AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« Sable écarlate ▬ Oadyn »
Bell ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 107






La bataille faisait rage. Voilà vingt bonnes minutes que la mêlée s'était engagée, et nombre de corps gisaient déjà dans le sable écarlate : les ours, plus violents que jamais, déchiraient l'armure des soldats de leurs énormes griffes. Les Kireïdiens n'étaient toutefois pas en reste, et à l'aide de leurs épieux, certains se risquaient même à percer l'épaisse défense de l'avant-garde Algiz ; si bien que Olof, réputé hardi dans la bataille, mettait une distance avec les pointes meurtrières. Il n'empêchait que le gaillard, plus imposant que jamais, croquait, éventrait et égorgeait à tout va, comme si les malheureux qui passaient à portée de crocs n'étaient que de vulgaires poupées de chair.

Quant au général, il s'était laissé prêter au jeu de la guerre : lui et son souverain, accompagnés de plusieurs soldats émérites, avaient entamés une brèche dans les forces d'Hao : le petit groupe laissait une traînée de cadavre considérable derrière son passage, et petit à petit, il s'éloignait du point central pour longer le flanc est. Bell, bien qu'entraîné par toutes ces effusions de sang, espérait y trouver le roi ou un général Kireïdien ; ce faisant, ils pourraient mettre l'armée adverse en échec sans occasionner davantage de pertes. Certes, il y pensait, mais ce n'était qu'un scénario parmi les meilleurs qui pourraient s'offrir à lui, car en réalité, trouver la position des hauts-dirigeants humains serait bien plus ardu qu'il ne souhaitait le croire. Le front était vaste, et les combats ; bien trop chaotiques pour qu'ils puissent s'y retrouver sans éclaireurs.

Le premier d'Ilmyde, à quelques mètres du général des armées, prenait un malin plaisir à ôter la vie des inconscients qui se mettaient en travers de son chemin. Il bondissait, arrachait et découpait, comme si sa place était, et avait toujours été, au cœur d'une bataille comme celle-ci. Une bonne chose pour Bell, car à son sens, tant que Oadyn aurait la rage de tuer, ses soldats le suivraient avec cette même hargne : en effet, le front tenait bon, et même si il était difficile d'estimer en faveur de qui le combat penchait, rien n'avait, pour le moment, échappé à ses prédictions.

Un vingt-septième soldat vint tenter d'empaler le lion, et comme les vingt-six autres, échoua dans son entreprise. L'énorme félin esquiva, la mine carnassière, et déchira le visage du malheureux avec un puissant coup de griffe. Il alla finalement rejoindre son souverain, aux prises avec plusieurs soldats, et bondit sur un lancier qui, visiblement, ne protégeait pas ses arrières. Le général adressa alors un regard enjoué au roi, et le rejoignit dans son combat à mort.

A deux, rien ne pourrait les arrêter.

Voir le profil de l'utilisateur
Oadyn ;

avatar
Rebelle

Messages : 43




Le sang. Des crocs plongés dans la chair. Des cris, des hurlements et des acclamations. Le Roi est redevenu bête et dans son élément, il ne pense qu'à rien d'autre qu'à la tuerie qu'il commet, au plaisir qu'il en retire. Voilà si longtemps qu'il n'a pas pu se perdre dans l'euphorie de la bataille, ses devoirs le rappelant toujours à l'ordre. C'est pourquoi il rugit, bondit et attaque tout humain qui l'approche, trop heureux d'enfin pouvoir se dégourdir les pattes comme autrefois. Car même s'il désirait devenir souverain, jamais il n'aurait pensé que par moment, ce rôle puisse être si restreignant.

Au loin, il aperçoit un guerrier de Kiréïde, entouré d'une large armure, sans doute trop épaisse pour que ses crocs ne puissent le transpercer du premier coup. Mais ce n'est pas un problème en soit, bien au contraire. Oadyn est habitué au combat contre les humains, à leurs armes et leurs lourdes armures, il sait parfaitement comment gérer une telle situation. Sans grand élan, il bondit jusqu'à sa cible, atterrit sur son poitrail et le fait tomber à la renverse, emportée par le poids du métal. Puis, dans un grognement, il approche sa gueule de l’interstice situé entre le casque et le plastron, juste assez d'espace pour que ses crocs atteigne la peau bien plus fragile et facile à transpercer. Voilà qui permet au roi d'atteindre vingt-neuf humains tués. Car le roi est joueur, encore plus si le thème du jeu est aussi morbide que celui-ci, mettant des êtres humains en péril. Il ignore encore à combien de victime se trouve son général et il sait parfaitement qu'il ne doit pas le sous-estimer, loin de là.

Du coin de l’œil, il aperçoit justement le lion en plein combat, venant à peine de se débarrasser d'un lancier trop concentré sur le combat pour rester parfaitement sur ses gardes. Une erreur fatale. Le Premier d'Ilmyde parvient ensuite à esquiver un épieu avant de le saisir entre ses crocs pour le briser. Pauvre espèce humaine, leurs armes si facile à briser montre sans grande difficulté la fragilité de leurs vies. Sans ces griffes de métal, ils ne sont rien de plus que des bons à riens éphémère attendant le passage de la Faucheuse. Qu'un Algiz, lui, ne peut jamais se retrouver ainsi désarmer dans pareille situation, si tant est qu'il puisse gérer sa transformation. Cette dernière absorbe une grande quantité d'énergie, une faiblesse malheureusement trop exploitable en tant de guerre, les tacticiens et autres rois des temps anciens n'ont eu de cesse que de trouver comment affronter leurs adversaires dans des combats de longues durées, ne pouvant maintenir leurs formes animales si longtemps.

C'est en déchiquetant sa trentième victime qu'Oadyn sens son endurance diminuer. Préférant économiser ses forces, il recule de quelques bonds agiles avant de reprendre forme humaines, s'étant assurer qu'à ses arrières ne se trouve que ses soldats. Bien que dans l'incapacité de se battre de cette façon, le Roi ne reste pas pour autant sans défense, capable d'esquiver avec facilité les coups qu'il voit venir, comptant aussi sur ses troupes pour le supporter en cas de besoin. C'est ainsi que fonctionne les choses dans tout combat, une partie des Algiz fonce en première ligne à pleine puissance puis, une fois leurs endurance passée, ils reculent, laissant leurs compagnons à l'arrière prendre le relais le temps de reprendre leurs forces. Mais le Souverain, lui, refuse de reculer du champ de bataille, c'est pourquoi il reste sur la ligne de front, préférant rester aux côtés de ses hommes jusqu'au bout.

Prêt de lui se trouve Bell, toujours en train de se battre, l'endurance naturelles des lions aidant largement. Combien de temps encore pouvait-il tenir ainsi ? Dans un sourire carnassier, Oadyn fait reculer un humain d'un coup de pied bien inoffensif, permettant de faire reculer assez l'agresseur pour qu'il se retrouve emporté dans le flot de la bataille qui se déroulait. « Je me suis arrêté à mon trentième, pour l'instant. As-tu réussi à suivre le compte, Bell ? » Cette histoire de pari l'amuse fortement, sa fierté l'empêchant surtout de pouvoir perdre après avoir lancé un tel jeu. Que fera son général ? Stoppera-t-il le combat pour lui répondre et économiser ses forces, continuera-t-il le combat ? Le Roi, lui, a besoin de quelques instants pour reprendre ses forces, pour ne pas se retrouver pris au dépourvu. Il aurait sans doute pu tenir encore un peu en tant que loup, mais il a appris tout au long de sa vie qu'au début d'un tel combat, la prise de risque n'amène rien de bon.


Le bien ? Le mal ? Des concepts fallacieux, rien de plus. Car la justice n'est pas une notion arbitraire, elle n'impose pas ses lois équitablement envers tous les hommes. Car la justice appartient aux vainqueurs, non aux vaincus.
Voir le profil de l'utilisateur
Bell ;

avatar
Nouvel aventurier

Messages : 107






L'énorme lion bondit, et sans laisser le temps à sa proie de s'échapper, écrasa le crâne d'un soldat Kireïdien sous sa patte. Il s'acharna sur le malheureux, bestial, au point qu'il ne resta qu'un visage à moitié enseveli dans le sable brûlant. Écoutant la voix de son souverain, le général se défit d'un autre ennemi, plus coriace : le bougre tenta de lui asséner un coup d'épée en plein ventre ; mais le félin, toujours alerte, parvint à plonger suffisamment vite pour esquiver la lame effilée, et rendre la monnaie de sa pièce à l'inconscient. Bell trottina alors jusqu'au Premier d'Ilmyde, reprenant, tout comme lui, sa forme humaine pour récupérer : il aurait bien pu combattre quelques minutes de plus, mais il estimait qu'ils seraient plus efficaces à deux.

«Trente-trois. Assez peu représentatif, si je puis dire, car nous n'avons rencontré, jusqu'ici, que du menu-fretin. Est-ce la malchance, ou simplement un choix du stratège ennemi ? Quoi qu'il en soit, je dois m'avouer fort déçu de l'absence des champions de Kireïde. Qui sait, peut-être pointeront-ils le bout de leur nez si nous continuons à massacrer leur avant-garde.»

Il frappa dans ses mains.

«C'est le moment. Éclaireur ! Il est temps de substituer l'arrière-garde. Ne perdez pas de temps, chargez directement les lignes ennemies pour empêcher l'adversaire de réagir : vous laisserez ainsi le temps à vos camarades d'aller récupérer.»

Un Algiz, jusqu'ici transformé en corbeau, hocha la tête et fila dans la direction opposée au front.

Les tigres commencèrent à se substituer aux ours, trop fatigués pour continuer la bataille. L'atmosphère du combat changea sensiblement : plus rapides et agiles que leurs camarades, ceux-ci bondissaient, semblables au général, et transformaient le front en un véritable terrain de chasse. Olof lui-même alla récupérer à l'arrière, essoufflé ; il adressa un hochement de tête à son supérieur, auquel le général répondit avec un enjouement non-dissimulé. Même s'il n'avait cure de son nombre de victimes, il savait que le gaillard avait d'ores et déjà fais des ravages dans les lignes ennemies.

Alors qu'il pensait s'adresser à son roi, Evi atterrit aux côtés du général et prit forme humaine.

«Général, le front est enfoncé par le roi Hao, plus à l'est. Nous commençons à manquer d'avant-garde à cet endroit, que suggérez-vous ?»

Il ne parvint pas à réprimer son sourire.

«Si le souverain de Kireïde a été localisé, alors il n'y a pas de temps à perdre. Avec l'ordre de remplacement, le dit endroit devrait tenir encore quelques temps : si je puis vous suggérer une marche à suivre, mon roi, c'est de nous mettre en route, de récupérer quelques hommes sur le chemin et de placer le dirigeant adverse en échec. Même si ça ne clôt point la bataille, la victoire nous sera assurée.»

Voir le profil de l'utilisateur
Oadyn ;

avatar
Rebelle

Messages : 43




Trente-trois. Trente-trois. Si Bell n'a pas menti, et Bell ne mens pas à son souverain, alors il est en train de perdre face à son général. Une situation qui ne lui convient guère. Son visage se marque d'un semblant de frustration, de colère joueuse. Car Oadyn est un mauvais perdant, comme le monde en a rarement connu. La bataille fait rage aux alentours, suite aux ordres de son général, les troupes prennent position, intervertissent leurs rôles. Les stratégies Algiz dans leurs plus simples appareils et pourtant si efficace. D'un bond en arrière, le Roi observe la soldate venir aux côtés du Lion et l'informer d'un fait particulièrement pesant. Le petit roi humain a pris part au combat et commence même à se montrer arrogant. Un sourire carnassier naît sur les lèvres du Premier d'Ilmyde. Un sourire de défi. Il fixe patiemment son général, attendant son avis, ses conseils. « Une excellente idée. Toutefois, ne nous précipitons pas. S'il est entré en mouvement, le moral de nos troupes risquent d'en prendre un coup. » Retranché derrière une lignée de soldat Algiz, le souverain pense, prudemment, intelligemment. Un fait rare chez lui, mais la situation l'exige. Il ne peut se permettre d'agir imprudemment sur un conflit si massif. Alors qu'il va pour parler à son général, quelques grains de sable, une volée, passe devant son visage. Une autre lui fouette la joue. Une tempête de sable ? Que voilà un évènement inattendu dont il se serait bien passé. Certes, les avantages seraient aussi de leurs côtés, mais Grayling n'aurait-elle pû leur envoyé une aide moins contraignante ? Oadyn recule encore de quelques pas et observe, un peu plus loin, Bell donner la suite des ordres. Sa capacité d'adaptation est surprenante, la tempête de sable n'a en rien altéré son jugement sur la bataille en cours, au contraire même. Il sait tirer profit de la situation au maximum. Un homme à l'utilité encore une fois prouvée. « Bell ! Rassemble quelques hommes de ton choix, une élite, et pars pour le combat ! Je dois faire une dernière chose avant de vous rejoindre. Je serais là bien assez tôt ! » Il fait volte face et se précipite en avant, tout en se transformant. Ses pattes de loup blanc touchent rapidement le sable du désert et très vite, il retourne sur la ligne de front. Il refuse de laisser ses hommes se battre seuls dans cette tempête. Ils doivent savoir que leur roi est à leurs côtés, avant que ce dernier ne se lance dans l'assaut qui pourrait décider de l'issue de la bataille. Et il a un dernier compte à régler. En toute hâte, déchainant une puissance qu'il a caché jusque là, le Roi ôte la vie à un soldat ennemi, un deuxième, un troisième. Un rugissement, puis deux autres soldats tués, des archers. Le compte a été rattrapé, les soldats de la ligne de front ont entendu son appel aux combats. Parfait, il ne reste plus qu'à foncer sur les lieux de son prochain affrontement. Il n'est pas loin et aussi vite que ses pattes ne lui permettent, il s'élance en direction de ce lion d'or qu'il vient de voir apparaître. Le combat ne commencera pas sans lui.


Le bien ? Le mal ? Des concepts fallacieux, rien de plus. Car la justice n'est pas une notion arbitraire, elle n'impose pas ses lois équitablement envers tous les hommes. Car la justice appartient aux vainqueurs, non aux vaincus.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé ;





Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le sable ça coooolle. [Pv Londo S.]
» Poussière et sable
» La patrouille de l'angoisse : le reveil de Brume écarlate [PV vallée et glace]
» Aventure des mercenaires du sable
» Groupe #3 : Un grain de sable ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Archives :: Corbeille :: Event o1
Sauter vers: