AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« One-Winged Angel • Maëlan »
Malord ;

avatar
Pacifiste

Messages : 67



Quel malheur… La guerre ! Oh, Malord sentait sa gorge se serrer rien qu’à l’évocation de cette catastrophe-ci. Pourquoi donc fallait-il que les peuples connus ne puissent vivre en paix ? Le Héron savait qu’il pouvait parfois être touché d’une naïveté bien trop dangereuse pour sa propre vie, mais il n’en avait cure. Lui souhaitait avant tout distribuer le bonheur autour de lui et protéger ceux qui en avait besoin. Un affrontement d’une pareille ampleur ne laisserait sans doute point Malord sans rien à faire ; bien au contraire.

Mais cela contrariait l’homme de foi, qui ne voulait point voir le sang se déverser sur le sol asséché de cet aride désert. Plusieurs questions rhétoriques lui étaient venues, mais il tâcha de les réprimer. L’heure n’était en aucun cas à faire taire ses craintes personnelles. Il devait se montrer fort et irradier d’une aura qui se serait voulu rassurante. Il était l’envoyé de Sollvaec et devait donc, par conséquent, faire honneur à son symbole ; lequel trônait fièrement autour de son cou.

C’est alors qu’il traversait un petit chemin pentu que son regard capta du mouvement derrière un petit arbuste. Curieux, le Héron s’approcha donc à pas de velours de l’étrangeté afin de voir de quoi il retournait précisément.

Et c’est pour le moins choqué qu’il s’aperçut qu’il s’agissait d’un Algiz Renard dont la patte était prise au piège dans une sorte d’installation artisanale et barbare. Un collet de chasseur, très probablement ! Le pauvre devait très certainement souffrir. Cela, Malord n’aurait su le tolérer. Il était peut-être attendu plus avant sur le champ de bataille tout proche, mais une âme à sauver était une âme à sauver, peu importe ses desseins ! C’est donc le plus gentiment du monde qu’il s’avança vers le pauvre prisonnier. « Bonjour, ne t’inquiètes pas, je ne vais pas te faire de mal… ». De sa voix féminine, les choses seraient peut-être un peu plus acceptées. Du moins, il l’espérait fortement.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 27





One-Winged Angel 



La guerre mais quelle plaie sérieusement ! Et il fallait que ce soit entre Ilmyde et ces gens de Kireïde en plus, Algiz contre humains … l’histoire de sa vie. Bizarrement l’idée le mettait aussi mal à l’aise qu’elle le motivait. Personnellement, Maëlan n’était pas certain, même pas du tout, des bienfaits de cette déclaration d’hostilité mais il se retrouvait bien malheureusement au milieu de toute cette histoire. Pouvait-il simplement rester à la maison et attendre sagement que le conflit se tasse ? Son père le faisait bien lui, après tout il avait la boutique à faire tourner.

Du coup, il avait là un dilemme bien embêtant, rester ici ou aller voir ce qu’il se passe afin de s’adapter au mieux à la situation. Hors de question d’aller au front, il n’était pas si motivé que pour se trouver en première ligne d’une mort stupide et certaine… Fini de réfléchir, il allait observer ! Il n’allait pas se faire remarquer, juste voir comment ca se déroulait et s’il devait craindre pour sa vie et sa maison naturellement.

Il se transforma, laissant sa jolie peau de renard roux le recouvrir entièrement, avant de courir jusqu’à la frontière du territoire. Un moment de liberté comme on en connait peu et qui, de plus, lui permettait de passer plus inaperçu que dans sa forme humaine. Il traversa cette épaisse rangée d’arbre ou les hommes ne venaient s’aventurer et approcha à pas furtifs jusqu’à pouvoir observer à l’abri de tout danger, ou presque. Trop curieux de ce qu’il se passait, Maëlan n’avait pas prêté attention au piège jonché sous les feuilles et s’y prit la patte.

Laissant la discrétion au diable, il avait émit un petit cri de douleur caractéristique avant d’essayer de se décoincer mais impossible. Il était coincé là comme un stupide animal ! Si c’était pour finir comme ca, il aurait tout aussi bien pu aller au front finalement. Continuant à se débattre comme il le pouvait, il perçut un bruit et une odeur s’approchant de lui, il s’arrêta d’instinct et regarda l’inconnu approcher. L’inconnue dans le cas présent, qui au vu de son collier venait de Sollvaec qui n’avait rien à voir dans ce conflit. Dans tous les cas, il se contenta de la voir approcher calmement en l’écoutant lui dire qu’elle ne lui voulait pas de mal.

Pouvait-il seulement la croire ? Cette étrangère n’avait pas l’air dangereuse cependant le doute était tout de même plus sûr, il fit mine de reculer. Il allait attendre de voir ses actions et si jamais, il la mordrait. Ce serait aussi simple que ca.

Voir le profil de l'utilisateur
Malord ;

avatar
Pacifiste

Messages : 67



Pauvre créature, ainsi prise dans un sordide mécanisme dont elle ignorait comment se défaire. Malord, immédiatement, eut pitié pour le petit renard, ainsi empêtré dans cette affreuse machination. Cependant, le Héron avait bien conscience que dans l’état actuel des choses, il paraissait bien plus suspect qu’autre chose. Après tout, il aurait tout aussi bien pu être l’instigateur de ce piège ! Ce n’était en rien le cas, mais tout pouvait le laisser croire. Ne dis-t-on pas que souvent, sous le couvert de l’agneau se dissimule un féroce loup ? Bien évidemment que c’était là une consigne que les enfants entendaient leur être répétée depuis des dizaines d’années. Malord aussi y avait eu droit dans sa jeunesse. Pour autant, il ne souhaitait guère laisser l’opportunité à la moindre ambiguïté de subsister.

« Je promets de ne pas te faire de mal. Si jamais tu as le moindre doute, tu auras le droit de me mordre, d’accord ? » Le Héron prenait toutes les opportunités auxquelles il songeait afin de détendre la petite victime de cet odieux principe. « Regarde, je vais y aller doucement, ainsi tu pourras voir ce que je vais faire, est-ce que cela te convient ? »

Prenant les devants, le représentant de Sollvaec se mit à genoux, afin de diminuer sa taille qu’il savait impressionnante et capable d’effrayer autrui. Puis, relevant ses manches jusqu’aux coudes pour mieux les faire tenir avec un nœud improvisé, il entreprit avec une lenteur incroyable, de comprendre comment fonctionnait cette misérable machine afin d’en extirper la patte prise au piège. « Ne tires pas ainsi sur ta patte, tu risques de meurtrir tes chairs, mon ami. » Car oui, pour Malord, le monde entier demeurait être un ami insoupçonné. Avait-il tort ou raison de voir les choses ainsi ? Cela était un mystère qu’il était bon de ne pas percer encore.

« Clad in red, the sun swallows the sky
Plants wither and life is parched, turning to death”


Comme à son habitude, lorsqu’il se décidait à se concentrer, Il chantait. Pour apaiser, pour se focaliser, pour oublier.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 27





One-Winged Angel



Si c’était pour se retrouver pris au piège tel un imbécile, Maëlan aurait mieux fait de rester chez lui et même mieux, d’aller aider son père. Mais non, il avait préféré attiser sa curiosité, il devait réellement y penser à deux fois la prochaine fois. Au fond qu’est-ce qu’il croyait, qu’il pouvait s’approcher assez près de la frontière pour voir où en était les deux nations sans s’y frotter ? Oui, il avait été stupide peu importe la façon dont il le voyait et maintenant il s’en mordait les doigts, ou les pattes dans le cas présent.

Il était coincé et une demoiselle était devant lui, à le regarder tout en s’approchant à pas de loup. L’expression le faisait rire, étant Algiz c’était peut-être le seul qui puisse s’en amuser. Elle continuait à insister sur le fait qu’elle ne lui ferait rien et qu’elle ne lui ferait pas de mal mais là, incapable de s’enfuir, il n’avait pas envie de lui répondre. Ainsi, il se contenta de l’observer en silence tout en tenant son point d’appui sur la défensive. Même si c’était une disciple de Vaec, on ne pouvait pas faire confiance à n’importe qui, surtout avec la guerre qui faisait rage.

Même s’il ne voulait pas se l’avouer, le renard avait peur … il était facile de nos jours de se procurer une amulette au marché noir alors tenter d’infiltrer un pays par les petits sentiers ne serait pas improbable. En l’espace de quelques secondes, ca tête se vidait autant qu’elle se remplissait de doutes et de craintes quant à la demoiselle et ses intentions … jusqu’à ce qu’elle se mette à chanter. Étrangement, il ne put que se concentrer sur le son de sa voix alors qu’elle tentait de l’extirper de ce piège.

Quelques minutes qui semblèrent durer une éternité avant que ce clic caractéristique ne le sorte de sa transe en le laissant faire un bon en arrière. Il avait agit par automatisme et à présent, il ne voyait plus autant le danger sur lui. Si c’était par attenter à sa vie, elle aurait certainement été raccourcie depuis un moment maintenant. Ne tenant compte que de son instinct, Maëlan reprit alors forme humaine.

« Pourquoi m’avoir aidé ? »

Les deux mains sur sa cheville meurtrie, il observa de nouveau les gestes de la jeune fille qui, si elle avait un doute, savait maintenant ce qu’il était. Un pas de travers et il reprendrait sa forme de renard pour la mordre, la suite des événements ne tenait plus qu’à elle.

Voir le profil de l'utilisateur
Malord ;

avatar
Pacifiste

Messages : 67



Il s’était attendu à bien des scénarios et bien des possibilités pour faire suite à cette rencontre pour le moins imprévue entre lui et le renard. L’animal auparavant captif aurait très bien pu s’enfuir sitôt après avoir été libéré de cette horreur que se trouve être ce piège de malheur – par ailleurs, Malord s’ingéniait déjà à en détruire le mécanisme, afin d’être certain que cette chose ne ferait plus de victime après celle-ci. De pareils engins devraient être interdits, songea le Héron, attristé de voir que la bassesse avait encore tant de pouvoir en ce bas monde. Il releva un regard intrigué vers l’Algiz transformé, lequel venait de lui poser une question.

La simplicité de cet engrenage de mots et la spontanéité du renard eut le mérite d’attendrir l’oiseau divin et de le tirer de ses sombres pensées de l’instant. En retour, il lui offrit un magnifique sourire, empreint d’une gentillesse et d’une douceur propre à l’individu qu’était le représentant de Sollvaec. La réponse était, bien évidemment, plus qu’évidente à ses yeux, mais il ne souhaitait guère que cela se termine de la sorte. L’échange n’avait pas encore remplit son office, il le sentait au plus profond de lui. Alors, s’asseyant plus confortablement cette fois-ci, le bleuté délia ses lèvres pâles. « Et pourquoi aurais-je du agir autrement ? »

Il avait bien conscience que, malheureusement, sa neutralité en tant qu’envoyé de la patrie de Dame Lyssandra n’était pas toujours reconnue. Il ne savait quoi faire pour contrer pareille pensée infondée, si ce n’est être le plus honnête possible. Et pour l’heure, la guerre grondait dans son dos ais nique dans celui du vif renard. Il n’était tout de même point question de perdre inutilement du temps. « Dis-moi, mon jeune ami, et si tu me laissais examiner ta patte une ultime fois ? Je te promets qu’ensuite je te laisserai tranquille. »

Il ne lui aurait nullement été tolérable de se détourner de sa présente action s’il n’était pas certain à cent pour cent que l’animal surdimensionné n’avait pas de blessure grave. Malord avait de quoi faire des bandages succincts sur lui mais ne désirait pas non plus y avoir recours. Il préférait largement savoir que la jeune bête se sente bien du bout du museau à l’extrémité de sa queue bicolore. Il sourit de nouveau, prêt à entonné un nouveau chant si cela pouvait aider à calmer les angoisses de son homonyme transformé.
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 27





One-Winged Angel 



Quoique méfiant, Maëlan s’était allé à dévoiler ce qu’il était réellement ce qui, au vue de la contrée dans laquelle il se trouvait, n’avait rien de bien étonnant. Au moins la demoiselle était avertie qu’en plus de l’instinct de survie, tout acte sera pensé et réfléchi. Il ne laisserait passer aucun geste suspect, quand bien même elle venait de le sauver. Hors de question donc de la quitter des yeux ne serait-ce qu’une seconde, on ne sait jamais. C’est ainsi qu’il l’observa alors qu’elle s’installait à même le sol, les laissant au même niveau, pour l’instant.

Il attendait réponse à sa question et celle-ci ne tarda pas à venir d’une manière intrigante. Pourquoi agir autrement, effectivement c’était une bien belle répartie à laquelle il ne s’attendait pas. Le renard était un peu pris au dépourvu ce qui l’embêtait un peu au final mais ca, il ne comptait pas le montrer se contenta de regarder l’inconnue sans ciller.

« Peut-être parce que tous les êtres ne sont pas bons de nature ? »

C’était la logique même qui régissait notre monde, d’autant plus qu’Ilmyde et ses habitants n’étaient pas toujours appréciés des autres pays, il en était bien conscient. Et c’était réciproque par la force des choses … La situation devenait dangereuse, la demoiselle voulait l’examiner. Était-ce bien judicieux ? De toute évidence il n’irait pas loin, dans cet état elle aurait vite fait de le rattraper. Peut-être allait-il accepter sa requête, juste pour cette fois, mais non sans une indication même si elle souriait doucement.

« J’accepte, mais au moindre faux mouvement tu le regretteras. »

Sa phrase fini moins effrayante qu’il n’y était au premier abord au vue du ton presque gêné qu’il avait utilisé, Maëlan desserra ses mains de sa cheville meurtrie et la présenta précautionneusement. Il avait mal rien qu’à la bouger mais il faisait le fière faignant celui qui ne ressentait pas plus qu’un pincement, comme si cela pouvait l’aider. Il n’était qu’un couillon inavoué au fond alors pour se sauver il parlait.

« Que fais une envoyée de Vaec à la frontière Ilmyde en ces heures sombres ? »

Oui c’était la question qu’il se posait à peu près depuis qu’il l’avait vue approcher. Savoir le rassurera-t-il peut-être un peu plus. Ce n’était pas courant dans tous les cas et un voyage en cette période était à exclure.

Voir le profil de l'utilisateur
Malord ;

avatar
Pacifiste

Messages : 67



Il était sur la défensive et Malord le comprit parfaitement, ne souhaitant en aucun cas brusquer le jeune homme en face de lui. Le Seigneur Silence s’avança donc lentement et avec de mornes et amples mouvements afin de pouvoir examiner l’étendue de l’injure à la chaire provoqué par le maudit piège qu’il venait tout juste de mettre hors d’état de nuire. Ses yeux observèrent avec une précaution certaine chaque parcelle de peau qu’il leur était possible de voir, cherchant à déterminer l’ampleur du mal. Le renard devait sans aucun doute prendre beaucoup sur lui. C’était tout à son honneur et le héron ne chercha guère à le contrarier. Il n’avait aucun droit de palabrer sur le sujet, après tout – il pour tout dire, il admirait plutôt ce garçon. Il semblait suivre une ligne de conduite propre à ses convictions – elles n’étaient sans aucun doute guère toutes blanches, d’ailleurs, mais peu importait, Malord pouvait comprendre, bien que cela l’attristait. Il avait raison. Le monde n’était pas tout noir ou tout blanc, tout laid ou tout beau.

Prenant une inspiration, le Seigneur Silence offrit un sourire plein de compassion – ou, tout du moins, c’est ce qu’il espérait pouvoir offrir – à l’innomé. « Je n’ai pas l’intention de te blesser, tu n’as rien à craindre de moi, je te le promet et n’ai, par ailleurs qu’une seule parole. »

Puis, alors que l’examen de la cheville blessée fut enfin terminé, Malord entreprit donc de la soigner autant que faire se peut. Sortant d’un repli de manche un récipient doré, il en fit coulisser l’ouverture, permettant au renard de voir apparaître une crème tirant vers les teintes de beige. L’envoyé de Sollvaec y fit glisser une phalange avant d’étaler la crème sur le haut de sa main. « Ceci est un baume qui t’aidera à ne plus souffrir de la douleur jusqu’à ce que tu puisses aller voir un médecin digne de ce nom. Ce n’est pas empoisonné et pour prouver ma bonne fois, je m’en applique, tu vois ? »

Il voulait avant tout rassurer le jeune homme. Avant de continuer, il répondit alors, avec une sincérité qui était la sienne. « C’est justement pour tenter d’endiguer ces heures sombres que je suis ici. La souffrance d’autrui m’est insupportable. Je sais bien que je ne suis guère désiré ici, mais je ne pouvais me résoudre à rester cloitré derrière les murs de Sollvaec alors qu’ici la guerre fait rage. »
Il parlait avec son cœur.
Voir le profil de l'utilisateur

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» One-Winged Angel
» Blaue Angel
» [Musical Halloween] premier tour [Magisterockers VS Evil & Angel]
» Buffy the vampire slayer et le spin-off Angel
» Angel découvre la bibliothèque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Archives :: Corbeille :: Event o1
Sauter vers: