AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« Under Cover [PV Pandore] »
Louvia ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 30




Décidée, ses pas la mènent jusqu’à cette taverne qu’elle connait bien. Nombre de fois, elle a trouvé ici un travail, une cible, de l’alcool pour passer le temps. Mais pas cette fois. Non, cette fois, la corneille vient pour une toute autre raison. Elle a besoin d’informations, rapidement. Et elle a entendu parler d’une personne capable de lui en fournir, récemment. Un nom qui lui revient fréquemment aux oreilles. Sur le trajet, la jeune femme passe par les quais et, dans une mélancolie apathique, ses yeux d’ambre se portent sur la mer. Elle sent le sel sur ses joues, le vent dans ses cheveux. Cette sensation stoppe même sa marche. Ferme les yeux, Louvia. Ferme les un instant et souviens toi, plonge dans cette faiblesse qu’est la nostalgie, le souvenir. Car elle s’en souvient parfaitement, de cette sensation de liberté. Elle se plaçait au bord d’une falaise et se laisser tomber, avant de se transformer en ce corbeau qui faisait sa fierté autrefois. Quand ses ailes n’appartenaient pas à un rêve chimérique. D’un claquement de langue, elle chasse ces pensées et reprends sa marche. Pas de tristesse, pas de regret. Non, juste une amertume profonde. Amertume qui pousse la corneille à entrer dans l’auberge pour en finir au plus vite. Elle préfère venir au port lorsqu’elle n’a rien à faire, pour profiter de l’horizon. Très vite, elle observe la salle principale, bondée de monde, des marins en désir de la boisson comme seule compagnie, d’hommes d’affaires désireux de conclure un contrat important avec un négociant en épices. Et dans l’arrière de la salle, ce couloir plus sombre, qu’elle connait bien mieux. Ses pas résonnent sur le sol, un bruit de plus perdus dans la masse sonore qui règne ici. Elle passe devant le comptoir du propriétaire, laisse à son attention une poignée de pièce sans s’arrêter, sans même adresser un regard à cette personne. Puis elle s’enfonce dans ce couloir et arrive dans l’arrière salle, réservée à une certaine « élite ». Une élite obscure. L’ambiance ici se veut plus sombre. Les lumières sont étouffés par l’épaisseur des fumées qui règnent en maître ici. Mais Louvia n’a pas besoin de voir où elle va, car elle connaît déjà son chemin. Elle se dirige vers le fond de la salle, où elle a repéré une chevelure rousse. La seule dans la pièce. C’est les seules indications qu’on lui a donné, « elle est rouquine » et « tu la trouvera rapidement ». Des indications efficaces. Sans présentation, sans regard, sans politesse, Louvia s’installe à sa table, assurée. Droite, elle place une main sur la table et pose ses yeux sur la silhouette qui se tient en face d’elle. « Pandore, c’est ça ? » Sa question ressemble plus à une affirmation. Car elle n’a pas le luxe d’être patiente, aujourd’hui. « Quels sont tes prix ? J’ai besoin d’informations, rapidement. » Sa voix, entre le suave et le grave, à mi chemin entre l'arrogance et la séduction, est son timbre de voix naturelle. Une voix qui a fait sa fierté, pendant un temps.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Under Cover

La jeune rouquine observait son verre d'un air distrait, vraisemblablement perdue dans ses pensées. Elle ne prêtait ni attention aux braillards autour d'elle qui semblait trouver amusant de faire l'inventaire de ses formes, ni les regards sombres qui cherchaient à comprendre quelque chose. L'endroit n'était pas aussi sûr qu'on voulait bien le faire croire pour les gens de leur espèce, et même si elle commençait à avoir un brin de réputation concernant les informations qu'elle était capable d'obtenir, elle savait aussi que cela ne plaisait pas à tout le monde. Elle se demandait donc ce qu'elle allait bien pouvoir causer comme chaos par ici, observant la liqueur orangée dans son verre. Elle releva vaguement la tête lorsqu'elle aperçut une jeune femme à l'allure débraillée, cheveux noirs et air mortellement sérieux.

Ça, c'était potentiellement un bon début pour semer le chaos. Pandore eut un léger sourire amusé, alors que sa camarade s'asseyait pour entrer directement dans le vif du sujet. Plus amusée encore, la jeune femme la dévisagea rapidement de haut en bas, cherchant à l'identifier. Elle prit cependant le temps de répondre, la voix clairement détachée et peu inquiète.

« Tout dépend de l'information que tu veux... Les informations les plus sensibles ont tendances à être un peu plus chères. »

Est-ce qu'elle avait seulement le moindre sous sur elle ? Cette question la taraudait vaguement. Elle pourrait toujours s'arranger autrement, les compétences de quelqu'un pouvait largement valoir les prix. Elle observa sa cliente, alors que ses yeux bleutés devenaient subitement sérieux et froid. C'était l'heure du travail.

« Si tu n'as pas d'argent, je suis sûre que certaine de tes compétences pourraient m'être utile. En bref, on peut s'arranger. »

Pandore observa la réaction de sa cliente, aux aguets. Elle ne souhaitait pas que les choses tournent mal, mais c'était déjà arrivé que certains clients n'apprécient pas les marchés ou même de devoir payer. La plupart avaient fini en dehors de la taverne, mais quelques uns s'étaient ravisés. La jeune femme en question pouvaient être relativement violente, elle le devinait à son bras tout en bandages et son allure générale. Elle ne souhaitait pas perdre de temps, et souvent, ça voulait dire qu'on était prêt à cogner dur.
Louvia ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 30




Un sourire froid se dessine sur les lèvres de la corneille. Elle apprécie les personnes efficace, prompt à une réflexion hâtive et efficace. Pandore a l'air de faire parti de cette catégorie de personne. Elle a su donner une réponse claire et concise, proposant même une autre méthode pour compenser au cas où le paiement est trop imposant. Parfait. Louvia s'installe un peu plus convenablement et croise les bras sur la table. Elle va devoir négocier, bien sûr. Mais son contrat demande une préparation minutieuse. Dérober des documents confidentiels d'un des pontes de l'académie de magie pour les délivrer à un des professeurs. Le genre de travail pour lequel la jeune femme préfère avoir le maximum d'informations sur les deux parties. Autant la victime que le commanditaire. Elle passe sa main dans le bas de son dos, retirant de cet endroit une bourse de cuir remplie de pièce. Un des rares endroits où elle peut dissimuler de l'argent sans que personne ne le remarque, dissimulé derrière ses cheveux et son manteau noir. Elle pose le sac sur la table, bien au centre, laissant l'or trôner sur cette conversation. « J'ai besoin d'informations assez diverses. Tout d'abord, je dois savoir où se situe le domicile du mage Merric, l'un des magnats de l'académie des éléments. » Elle n'a aucune idée de qui peut bien être cet homme, ni à quoi il peut bien ressembler. Elle n'a que rarement des contacts avec cette école, bien trop peu de clients potentiels et surtout beaucoup trop de mystère autour de la magie. « Ensuite, tu t'en doutes, j'ai besoin de connaître les heures auxquelles il quitte son domicile. Puis, j'aurais besoin de toutes les informations possible sur ce Merric et également sur Olgan Trahen, un professeur qui officie là-bas. Son domicile, ses occupations, ses centres d'intérêts... Absolument tout. » Oui, Louvia préfère être prudente sur ses potentiels employeur. Elle ne supporte pas les mauvais payeurs et encore moins les contrats aux motivations dissimulées, camouflées. Ainsi, avec toutes ces informations sous la main, elle pourra garder le contrôle de la situation quoi qu'il arrive. « Si le paiement ne suffit pas, je peux en effet t'offrir mes services... Sous une certaine mesure. » Elle passe sa main dans ses cheveux, tout en plongeant son regard dans celui de la rouquine. La corruption, le vol, la trahison, le meutre... Tant de choses par lesquelles Louvia est déjà passé. Mais tout crime mérite salaire et jamais elle n'a fait quelque chose pour un prix qu'elle n'estime pas méritée, tout comme elle n'a jamais fait un travail trop conséquent par rapport à sa contrepartie. Que cette Pandore ne s'y trompe pas, Louvia ne deviendra pas un outil à sa cause. Elle fera ce qu'il faut pour payer ses informations, rien de plus. Chaque autre travail demandé devra offrir sa récompense. « Mes compétences valent relativement chère, tu sais... Je pourrais presque même récupérer cette bourse, selon ce que tu me demanderais. A toi de voir. »
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Under Cover

Pandore s'amusait. Elle observait la jeune femme d'un air intéressé, son sourire taquin sur le visage. La jeune femme en face d'elle était fascinante. Elle appréciait sa manière d'exposer clairement ce qu'elle voulait sans passer par quatre chemin, sans hésitation ni incertitude. Pandore n'avait pas l'occasion d'avoir des clients toujours aussi déterminés. Elle avait affaire à une professionnelle, qui envisageaient des missions de grandes envergures. Elles se ressemblaient beaucoup, tant et si bien qu'elle se demandait pourquoi elle n'allait pas chercher les informations elle-même. Bah, ça en faisait plus pour elle. Elle se renseignerait plus tard sur la dite cliente. Pour l'instant, elle avait le monopole. Lorsqu'elle eut terminé de présenter sa situation, elle se redressa, soupesa la bourse avant de tourner son regard vers sa cliente, d'un air extrêmement sérieux.

« Je dirais que ça suffit. Je te demanderais un supplément si jamais je découvre des choses... croustillantes ! En revanche, je ne possède pas toutes les informations que tu demandes à l'heure actuelle. Je vais avoir besoin de temps pour constituer un emploi du temps précis des personnes demandées, m'assurer de leurs petits secrets et autres. Mais comme tu montres patte blanche, voici un avant-goût. »

Pandore observa la salle autour d'elle, méfiante par nature. Elle n'avait pas envie que quelqu'un les surprenne à comploter. Elle savait que certaines personnes qui ne devraient pas être ici traînaient ici. Elle se rapprocha quelque peu de sa cliente, lui murmurant.

« Olgan Trahen a été à de nombreuses reprises aperçus dans des lieux où il n'aurait pas dû être. Il mène une petite entreprise secrète, bien à l'abri des regards de la société et de sa famille. »

Elle se redressa, souriant toujours. Finalement, elle fit un sourire enfantin à sa camarade avant de lui annoncer.

« Si tu es prête à patienter un peu ; auquel cas je te demanderais de me donner un délai clair sur le temps que tu veux pour obtenir ces infos, j'irais chercher tout ça. Tu sauras tout de la vie de ces deux hommes, dans les moindres détails. Pour l'heure, je ne peux me prononcer que sur ce que j'ai entendu. A toi de choisir. »

Elle n'est pas assez culottée pour lui demander pourquoi elle ne va pas chercher elle-même, vu ses compétences évidentes au vu de sa manière de marchander. Mais bon ! La curiosité piquait à vif Pandore, qui n'était pas très loin de céder à ce caprice. Plus tard, se dit-elle. Plus tard.


HRP - Je ne sais pas si tu avais des idées précises pour ces PNJ ou non, donc dis moi si je suis totalement libre ou pas. Si ça ne te convient pas d'ailleurs dans ma réponse, fais-le moi savoir
Louvia ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 30




Elle écoute, attentive, la réponse de la rouquine. Bien sûr, Louvia ne pense pas une seule seconde que cette Pandore puisse avoir des informations dès maintenant, c'est chose impossible. Elle est même agréablement surprise de savoir que la demoiselle possède déjà quelques informations sur son propre commanditaire. Olgan Trahen, au sein d'un groupuscule caché de la société ? Voilà un point particulièrement intéressant qu'elle peut utiliser sans aucun problème contre lui, à condition d'en savoir plus. Elle pourrait presque sourire, mais la corneille reste grave, affichant un air sérieux et pensif. Elle préfère réfléchir plutôt que de s'extasier inutilement. Elle n'est pas quelqu'un d'amicale. « Bien, je suis prête à patienter dans ce cas. J'ai besoin, effectivement, de toutes les informations possible sur eux, particulièrement sur cette entreprise secrète dont tu as entendu parler. » Pandore a prouvé sa valeur en tant qu'informatrice, il est clair maintenant que la corneille passera par elle plutôt que quelqu'un d'autre. Maintenant, elle doit communiquer un délai à sa nouvelle colaboratrice. Elle ignore en combien de temps cette dernière peut avoir ses informations et il est exclu de lui demander, Louvia doit continuer de dominer cette négociation, de se montrer intraitable. Une idée lui vient alors. Elle voudrait avoir ces informations le plus rapidement possible, pour en finir au plus vite avec ce travail et commencer à faire chanter Olgan plus vite encore. Elle sait donc comment faire, comment motiver cette demoiselle. « Une semaine. Une semaine pour avoir toutes les informations... » Elle marque une pause, laisse à penser que sa phrase est finie, avant de reprendre. « ... Et si tu parviens à obtenir ces informations en trois jours seulement, alors tu auras le double du salaire. » L'argent, quoi de mieux pour motiver quelqu'un ? Car si Louvia est vénale, elle est persuadée qu'elle n'est pas la seule à fonctionner grâce à cette valeur et que dans ce milieu, nombreuses sont les personnes prête à tout pour un bon salaire. La criminelle va même encore plus loin dans son raisonnement. Pandore est quelqu'un d'efficace, aussi aimerait-elle en faire une associée. Et pour ce faire, elle a une idée à lui soumettre, un autre type de marché. « J'ai même autre chose pour toi. Selon ce que l'on apprends d'Olgan, si son petit trafic est assez important, je songeais à le faire chanter pour obtenir de lui bien plus que ce qu'il me doit. Que dirait-tu de partager les bénéfices avec moi ? » Un sourire malsain apparaît sur son visage, le sourire de la femme qui a trouvé un filon assez gros pour l'exploiter et même se faire une alliée supplémentaire.

HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




Under Cover

Une semaine lui paraissait un délai raisonnable. Trois jours seulement ? Elle doutait de pouvoir établir un emploi du temps réellement fiable. Elle aurait voulu le double, mais c'était risqué pour elle et pour sa cliente. Elle parut réfléchir. Bah ! Elle déciderait plus tard, selon comment les choses se passaient. En revanche la proposition de la jeune femme ne tombe pas dans l'oreille d'une sourde. Le sourire de Pandore devint carnassier, alors qu'elle partageait un regard complice. Cette idée lui plaisait bien. Elle s'approcha à nouveau, et susurra :

« Marché conclu. »

Suite à quoi elle finit son verre d'une traite, se releva avant d'ajouter :

« Bien, je vais me mettre au travail. Je t'attendrais ici, le soir. Elle eut un nouveau sourire, taquin cette fois, et se retourna vers sa cliente. Ne traîne pas trop tard dans le bar ~ »

Suite à quoi elle sembla partir en sautillant, pieds légers et sourire franc. La bonne nouvelle, c'est que les deux hommes travaillaient au même endroit, ce qui lui faciliterait largement la tâche. Comme c'était une académie de mage, elle devait en revanche être très prudente. Toutes sortes de pièges magiques pouvaient traîner dans le coin, et elle préférait éviter que cela lui retombe sur le coin de la figure. Pour l'heure, elle commencerait par les adresses des cibles respectives.

Olgan Trahen s’avérait être un fin comploteur. Professeur depuis quelques années, il avait déjà une bonne réputation parmi les étudiants et l'on parlait déjà de le promouvoir. Promotion très rapide, considérant les années de pratiques et d'enseignement qu'il fallait subir pour être un mage accompli. Le jeune professeur entretenait beaucoup de relation à profits, usant de son influence pour sécuriser une des caves de l'école. Visiblement, il y stockait quelques produits pas très légaux, se servant des étudiants même comme acheteur. Les plus désespérés des mages novices payait le prix fort pour oublier ne serait-ce qu'un temps leurs échecs et les notations sévères des professeurs. Mouais. Rien de bien folichon. Le suivre jusqu'à son domicile ne fut pas très dure, mais elle constata avec surprise que sa femme était une femme de noblesse. Elle n'aurait jamais dû finir avec quelqu'un de si bas rang, pourtant elle était là. Intriguée par cette curiosité, Pandore fouina jusqu'à comprendre que monsieur Trahen risquait d'accéder très prochainement à un poste de directeur, par des moyens peu légaux, et qu'il serait bientôt de la très haute société. Ses passions étaient quasiment inexistantes, si ce n'était l'argent et la réussite, mais elle découvrit tout de même qu'il avait un fétiche pour les écureuils.

L'emploi du temps du Mage Merric fut plus compliqué à obtenir. Même en draguant l'un des mages haut placé de l'école, elle eut beaucoup de mal à accéder à son bureau et obtenir la moindre information. L'homme semblait être quelque peu paranoïaque, ce qui compliqua encore plus sa tâche. C'était un homme d'un âge déjà avancé, qui vivait seul entouré de ses bouquins. Ce n'est qu'en fouinant dans son passé qu'elle comprit qu'il avait été puni par la loi à de multiples reprises, usant de magie interdites et d'arts criminels dans ses jeunes années. S'il avait l'air de s'être rangé depuis, il restait néanmoins un vieil homme aigri et peu agréable, sauf auprès d'une seule de ses élèves, qui s'avéra être sa petite-nièce. Elle n'en avait bien évidemment aucune idée, considérant qu'il avait coupé les ponts avec le reste de sa famille, mais elle semblait illuminer à elle seule la vie de l'homme. Cela étant, il ne semblait pas avoir totalement renoncé à certaines pratiques interdites si elle en croyait la liste de livres dans sa maison. Et que ce fut dur d'y accéder ! Bourré de protections magiques en tout genre, la maison était un piège à elle seule. Pandore se doutait que le vieillard n'était pas dupe d'ailleurs ; il devait avoir remarqué que quelqu'un collectait des informations à son sujet car le dernier jour, il ne se retourna pas une seule fois sur le trajet. Il n'en avait pas besoin ; il savait qu'il était suivi.

Finalement, le cinquième jour, Pandore attendant sa camarade dans le bar. Aaah. Trois jours avait été optimistes, mais tant pis ! Elle attendait dans le même coin que le premier jour sa cliente, fin prête à lui raconter toutes ses découvertes.

HRP - Voilà ! Dis moi si tout ça te convient !
Louvia ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 30




Les pas de la corneille la mène une nouvelle fois vers l'auberge du port, la troisième fois depuis son arrangement avec Pandore. Le délai des trois premiers jours n'avait pas pu être respecté, sans doute Louvia avait-elle été trop exigeante sur cette première proposition. Elle avait attendu trois heures au bar, une heure d'avance et une heure plus tard, pour laisser de la marge à Pandore. rien. Elle en fit de même le deuxième jour, toujours rien. Une perte de temps. Heureusement qu'elle n'avait accepté aucune autre mission en même temps. Elle aime avoir assez de temps pour préparer ses contrats et être sûr que tout soit parfaitement sous contrôle. Une minutie parfaite qu'elle prend soin d'entretenir en toute circonstances. Ses bottes claquent sur les pavés et passant inaperçu dans la foule, elle réfléchi à ce qui va se produire. Elle ne paiera pas le double de ce qui était prévu, c'était la somme convenu si les résultats étaient là en trois jours. Elle n'aurait pas payé même le quatrième jour. Un marché est un marché et jamais la femme ne revenait dessus d'une quelconque façon.

Une nouvelle fois, elle entre dans la taverne à l'ambiance un peu tamisée, toujours rempli des mêmes marins qui racontent à qui le veut leurs incroyables péripéties sur les mers, les mêmes couples venant partager un diner en tête à tête. Et toujours cet accès à l'arrière salle, nimbée de volute de fumée qui s'en échappe. C'est un miracle, pense la jeune femme, que les autorités n'aient jamais découvert cet endroit. Même s'ils l'ont sans doute découvert et qu'ils désirent juste ne pas intervenir dessus pour le moment. Les rats pullulent toujours dans les rues, peu importe combien de dératiseur l'on envoie contre eux. Il est donc préférable de savoir où ils se trouvent plutôt que les attirer ailleurs en détruisant leurs nids. Louvia laisse une pièce sur le comptoir avant de pénétrer dans l'arrière boutique, où la fumée plus intense filtre la lumière des chandelles. L'odeur de tabac se veut forte et âcre. La troisième fois qu'elle trouve cette odeur désagréable.

Mais, pour la première fois, elle est à leurs tables. Pandore. Ses cheveux roux semblent ressortir dans les couleurs ternes de la pièce. La corneille s'avance vers elle, rapidement. Elle était patiente jusqu'à l'instant où elle l'a vue et désormais, c'est l'impatience qui la guide. Elle s'installe et sans aucune formalité futile, elle aborde le sujet qui l'intéresse. « Je t'écoute, qu'as-tu d'intéressants sur ces hommes ? » Elle veut en finir le plus vite possible, désireuse d'empocher la récompense et tous les nombreux pots-de-vins qui pourraient s'en suivre.

HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé ;





Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La boîte de Pandore
» Quand Pandore fait sa râleuse...
» La boîte de Pandore - Link's
» [Hawai]A la recherche de la boite de Pandore
» Boite de Pandore # Liste des avatars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Asmosa :: Belvar :: Le port
Sauter vers: