AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

« Boy’Z In Da WooD »
Invité ;




Et il court. Son cœur bat au rythme de sa course effrénée. Il fuit dans la nuit. Ses pas foulent la terre meuble de la forêt aussi vite qu’il le peut. La bouche grande ouverte, la peur sur le visage recouvert de sueur, il lutte pour garder un semblant de distance avec ses assaillants. Une meute de brigand, des bandits de grands chemins qui dépouillent et tuent ou inversement.

Sans cesse, il se retourne pour jauger la distance qui le sépare de ces derniers. Il ne voit aucune échappatoire, rien que des arbres et des arbustes qu’il traverse non sans laisser quelques éraflures ici et là sur son corps. A bout de force, à bout de souffle il n’en peut plus. Il observe la lune haute dans le ciel et sans faire attention des souvenirs de son passé ressurgissent. Il se revoit enfant, dans l’un couloir d’un temple de Vaec. Il ressent cette solitude qui était la sienne. Puis, il revoit la lumière. Cette douce magie, cette chaleur qui recouvrait sa main pour finalement éclairer ce sombre couloir ainsi que sa vie.

De retour au présent. Il entend toujours les loups déguisés en homme se rapprocher encore et toujours. Toutefois, il distingue à présent une lumière au cœur des ténèbres. Un feu de camp au milieu des arbres. S’y précipitant, l’espace d’un instant il en oublie sa fatigue. L’espoir lui a redonné des forces. Forces qu’il emploie dans chacun de ses pas pour finalement arriver dans ce refuge. Il s’écroule et cherche du regard l’occupant des lieux. Les flammes dansent sur le bois et le dévore tout en mettant en lumière son regard à la fois perdu et résolu.

Là, il se calle prêt d’un tronc d’arbre afin de ne pas être une cible facile pour les quelques flèches qui se mettent à siffler dans sa direction. Soudain, il distingue l’ombre d’une silhouette, très certainement celui qui a allumé ce feu. Le pauvre, il n’avait rien demandé, mais il était sa dernière chance de pouvoir vivre au moins un jour de plus.

Pardonnez-moi… ! On me poursuit et je vous mets en danger !

Le regard posé sur lui, il apparait alors un peu plus alors que la lumière du feu tente de le rendre un peu plus visible.

avatar
Pacifiste

Messages : 48



Tss… Je ne pensais pas avoir chassé aussi longtemps… J’étais sur la trace d’un cerf, sans doute celui de l’autre fois, mais je ne m’étais pas vraiment rendu compte que la nuit était tombée. Heureusement pour moi, ce n’était pas la première fois que je dormais en pleine forêt, seul et ne sachant pas exactement où je suis. Bah ! Ce n’est ni la première, ni la dernière fois que ça m’arrive. Je parvins, rapidement, à réunir de quoi allumer et un feu pour réchauffer un peu les quelques provisions que j’avais emporté.

Alors que je mordais un peu dans mon pain, il me sembla entendre des bruits de course. M’immobilisant comme pour mieux entendre ce qui m’entourait, mes soupçons furent confirmés. Quelqu’un courrait dans ma direction… Plusieurs personnes mêmes… Me plaquant contre un tronc d’arbre, une flèche prête, j’attendais silencieusement.

Finalement, quand quelqu’un arrive enfin au niveau de mon campement, il s’écroula presque aussitôt. Qu’est-ce que… ? Il se cala alors contre un tronc tandis qu’une flèche se ficher dans un tronc de l’autre côté du feu. P’tain ! J’aurais dû m’en douter ! Quelqu’un poursuivit par des bandits ! Comme pour confirmer mes pensées, l’inconnu s’excusa parce qu’il était poursuivit et qu’il me mettait ainsi en danger.

Tss… On dirait que j’allais avoir ma chasse du jour… Bien que ce ne soit pas ce satané cerf, mais une « proie » bien plus compliquée et dangereuse à chasser.

« Tu t’excusera plus tard… Pour le moment… Reste à l’abri et fait gaffe à toi... »

Je me retourna et commença à grimper dans l’arbre auquel j’étais adossé. Me retrouvant rapidement au niveau d’une branche… Hmm… Ça va être compliqué de les toucher dans le noir… Bon… Si je me réfère à la flèche de tout à l’heure… On respire un grand coup et… La flèche partit un peu hasardeusement. J’avais à peu près estimé la position de l’un des brigands. Croisant les doigts, j’entendis un juron venir de l’obscurité. Ah… Touché…

Maintenant, passons à la partie « amusante ».

« Au suivant ! J’en ai encore plein en réserve ! Vous inquiétez pas ! Y en aura pour tout le monde ! »

Encochant une nouvelle flèche, j’attendis une réponse de leur part. Il sera bien plus simple de leur tirer dessus ainsi, s’ils me révèlent d’eux-même leur position et puis, énervé comme ils doivent l’être, cela ne devrait pas tarder.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité ;




La chance était avec lui ! Le souffle court, les sens en éveil, il osait parfois observer ses agresseurs ou tout du moins l’endroit dans la pénombre où il pensait qu’ils étaient. Toujours prostré contre le tronc, la sueur née de sa peur coulait sur son visage. Les ongles de ses doigts griffaient le tronc jusqu’à se rougir et il devait aussi résister. Résister à cette peur profonde et primale qui le tétanisait complétement. L’énergie du désespoir, il en avait abusé pour arriver ici.

Pourtant un homme se bat. Il se bat à sa place alors que ce dernier n’avait rien demandé. Il se bat tandis qu’il pourrait partir et le laisser. Sa bravoure renvoyait le mage blanc à de sombres pensés. A sa lâcheté. Il se revoit alors étudier enfant en compagnie d’autres camarades. Un bruit au dehors l’avait interpellé. Un marchand tenait un gourdin en main et s’en prenait à tout jeune garçon des rues, comme lui. Très certainement, il s’agissait là d’un petit voleur prit la main dans le sac. Et pourtant, une fille a peine plus âgé que lui s’était présenté. Elle barrait le chemin au marchand immense. Il la frappait, mais sans cesse elle se relevait jusqu’à ce qu’il se lasse et s’en aille.

Oui elle avait peur, mais elle était restée. Comme l’archer, elle résistait et comme lui se devait de le faire aussi. Jamais il ne revit cette fille et avec les années, il se plaisait à penser qu’il avait rêvé. Toutefois, les traits de son visage restaient clair dans son esprit. Si bien qu’il était obligé de lui donner un nom.

Ema.

Sa magie prit forme. Il chuchotait, ses mots se brisaient sur l’écorce de l’arbre et des filaments de lumière quittaient son corps pour prendre forme quelques pas devant lui. Une petite fille faite de lumière et impalpable avançait au cœur de la forêt. Dans le noir, sa silhouette déambulait à cloche pied. La moue rieuse, les carreaux des flèches ennemis transperçaient son corps, toutefois, elle n’était que pure lumière. Rien ne pouvait entraver sa course. Ainsi, distinctement, elle illuminait les vils et les fourbes. Elle s’approchait d’eux en leur souriant. Cette scène redonnait espoir à Sorrente. Le front toujours appuyé contre l’arbre, il n’attendait plus que son compagnon l’archer fasse des étincelles avant que sa magie ne soit plus.

avatar
Pacifiste

Messages : 48



Tss… Ils sont pas aussi con qu’ils en ont l’air. Ils se retenaient sans doute de répliquer pour ne pas révéler leurs positions. Néanmoins, de temps à autre, le craquement d’une branche, le bruissement des feuilles qu’on écrase, me donnait leur localisation approximative. Mes flèches partaient, mais elles étaient loin d’être mortelle. Nos assaillants étaient blessés, c’est sûr, mais ça s’arrêtait là.

Alors que je m’apprêtais à redescendre afin de cueillir ceux qui s’approcheraient un peu trop de nous, une silhouette lumineuse apparue au milieu des bois. Qu’est-ce que… Une jeune fille ? Qu’est-ce que ça voulait dire ? C’était un sort de la part de mon compagnon improvisé ? Quoiqu’il en fut, les bandits tentèrent d’attaquer la fillette de lumière, sans grand succès.

De plus, malheureusement pour eux, la lumière qui émanait de la silhouette me permettait de les voir correctement. Ce fut sans attendre que mes flèches volèrent dans leur direction, et ce, de manière bien plus mortelle que précédemment. Un à un, les archers ennemis commencèrent à tombés, puis vint le tour des guerriers. Finalement, les quelques survivants qui restaient s’enfuirent en laissant les corps de leur camarades sur place.

Lâchant un profond soupir, j’étais soulagé de voir que, finalement, tout c’était plutôt bien déroulé. Descendant de mon arbre, je fis signe à mon compagnon de fortune de rester près du feu. Je commença alors à m’avancer vers les corps sans vie afin de vérifier qu’ils étaient bien mort et également pour récupérer mes flèches. J’en profita pour me constituer un stock avec ce qu’il restait dans les carquois des archers qui nous avaient attaqués.

Lorsque j’eus fait le tour, je revins près de mon feu de camp. Déposant les carquois contre un arbre, je me tourna vers celui qui était poursuivit.

« Eh bien… T’as de la chance toi. Heureusement que tu t’es dirigé vers mon campement, parce que, franchement, t’as risqué gros en te dirigeant vers un feu de camp. Mais bon… Le pire est passé... »

Je me laissa glisser le long d’un tronc face au jeune homme. Étirant un peu mes bras, je me pencha légèrement en avant en le regardant.

« Bon… Au vu des circonstances, pas question de te laisser repartir… Du coup… Je me présente. Je m’appelle Siegfried. À qui ai-je l’honneur ? »
Voir le profil de l'utilisateur

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pavlina Wood
» Partenaire avec Silver Wood ?
» Griffith Wood
» CAMILLE MELANIE PARKER ► evan rachel wood.
» [M] Chris Wood ⊰ Dear little brother

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grayling Emblem :: Asmosa :: Forêts émeraude
Sauter vers: