AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« « Chacun sa manière. » [Pv Garance] »
Syx ;

avatar
Pacifiste

Messages : 45



With Garance
Certains ‘inquiètent pour autrui car ils y voient des outils, des instruments, d’autres, sont plus sincères et s’inquiètent juste et réellement.

« Chacun sa manière. »

J’y pensais… Encore et encore… Et cela me faisait toujours bizarre. Depuis que je suis activement au service de notre seigneur Vaec, me retrouver ainsi, à me reposer, à ne rien faire, cela me laisse une impression bizarre.

Je ne suis plus habitué à ne rien faire, j’ai depuis longtemps oublié ce que cela faisait de n’avoir rien d’autre à faire que me reposer, m’occuper de moi-même. Assis sur mon lit, mon regard se porte sur la petite fenêtre qui permet à la lumière extérieur de rentrer.

Voir les autres bâtiments, les quartiers moyens en général, me rappela que j’avais presque oublié comment était la vie ici, à Sollvaec, en dehors des murs du temple. J’avais complètement oublié, avant que je rentre au service de notre seigneur, comment se passait ma vie là-bas, dans les rues de la ville basse.

Et pour tout dire, je me fichais bien de me rappeler comment elle était. Ma vie n’a réellement commencée que lorsque Vaec vint à moi, alors que j’étais perdu et en proie au désespoir.

Lâchant un soupir à mi-chemin entre l’exaspération et l’ennui, je parvins, non sans quelques difficultés, à me lever. Malgré les soins que m’avait prodigué Dame Kerist, le repos avait permis à mon corps se détendre et la douleur affluait désormais à chacun de mes mouvements.

Attrapant ma masse, je m’installa alors à table, déposant mon arme face à moi. Farfouillant rapidement dans le peu de meubles présent dans la pièce, je trouva enfin ce que je cherchais : Une pierre à aiguisée. L’entretien de mes armes, de mes outils, était devenu quelque chose d’habituel, de mécanique, et puis, de toute façon, je n’avais pas vraiment autre chose à faire.

Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 26



J’avais entendu parlé, bien entendu, du retour de Syx, prêtre-guerrier fanatique de notre saint ordre. Il avait apparemment été blessé lors de sa dernière bataille contre la Malice, mais je n’en savais guère plus. N’ayant rien de précis à faire de la journée, je décidais donc de me mettre en marche vers les quartiers de ce combattant. De ce que j’en savais, il avait certes été soigné, mais personne n’était allé le voir pour le féliciter. Quelle honte ; et après on ose dire que nous sommes protecteur envers nos brebis ? Je ne pouvais tolérer pareille chose ; surtout que cela se déroule ainsi.

Ne désirant aucune escorte – j’étais encore assez grande pour marcher toute seule – je prit donc le chemin vers les appartements de Syx, espérant l’y trouver. J’espérais que mes informations se révéleraient être exactes. Trois coups à la porte et je patientais quelque peu.

« Syx ? Est-ce que vous êtes là ? Je venais voir comment vous vous portiez. »

Inutile d’en dire davantage, nul ne sait que je siège au Conseil et cela est très bien ainsi. Je devais tenir un rôle de personne inquiète pour les combattants de sa patrie et rien de plus. J’avais été façonnée ans cet ordre, c’était bien pour que tout cela passe au-dessus de mes autres priorités, n’est-ce pas ? Réajustant mon manteau en hermine sur mes épaules, j’attends donc que l’on vienne m’ouvrir. Je n’ai pas à insister davantage, ce ne serait guère poli de ma part. Syx reste seul maître ici.
Voir le profil de l'utilisateur
Syx ;

avatar
Pacifiste

Messages : 45



With Garance
Certains s‘inquiètent pour autrui car ils y voient des outils, des instruments, d’autres, sont plus sincères et s’inquiètent juste et réellement.

« Chacun sa manière. »

Inspectant mon arme, mon travail semblait satisfaisant, mais ce n’était pas assez, il fallait que ce soit parfait.

Alors que j’allais me remettre à l’entretien de mon arme, quelqu’un frappa à la porte. Silencieusement, je déposa ma masse et ma pierre à aiguisée sur la table, tout en relevant la tête et dirigeant mon regard vers la porte. Qui cela pouvait bien être ?

C’est une voix qui m’était assez familière qui répondit à ma question. Je me souvenais de la voix de peu de personne de notre communauté, et celle-ci était celle d’une membre respectable de notre ordre, au même titre que Dame Kerist.

Soupirant légèrement, je me leva un peu difficilement et peina un peu à revêtir quelque chose de plus convenable et couvrant un peu mieux les divers bandages présent un peu partout sur mon corps. Lorsque ce fut fait, je ne la fis pas attendre plus que nécessaire.

« Dame Garance. Je vous remercie de vous vous souciez de mon état. »

Est-ce que je devais l’invité à entrée ? Peut-être profitait-elle de passer non loin de ma demeure pour venir s’enquérir de mon état ? Malgré mon incertitude, je me décala légèrement tout en l’invitant à entrer.

« Je vous en prie. Entrez et faites comme chez-vous. »

Mon logement était peut-être humble, mais je n’allais pas la rejeter alors qu’elle était venue jusqu’à moi.

Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 26



En lieu et place d’un monstre fanatique que certains m’avait décrit avec moult détails dont je n’avais guère le temps de me soucier, ce fut un homme courtois et plutôt bien portant qui vint m’ouvrir. C’était la première fois que je voyais Syx en personne. Sa réputation le précédant, je connaissais bien évidemment son nom mais bien moins son visage. J’entrais donc dans son antre, veillant à ne pas me montrer trop intrusive malgré tout. L’endroit était certes modeste mais l’on y ressentait une force planante çà et là. Syx était du bois de ceux que l’on peut comprendre au moins un peu à travers la façon dont ils prennent soin de leurs possessions. Mes yeux glissèrent sur la masse posée à même une table toute proche.

« Loin de moi l’idée de vous importuner, mon brave, mais je venais voir comment vous vous portiez après la rude bataille dont j’ai tant entendu parler. Comment se porte votre corps ? Et votre esprit ? J’ai ouï-dire qu’il fut nécessaire de faire des concessions pour sortir vivant de ce guêpier, est-ce vrai ? »

Je préférai m’assurer que notre fidèle combattant allait bien avant de poursuivre. Après, peut-être, lui poserais-je des questions en rapport avec la Malice. Peut-être. Car mine de rien, je reste une grande curieuse.
Voir le profil de l'utilisateur
Syx ;

avatar
Pacifiste

Messages : 45



With Garance
Certains s'inquiètent pour autrui car ils y voient des outils, des instruments, d’autres, sont plus sincères et s’inquiètent juste et réellement.

« Chacun sa manière. »

Elle accepta l’invitation et entra. Elle sembla observer vaguement mon logement, comme pour se faire une idée de la personne que j’étais.

Refermant la porte, je pris place sur l’une des chaises et l’invita à prendre place sur la chaise en face de moi. Elle prit la parole pour me dire qu’elle n’avait aucune intention de m’importuner, mais, comme beaucoup, elle avait entendue parler de la bataille que j’avais mené près de la forteresse du désert, et elle venait voir comment je me portais. Elle me questionna alors sur mon état, de ce que j’ai dû faire pour me sortir de cette bataille.

Retirant la masse de la table, je la déposa contre le mur à mes côtés, avant de légèrement m’appuyer sur la table, une position un peu plus confortable avec toute mes blessures.

« Vous ne m’importunez aucunement, ma Dame. Je n’ai, de toute façon, pas grand-chose à faire. Sinon, pour répondre à vos question. Mon corps à un peu souffert de mon combat, heureusement, Dame Kerist m’a déjà prodiguée les soins nécessaires. Mon esprit n’a aucunement été ébranlé par ce combat, rien ne le pourrait d’ailleurs. Quant à la façon dont je suis parvenu à m’en sortir vivant, j’ai eu la chance de rencontrer un soldat kireïdien et un Algiz avec lesquels j’ai formé une alliance temporaire. »

L’un comme les autres, nous n’avions pas vraiment eut le choix. C’était l’unique moyen de nous en sortir, le soldat et l’Algiz avaient, étonnement, réussi à mettre leur fierté de côté afin de survivre. Vaec était certain qu’à nous trois, nous pouvions nous en sortir.

Mon torse commença à me lancer un peu, je me plaça au fond de ma chaise, ce qui me soulagea un peu. Je me serais bien allongé sur mon lit, afin d’être sûr qu’aucune de mes blessures ne décident de faire des siennes, mais je ne pouvais me le permettre en présence de Dame Garance.

Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 26



J’écoutai avec la plus grande attention – certains aurait même pu la définir de ‘religieuse, d’ailleurs – le moindre mot prononcé par Syx. Son aventure m’intéressait à tous les niveaux et pour bien des choses. D’une curiosité aussi personnelle que celle due à mon rang et mon appartenance, je me devais d’être particulièrement rigoureuse dans mon sens de l’écoute. C’était vital pour moi ; tant maintenant que pour un futur proche, j’en étais intimement persuadée. Dans cette vie, il était absolument indispensable de toujours savoir où aller et quoi faire avant de bouger ses pions ou ses pieds. L’un comme l’autre pouvait mener à des faux-pas qui étaient tous plus ou moins e mesure d’érafler la carcasse de nos desseins. Et cela, je ne l’aurais guère permis concernant les miens. Voici pourquoi, entre autre chose, je m’imprégnais presque de toutes les palabres de la part de notre très cher guerrier.
Je lui offris un sourire.

« Bien, me voici rassurée, dans ce cas. Il est vrai que Dame Kerist est parfaitement connue pour ses soins de la plus haute qualité. Je ne puis que me réjouir doublement de savoir que votre personne ne pourra que s’en porter mieux par la suite. »

Raclement de gorge.

« Quant au reste, n’ayez crainte, je ne vous jugerai pas. Bien au contraire, je suis plus que ravie de voir que vous avez fait preuve d’autant d’intelligence que vous possédez de force aux services de Vaec tout puissant. »

Je sais bien que certains d’entre nous débectent pareilles actions et façons d’agir mais pas moi. Je vois la survie avant le reste. La logique n’en est que plus resplendissante à mes yeux.
Je perçois en revanche le mal qui ronge notre brave main armée. Je ne peux que me figurer la souffrance par laquelle il a dû passer. Alors, lentement, je me rapproche de lui.

« Messire, me permettriez-vous, le temps que je suis ici, de vous prodiguer quelques autres soins ? Je ne suis, certes, guère versée dans la confection de potions, mais je connais quelques recettes simples qui pourraient, je pense, soulager votre peine. »

Je m’en voudrais que ce colosse s’effondre sur lui-même.
Voir le profil de l'utilisateur
Syx ;

avatar
Pacifiste

Messages : 45



With Garance
Certains s’inquiètent pour autrui car ils y voient des outils, des instruments, d’autres, sont plus sincères et s’inquiètent juste et réellement.

« Chacun sa manière. »

Dame Garance écouta mon récit avec attention et m’adressa un sourire lorsque j’eus fini de parler, elle affirma se réjouir que, grâce aux soins de Dame Kerist, ma personne ne pouvait que mieux s’en porter. Elle continua déclara ne pas me juger pour mes actions dans le désert, que bien au contraire, elle était ravie que je puisse faire preuve autant d’intelligence que de dévotion envers Vaec.

Lorsque je me replaça pour atténuer la douleur, Dame Garance se proposa de me prodiguer quelques soins supplémentaire. Même si elle affirma ne pas être une experte dans le domaine des soins, elle déclara posséder quelques recettes simples mais utiles. Ma souffrance ne passait donc pas inaperçu.

« Je ne voudrais pas abuser de votre temps et de votre gentillesse, mais ce serait avec plaisir. Mon corps n’est plus vraiment l’habitué à un repos prolongé. »

Me relevant difficilement, je m’installa sur mon lit, en attendant que mon invitée prépare le nécessaire aux soins qu’elle se proposait de me procurer.

« Désolé de vous imposer un tel spectacle. La main gauche de Vaec n’est pas à l’image de son seigneur. »

Il n’y avait pas d’autre appellation pour moi qui avait accepter de me salir les mains pour mon dieu. J’espérais juste ne pas ennuyer Dame Garance avec mes douleurs.



HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 26



La ferveur de Syx envers Vaec et la dureté qu’il exerçait envers lui-même était des choses qui me sidéraient autant qu’elles me fascinaient. Je dois dire que je n’avais que rarement vu une personne être aussi dévouée envers sa cause et cela me réchauffa un peu le cœur. Le faisait-il volontairement ou par intérêt, cependant ? Cela ne me regardait en rien. Tant que le culte était honoré, au fond, peut importait les moyens utilisés. Et encore, j’avais vu bien pire en termes de débauche pour que Syx passe pour le plus sacro-saint des anges de notre panthéon divin. Et en soit, c’en était presque… rassurant.

Massant l’une de mes épaules, je laissais Syx s’installer comme il l’entendait avant de m’approcher de lui. Une question me vint, plus par esprit pratique qu’autre chose. « Vous ne m’importunez en aucun cas, très cher Syx, sachez-le. Je suis ici et vous propose mon aide car j’en ai l’envie et non pas parce qu’on me l’a dicté. » Au contraire, même, certains de mes ‘camarades’ m’avaient vivement conseillé de ne pas bouger de chez moi. Je n’ai pas obéit ; il n’est guère dans ma nature de me plier aux exigences d’autrui. Surtout si en l’état actuel des choses, je n’y trouvai aucun intérêt.

Pour l’heure, seul Syx comptait. Je reprends donc après m’être interrompue toute seule. « Avant que je ne commence à vous soigner, pourriez-vous me dire si vous avez des onguents ou des crèmes dont je pourrais me servir afin de parfaire les soins ? » Je souhaitais prodiguer la meilleure des médecines possibles à mon faible niveau.

Hrp : aucun souci! Reposes toi avant toute chose, c'est le plus important ♥
(et ton post était très bien ♥♥♥)
Voir le profil de l'utilisateur
Syx ;

avatar
Pacifiste

Messages : 45



With Garance
Certains s’inquiètent pour autrui car ils y voient des outils, des instruments, d’autres, sont plus sincères et s’inquiètent juste et réellement.

« Chacun sa manière. »

Dame Garance affirma que cela ne l’importunait aucunement, qu’elle était ici et m’aidait de plein gré, personne ne lui dictait quoi faire. Elle était à la hauteur de sa réputation au sein de notre communauté. J’imagine, cependant, qu’ils devaient bien avoir, comme pour moi, quelques « fidèles » qui préféraient être dans ses bonnes grâces, afin de pouvoir « compter sur sa foi ».

Ces « serviteurs de Vaec » sont d’ailleurs bien plus nombreux que l’on ne l’imagine. Combien de fois ai-je entendu quelqu’un me parler de l’hérésie de l’enfant de telle ou telle famille plus ou moins influente ? Combien de fois m’as t-on demandé d’exorcisé telle ou telle personne ? Parfois, certains disaient cela en tant que réel fidèle de notre seigneur… Mais ils sont bien trop peu nombreux par rapport à ceux qui ne me demande cela que par intérêt, que par « dévotion envers notre terre sacrée ».

Tandis que je m’installais sur le lit, Dame Garance me demanda si j’avais quoi que ce soit, onguents ou crèmes, dont elle pourrait avoir l’utilité pour parfaire ses soins. Je pris un instant pour réfléchir. Je n’avais pas souvenir que Dame Kerist m’ait laissée un quelconque médicament au cas où je pourrais en avoir besoin et j’étais trop peu présent au sein de notre cité pour me faire la peine de conserver la moindre chose. Je secoua la tête.

« Désolé, mais je n’ai rien de tel… Comme vous devez le savoir, je suis très peu présent au sein de notre cité pour me permettre de conserver quelque chose que quelqu’un de plus nécessiteux que moi aurait besoin. »

Je ne devais pas rester plus que deux ou trois jours à chacun de mes passages et ceux-ci sont extrêmement espacés. Conserver quelque chose de périssable ne serait que du gâchis.

Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 26



Oh, alors il n’avait rien à disposition pour permettre aux soins de se dérouler de la manière la plus appréciable possible – enfin sans avoir les désagréments basiques, en tout cas. J’aurai pu émettre une suggestion mais sa logique me paraissait sensée et pleine de bonnes pensées. Ceci étant dit, cela ne me facilitait guère la tâche. Hum. Mes réflexions ne perdirent guère de temps pour s’organiser, cependant.
« Aucun problème, laissez-moi juste un instant pour pallier à cet imprévu. »

Je me levai donc de nouveau, d’une démarche élégante et féminine telle que me l’avait appris ma tante, ma mère d’adoption. Qu’elle pourrisse bien en Enfer avec son mari, celle-là. Mais là n’était point la question je ne désirai nullement importuner mes pensées avec de pareilles sornettes. J’ouvris un peu sans ménagement la porte d’entrée de cette demeure quelque peu austère et là, un visage familier me rencontrer. Ben voyons. Malgré mes instructions, on avait envoyé l’un de mes gardes du corps à ma suite. Mais pour une fois je n’étais point agacée par pareille initiative. Au contraire, pour mes actuels desseins il était tout à fait utile d’avoir sous la main un bras serviable.
« Oh, puisque vous êtes là, allez donc me chercher certains de mes onguents, dans ma commode. J’en ai besoin rapidement alors aller me les rapporter immédiatement. »
Il ne se perdit pas en contre-palabre et disparu dans l’instant. Bien, je pouvais donc retourner auprès de Syx.
« Excusez-moi pour cette perte de temps. L’un de mes gardes va me rapporter de quoi vous faire un massage bien mérité. »

Et ça, pour le mériter, il le méritait. Amplement.
Voir le profil de l'utilisateur
Syx ;

avatar
Pacifiste

Messages : 45



With Garance
Certains s’inquiètent pour autrui car ils y voient des outils, des instruments, d’autres, sont plus sincères et s’inquiètent juste et réellement.

« Chacun sa manière. »

Face à ma réponse, Dame Garance me demanda un instant pour qu’elle puisse régler cet imprévu. Je n’avais pas vraiment quelque chose à dire à cela, déjà qu’elle acceptait de m’aider, je ne pouvais lui imposer de faire ça de suite.

Elle se leva et se dirigea vers la porte, d’une démarche particulièrement gracieuse… J’imagine que toute les femmes ont ce style de démarche… Enfin… Je crois ? Force m’étais d’avouer que la connaissances des manières féminines, contrairement à d’autres, n’était pas vraiment mon domaine, même pas du tout mon domaine. Et je pourrais presque dire que je me portais très bien ainsi.

Elle ouvrit un peu brutalement la porte et sembla tomber sur quelqu’un qu’elle connaissait, au vu du ton qu’elle employa pour lui parler. D’ailleurs, il sembla que l’individu ne perdit pas de temps lorsque Dame Garance lui eut donnée ses consignes. Après cela, elle revint auprès de moi, s’excusant pour la perte de temps et que l’un de ses gardes allait lui rapporter de quoi faire un massage que je mérite bien.

Mérité est un grand mot. Je ne fais que suivre le chemin que Vaec m’indique, ni plus, ni moins. Je ne sais pas si cela me vaut un tel mérite. Cependant, ce n’est pas le moment de pinailler là-dessus. Elle avait que l’un de ses gardes s’occupait de cette course. Autant, je comprends qu’avec son handicap, un garde soit nécessaire au bien-être de Dame Kerist, car n’importe qui pourrait abuser de sa bonté. Autant pour Dame Garance…

Elle semblait être une femme forte et lui assigner des gardes me semblait prendre plus de précaution que nécessaire. Il y avait sans doute des choses dont je ne savais rien et cela m’importais peu en réalité, j’étais juste un peu curieux de savoir pourquoi.

« L’un de vos gardes ? Auriez-vous faussée compagnie aux autres ? »

Je me mêlais de ce qui ne me regardait pas, mais nous avions un peu de temps avant le retour de son garde, alors autant discuter. Tant pis si elle ne souhaitait pas en dévoiler davantage.

Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maudit

Messages : 26



Ce genre de manies a le don de m’exaspérer au plus haut point. Depuis quand ai-je constamment besoin d’avoir une escorte armée pour me protéger ? Ce n’est pas le cas et ils le savent, je sais encore me défendre seule, comme une lady sait le faire. Je suis Dame Garance, après tout. Si l’on cherche à attenter à ma vie, j’ai été suffisamment formée a bien réagir pour ne pas me laisser impressionner. Peu de choses dans la vie ont ce pouvoir-ci et les petits voyous n’en font certainement pas parti. Je m’en retourne donc vers Syx, lequel se permet un commentaire qui, au contraire de m’ennuyer, me fait sourire.

C’est un moyen comme un autre de démarrer une conversation, après tout. Et c’était là tout ce dont nous avions besoin pour patienter le temps que mon idiot de garde revienne de sa commission expresse. « Fausser compagnie est un bien fort terme pour mes actions. Je les avais, au contraire, prévenu de ce qu’il en était, au sujet de ma sortie et de ma décision de venir quérir de vos nouvelles. Ils ont insistés pour que je sois sous escorte, chose que j’ai refusée et qui était mon droit le plus strict. Mais bon, il y en a toujours pour passer outre les ordres et les envies de chacun, j’imagine que vous devez être bien placé pour savoir une chose pareille, n’est-ce pas ? »

Je me doutais bien qu’avec tout ce qu’il avait vécu, Syx devait très certainement avoir moults choses de ce genre à raconter. Mes yeux se perdent un instant à glisser sur la structure de son unité. Je me sens déglutir avant de détourner la tête, faisant mine d’observer les murs. Il est beau.
Voir le profil de l'utilisateur
Syx ;

avatar
Pacifiste

Messages : 45



With Garance
Certains s’inquiètent pour autrui car ils y voient des outils, des instruments, d’autres, sont plus sincères et s’inquiètent juste et réellement.

« Chacun sa manière. »

Elle sourit comme amusée par mon commentaire, preuve que ses gardes n’étaient pas réellement nécessaire.

Dame Garance me corrigea, déclarant que « Fausser compagnie » était un terme bien trop fort au vu de ses actions. Apparemment, elle avait prévenue pour son déplacement chez moi et semblait n’avoir demandée qu’aucun garde ne l’accompagne. Certains ont insisté pour cette escorte, qu’elle avait refusée dans son droit le plus légitime. Elle termina en affirmant qu’il y en aurai toujours qui outrepasserons les ordres et envies des autres, elle me prit même pour exemple.

J’affiche un sourire à mon tour, même si je ne suis pas totalement d’accord avec elle.

« J’avoue ne pas toujours écouter les prêtres et prêtresses du temple. Car ils auront beau vouloir me dicter ma conduite, je ne suis au service que de Vaec et des véritables fidèles de ce dernier. »

Tandis que je lui répondais, je la vis comme me détailler avec de détourner le regard. Qu’est-ce qui lui prenait ? Penchant un peu la tête sur le côté, j’essaye de croiser son regard afin de comprendre ce qui lui arrivait, je ne me posa, finalement, pas plus de question que ça.

« Est-ce que tout vas bien Dame Garance ? Y a-t-il quelque chose que je puisse faire ? »

Elle ne semblait pas bien à l’aise après m’avoir regardé. J’avais quelque chose sur moi ? Peut-être que, malgré les soins de Dame Kerist, une plaie s’est légèrement rouverte ? Non, il ne semble pas… Qu’est-ce qui pourrait bien troubler une femme comme elle ?

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé ;





Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chacun son tour...! Bito, à toi de jouer.
» Chacun sa route chacun son chemin ♫ [ Libre 1 Personne ]
» Bonne manière
» Chacun a en lui son petit monstre à nourrir [PV Elena]
» De l'art et la manière de se dévouer [PV Villadra]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Sollvaec :: Quartiers moyens
Sauter vers: