AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« calling your long lost heart (idylle) »
Idylle ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 3



idylle



Nom : tremeayne
Prénom : idylle
Rang : neutre
Âge : vingt-cinq années
Orientation : pansexuelle, bien que n'ayant jamais semblé manifester d'intérêt pour un autre qu'Alban.
Royaume : bien que née dans le royaume de Sollvaec, c'est d'Asmosa qu'elle dit venir, ne serait-ce qu'en mémoire de sa défunte mère.
Métier : tout d'abord préceptrice auprès des enfants d'une noble famille asmosienne, elle s'est improvisée professeur pour les enfants du village où elle s'est établie avec son compagnon, leur enseignant notamment la lecture parmis d'autres choses.
Classe : mage noir (feu)
Arme : le feu est son élément de prédilection, destructeur et imprévisible, mais pourtant source de vie et de réconfort. son catalyseur, quant à lui, prends la forme d'une opale de feu finement polie et sertie sur une chevalière.

Physique & mental

si son âme soeur a tout du héros noble mut par le devoir et ses idéaux, Idylle est bien plus réservée et réticente. du héros justement elle ne considère pas en avoir l'étoffe, ayant passé une décennie à cultiver son égoïsme par nécessité de survie, quelque chose qui perdure à ce jour. ainsi, se sacrifier pour une cause n'est pas dans sa nature, il n'y a pas même pour lui qu'elle ferait un tel geste, préférant alors la fuite à deux – chose dont il est parfaitement conscient en dépit de sa naïveté optimiste.

jetée dans la gueule béante hostile du vaste monde bien trop jeune, c'est à ses dépens qu'elle a appris la cruauté de ce dernier ; endurcie mais nullement assombrie pour autant, ses émotions sont gardées pour elle, préférant adopter un extérieur mesuré et placide, suivant sa raison avant tout. du courage pourtant, elle sait en avoir à revendre, mais ne désire pas le gâcher dans une cause sans issue, un espoir suicidaire : peut-être un signe de lâcheté latent, ou tout simplement la crainte de perdre à nouveau ce qui fut si dur à retrouver.

en dépit d'une attitude souvent trop sérieuse, elle reste cependant quelqu'un de chaleureux et généreux, capable de s'investir dans ce qu'elle croit être juste. ainsi, elle n'a pas hésité à investir ces dernières années dans l'éducation des enfants du village où elle s'est établie, faisant tout son possible pour un jour – peut-être – leur donner un meilleur avenir.

ce n'est pourtant que sous le couvert de l'intimité qu'elle laisse entrevoir les restes de son natural jovial d'enfance, sa promptitude aux farces ne finissant pas toujours bien ou encore son rire qui met inévitablement du baume au cœur  des choses qu'elle conserve pour le privé, consciente qu'elles seraient des faiblesses exploitables aux yeux d'autrui.

elle a le cœur fier et courageux, idylle, loyale à toute épreuve également. difficilement corruptible, elle sait tenir ses promesses mais ne suit pas aveuglément – il est aussi aisé de perdre sa confiance qu'il est difficile de se l'octroyer.
Taille : cent-soixante-trois centimètres
Poids : cinquante-deux kilogrammes
Cheveux : un roux flamboyant légèrement bouclés, effleurant ses épaules.
Yeux : un marron chaud aux reflets purpurins.

Son attitude : il y a une rigoureuse discipline dans sa façon d'être, au delà même de la posture – toujours bien droite. les mots quant à eux ne sont que très rarement crachés avec colère ; un ton posé et assuré, teintés d'une volonté infaillible  ainsi qu'un langage châtié et soigneusement choisi.
Autre(s) : la marque. la preuve de son existence impie, erreur de la nature que cette dernière, cruelle, a pourtant permis d'exister. il y a pourtant un peu de chance peut-être dans son infortune : dissimulée au creux de sa cuisse droite, il est bien rare que qui que ce soit y pose les yeux.

Journal d'une vie

idylle, c'est une naissance pleine de malchance, une existence interdite. l'histoire d'êtres opposés, d'un monde dépourvu de tolérance pour la différence – surtout pas la leur. surtout pas la sienne. une marque, une preuve de son ignominie, quoique judicieusement dissimulée, comme une mauvaise blague du destin. c'est cruel.

il y a eu leur rencontre, douce et pleine de rires, seyant si bien aux traits de l'enfance. une complicité qui se forme l'air de rien, comme si tout avait déjà été tracé, écrit. comme s'ils étaient destinés à se trouver, ce jour là, à ce moment précis. pour ne plus jamais se séparer.
ils se l'étaient promis d'ailleurs, avec tout l'innocence d'enfants qui ne savent pas encore qu'ils sont amoureux – c'est un concept si vague, un sentiment trop adulte, et pourtant. une promesse qui plus tard deviendrait motivation bien qu'ils n'en soient pas encore conscient.

le destin qui finit par frapper pourtant, cruel et sans équivoque dans son jugement : un secret percé à jour et les parents d'idylle mis à mort sans attendre. elle aurait dû les rejoindre dans leur funeste sort, mais se retrouva sauvée par celui qu'elle s'était mise à haïr, persuadée de voir en lui un traître.

arrachés l'un à l'autre, séparés et condamnés à ne plus se retrouver, elle fit chemin vers de contrées inconnues, pauvre enfant frêle, à présent orpheline et sans espoir. à force d'errance, c'est dans le royaume des mages qu'elle mit pieds, à bout de forces et ne sachant plus à quoi se raccrocher – le souvenir de son sourire ne suffit plus. il faut croire pourtant que la vie n'avait pas encore fait de choix définitif à son égard, car une nouvelle chance s'offrit alors à elle, sous la forme d'une veuve sans enfant à la générosité ne connaissant nulle limite.

nourrie, logée et vêtue, elle devint cette enfant qu'elle n'avait plus, mais aussi une élève studieuse. léthargique et désespérée les premiers temps, idylle finit pourtant par se reprendre, enfermant précieusement ses souvenirs dans un coin de sa mémoire, décidée à aller de l'avant.

studieuse, voir même brillante, elle se distingue de ses pairs. elle semble s'épanouir, mais la mélancolie ne s'effaça jamais de son regard, lorsqu'il se perdait dans le lointain. parce que quelque part, elle espérait pouvoir le trouver, un espoir qu'elle considérait pourtant être vain. et les années passèrent, le temps s'étirait et les souvenirs s'étiolaient. d'enfant perdue elle était passée à jeune femme accomplie et talentueuse, préceptrice auprès de l'héritier d'une famille noble de cette nation l'ayant accueillie, ignorant tout de ce cette marque au creux de sa jambe trahissait.

c'est là qu'elle se retrouva à devoir voyager, finissant par remette les pieds dans cette ville qu'elle avait pensé ne jamais revoir. tout était pareil tout en étant affreusement différent, un frisson secouant son échine alors qu'elle lutte pour conserver son indifférence. dans un premier temps, elle s'en était voulu pour cet espoir stupide qui renaissait et faisait battre son cœur trop fort, pour ces regards furtifs d'une rue à l'autre.

un autre coup du sort vint ébranler alors tout son être, jusque dans les fondations de sa nouvelle vie qu'elle pensait jusque là être stables. un visage perdu parmi d'autres, des soldats en patrouille. lui qui aurait dû être qu'un homme parmi ses comparses se démarquait d'une façon qui lui serrait la gorge sans qu'elle le réalise – il n'avait pas sa place là, les regards l'accusaient et les messes basses l'insultaient. elle ne fit rien pourtant, rappelée à l'ordre par son élève, se pressant à sa suite et l'oubliant aussitôt. pour le croiser à nouveau, plus tard.

hérétique. c'est le mot qu'elle avait entendu lui être craché au visage, avec tant de dédain qu'elle avait senti la rage lui tordre les tripes. un mot qu'elle haïssait avec virulence, un mot qui avait ruiné tant de vies innocentes. c'est pour cela qu'elle s'était approchée, incertaine et pleine de bonté, sa main glissée doucement sur son épaule. le geste qui avait tout chamboulé.

elle avait tenté de le réconforter bien qu'il semblait ne pas en avoir besoin, pas avec cet air de celui qui avait vu et connu bien pire que quelques insultes. ça lui avait fait mal au cœur  alors elle lui avait demandé son nom. un nom qu'elle avait enterré avec tout le reste, une incrédulité soudaine. c'était une mauvais blague, forcément, et les larmes avaient été impossibles à retenir. alors elle avait pris la fuite.

elle s'était dit que ce n'était qu'une coïncidence : il avait le même regard, le même visage, le même air que lui, mais ça n'était qu'une coïncidence, et ses larmes avaient profité d'une brèche pour enfin pouvoir s'échapper. elle n'était pas forte ni intouchable, juste désillusionnée. et elle voulait rentrer.

et ils étaient sur le point de repartir lorsqu'elle avait sentit les doigts saisir son poignet, avait réagit avec méfiance et un regard furieux. un regard qui se figea en retombant sur ses traits, le cœur au bord des lèvres soudainement. il était essoufflé, semblait avoir trop couru au vu des couleurs prises par son visage – et elle ne comprenait pas. il n'était pas lui, elle le savait – croyait savoir – alors que lui voulait-il?

il avait prononcé son nom et elle avait cru s'effondrer. elle rêvait ou cauchemardait, penchait de plus en plus pour le second. mais alban était en vie, alban se tenait devant lui et idylle n'était plus capable de contenir ses émotions. c'était un rêve oublié devenant réalité, c'était quelque chose d'interdit qu'elle n'avait jamais osé imaginer, de peur de ne plus pouvoir avancer. mais il était bien là. peut-être que la vie avait enfin fait son choix?

ils s'étaient pourtant séparés, mais les adieux n'était plus si douloureux à présent, malgré quelques larmes encore épanchées. une nouvelle promesse faite, ils se retrouveraient, mais avant cela devaient prendre leurs précautions : pas question de se montrer trop précipités. et c'est ainsi qu'elle prit congé de ses employeurs, alla s'excuser auprès de celle qui était devenue une mère pour elle. mais elle était appelée autre part, avec lui.

ils allèrent ainsi s'établir dans un village reculé de la campagne asmosienne, dans une petite maison ne payant pas de mine. ils s'étaient promis de refaire leur vie, juste eux deux et plus personne pour les éloigner. une vie pleine de douceur et d'incertitudes, les hésitations nées de dix années perdues et tout un tas de nouvelles choses encore. tout irait bien, elle s'en était fait la promesse, se le répétait chaque jours. ah, c'était affreusement naïf et pourtant, la mage avait l'impression d'enfin goûter au paradis, ou quelque chose s'y apparentant. ce quelque chose qu'elle avait attendu toute sa vie.

Et vous ?

Ton Pseudo : bee.
Ton âge : vingt-quatre ans.
Des commentaires : j'aime pas les majuscules et je suis #fragile.
Comment avez-vous découvert le forum : il était dans mes bookmarks depuis longtemps.


Dernière édition par Idylle le Sam 27 Mai - 3:00, édité 8 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



Okay, Celica, je suis en love. Omagad. ♥
Bienvenuuue ! Si tu as une question, ne pas hésiter à la poser ahaa.

:16:



The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.
Voir le profil de l'utilisateur
Ivy ;

avatar
Maudit

Messages : 207



Coucou et bienvenue sur ce fo ♥

Un Alm et une Celica, moi je dis y a un complot D: (ça sent le love ça ♥ /PAN/), Je souhaite un bon courage pour ta petite fichouille :D En espérant que tu t'amuse sur ce fo !

Love ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Zehir ;

avatar
Maudit

Messages : 22



OH *0*
Le ship des deux prota de Fire emblem ♪
Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche.
Message spécial : Celica tu es trop belle ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Idylle ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 3



merci beaucoup pour l'accueil :16:
(et contente de voir autant d'approbation pour celica)(best girl ok)
Voir le profil de l'utilisateur
Ritchy ;

avatar
Neutre

Messages : 98



WELCOME ♥
Celica bae ftw ♥♥♥
Voir le profil de l'utilisateur
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



Coucou !
Question stupide mais, tu as terminé ta fiche ?
Ahaa j'ai peur de commencer la correction alors que ce n'est pas achevé. 8D

:16:



The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.
Voir le profil de l'utilisateur
Idylle ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 3



Hey ♥

Tu fais bien de demander parce non pas tout à fait D: Je suis lente pardon mais c'est presque fini ;;
Voir le profil de l'utilisateur
Ignis ;

avatar
Neutre

Messages : 349



Aucun souci. ♥
Comme tout est rempli j'ai cru alors j'ai préféré demander, j'ai bien fait.

:15:



The people and the friends that we have lost.
And the the dreams that have flew. Never forget them.
Voir le profil de l'utilisateur

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Idylle
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» LOST LE RPG
» Sujet a long terme: ork sauvage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Débuts :: Fiches de présentation :: Fiches en cours
Sauter vers: