accusés.

Et la marche reprit. Avec elle, les réflexions silencieuses de Kingsley, qui gardait le sourire même si ses pensées allaient aux monstres terrifiants qu’ils devraient combattre tôt ou tard. Face à la remarque d’Ignis cependant, il ne put retenir un rire qui le sortit de lui-même. Pour un instant, seulement : dès qu’on lui parlait de mariage, sa main se portait jusqu’à son alliance, et ses souvenirs se teintait d’un bleu triste qui le plongeait à une autre époque. Une époque révolue, qu’il préférait chasser avec un sourire et une nouvelle réplique. Ne savez-vous donc pas, Ignis ? Le mariage n’est un traquenard que pour celui qui choisit mal.

Qu’un homme comme lui, connu pour ses multiples passions, s’aillent à de telles devises, était une étrangeté, mais il préférait de ne pas commenter le sujet. Pour le moment, il ne devait pas être philosophique, mais attentif : Même si Ignis lui semblait digne de confiance, mieux valait surveiller ses arrières, une erreur - et une mort terrible - était si vite arrivée dans ce monde d'acier et d'argent. Ils paraissaient seuls, mais le magicien n’était pas dupe : il suffisait de tendre l’oreille pour entendre des bruits qui n’annonçaient rien de bon. Mieux valait se presser, alors, et c’est ce qu’ils firent. Pour une fois, Kingsley n’était pas celui qui prenait les devants, connaissant mal la géographie de ce château dans lequel il ne s’était jamais rendu.

Un trône, un trône, disait-il en marchant, cherchant du regard le siège opulent d’un monarque. Puis il se rappela être en terre ennemi, et continua ses appels dans des murmures. Gêné par le silence, qu’il ne supportait pas, il finit par cesser de le meubler pour poser une question indirecte - car il n’interrogeait jamais, mais amenait un fait qui était en lui-même une question, espérant son interlocuteur assez fin pour comprendre son intention. Tout de même, je dois m’avouer honoré. Les découvertes que nous pourrions faire dans ce charmant endroit (et il dégagea son pied d’une toile d’araignée avec un air agacé) pourraient marquer l’histoire. Ou simplement - être dures à supporter. Aussi illustre que je suis, je ne doute pas que la reine a à son disposition un personnel de grande qualité (clin d’œil suggestif). Pourquoi prendre cet humble voyageur (courbette discrète) à votre service, plutôt qu’un chevalier tout aussi capable ? Et le magicien trouble rit malicieusement, avant d’ajouter : Et bien plus digne de confiance, avec ceci. Pourquoi confier le secret de Celtia à un homme sans honneur ?

and i want it painted black




HRP d'un déchet humain:
 
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



VI. Shadow & Ice

Voyage au coeur des ténèbres
www — La sensation était étrange, presque angoissante. Tandis que les deux hommes avançaient, le mage avait l'impression que les ombres se mettaient à bouger, à danser au rythme de leur pas, ces dernières usant de la lueur de la lune pour se montrer aux yeux des deux aventuriers osant visiter l'ancienne capitale. Ignis savait lors de son périple jusqu'ici que l'exploration ne serait pas aisé et pourtant, plus il avançait, plus l'air semblait l'oppresser, enlacer avec lenteur son cou. Heureusement les deux hommes étaient sur la même longueur d'onde ; ils ne montraient pas la peur, ils plaisantaient sans prendre la peine de se faire submerger par l'appréhension. Le conseiller avait décidément bien choisi celui qu'il voulait pour comprendre d'avantage la Malice et ces effets sur la faune et la flore. Cette nuit dans les ténèbres allait s'avérer salvatrice, il n'en doutait plus à présent.

Le mage poursuivait ainsi la discussion sans sourciller, sans prendre la peine d'appuyer sur le potentiel danger qui rôdait autour d'eux. Il fixait face à lui, marchant avec précision afin de ne pas marcher sur un débris mal placé ou dérangeant pour l'avancée. Malgré tout, son instinct le poussait à dégainer son épée sur laquelle les cristaux se mettaient à briller un peu, unique signe d'inquiétude du conseiller. Il se permettait un léger ricanement à la remarque de Kingsley. « Et bien, vous semblez parler en connaissance de cause. Êtes-vous autant à même que cela de discuter du mariage ? » Il jetait un coup d’œil vers lui et poursuivait sans laisser s'échapper le fin sourire qui habillait son faciès. « Hm marquer l'histoire... Très probablement mais essayons de rentrer en vis, cela sera amplement suffisant. » Ironique il se permettait de le penser malgré tout, observant les ombres.

Car les ombres se mettaient à être de plus en plus présentes. La Malice serait-elle à même d'apparaître ainsi ? Ignis l'ignorait mais il ne voulait pas dramatiser, poursuivant la discussion comme si de rien était. « La Reine a très probablement des hommes de confiance en qui elle pourrait avoir confiance mais ce n'est guère mon cas. » Il interrompait la marche, à quelques mètres du trône enfin découvert. « Cette petite visite n'est pas faites aux ordres de sa Majesté ; c'est une initiative personnelle et j'ignore même si elle m'aurait laissé venir ici. De plus aussi sans honneur que vous soyez, vous êtes un homme intelligent et j'aime appuyer sur ce point lors de mes choix. Vous étiez le bon. » Ignis se tournait alors vers lui, la tête un brin penchée sur le côté droit. « J'espère que cet aveux ne vous incite pas à faire demi-tour ? » Le mage le fixait, attendant sa future réponse.





The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.


Dernière édition par Ignis le Ven 10 Fév - 11:14, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Une lueur bleue dans l’obscurité : La magie d’Ignis. Kingsley la considéra d’un œil absent, fixant d’abord les cristaux étincelants puis le visage du magicien. Autour d’eux, les ombres s’agitaient, mais aucun ennemi digne de ce nom ne s’était présenté. La tension grandissait avec le temps, mais ne se matérialisait pas : peut-être était là la véritable horreur. Dans les salles en ruine du château sinistré, sur les murs couverts de mousse, dans la moisissure des meubles, le silence. Un silence que Kingsley haïssait presque autant que la Malice, car ils partageaient pour lui un lien. Un silence qu’Ignis tua, sortant Kingsley de ses pensées. Avec un grand sourire, cachant tout son malaise de son étrange nostalgie, il dit Ah, mais je sens du scepticisme. Ma réputation me précède.

Mais ce n’était pas tout à fait une réponse, alors il voulut reprendre, et ses mots se perdirent dans cette impression, cette impression de déjà-vu terrible, quand il se tourna vers Ignis, qu'il le vit devant la ruine et le chaos. Ses lèvres restèrent suspendues, à demi-ouverte, tandis qu’il cherchait ses mots, et que toute son éloquence était ruinée par des souvenirs stupides vains et sots, diablement inutile. Je... Et il se reprend. Plus maintenant. Mais ce n’est pas tout à fait lui n’est-ce pas, ses manières attristantes. Alors il croise les bras, se rapproche un peu d’Ignis, et avec son sourire le plus suggestif, demande l’êtes-vous ? Un écran de fumée un peu maladroit, mais il espère le magicien assez sensible à ses charmes pour y être trompé.

Et puis il s’éloigne, reprenant ses vagabondages. Mais devant les paroles d’Ignis, vide de la moindre positivité, il ne peut s’empêcher de commenter. Quel manque d’ambition. C’est à se demander comment vous vous êtes retrouvé où vous êtes - conseiller de la reine. Ou alors, en voilà la raison : Un homme charmant, courtois, mais trop bon pour la trahison. L’idéal pour une reine, sans un doute. L’exposition de sa petite théorie terminée, il haussa les épaules, imaginant le parcours d’Ignis. Peut-être venait-il d’une famille aisée, peut-être sa place lui était destiné. Ou peut-être son chemin était-il sinueux, long, avec des virages abrupts. L’existence de Kingsley ressemblait à cela : un début sans hauteur, puis une montée, longue et douloureuse à gravir, jusqu’à la gloire, la magie. Son chemin se fait droit, alors, mais il y a un incident un massacre un silence. Et la route disparaît.

Les ombres revenaient, plus nombreuses encore. Gardant son sourire de séducteur, la main du magicien trouble ne lâchait pas son pendentif, guettant le moindre danger du coin des yeux, qu’ils concentraient sur ceux d’Ignis. Quand il se déclara sans personnes de confiance, Kingsley ne put retenir un air étonné, et un petit “Ah !”. Pas même notre si estimée souveraine ? J’aurais pensé que la Malice l’intriguerait.

Le voilà, le trône. Comme un papillon de nuit attirée par les flammes, le magicien s’en approcha, malgré les ombres et le danger. Le siège opulent d’un monarque, mais comme le monarque lui-même, tout grandiose qu’il était, le temps et les erreurs avaient eu leurs effets. La poussière et la destruction. Quoi donc, que je suis le bon ? Une pause. Oh. La reine. Il considéra la question, portant sa main à son menton comme si ce geste aiderait sa réflexion. Sa confiance en Ignis était conséquente, mais pas sans limite : mieux valait choisir ses mots avec prudence. Servir la reine serait un honneur, mais je m’éloigne de mon devoir patriotique au nom de celui de ma conscience. Je préfère rester neutre. Une bien jolie façon d’avouer ne prêter allégeance à personne, pas même au pays qui l’a vu grandir. Alors votre aveu m’arrange.

Puis Kingsley s’assit sur le trône vide, curieux de partager la vision de celui qui s’était tenu à cette même place, il y a cela des années. Mais rien ne changea : un trône sans pouvoirs n’était qu’un siège très inconfortable. Le passage, maintenant. Il se retourna sans quitter sa chaise prétentieuse. Dans la salle, aucune autre issue que celle par laquelle ils étaient entrés. Uh uh. d’un geste las, il chercha autour de lui un interrupteur, un levier, n’importe quoi. À force de mouvements, on entendit bientôt un clac ! et le bruit d’un mécanisme : une porte se dévoila bientôt à leurs yeux curieux. Et bientôt pensa le magicien, ses yeux se poseront sur bien plus incroyable qu’une entrée secrète. Quittant son trône, le mage se dirigea avec un air des plus ravis vers le passage, et déclara : après vous.

and i want it painted black


Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



VI. Shadow & Ice

Voyage au coeur des ténèbres
www — Malgré les ténèbres qui encerclaient les deux hommes, l'attention d'Ignis ne lâchait pas Kingsley, pas même un instant, le conseiller étant très intrigué par les moindres propos de celui qu'il considérait malgré tout comme un mercenaire. Il le savait utile mais une note le chagrinait à son égard, la même que celle qu'il se savait posséder. Un point dans sa manière d'être le faisait tiquer, comme si son passé était aussi lourd que le siens, aussi pesant et tenace que la gravité. D'ailleurs, il ne fallut pas longtemps au mage pour qu'une parole le fasse même se tourner vers lui une nouvelle fois. Les mots, son ton ; il y avait une pointe de doute, d'hésitation. Jamais il n'aurait pensé qu'aborder le sujet du mariage le mettrait dans un tel état mais le plus amusant pour Ignis était surtout la délicate manière que son récent vis à vis usait pour replacer son manteau d'apparences.

Il en riait intérieurement, s'en délectait sans pour autant prendre la peine de le relever. Le lieu et la situation ne s'en prêtaient pas un instant mais, peut-être qu'autour d'un verre les choses auraient été différentes. A l'instant t, seul l'esprit de Kingsley lui était utile pour tenter sûrement vainement d'en apprendre plus sur cette Malice qui polluait les terres. Son passé reviendra sans doute sur la table une prochaine fois, le mage n'en doutait pas. « Je suis marié à la nation, rien de plus. » Un frêle haussement d'épaules se faisait ressentir puis il plaçait sa main sur son buste, faussement offusqué par les nouveaux propos de l'interlocuteur à son sujet. « L'ambition est une qualité qui n'en est pas une, elle vous ronge et vous détruit à petit feu. » Là il reprenait son sérieux. « Pourquoi pensez-vous qu'Ilmyde est dans cet état ? Je prends donc vos propos comme un compliment, je vous remercie. »

Le trône. Toujours concentré sur la conversation, le mage laissait malgré tout son regard vagabonder sur les lieux, sur la triste réalité de cette capitale en ruine. A la vision de cette ancienne zone royale, Ignis avait même la soudaine impression que les ombres se permettaient un rire, un ricanement mais peut-être était-ce son imagination c'est du moins ainsi qu'il préférait le voir. Il se laissait alors imaginer un souverain placé ici, le peuple venir lui rendre visite ; quelle tristesse. Son respect était immense mais il laissait le mercenaire faire à sa convenance. Il rétorqua enfin. « La Reine ne veut surtout pas se mêler de la guerre, elle perçoit la Malice comme son ennemi premier mais... elle refuse qu'elle ou des proches mettent les pieds dans cet endroit. Cela est sans doute trop difficile de constater les erreurs passées de son propre sang. » Ignis en était même convaincu.

L'homme s'approchait alors du trône, à son tour ne touchant à rien pour autant. Kingsley semblait en pleine réflexion, lui était bien plus utile à observer les environs et surtout, les ombres donnant cette sensation de se rapprocher. « Rassurez-vous, je vous l'ai dit, je suis là de mon propre chef. Vous pourriez détester Asmosa que cela ne me regarde en rien mon cher. J'avais besoin de quelqu'un montrant de l'intérêt pour Malice et surtout, une personne apte à l'affronter. Cela était amplement suffisant pour que mon choix soit vous. » Tandis qu'il achevait sa phrase, l'homme en sa compagnie découvrait le fin passage secret sous la satisfaction du conseiller qui observait le mur dévoiler la descente. « Chapeau l'artiste. » disait-il dans sa direction tout en avançant vers la bien frêle entrée. Le tout était petit, semblable à un couloir prenant la direction des sous-sol.

Il jeta un regard en coin vers lui. « Oh je vous pensais plus à même de prendre des risques. » Ignis se permettait un petit rire, prenant tout de même les devants dans ce bien trop étroit passage. Il ne pouvait rester ainsi, si quelque chose les attaquait ils seraient bêtement coincés et pris à revers. Dès que Kingsley fût rentré, il déposa sa main sur le mur, psalmodiant dans de petits murmures. De la glace apparut alors bloquant l'entrée qu'il venait d'emprunter. « Permettez moi d'éviter que des ennemis nous attaquent de tous les côtés. » Il poursuivait alors la descente mais une sensation venait l'empoigner ; la Malice, la noirceur, quelque chose dans ce tréfonds était si épais qu'il donnait l'impression de vivre, comme si les murs possédaient leurs propres battements de cœur dans ce sous-sol. « Hm, le sentez-vous, vous aussi ? » Il tira un peu sur son col comme pour éviter de suffoque.  





The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.


Dernière édition par Ignis le Ven 10 Fév - 11:14, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Mariée à la nation.
Un sort peu enviable, vraiment. Alors que la magicien trouble s’apprêtait à se laisser aller à son sarcasme, son humour, la pensée qu’il était lui même marié à l’éradication et la recherche des monstres le plongea dans un silence bienvenu. Alors il n’ajouta rien, sinon un haussement d’épaule satisfait qui ne l’était, dans les faits, pas du tout.



Ignis, vous êtes stupide.
Pourquoi tomber pour un pays qui vous survivra


Mais la nation avant tout, n’est-ce pas ? L’ordre avant le chaos d’une vie humaine unique, avec toutes ces histoires et ces liens. Mais si Kingsley avait appris une chose dans cette existence bien trop remplie pour un garçon de ferme, c’était qu’on ne mourrait jamais seul. On emportait toujours une partie de quelqu’un d’autre avec nous. Et, dans un paradoxe que le mage ne comprenait pas, ceux qui vivaient avec gentillesse causaient la plus grande des douleurs, laissant leur héritage de bienveillance pour un décès déchirant dont on ne se remettait jamais vraiment.



Vivez mal, Ignis
Épargnez donc les autres


Une requête stupide, bien sûr. Comment un homme qui considérait l’ambition comme un défaut pouvait-il mal vivre ? La reine était chanceuse : Son conseiller était digne de confiance, et les standards de Kingsley à ce sujet étaient très hauts. Avec un sourire des plus fiers, le magicien trouble reprit la marche. Il sursauta un peu quand Ignis referma l’issue derrière lui, pour une raison qu’il ne pouvait tout à fait nommer, une sorte de pressentiment : mais il était de toute façon logique qu’un homme tel que lui, si attaché à sa liberté, craignait et rejetait l’enfermement comme le pire des fléau.

Mais son angoisse des endroits étroits le quitta vite à mesure que les ombres s’approchaient, distrayant toute peur de son esprit. À la place, le voilà en train de murmurer des petits “shoo, shoo”, éloignant les ténèbres insistants d’un geste de la main comme s’ils s’agissaient là d’un animal domestique agaçant. Hm, le sentez-vous, vous aussi ?, qu’on lui demandait. Ça, pour le sentir : ses chaussures de cuirs s’abîmeraient, à subir ainsi l’obstination de la malice.

Après quelques instants de silence, Kingsley reprit abruptement, comme si ses phrases tournaient dans son esprit depuis le début de leur conversation : Il faut bien faire face à ses erreurs. Tout cela m’a l’air d’être une excuse - ce que dit la reine. Jamais il ne s’était montré si critique envers la monarque, qu’il respectait pourtant beaucoup. Mais les mots d’Ignis avaient cette façon de le mettre en confiance - et bavard comme il était, il n’hésitait pas davantage. Mieux valait être prudent, se rappela-t-il. Les choses changeaient vite, surtout dans le chaos, et il menaçait d’éclater d’un instant à l’autre à travers toute les nations. Eh bien ? Arrivons-nous ? Malgré toute mon affection pour les endroits sales, avec leur douce odeur de moisissure, me voilà impatient de quitter ce passage.

and i want it painted black




Dernière édition par Kingsley le Mer 8 Fév - 14:26, édité 1 fois
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



VII. Shadow & Ice

Voyage au coeur des ténèbres
www — Et si seulement le conseiller pouvait imaginer, entendre les pensées de Kingsley à son sujet, il se permettrait un sourire, un fin rictus. Il y avait bien longtemps, lors d'une ancienne vie, le mage était une personne souhaitait le bien de tous, ne se mêlant d'aucune des affaires mondiales pouvant polluer le monde de Meinarest. Il voguait à ses occupations avec les siens ne pensant qu'à la bienséance de ses actes et surtout aux bonheurs des peuples et ce peu importait le sang pouvant couler dans leurs veines. Car l'homme était très proche des idées du mercenaire à présent bien qu'il ne prenait pas la peine de le dire afin de rester dissimulé derrière ce mur de mystères, tout comme le dompteur de ténèbres semblait le faire. Le titre de conseiller ou les propos utilisés par Ignis ne voulaient rien dire et ce dernier voulait que tous puissent le croire sur parole.

Personne ne peut se targuer d'être vraiment bon. Une part de ténèbres se cachait dans tous les cœurs et cette visite en pleins centre de cette noirceur ne faisait qu'accentuer cette pensée du mage. La peur ne l'habitait pas et pourtant, une pointe d'inquiétude se permettait de venir piquer son esprit à vif. Cette sensation de vie n'était pas normal, lui qui avait toujours perçu cette malice comme la mort incarnée était quelque peu perplexe. La descente s'avérait longue mais aucun danger ne se présentait à eux pour le moment. Il frôlait du doigt le mur de sa main libre. « Il est bien rare d'entendre un citoyen oser porter de tels propos. » Il souriait un brin, plutôt amusé par la tournure de la conversation puis reprenait en haussant les épaules avec lenteur. « Mais je suis d'accord avec vous, elle se cache derrière cela, sans aucun doute. Malgré tout nous le faisons tous un jour. »

Loin de lui l'idée de défendre la reine mais à bien imaginer ses propres propos, le mage se disait que cela donnait cette impression erronée. S'apprêtant à reprendre la parole afin de préciser cette pensée il s'interrompait, les deux hommes parvenant enfin au bout de cette descente. Ignis écarquilla les yeux sous le triste spectacle ; la pièce était une immense salle visiblement conçue pour de la torture. Différents mécanismes destinées à cela étaient disposées ici et là mais autre chose attira tout de suite d'avantage l'attention du sorcier. Au centre se tenait un amas de Malice, une texture noirâtre et abjecte, cette dernière disposant de la forme d'un cœur du moins, elle semblait respirer. « Je pense que nous sommes arrivés au bon endroit. Hm, je crois que les documents de Belvar ne donnait pas toute la vérité sur les expériences faites ici. »  





The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.


Dernière édition par Ignis le Ven 10 Fév - 10:41, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Le magicien sourit face à la remarque d’Ignis sur ses mots, et ajouta comme unique défense à ses propos : C'est vous qui avez demandé. Son expression malicieuse laissa ensuite place à de la surprise, quand son partenaire lança une forme de critique envers la reine - Kingsley pensait le conseiller complètement dévoué à sa supérieure, préférant ignorer chacun de ses défauts -, il comprit vite qu’il s’était fourvoyé. Reprenant sa contenance, il finit par hausser les épaules tout en secouant doucement la tête d’un air dramatique, réorganisant ses pensées. Parlez pour vous. Je ne suis pas un lâche.



Mais un menteur


Le magicien trouble pencha légèrement la tête, tandis qu’Ignis s’apprêtait à ajouter quelques mots ; Mais leurs attentions à tous deux se concentra finalement sur leur destination enfin atteinte, le “laboratoire”. Un laboratoire si sophistiqué, dans les faits, qu’ils ressemblaient davantage à une salle de torture. Après un claquement de langue audible - quel crime avait donc commis sa nation -, il lança un regard lourd de sens à Ignis, avant de s’avancer un peu. En effet. Et tandis qu’il lâchait ses mots de son ton le plus empoissonné, il s’enquérit de la malice, au centre de la pièce, noire, vaseuse, en forme de coeur - ce qui était pour le moins dérangeant - et surtout, vivante.

Et le catalyseur de Kingsley se mit à émettre une faible lumière, tandis qu’il anticipait le danger, les découvertes, et la possibilité qu'en ces lieux interdits, ils trouvent la clé de la résurrection humaine. Je ne connais pas vos méthodes de recherches, Ignis, mais la torture ne fait pas partie des miennes. Des explications, peut être ? demanda-t-il, sa main rejoignant son épée, ne quittant pas des yeux la forme noire dans la pièce.

and i want it painted black


Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



VII. Shadow & Ice

Voyage au coeur des ténèbres
www — Il pouvait ainsi se targuer de ne pas être un lâche ? La remarque avait dessiné un fin sourire sur les lèvres du mage qui n'avait pour autant pas pris la peine de commenter, l'esprit et la curiosité trop éprises de ce qui se déroulait sur leurs yeux. De toute évidence, cette nuit allait être le moyen pour ce mercenaire de prouver que la peur ne siégeait pas dans son cœur. Au fond, Ignis était prêt à le croire mais il était de ceux qui ne croyaient pas les mots, qui ne portaient aucun intérêt dans la tournure d'une phrase ou la beauté d'une rime. L'homme voulait des actes et il était avare de les voir se profiler devant lui, dans cette pièce morbide pleine de surprise. Le conseiller ne parvenait d'ailleurs pas à la dissimuler bien que son intrigue surpassait tout le reste de son âme. Il s'attendait à voir, à découvrir beaucoup de choses mais une cachette semblable à un lieu de torture, certainement pas.

Jetant un coup d’œil vers le semblant de cœur noirâtre au centre la pièce, Ignis s'en désintéressait en voyant son partenaire le tenir sous sa surveillance. Il passait ainsi d'un instrument mécanique à un autre, notant sans aucune difficulté le potentiel usage de ce genre de matériels. Il frotta d'ailleurs son ongle sur l'une d'elles, provocant un petit son métallique mais ce geste permit au conseiller de constater du sang écaillé contre cette paroi. Il déglutissait un peu, non pas par angoisse mais par déception quant à cet endroit. « Je ne suis pas à même de vous donner une explication je le crains. Aucun des documents aussi confidentiels étaient-ils ne stipulaient la présence d'un tel lieu dans le palais. Je m'attendais à une zone de recherche sur la magie mais j'étais bien loin du compte. » Quelle horreur, quelle honte ; Ignis ne pouvait s'empêcher de telles pensées.

Ainsi même Asmosa avait des choses à se reprocher ? Le constat était amer et difficile mais ce n'était pas pour autant que le mage ne le faisait point, notant les détails dans son esprit. Il finit par rejoindre Kingsley, serrant d'avantage la pression de sa main sur le pommeau de son épée. « De la Malice mais, comment peut-elle sembler aussi vivante ? » Il se permettait la question bien que cette dernière était autant dirigée pour son coéquipier que pour lui-même. « J'ignore pourquoi et comment cette chose peut-elle adopter cette forme mais je pense que nous devrions l'annihiler avant qu'elle ne se réveille. Qui sait ce qui pourrait sommeiller à l'intérieur. » Il jeta un regard interrogateur vers Kingsley, patient bien qu'il jeta un coup d’œil vers l'entrée qu'il venait d'emprunter, s'assurant que son stratagème résistait face aux potentiels agresseurs. Après tout les ombres se mouvaient à l'extérieur.  




The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.


Dernière édition par Ignis le Mar 14 Fév - 16:04, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Les faits étaient unanimes : Asmosa avait commis quelque chose de terrible. Tout égoïste qu’il se prétendait, le magicien trouble ne pouvait pas s’empêcher de ressentir de la pitié pour Ignis, pour qui cette nouvelle devait être d’autant plus dure à accepter puisqu’il portait - avec la reine - la nation sur ses épaules. Après un soupir emprunt de colère, Kingsley détourna les yeux un instant, fouillant la salle du regard, à la recherche d’une explication, n’importe quoi qui pourrait éclairer ce qu’il s’était passé en ces lieux, sinon une torture atroce. Et il ne trouva rien. C’était rageant.

Il finit par reporter son attention sur la malice, écoutant Ignis sans lui accorder un regard, jusqu’à ce qu’il parle d’annihiler. Le magicien ne put retenir des yeux surpris, en conflit intérieur. Et il finit par acquiescer sans enthousiasme, préparant un sort, tandis que les ombres autour s’agitaient dans une anticipation perverse. Devant lui, le cœur continuait de battre.



Il n’était pas lâche mais
pourquoi cette sensation de crime ?


Ce n’est que de la malice, Kingsley, il se répétait à lui-même. Il faut la détruire, la déchirer et la haïr - toi, plus que tout autre. Son pendentif gagna encore en intensité, tandis qu’il repensait à son village et à ce silence qui y régnait, après le massacre. Et il se récita les noms des disparus, comme une incantation silencieuse, de quoi trouver le courage dans sa colère. Mais pour une raison qu’il ne savait nommer, il finit par dire Ce qu’il se passe ici - c’est du jamais vu. Et son pendentif perdit de sa couleur et de sa magie, tandis que le magicien fit face à Ignis, et ajouta : Pourquoi ne pas l’étudier, plutôt ? Vous n’êtes pas curieux ?

and i want it painted black


Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



VIII. Shadow & Ice

Voyage au coeur des ténèbres
www — Il était bien difficile pour le conseiller d'avaler les informations qu'il pouvait dès lors constater dans cet endroit. Comment de telles choses ont elles pu se passer au sein même du château de l'ancienne capitale ? Lui qui avait dû changer de vie, choisir une nation pour son avenir, le voilà à devoir réaliser que le pays des mages qu'il portait dans son cœur est loin, très loin d'être à la hauteur de son estime. Il ne comprenait pas comment une telle idée avait pu traverser l'esprit des anciens dirigeants et pourtant, il réalisa un point non négligeable. Toutes les recherches que le mage faisait depuis des mois se concrétisait aujourd'hui. La Malice serait donc un être issu de la souffrance et du malheur des êtres vivants. La personnification des peurs de ce monde à présent Ignis en était certain. Mais pourquoi cette chose n'est-elle apparue que depuis quelques années ? Les nombreuses interrogations restaient encore et toujours en suspens.  

Il serrait encore d'avantage la pression de ses doigts fins autour du pommeau de son arme tandis qu'il observait son partenaire se préparer à détruire cette chose se présentant face à eux. Ignis ne le quittait point des yeux d'ailleurs il ressentait cette sensation de doute dans l'attitude de Kingsley, impression qui ne tarda pas à se confirmer. « Il est certain que nul n'a déjà pu voir la malice sous cette forme. Ou alors, personne n'en est revenu vivant. » Sa main libre venait pincer un peu le bout de son menton, pensif. « Vous semblez bien intrigué mon cher. La curiosité me pique moi aussi mais je n'arrive pas à choisir, à décider. Le danger qui s'en dégage m'oppresse, je ne sais que dire. » Il soupirait devant son incertitude et se lançait. « Hm de toute évidence, nous ne pouvons sciemment pas laisser cette chose grandir encore. Même si nous voulons l'analyser, il va nous falloir l'ouvrir, non ? »




The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Il se réjouissait de la réponse de son partenaire, qui ne s’outrait pas tant de sa proposition. Les brutes irréfléchies étaient utiles pour se défendre, mais lors d’une mission aussi dramatique que celle qui se déroulait, Kingsley préférait la compagnie d’esprit curieux et opportuniste, à défaut d’être ambitieux.

L’indécision n’était pas un problème - le doute lui suffisait. Alors je serais brave pour nous deux. Et avec sa courbette la plus élégante, qui ressemblait étrangement à un signe d’adieux, il remit bien en place ses gants sur ses mains, avant d’annoncer : j’ai toujours su que je mourrais au nom du savoir. avec son air le plus décadent. Il finit par s’accroupir près de la masse noire, prit une grande inspiration, et y posa sa main, au nom de sa plus grande qualité et de son plus grand défaut : la curiosité.

Outre le froid glacial qui répondit au contact de ses doigts, Kingsley se sentit lourd, comme si le poids de cette vie qu’il cherchait à ignorer affaissait ses épaules, ravivait ses souvenirs, le mettait face à ses regrets.



Le visage de ceux qui sont morts et
De celui qui a survécu
Le méritait-il seulement


Avec un râle douloureux, il chercha à retirer sa main, sa curiosité devenue culpabilité morbide, mais l’affaire n’était pas aussi simple qu’il l’espérait. Le liquide, vaseux, noire, et collant, la retenait elle, mais il n’y avait pas que cela. Son esprit lui-même était en proie à une lutte intérieur, avec sa raison qui lui hurlait de s’éloigner et sa haine de lui et des autres qui l’obligeait à subir cette punition justement méritée.



C’était de sa faute après tout
Le sang d’un village entier sur ses mains


Au prix d’un effort monstrueux, il parvint à se détacher de cette incarnation même des maux humains. Il se releva difficilement, et se tourna vers Ignis pour annoncer son verdict J’ai eu beaucoup de mauvaises idées dans ma vie, mais celle-ci est de loin la pire. Il ne remarqua qu’après coup qu’il pleurait.

and i want it painted black



avatar
Déesse

Messages : 319



La malice apparaît


La malice est perfide, elle se cache, se déplace puis elle arbore la forme d'un être infâme. L'entité noirâtre a cette fois-ci emprunté l'allure de Kingsley en personne. La silhouette est sortie de la masse en forme de cœur, comme un nouveau né se redressant avec lenteur dans de petits craquements. Elle semble similaire au véritable humain auquel elle a volé l'apparence bien qu'aucune expression ne se fige sur son faciès à l'exception de ce regard blanc et vitreux. Capable de changer de forme ses bras, il use de lames afin d'attaquer au corps à corps mais peut aussi utiliser de l'acide qu'il peut projeter de sa peau. Cette créature ne cesse de se focaliser en priorité sur le véritable Kinglsey bien qu'il contre-attaquera aussi le conseiller si ce dernier lui déverse un assaut. Autre point, il crie, parle et use de phrases rappelant le passé du mercenaire au masque, citant les moindres sentiments négatifs que le cœur a pu ressentir lors du contact. Libre à vous de faire se déplacer le monstre comme vous l'entendez, aventuriers. Malgré tout, vous ne devez pas oublier une chose, vous aurez besoin de quatre posts minimums pour espérer le voir vaincu.   


Voir le profil de l'utilisateur http://graylingemblem.forumactif.com
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



IX. Shadow & Ice

Voyage au coeur des ténèbres
www — Le conseiller avait conscience qu'il ne montrait pas une grande force de caractère face à cette Malice mais cette sensation négative ne le quittait pas. Présent dans cette cachette de l'ancienne capitale, il ne figeait son attention que sur cet étrange cœur trop vivant pour être cette substance démoniaque. Les vives questions l'assaillaient plus qu'il ne le voudrait vraiment et Ignis ne savait que faire, son ancien lui interdisait le moindre contact avec cette chose et d'ailleurs, il ne s'en cachait point, avouant sans difficulté à Kinglsey qu'il ne ferait rien de plus à l'exception de le détruire. La curiosité avait parfois des limites et le mage en prenait conscience aujourd'hui, au sein de cette pénombre et cette humidité venant lui chatouiller sa nuque. « Hm vos actions sont admirables. Vous agissez dans l'ombre et pourtant vous ne manquez pas de courage. Je prends note de vos exploits. »

Il usait de franchise, vraiment. Ignis était toujours fasciné par les actions indépendantes, exclues de l'honneur qu'elles devraient mériter. Agir pour ses propres convictions sans pouvoir se targuer d'être vu et admirer par la plèbe ; voilà la véritable définition du mot héroïsme pour le mage qui prendrait sans aucun doute la peine de mettre ce mercenaire dans ses petits papiers du moins, s'ils parviennent à en revenir vivant. Observant sa courbette, il esquissait un fin sourire plus rassurant qu'amusé, ne quittant plus des yeux la tentative de contact de ce dernier avec la Malice. A bien observer, rien ne pouvait lui sauter aux yeux sauf peut-être le soudain teint blafard qui se figeait sur son faciès ou la brusque tristesse qui s'invitait à son tour afin de polluer son expression pourtant si taquine depuis la visite de Celtia.

Les sourcils froncés, il réalisa ce qui était en train d'arriver à cet homme au courage semblable à de la folie. Il s'approcha afin d'essayer de l'extirper de cette infâme entité mais voilà qu'il avait réussi à le faire sans une quelconque aide extérieure. Un genou au sol, il plaçait sa main sur son épaule droite, comme pour le rassuré. « Vous allez bien ? » Puis cette larme, la pupille du mage ne pouvait se détacher de cette petite goutte osant dévaler sa joue, symbole d'une tristesse contenu qu'il ne pouvait ignorer. « Cette expérience vous a retourné mon ami, nous ne devrions pas traîner ici. Nous avons bien assez joué avec le feu, ne pensez-vous pas ? » Lentement le conseiller venait l'aider à se remettre sur ses pieds, imaginant qu'ils n'auraient plus qu'à annihiler cette chose avant de quitter les lieux sans attendre d'avantage. Quelle erreur. avait-il fait en espérant une telle chose.

La vie pouvait naître partout, à présent Ignis en avait conscience et ce pour son plus grand malheur. La forme noirâtre avait libéré cette étrange entité, cette silhouette humanoïde semblable à celui qui l'accompagnait. « Comment est-ce possible ? » L'enfer et les cauchemars pouvaient ainsi posséder un visage, il n'y avait plus aucune question à se faire là-dessus. Voilà que l'ennemi se mettait à parler, à user de terme sans aucune résonance dans le cœur du conseiller mais une petite voix murmurait au conseiller que Kinglsey n'était pas dans cette situation. Fascinant, la Malice avait emprunté une apparence mais pas seulement... L'instant ne permettait en rien l'analyse ; incantant dans de petits murmures, Ignis faisait alors apparaître de la glace sur sa propre arme, transformant l'apparence de son épée dans celle d'une lance ou bien d'un sceptre qu'il empoignait. « Prêt ? »




The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Il eut un sursaut quand la main d’Ignis se posa sur son épaule, comme s’il ne remarquait vraiment qu’à l’instant sa présence. D’un revers de main, il essuie sa larme, toute sa maudite expérience, et s’accroche à Ignis pour se redresser, sans un mot, considérant la suite. Il dépoussière ses vêtements, sali par le sol sale, et dit comme si son cœur n’avait pas été ouvert en deux et exposé à la vue du magicien : Ah ! Pourquoi ce ton désolé ? Je vais bien. Et tandis que son mensonge lui échappe, une ombre se soulève devant eux.

Son pendentif s’illumine dans un réflexe, tandis que ses yeux se posent sur son reflet. Comment est-ce possible ?, demande Ignis. Et Kingsley répond : Je n’aurais vraiment pas dû toucher la malice, hein... Il se recule, sans prendre le temps de se noyer dans ses regrets, prêt au combat. Et tandis qu’il se dévisage, il se laisse aller à la pensée que décidément, il est d’une beauté, préférant cacher son appréhension du combat à venir derrière des blagues intérieures.

Sa main se pose sur son épée tandis qu’il esquisse quelques pas de côté - et l’ombre fait de même. Il jette alors un regard entendu vers Ignis, comme pour s’assurer de sa présence et de sa participation dans le combat à venir. Puis Kingsley se reconcentra sur lui-même, se demandant comment diable il était censé se combattre lui-même. C’est donc cela, d’affronter ses démons..., il murmure, invoquant sa magie la plus offensive, qui ne prend pas le forme des sphères habituelles, mais de flèches, dirigées droit sur son ombre. Et tout attentif qu’il est, il est complètement désarçonné quand la créature parle et lâche des mots qu’il s’est entendu penser, mais jamais avouer.



Je ne serais jamais entier
Après avoir tant perdu


Ses yeux s’écarquillent, et il reste béat tandis que la créature fonce vers lui et assène un coup tranchant dans sa direction. Il ne parvient - dans les faits - pas à l’éviter : Mais c’est son masque qui subit pour lui, tombe en morceau, et épargne une cicatrice à son visage. Il reste figé à l’idée que cette créature puisse avouer tout ce qu’il s’est gardé de dire - et devant Ignis, par la déesse -, incapable de se mouvoir tandis qu’elle revient à l’assaut.

Et il y a des cris d’oiseaux, et il se reprend, regardant enfin ce qu’il se passe devant lui : Il y découvre son familier, battant des ailes avec l’espoir de déstabiliser son ombre. Quelle ironie, il pense, tandis qu’il considère la chouette nouvellement invoquée, j’aurais cru être un corbeau. Se redressant hâtivement, il appelle d’un sifflement son oiseau, qui se pose sur son bras tendu, et qu’il fait disparaître dans une incantation. Après un regard lourd de sens vers Ignis, pour lui signaler qu’à cet instant, il est prêt au combat, il se recule silencieusement dans les ombres, et disparaît sans quitter des yeux son reflet.



Quand un monstre a tranché Célestina en deux
Deux personnes sont mortes


Il rejoint Ignis, qu’il rassure d’un Je suis toujours là, parce qu’à cet instant, lui-même est la dernière personne qu’il souhaite affronter, et il se surprend de sa propre affirmation. Il est encore là, alors que ses jambes tremblent à l’idée de rejeter une fuite opportune. Et laisser mourir le conseiller de la reine ? On dira encore que c’est de ma faute, il pense. Et son ombre répond.



Ça le sera
Du sang de plus sur mes mains


Par la déesse, Ignis va croire que j’ai vraiment commis un meurtre. Il faut agir vite. Après une incantation chuchotée, tandis que son ombre se tourne vers lui - eux -, ayant vraisemblablement entendu ses mots, et court, il parvient à l’immobiliser - s’immobiliser ? - avant qu’il ne les tranche. La créature les considère, le regard vide, et sa peau se charge de liquide noire, juste de quoi arracher une grimace dégoûtée au magicien trouble, qu’il jette dans leur direction.

a test of our camaraderie and bravery


Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



X. Shadow & Ice

Voyage au coeur des ténèbres
www — Tout ce qu'il avait imaginé, tout ce que le mage craignait était en train de se produire juste sous ses yeux. La Malice ne représentait pas que les ténèbres du monde, elle était aussi capable de rendre vivant la facette la plus sombre des hommes, des esprits les plus torturés. Ignis était médusé de le constater de cette manière, de ressentir sans mal la souffrance parcourant les veines de son partenaire, ce dernier pourtant si vif et calme n'était à présent que douleur. Son regard passait d'un point à un autre de cette créature, ses pupilles étaient agitées ; le conseiller avait eu l'occasion de voir des horreurs mais cette nuit n'était semblable à aucune autre. Un simple coup d'oeil sur cette chose et un frisson se permettait de parcourir son échine, de le faire trembler. Pour quelle raison une magie aussi sombre pouvait-elle exister en ce bas monde ? Tant de questions frappaient ses pensées.

La pénombre de la pièce semblait se fermer sur les deux aventuriers, le mage en avait conscience de par l'oppression venant serrer sa gorge. Son arme dégainé, il se tenait paré à toutes les éventualités bien que cette chose semblait plus intéressé par Kinglsey, sans le lien qui les unissait était trop fort, pour le plus grand malheur du mercenaire qui devait observer ses souffrances en face. Mal-être. Ignis perdait pied devant cette découverte mais il ne le montrait guère, il devait user de son rang de conseiller et ne jamais courber l'échine. Malgré tout, la puissance de cet ennemi était réelle, ils devaient tous les deux en finir vite. Sur le point d'incanter un sort, le mage voyait son partenaire se faire attaquer, ce dernier manquant de peu de finir en charpie pour finalement le rejoindre. « Vous pouvez remercier votre instinct, il vous a sauvé de peu d'une mort certaine. »

Rassuré. Loin de lui l'idée de se moquer car lui-même avait pu éprouver ce sentiment d'autant que tous les deux était en possession d'un familier en forme d'oiseau ce qui était très révélateur pour le conseiller. Ils allaient devoir frapper fort. « Détruisons cette chose le plus vite possible ; je vais avoir besoin d'incanter pour vous offrir une ouverture, pouvez-vous gagner du temps ? J'espère que vous ne m'en voudrez pas d'attaquer cette chose. Rien de personnel. » Un peu d'ironie afin de détendre un brin l’atmosphère. Il tournoyait avec aisance son arme, donnant un léger contact au sol, dévoilant un sceau autour de lui. Sérieux. Le mage ne voulait pas tourner autour du pot cette chose allait mordre la poussière. Incantation. Il ne quittait pas des yeux son partenaire tout en initiant son sort tandis le mercenaire adepte des ombres réussissant à le bloquer avec une aisance admirable mais...

La créature parvient à jeter un jet d'acide noirâtre sur son partenaire, cherchant du mieux qu'elle peut à se dégager de son entrave. Réflexe. « Kälteschutz ! » Parvenant à ne pas briser son incantation, Ignis usait d'un petit sort pour créer une frêle particule de glace devant Kingsley, retenant ainsi une petite partie de l'acide destiné à son encontre. Malgré tout, le conseiller ne pût montrer d'avantage d'intérêt à son partenaire afin de ne pas briser son sort de plus grande envergure bien qu'il espérait ne pas avoir à le découvrir dans un sale état. Enfin , le mage prononçait le dernier mot de son sort ; l'attention figée sur l'endroit, un puissant blizzard se propagea du sceau à ses pieds, réduisant la température et la vision. « Absolute... » Le froid ne touchait pas le mercenaire mais le reste des lieux se figeait dans la glace ; le monstre voyait ses gestes se réduire, son corps se ralentir. « A vous l'honneur. »




The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Dans tout son malheur, toute la violence de son passé, Ignis parvint à lui arracher un sourire avec un trait d’humour que lui n’aurait jamais eu la force de trouver. Ah, mais bien au contraire. Je sais que vous m’appréciez trop pour désirer atteindre à ma vraie personne. Le magicien trouble fit son sourire le plus charmeur, et disparut une nouvelle fois dans les ombres comme dans un réflexe, tandis que le mage de glace lui épargnait la douleur d’un jet d’acide avec un mur de glace.

Ce qu’il y avait d’idéal à combattre les ténèbres, c’était qu’il était dans son élément le plus absolu : et ce qu’il y avait de bon à combattre son double vraisemblablement maléfique, c’était qu’il était d’une facilité à distraire. Il suffisait au magicien d’apparaître dans un coin de la pièce pour que son ombre s’y jette comme une bête féroce. Tout était question de timing, de pas de danse enchaînés, pour éviter le tranchant de sa lame.

Hors de question de se risquer à attaquer sans un avantage : alors Kingsley continuait ses esquives, lançant de temps à autre des regards à Ignis pour vérifier que ce dernier n’avait pas disparu : et à chaque instant, il demeurait là, concentré sur son sort. Et bientôt, il leva un violent blizzard, chassa les ténèbres par la glace sous les yeux admiratifs de Kingsley, et sous les cris enragés de son ombre, bien moins ravi par la nouvelle météo qui l’enlisait comme dans un marécage gelé.

Le voilà : l’avantage qu’il attendait. Certains verraient de la poésie dans le fait de tuer son démon, mais Kingsley était plutôt inquiet par les séquelles que pouvait avoir sur lui de voir son propre visage à l’agonie, éclaboussé de sang. Il hésita presque à laisser sa place à son compagnon de route, mais se rappela qu’il n’était pas un lâche, et qu’il était l’heure pour lui de le prouver. S’approchant de son ombre, il remarqua que les flèches invoquées plus tôt étaient toujours à leurs places, suivant les mouvements de son double avec insistance sans jamais le transpercer. Mais le magicien choisit de plutôt se servir de son épée, cette fois : c’était ainsi qu’il avait toujours achevé les monstres.

Il sortit de l’ombre et il se vit, presque à genou, combattant le blizzard avec férocité, les membres blanchis par le froid. Avec une pitié sans nom, sa main se serra autour de son épée, ses yeux se portèrent à ceux de son ombre, et avec un soupir, il abattit son arme. Et au même instant, sa version corrompue risqua un dernier cri de colère, un dernier coup, qui dévia l’attaque du magicien, et se porta à son torse.

Tout ce que Kingsley vit fut du sang, tandis qu’il râlait de douleurs et s’éloignait furieusement de son double, la main portée à son cœur comme pour vérifier qu’il était toujours là, battant. Inquiet de savoir s’il avait bien achevé son ombre malgré son attaque, il décida d’abattre ses flèches vers lui d’un geste de bras, continuant de fuir le combat. Il finit dos à un mur, quittant des ténèbres dans lesquelles il n’avait même pas remarqué être plongé, soupirant de douleurs tandis que ses jambes lâchaient sous le poids de sa blessure, le laissant glisser le long du mur comme un homme fatigué, cherchant un repos bienvenu. C’est un peu moins grave... Que ça en a l’air... Assura-t-il à Ignis avec un sourire un peu triste, tandis qu’il regardait le sang sur ses mains, qui coulait par gorgées de son torse jusqu’à tâcher sa chemise d’un rouge carmin. Pardonnez mon allure, j’ai (il reprit son souffle) l’habitude d’être un peu plus présentable.

a test of our camaraderie and bravery


Contenu sponsorisé ;





Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Shaiya Shadow
» Mystic Shadow'
» Kaitlyn J. Kingsley [Fini]
» Shadow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Asmosa :: Vaste campagne :: Celtia, l'ancienne capitale
Sauter vers: