AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« Combattre sur deux fronts [Pv: Aelin] »
Isley ;

avatar
Pacifiste

Messages : 91



Sa lame siffla, avant de se heurter à une paire de griffes. Depuis que les combats avaient redoublé de violence, Priam était plongé de tout son être dans la bataille. Il se battait avec une volonté farouche, défendant la moindre parcelle de terrain. Pourtant, un vrombissement attira son attention. Un bruit à peine audible, à l’arrière de sa position. Puis, ce furent des éclats de voix qui arrachèrent définitivement son attention du front. Mais quand il se retourna en provenance du tumulte, il découvrit les troupes Algiz – en provenance de l’ouest – sur le point de prendre à revers l’armée de Kireïde. Un mélange de désordre et de stupéfaction secoua le front ouest. Et au même moment, une rage vivace traversa Priam. Il n’était pas question que pareille manœuvre ne cause la débâcle dans l’armée. Même s’il espérait sincèrement que le Roi et ses stratèges avaient été capable d’anticiper un assaut à revers, il décida de ne pas attendre pour le vérifier. Il n'en avait pas le temps. Il repoussa d’un coup sec un assaillant, et dressa sa lame vers le ciel. Sa voix résonna, haute et claire, puis sa lame pointa en direction des nouveaux assaillants. Nombre de mercenaires comprirent aussitôt son message, et répondirent à son ralliement. Certains le connaissaient, d’autres ignoraient jusqu’à son existence. Mais après un bref fracas de lames, le bataillon de mercenaires s’extirpa des combats et se détacha de l’armée principale, pour mieux fondre sur le détachement d’Algiz de l’ouest.

Ils étaient assez nombreux pour entraver la progression ennemie. Plusieurs soldats avaient rejoint l’escadron de mercenaires, grossissant leurs rangs. Priam ignorait s’ils seraient assez nombreux pour écraser la menace, mais là n’était pas son objectif. Parmi les stratégies envisageables, seules deux lui semblaient acceptables : gagner du temps pour que les renforts humains mettent cette troupe en déroute, ou trancher la tête de ce régiment inopportun. Comme ils s’affronteraient à revers, il n’était même pas certain que les mages et leurs bourrasques lui soient d’un grand secours. Seul le temps lui répondrait. Mais à l’approche des soldats Algiz, ses pensées convergèrent vers la bataille. Ils étaient proches. Quelques mètres à peine. Un Algiz fondait déjà sur lui, griffes et crocs dehors. Un autre soldat sans nom. Il était suffisamment proche pour distinguer ses traits de loup. Son pelage sombre. Bientôt, il pourrait dénombrer les éclats sur ses crocs. Le sang battait ses tempes avec une frénésie innommable. Les décharges d’adrénaline traversaient son corps. Puis, il était là. Il fallut une fraction de seconde à Priam pour glisser la pointe de son épée dans le sable, et soulever un nuage de poussière à la gueule de son opposant. Puis, trouvant appui sur la surface granuleuse du désert, il s’enracina dans le sol pour décocher un puissant coup horizontal. Il frappa de plein fouet sa cible, mais à côté de lui, il distinguait déjà l’ombre de l’un des siens aux prises avec un autre Algiz. À nouveau, il plongeait dans le chaos. Mais cette fois-ci, les règles avaient changé. Et dans le vacarme des combats, il chercha du regard la personne à la tête de cette troupe.
Voir le profil de l'utilisateur
Aelin ;

avatar
Neutre

Messages : 241




Sous sa forme de renarde, elle se sentait plus libre, plus forte, plus agile...Ses sens étaient plus aiguisés également. Elle ne pouvait voir que des avantages à cette forme, surtout lorsqu’elle la comparait aux armes humaines. Là où ils avaient besoin d’armes, elle avait ses griffes et ses crocs, certainement bien plus efficace que n’importe quelles armes qu’ils pourraient trouver. Et ce n’était pas négligeable durant la guerre. Elle et ses hommes s’étaient finalement lancés dans la bataille, les prenant à revers, mais les attaques de front semblaient déjà causer bien des dommages. Elle n’y avait pas aperçu son roi –trop éloignée, sans doute- mais elle savait qu’il était en train de faire un véritable massacre. Il prenait un malin plaisir à tuer les humains, après tout.

De son coté, elle reconnait volontiers qu’une fois qu’un homme se trouve à terre, elle n’a pas l’envie d’aller l’achever. Un homme a terre n’est plus un problème de toute façon, et, pour sa part, tuer ne lui apporte aucun réel plaisir. Pourtant, son pelage n’est pas resté roux. Il se tâche peu à peu de rouge tandis qu’elle avance avec ses hommes. Il aurait été peu probable que ses coups de griffes et ses coups de crocs ne tue personne, de toute façon. Elle espère juste ne pas avoir à croiser l’un de ses connaissances sur le champ de batail. Elle ne saurait alors sincèrement pas quelle serait sa réaction.

L’effet de surprise peut avoir un impact considérable dans une guerre. Elle ignore si le camp adverse avait entrevu cette possibilité, mais en tout cas il leur faut un petit moment pour comprendre ce qu’il leur arrive avant qu’un cri et qu’une lame fasse savoir à toute l’armée qu’ils sont attaqués sur deux fronts. Et, si l’avancée n’était pas si difficile jusque-là, les hommes commencent à se ruer en masse sur eux, rendant le combat plus difficile. Mais pas insurmontable pour autant.

Elle avait un petit côté protecteur envers ses hommes qui n’était, en soit, vraiment pas à son avantage dans des situations comme celle-ci. Dès lors qu’elle voyait l’un des sien en difficulté, elle le pouvait s’empêcher de sauter à la gorge de son assaillant. Problème : ils étaient en guerre et elle ne pouvait venir en aide à tout le monde. Elle observe, partout, elle est en alerte lorsque la tempête de sable commence à se déchainer. Sous forme humaine, elle aurait râlé. De sa gorge ne sort qu’un grognement, sous cette forme. Même avec son regard animal, elle n’y voit plus grand-chose. Bien sûr, cela apporte un désavantage aux deux camps, mais tout de même…



HRP : J'espère que ça t'ira :15:
Voir le profil de l'utilisateur
Isley ;

avatar
Pacifiste

Messages : 91



Quand il était question d’affronter d’autres humains, tout était question de talent, de maîtrise et de compétence. Mais confronté aux Algiz, les choses étaient différentes. Dans cette bataille, l’épée de Priam se heurtait à des crocs, des griffes, des poils. Ses adversaires étaient forts, rapides, intelligents. Mais surtout, ils avaient de l’instinct. Une volonté tacite, une force allant au-delà des heures d’entraînement. Une énergie pareille à une flamme, si bien que les humains devaient renouer avec une nature profonde et primitive pour espérer survivre à cette guerre. Une guerre dont la tournure était encore floue et incertaine pour le mercenaire.

Un deuxième front de bataille s’était formé, visant à prendre en tenailles l’armée humaine. Sans attendre les ordres, Priam avait rallié à lui des hommes, bien décidé à réprimer cette nouvelle menace. Mais à l’approche de la troupe adverse, il avait réalisé que le nombre ne suffirait peut-être pas à stopper le flot Algiz. Alors, il avait opté pour une autre stratégie. S’ils parvenaient à faire battre en retraite le chef de cette troupe, ils pourraient profiter du chaos engendré pour repousser le reste des troupes. Mais un tel objectif n’était pas une mince affaire, et avant que Priam ne parvienne à trouver sa cible, les combats éclatèrent avec vacarme. Il fut rapidement au cœur des affrontements, contraint d’affronter les adversaires les uns après les autres, au lieu de fondre entre les unités comme il l’avait imaginé. Mais la situation bascula quand le ciel s’obscurcit. Une violente tempête de sable était en train de se lever, handicapant tous les combattants en présence. Progresser serait désormais plus pénible que jamais. Priam grimaça, jetant un regard autour de lui. Et entre les volutes de sable, une silhouette attira son attention. Un renard. Il n’était en rien différent des autres Algiz, si ce n’était sa façon d’observer scrupuleusement les alentours. Et pourtant, une sorte d’intuition poussa Priam à s’intéresser à ce nouvel élément. Si ce n’était que le fruit de son imagination, alors le risque était grand. S’avancer dans les troupes adverses pour défier un adversaire n’aurait de sens que si sa cible était à la tête du groupe. Mais qu’importe. Il décida de tenter le diable, sans aucune manière de s’assurer que cette cible était la bonne.

Alors, il avança. Son épée frappa pour dégager la voie, se frayant un chemin avec une force, une violence tachetée du sang de trop nombreuses batailles. Bien entendu, sa manière de progresser allait attirer sur lui de nombreux regards, de nombreux adversaires. Mais derrière lui, les mercenaires semblaient se battre avec une férocité suffisante pour assurer son avancée. Il restait encore une question fatidique : cette « cible » allait-elle réagir à ce soudain changement ? Ou ce choix était-il une erreur, et allait-il subir les représailles de son impudence ? Les brassées de sable redoublaient de violence, au même titre que la guerre. Et Priam avançait dans les troupes Algiz, profitant de cette initiative insensée pour semer la zizanie autour de lui.


Hors RP:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Archives :: Corbeille :: Event o1
Sauter vers: